background preloader

Logos & muthos

Logos & muthos

http://logos.muthos.free.fr/index.htm

Related:  Langues anciennes

Slavon d'église Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Slavon. Texte en slavon d'église de 1755. Le slavon d'église, également appelé slavon liturgique, langue liturgique slave ou vieux-slave liturgique, est la principale langue liturgique de l'Église orthodoxe. Plan de Rome Le Plan de Rome Le Plan de Rome est une grande maquette en plâtre de près de 70 m² qui représente la Rome antique au temps de l'empereur Constantin (IVe s. apr. J.-C.).

Maquette de l'Acropole Sur une longueur de 300 m. à la base et de 170 m.au sommet, large de 156 m. s'élève l'Acropole d'Athènes. Sur une simple butte se dresse un des sites les plus glorieux de notre histoire. C'est Périclès au Vième siècle avant J.-C., alors que la démocratie athénienne allait s'étendre sur le monde grec, qui fut l'instigateur d'une ville ornée de temples, théâtres et odéons. Grec ancien sous Windows Lire, saisir, modifier, transmettre du grec ancien sous Windows version simplifiée : unicode à partir de XP SP3 Avant de pouvoir envisager de lire et écrire du grec ancien ou moderne dans des éditeurs de textes, qu'il s'agisse de traitements de textes, de logiciels de messagerie, de plate forme collaborative,etc., il est nécessaire d'effectuer un certain nombre de réglages.

Proto-slave Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le proto-slave ou slave commun, est l'ancêtre du vieux slave et des langues slaves ; il est issu de la branche satem de l'indo-européen commun ; il est classé dans le groupe des langues balto-slaves. Le processus de séparation des gens parlant le proto-slave et le proto-balte s'est effectué vers le IXe siècle av. J.-C.. Vers le Ve siècle les peuples slaves ont entrepris une migration vers le sud-est, vers le nord et vers l'ouest de la Biélorussie, leur territoire d'origine, se divisant en trois branches linguistiques[réf. souhaitée].

Musagora Aller directement au contenu de la page Aller au plan du site Aller au menu bas de page Musagora Dernières ressources Parcours Comment la Grèce antique a contourné le gouvernement des experts On revient toujours à la Grèce, on ne peut jamais s’en défaire, à moins de considérer qu’elle ne compte plus dans la communauté des Nations. Si l’avenir de la Grèce de Tsipras reste incertain, le souvenir de la Grèce antique reste, lui, déterminant pour ceux qui réfléchissent encore à la cité, au politique, à la démocratie et à toutes les imperfections qui s’y rattachent. Pour l’historien de la Grèce ancienne, Paulin Ismard, Athènes a par exemple quelque chose à nous à apprendre sur le rapport du savoir et du pouvoir : il suffirait de se pencher sur le dossier de la dette grecque pour en prendre d’une certaine manière la mesure aujourd’hui. Cette fécondité de la Grèce antique pour notre analyse de la cité se joue dans le rapport très particulier qu’elle inventa entre savoir et pouvoir : un lien qui définit le cadre même de notre horizon démocratique, dont on sent bien aujourd’hui qu’il est en partie verrouillé et vicié. Des questions en creux sur notre présent

Proto-germanique Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Foyer proto-germanique, v. 500 av. J.-C. : le groupe nordique au nord (rouge) et la culture de Jastorf au sud (magenta) L'expansion des peuples germaniques, 750 av. Petite histoire de l'alphabet: du phénicien au latin Différents systèmes d'écritures sont nés sous des formes diverses à des époques distinctes dans de nombreux endroits du globe (Mésopotamie, Egypte, Chine, Amérique Centrale, etc.). En revanche, il semble bien que la naissance de l'écriture alphabétique soit géographiquement localisée en terre de Canaan, vers le IIe millénaire avant Jésus-Christ, dans une région qui correspond aujourd'hui au Proche-Orient (Liban, Israël, Syrie, Jordanie et Sinaï). Les origines sémitiques de l'alphabet C'est donc plutôt du côté du Levant qu'il faut chercher l'origine de l'alphabet. L'ancien alphabet sémitique est d'abord un emprunt à la civilisation égyptienne.

Langues anciennes Les langues anciennes sur Internet Taormine (photo de Françoise André) « Arrête ton char ! Les Langues et Cultures de l'Antiquité aujourd'hui » : une plateforme contributive multi-auctoriale dédiée à la promotion des Langues et Cultures de l'Antiquité du secondaire au supérieur et ouverte à tous : élèves, enseignants, amateurs et passionnés de l'Antiquité. Tour de Babel La tour biblique pourrait avoir été inspirée par l'Etemenanki, une ziggurat de sept étages dédiée au dieu Mardouk à Babylone et désignée comme « le temple de la fondation du Ciel et de la Terre ». Ce mythe d'une fécondité remarquable a inspiré des réflexions sur l'origine de la diversité des langues, la puissance de l'effort collectif, l'orgueil humain, la fonction civilisatrice de la ville et la totalisation du savoir. Il a servi de métaphore architecturale à des organismes transnationaux et multilingues. Origine du nom[modifier | modifier le code] En akkadien Bāb-Ilum signifie « la porte des dieux »[1].

Araméen Cette page contient des caractères spéciaux ou non latins. Si certains caractères de cet article s’affichent mal (carrés vides, points d’interrogation…), consultez la page d’aide Unicode. L'araméen est un groupe de langues afro-asiatiques. Son nom vient d'Aram[2], une ancienne région du centre de la Syrie. L'araméen moderne est parlé aujourd’hui comme première langue par de nombreuses petites communautés éparses et en grande partie isolées, chrétiennes, juives, et par les groupes ethniques mandéens de l'Asie occidentale[7] — les plus nombreux, les Assyriens, sous la forme de l'assyrien néo-araméen et du chaldéen néo-araméen — ; ils ont tous conservé l'utilisation d'une langue véhiculaire dominante, malgré les transferts linguistiques. Les langues araméennes sont considérées comme langues en voie de disparition[8].

Langues sémitiques Cet article concerne les langues sémitiques. Pour leurs locuteurs, voir Sémites. Origine géographique des langues sémitiques et nombre de locuteurs. Des langues sémitiques, akkadien et ougaritique, sont attestées depuis plus de quatre millénaires. Les plus anciens documents akkadiens, en écriture cunéiforme, datent de la seconde moitié du troisième millénaire av.

Related: