background preloader

Le monde de l’éducation face aux défis des réseaux

Le monde de l’éducation face aux défis des réseaux
L’éducation en France doit relever deux défis majeurs. Le premier, c’est enrayer la spirale de l’échec, qui voit régulièrement les scores français baisser dans le classement PISA, reproduisant les élites et les déclassés de l’école. Le second est lié à la citoyenneté, qui risque de s’émietter, se fragiliser pour des jeunes en mal de repères. Face à un monde multipolaire, complexe et désenchanté, Internet propose une constellation informationnelle déréglée, horizontale, où les réseaux sociaux et les moteurs de recherche peuvent à la fois contribuer à une socialisation positive, mais aussi à véhiculer les idéologies les plus dangereuses. Cela peut creuser des fractures générationnelles et sociales de façon irrémédiable. Ces deux gageures ne sont pas sans attaches l’une avec l’autre. L’innovation pédagogique Non seulement la Finlande se classe en tête de classement (PISA) pour les pays de l’OCDE, mais affiche le moins de variations de résultats entre les écoles. Éducation et citoyenneté

http://theconversation.com/le-monde-de-leducation-face-aux-defis-des-reseaux-53535

Related:  ÉDUCATION (scolaire) POSITIVEPédagogie numériqueEMI - EMARisques

La démarche pédagogique Bâtisseurs de possibles Bâtisseurs de possibles est un projet en 4 étapes. Les enfants sont d’abord invités à observer le monde qui les entoure pour identifier un problème qui les touche, une situation qu’ils souhaiteraient améliorer. Ils approfondissent leur connaissance de la problématique choisie afin de pouvoir imaginer des solutions pertinentes. Puis, place à la créativité collective pour imaginer des idées d’actions concrètes, et pour en choisir une à réaliser dans les semaines à venir.

Découvrir 12 pratiques pédagogiques actives pour l’enseignement supérieur 26 juin 2016 par Amaury Daele Dans cet article, je partage le matériel de formation que nous utilisons, avec ma collègue Deborah Dominguez, pour faire découvrir aux enseignant·e·s 12 méthodes actives d’enseignement. Cet atelier d’1h30 se déroule en mode Jigsaw, comme dans l’atelier « Articuler le travail des étudiant·e·s en et en dehors de la classe« . Un défi pour le monde de l'enseignement : la diffusion d’une culture numérique Une idée (fausse) circule depuis (trop) longtemps à propos des technologies du numérique à l’école qu’il convient de défaire : selon certains, elles devraient nécessairement permettre à l’élève d’obtenir de meilleurs résultats et d’avoir plus de compétences. Cette conception, on a tendance à l’oublier, est en prise avec nos modes de raisonnement et de production intellectuelle qui sont eux-mêmes assujettis à la rationalité capitaliste. Comme la formation aux usages des technologies passe par un nécessaire investissement des établissements de l’enseignement et, par extension, des pouvoirs publics, on fantasme l’idée d’un retour sur investissement. Quelque part, on se met même à l’espérer. Mais à tort.

L’éducation lente ou slow education Slow education, de quoi parle-ton ? La « slow education » ou éducation lente en français, est une des nombreuses déclinaisons du mouvement Slow dont la première et la plus connue est le slow food. Aujourd’hui on entendra parler de slow travel, slow money, slow art, slow management... Le slow movement, appelé aussi « slow Life », est né dans les années 80 du constat que nos vies allaient trop vite, que nous étions trop stressés, sous pression et faisions face à toujours plus d’obligations au quotidien (que l’on se crée nous-même ?). Et surtout, que nous en souffrions. Le mouvement « slow » vise donc à lutter contre l’accélération de nos vies et invite à (ré)apprendre à prendre le temps.

Blockchain en éducation : la gestion infalsifiable de la confiance Maintenant que les technologies de communication ont pénétré tous les domaines, y compris la sphère privée, et que la puissance de calcul informatique est disponible de partout, on peut concevoir des applications auparavant impossibles à populariser. Le blockchain fait partie de celles-là . Cette technologie établit les premières assises d'un ensemble de services et d’entreprises personnelles ou collectives.

Un an après les attentats, l’éducation à l’information est plus cruciale que jamais Tandis que s’achève la semaine mondiale sur l’éducation aux médias et à l’information (EMI), organisée par l’Unesco, la commémoration du 13 novembre 2015 rappelle que les plus jeunes doivent être particulièrement sensibilisés aux informations et aux médias qui les véhiculent. Les attentats meurtriers du 7-9 janvier, suivis de ceux du 13 novembre, placent l’éducation aux médias et à l’information (EMI), ses compétences et ses valeurs, au cœur des enjeux de démocratie. Le traitement médiatique exceptionnel des attaques requiert un accompagnement pédagogique de même acabit, alors que ces événements ont remis à sa juste place la tentation d’une littératie numérique uniquement instrumentée par l’économie, coupée des enjeux de citoyenneté. Ils nous exhortent à mettre la gouvernance de l’Internet dans l’agenda de l’EMI, pour donner des moyens d’action à des citoyens en devenir qu’on ne saurait réduire à des usagers.

À Clichy-sous-Bois, les lycéens excellent dans l’écriture «Du haut de ma tour aussi, j’aime apercevoir ce gros nuage orange et silencieux. Ce nuage m’apaise. Il m’apporte un vent doux qui me chante une berceuse… » La tour en question est l’une de celles qui émergent à quelques pas du lycée polyvalent Nobel de Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis). Une évocation poétique, fruit d’un travail littéraire et pédagogique exemplaire réalisé par les lycéens de cet établissement situé tout près du quartier du Chêne-Pointu, d’où sont parties les révoltes de 2005. Durant quatre mois, soixante-douze d’entre eux ont livré leurs regards très personnels sur leur ville et l’avenir. Un exercice de confidences inscrit dans leur programme de l’année et soutenu par le conseil régional précédent.

Le microlearning : quoi, comment et pourquoi (Je dois vous prévenir que cet article est susceptible de vous ouvrir l’appétit…) Un gros module e-learning bien complet est comme un plat de fête. Il faut du temps pour le préparer, il est riche, remarquable et un peu intimidant. Le Décodex, un premier pas vers la vérification de masse de l’information « Le Monde » lance un outil pour aider les lecteurs à repérer les sites les moins fiables. Attentats, Brexit, présidentielle américaine et maintenant française… Qu’on l’appelle indifféremment « fake news », propagande, intox ou mensonges, la question de l’information en ligne et de son instrumentalisation à l’heure des réseaux sociaux a beaucoup fait parler en 2015 et 2016. Le flux d’informations est continu, et de plus en plus divers. A l’heure de Facebook, de Twitter et du mobile, s’informer consiste aujourd’hui surtout à savoir trouver des éléments fiables au milieu d’un maelström d’articles, d’images, de vidéos, d’opinions, etc. Avec Les Décodeurs, créé en 2009 sous la forme d’un blog et organisé en rubrique dédiée depuis 2014, Le Monde s’est lancé une mission, celle de la vérification, qu’il s’agisse de propos politiques ou de rumeurs sur le Web.

Related: