background preloader

Souffrance au travail : oubliez le psychologue !

Souffrance au travail : oubliez le psychologue !
Les risques psychosociaux ont été instrumentalisés et ont masqué l’enjeu politique des conflits en entreprise, selon la psychologue du travail Lise Gaignard. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Margherita Nasi Entre 2007 et 2014, la psychologue du travail Lise Gaignard rédige des chroniques à partir d’entretiens menés dans son cabinet. Elle souligne les phrases les plus affligeantes, les retape, et change les prénoms. Aujourd’hui réunis dans un ouvrage, Chroniques du travail aliéné, ces textes sont poignants : la psychanalyste a du mal à relire son livre. Elle n’est pas la seule : « On m’a reproché de dire du mal des travailleurs », raconte-t-elle. Si son texte suscite des réactions vives, c’est qu’il critique la dépolitisation de la souffrance au travail : à ses yeux, le changement le plus frappant dans le monde du travail en France n’est pas « la transformation – pourtant importante – des modes de management, ni les catastrophiques techniques d’évaluation pipées, ni la mondialisation.

http://www.lemonde.fr/entreprises/article/2016/01/24/soufrance-au-travail-oubliez-le-psychologue_4852707_1656994.html

Related:  La souffrance au travailRisques psycho-sociauxBien être au travailRSERPS

Liste des Consultations Souffrance et Travailet des Cliniciens Spécialisés Vous faites face à une situation difficile au travail et vous avez besoin de conseils. Notre équipe ne peut malheureusement pas répondre à chacun de vos messages, mais nous avons mis en ligne la liste des Consultations Souffrance et Travail (qui sont marquées d’une croix rouge) et Cliniciens Spécialisés où vous trouverez quelqu’un pour vous conseiller. Pour prendre connaissance des critères d’inscription au répertoire des cliniciens spécialisés,merci de vous rendre ici. Liste par départements: Région Parisienne:75 – Paris77 – Seine et Marne78 – Yvelines91 – Essonne92 – Hauts-de-Seine93 – Seine-Saint-Denis94 – Val-de-Marne95 – Val-d’Oise 971 – Guadeloupe972 – Martinique973 – Guyane974 – La Réunion

Prévention des risques psycho-sociaux : la fonction publique a encore du chemin à parcourir Signé le 22 octobre 2013 et complété d’une circulaire du Premier ministre et de circulaires par versant, dont la territoriale, l’accord-cadre relatif à la prévention des risques psychosociaux (RPS) dans la fonction publique, oblige chaque employeur à réaliser un plan d’évaluation et de prévention des RPS, avec un diagnostic associant les agents et les membres des comités d’hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT). L’échéance était fixée à 2015. Mais force est de constater qu’il y a encore du chemin à parcourir dans les trois versants de la fonction publique. Action conjointe en Ile-de-France Si les représentants de l’Etat ont surtout illustré leur action par des données statistiques par ministère et limitées à 2014, lors d’un comité de suivi organisé le 10 février, la fonction publique territoriale (FPT) était représentée pour les employeurs par les initiatives des centres interdépartementaux de gestion (CIG) de la petite et de la grande couronne Ile-de-France.

Sois bien, et tais-toi - Le Temps Un beau matin, Carl Cederström allume tranquillement sa cigarette en attendant le bus. Assise sur un banc voisin, son petit chien tenu en laisse, une dame l’apostrophe en lui reprochant d’intoxiquer son animal de compagnie avec sa fumée. Pour le chercheur suédois, enseignant à la Stockholm Business School et spécialisé dans l’étude du contrôle social et de la souffrance au travail, c’en est trop. Ses voisins sont antitabac, ses amis désertent l’heure de l’apéro pour aller au fitness et ses collègues mangent sans gluten tout en méditant… Au secours! Avec son confrère André Spicer, professeur à la prestigieuse Cass Business School, à Londres, il s’interroge alors sur ce qu’il estime être un «culte du bien-être» (wellness). Le résultat de leur réflexion, paru l’année dernière en anglais, vient de sortir en français aux Editions L’échappée, au sein de la collection «Pour en finir avec», qui «développe des analyses radicales», comme la définit l’éditeur.

Le travail du futur a-t-il un sexe ? Le travail a-t-il un sexe aujourd’hui ? Oui ! Le monde du travail présente de nombreuses inégalités femmes-hommes. En matière de mixité, seuls 13% des emplois sont mixtes et la moitié des femmes sont concentrées dans 12 des 86 familles professionnelles. Au sein d’un même métier mixte, il existe également une répartition sexuée des tâches. Hachés, souvent stagnants voire descendants, les parcours professionnels des femmes provoquent de manière « symptomatique » 24% d’écart de revenu salarial avec les hommes et 40% d’écart de pensions de retraite. Démarche ? Outils ? Comment agir ? Quelles méthodes pour intervenir ? Pour prévenir les risques psychosociaux, une démarche globale et des outils existent. Ces éléments sont des repères pour chaque employeur souhaitant des informations pour intervenir dans son entreprise.

Guide pratique pour les travailleurs Vous vous sentez en danger, vous êtes sur le qui-vive à votre travail, pour faire toujours mieux. Au fil du temps, vous ne prenez plus le temps de déjeuner, vous partez de plus en plus tard le soir. Le jour, au travail, vous pensez sans pouvoir vous en empêcher aux critiques sur votre travail. L’incongruence de motivation serait à la source du burn-out Une recherche récente met en lumière une cause insoupçonnée d’épuisement professionnel: l’incongruence de motivation. Mauvaise nouvelle pour les vacanciers qui rentrent au travail : le simple repos n’est pas suffisant pour en venir à bout. Publiée en août dans la revue spécialisée Frontiers in Psychology, cette étude conclut que l’écart entre les besoins affectifs d’un travailleur et des conditions de travail qui ne le comblent pas toujours est source d’épuisement professionnel. Au même titre que la surcharge de travail, le manque de reconnaissance et les conflits sociaux, l’incongruence de motivation serait une source importante de stress pouvant mener à un état d’extrême fatigue physique, mentale et émotionnelle. Afin de mieux saisir la nature du problème, les chercheurs proposent une mise en situation. Imaginez un gestionnaire qui doit assurer la direction d’une équipe mais qui n’est guère heureux de figurer à l’avant-scène ou de donner des ordres.

Délit d’entrave au fonctionnement du CE et du CHSCT Les représentants du personnel, qu’ils soient délégués du personnel, membres du comité d’entreprise ou du CHSCT le savent bien, le délit d’entrave n’a rien d’anodin. Les élus vivent couramment des périodes troubles parfois répétées où le fonctionnement de l’instance dont ils dépendent n’est pas respecté. L’employeur s’invite fréquemment dans la gestion des affaires courantes jusqu’à contraindre les élus à accepter l’inacceptable voire l’insoutenable : laisser les commandes du navire à un employeur zélé et sans limites. Soumis régulièrement à cet abus ou excès d’autorité que peu d’élus arrivent/souhaitent contester, l’employeur sans vergogne s’ingère au cœur de l’instance pour en prendre quasiment le contrôle.

Related: