background preloader

Viens chez moi, je suis à la bibliothèque

Viens chez moi, je suis à la bibliothèque
Tricot, yoga, cuisine, jeux vidéo... et même lecture. Les médiathèques municipales ont remplacé le bistrot comme “troisième lieu”, après la maison et le travail. Une mutation qui attire le public, mais déplaît parfois aux puristes de la culture. De derrière la baie vitrée de la bibliothèque Mériadeck, au quatrième étage, la vue est à couper le souffle : Bordeaux, la « ville des 3 M » (Montaigne, Montesquieu, Mauriac), se déploie jusqu'à l'horizon. Assis sur des chaises longues mises à leur disposition, des usagers en profitent, comme au bord de la mer. D'autres bienheureux n'ont pas résisté, en ce début d'après-midi, à l'appel de Morphée : ils font la sieste. « Comme chez eux », « comme à la maison » : tel est désormais le leitmotiv, le mot d'ordre même, des médiathèques françaises. C'est le concept de « troisième lieu », cet espace du quoti­dien qui vient après la maison et le travail, et qui, longtemps, fut le bistrot ou l'église. Pour certains bibliothécaires, la coupe est pleine.

http://www.telerama.fr/monde/viens-chez-moi-je-suis-a-la-bibliotheque,136675.php

Related:  Actualité des bibliothèquespratiques participatives en bibliotheques publiquesCulture, individus et sociétésVeille CDI / numpedruel

A Paris, la médiathèque Françoise-Sagan cultive l’accueil pour tous - Sortir Des “blabla lunchs” au Web en accès libre, l’établissement du 10e arrondissement se veut ouvert à tous sur le quartier, habitants comme migrants. Sans élitisme ni démagogie. Sous un ciel bleu nuit, à l'ombre des palmiers, un jeune comédien déclame un texte du dramaturge britannique John Ford (1586-1640) dans un cloître évoquant l'architecture italienne de la Renaissance. Perché sur un muret, entre une chapelle désaffectée et la façade en pierre de taille d'une ­bibliothèque, Julien Verger, étudiant du cours Florent, intrigue un public éphémère.

Le modèle de co-construction de savoirs : un enjeu d'innovation pour les bibliothèques ? (2/3) Par Pascal Desfarges Pascal Desfarges, spécialiste des territoires et de l'innovation numérique en bibliothèques, intervient régulièrement auprès de ces structures culturelles pour décrypter les nouveaux moyens d'innover dont elles disposent pour hacker, détourner, remixer, partager, participer et inventer la bibliothèque de demain. Il s'intéresse dans un premier billet à l'émergence du nouveau paradigme de "bibliothèque spéculative", qui repose sur un écosystème de savoirs et savoirs-faire sur le modèle des tiers-lieux de fabrication. Il montre ici comment ces modèles socio-techniques propres sont appelés à être progressivement intégrés dans le contexte de mutation et d'innovation des bibliothèques.

Grandeur et décadence de l'empire geek Longtemps considérés comme marginaux, les fanas de science-fiction, de jeux vidéo ou de comics voient aujourd'hui leur culture largement récupérée. De quoi bousculer une communauté jusque-là peu habituée à se remettre en question. « Pour les grands médias, les geeks sont essentiellement une masse de curieux qui peuvent éventuellement constituer un bon sujet s'ils arrivent à les ridiculiser suffisamment. » Dans une vidéo datée de septembre 2013 (264 910 vues sur YouTube), un certain Usul, cheveux longs, air flegmatique, pipe au bec et pseudo emprunté au héros de Dune (le roman de Frank Herbert adapté au cinéma par David Lynch), dressait ce constat, avant d'ajouter : « Mais chez les journalistes de la presse culturelle de gauche, les geeks commencent à être ­cool.» Difficile de prétendre le contraire. D'une sous-culture…

Démêler l'info de l'intox sur Internet Une histoire de fake Après les attentats de 2015, chacun s’est accordé à dire qu’il était impérieux d’éduquer plus finement nos élèves à l’utilisation d’Internet. Les fake et autres théories du complot s’immisçant insidieusement sur les murs Facebook et les fils Twitter des ados doivent nous amener à réagir sur le terrain de la pédagogie.

Accès aux bibliothèques : une France à deux vitesses Plus de la moitié des communes ne dispose d'aucune bibliothèque. "À tous les échelons, national, régional, départemental, intercommunal ou communal, des inégalités très marquées doivent être relevées", dénonce ainsi un rapport de l'Inspection générale des Bibliothèques, relayé la semaine dernière par l'Association des Bibliothécaires de France (ABF) dans un communiqué. Ce document, rendu dans une relative discrétion en décembre dernier à la ministre de la Culture, pointe du doigt une France à deux vitesses en termes d'accès à la lecture publique.

Mais en quoi les biens communs concernent-ils les bibliothèques Alors qu’elle est relativement ancienne (mention dans la « Charte des forêts » dès le 13e siècle en Angleterre), la notion de biens communs a été, au cours des siècles, la cible de nombreuses attaques et censures qui l’ont peu à peu reléguée au second plan voire à l’oubli. Elle connaît néanmoins depuis quelques années une forme de réhabilitation qui dépasse le seul cercle des chercheurs ou des spécialistes. On peut citer pour exemple « le Temps des communs » 1, festival francophone qui valorise les initiatives autour de la question des biens communs, la popularise et favorise sa lisibilité. Mais les communs restent aujourd’hui encore « un objet tâtonnant en cours d’exploration » 2 comme le prouve notamment la consultation lancée sur le projet de loi pour une République numérique d’Axelle Lemaire. Bien commun vs propriété privée

Le modèle de co-construction de savoirs : un enjeu d'innovation pour les bibliothèques ? (1/3) Par Pascal Desfarges Pascal Desfarges, spécialiste des territoires et de la médiation numérique est le fondateur de l'agence Retiss qui accompagne les organisations culturelles et les collectivités territoriales dans une démarche résolument innovante, réticulaire et collaborative autour des enjeux et usages liés au développement des technologies et des cultures numériques. Il intervient régulièrement auprès des bibliothèques pour décrypter les nouveaux moyens d'innover dont elles disposent pour hacker, détourner, remixer, partager, participer et inventer la bibliothèque de demain. Le point de départ de cet article est de questionner le croisement de deux identités en mouvance : l’une qui doit repenser ses modèles et l’autre qui en invente de nouveaux : la bibliothèque et le tiers-lieu de fabrication (FabLab, Hackerspace, Makerspace). Les bibliothèques en mutation et les tiers-lieux, dont les modèles sont pluriels et en devenir ont ils à voir ensemble ? Du design vers la bibliothèque spéculative

Le tableau (noir) de l’inégalité des chances - Idées Force est de constater que, dans notre système scolaire, le fossé entre les élèves se creuse de plus en plus en fonction de leur milieu d'origine. L'école de Jules Ferry a-t-elle vécu ? Enquête entre les murs. Quand on y pense, il n'a pas tort, Jamel Debbouze : « Un Arabe à la tête du musée du Louvre, ça fait rêver... mais quelle utopie ! » Il a lâché ça un soir de mai où l'on fêtait le mariage de la culture et de la diversité, sur la scène du Théâtre du Rond-Point, à Paris. L'école défiée par la religion... C'est, en toute simplicité, la Une du Nouvel Obs cette semaine, annonçant, le caractère "exclusif" d'une enquête qui s'apprête à nous dévoiler la réalité de la religiosité de nos élèves. Moi, mon petit coeur bat face à cette révélation : une enquête "qui accuse" nous dit-on, qui lève un "tabou"; un enquête commentée par Najat Vallaud Belkacem, Ministre de l'éducation nationale, auréolée pour l'occasion du O de l'Obs (hum, subtil) ; une enquête qui lève le voile donc, et cautionnée par les garants scientifiques indicutables du CNRS et de Sciences-po. La source est mentionnée en note de bas de page. Elle précise qu'il s'agit d'une étude intitulée "les adolescents et la loi", dirigée par Sebastian Roché, politologue spécialisé dans les recherches sur l'insécurité et la délinquance des jeunes, ceci dans le cadre d'une enquête internationale plus largement consacrée aux phénomènes de délinquances juvéniles. Diantre ! des gamines de 12-13 ans qui pouffent devant des capottes !

Créer un distributeur d’histoires courtes imprimées : Tutoriel On connaît l’essor du distributeur d’histoires courtes imprimées en bibliothèques, en librairies ou au sein de structures culturelles. Ces bornes permettent d’imprimer en mode aléatoire des histoires courtes, poèmes et nouvelles sous la forme de papyrus (format ticket de caisse) avec des temps de lecture de 1, 3 ou 5 minutes. Ces dispositifs reliés à un catalogue en ligne permettent de promouvoir la lecture et l’écriture. Jusqu’à maintenant ces bornes étaient disponibles sur le marché via un dispositif propriétaire de Short Edition. Fin août 2016, Julien Devriendt (responsable numérique des Médiathèques de Choisy-le-Roi) a mis au point un tutoriel pour créer votre distributeur d’histoires courtes imprimées en mode ouvert/libre (avec quelques tâtonnements) et sous licence Creative Commons : Réaliser votre boite à histoires V1.

18 propositions pour une bibliothèque 4e lieu aux horaires d'ouverture élargis Le rapport de la sénatrice d'Ille-et-Vilaine, Sylvie Robert, à qui la ministre de la Culture Fleur Pellerin avait confié en avril une mission sur l'extension des horaires d'ouverture des bibliothèques publiques, était attendu pour juillet dernier. Présenté ce lundi lors d'une conférence de presse, il comporte 18 préconisations marquant l'engagement du ministère de la Culture pour une ouverture en soirée et le week-end des établissements. Selon Fleur Pellerin, ces horaires élargis permettraient "aux bibliothèques d'atteindre tous les publics et de renforcer leur rôle de lieu idéal contre l'exclusion sociale". Financer l'élargissement des horaires Quatrième lieu

Related: