background preloader

Inflation

Inflation
Cet article ou cette section provient essentiellement de {{{1}}}, ou recopie cette source, en partie ou en totalité. Cette source est libre de droits, mais elle peut être trop ancienne ou peu objective(mars 2016). Améliorez la pertinence et la neutralité de l’article à l'aide de sources plus récentes. Estimation des taux d'inflation dans le monde en 2013. La monnaie étant l'étalon des valeurs, la variation de sa propre valeur n'est pas directement mesurable ; on l'évalue à partir des variations des prix à la consommation des biens et services, mesurée à quantité et qualité égales. En France, l'inflation est évaluée au moyen de l’indice des prix à la consommation (IPC)[4]. L'inflation est un phénomène à propos duquel les controverses entre économistes sont nombreuses : le débat porte sur les conséquences (qui sont parfois considérées comme positives), comme sur les causes. Étymologie[modifier | modifier le code] Définitions[modifier | modifier le code] Aujourd'hui, les définitions sont : où . Related:  Les crises monétairesFONDS INTUITIF PRIMORDIALE

Hyperinflation Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un billet de 100 millions de milliards de pengő (10 17 ), en 1946 Un échantillon de billets de banque zimbabwéens imprimés entre juillet 2007 et juillet 2008 illustre l'important taux d'inflation du pays Billets de banque yougoslaves imprimés en 1993 et 1994 (à noter le billet de cinq cents milliards) L' hyperinflation est une inflation extrêmement élevée échappant à tout contrôle. Elle entraîne en général une forte récession économique. Causes [ modifier ] Les causes de l'hyperinflation sont budgétaires, elles tiennent à une émission excessive de monnaie [réf. nécessaire] . Coûts [ modifier ] Par rapport à l'inflation classique, les coûts de l'hyperinflation deviennent vite intolérables. Le fait que les entrepreneurs s'intéressent plus à la gestion de la trésorerie qu'aux décisions de production et d'investissement ; Affaiblissement du système fiscal. Cas historiques [ modifier ] Des hyperinflations ont été notamment observées : Inflation

Croissance économique Cet article ou cette section provient essentiellement de paramètre1, ou recopie cette source, en partie ou en totalité. Cette source est libre de droits, mais elle peut être trop ancienne ou peu objective. Améliorez la pertinence et la neutralité de l’article à l'aide de sources plus récentes. Contribution (en %) de la croissance des pays à celle mondiale (2011). La croissance est un processus fondamental des économies contemporaines, reposant sur le développement des facteurs de production, lié notamment à la révolution industrielle, à l'accès à de nouvelles ressources minérales (mines profondes) et énergétiques (charbon, pétrole, gaz, énergie nucléaire...) ainsi qu'au progrès technique[1]. Définition[modifier | modifier le code] Les économistes utilisent le terme de croissance conventionnellement pour décrire une augmentation de la production sur le long terme. Au sens strict, la croissance décrit un processus d'accroissement de la seule production économique. Notions Théoriciens

Musée Certaines informations figurant dans cet article ou cette section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans les sections « Bibliographie », « Sources » ou « Liens externes »(avril 2015). Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes. Un musée est un lieu dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets dans un souci d’enseignement et de culture. Le Conseil international des musées (ICOM) a élaboré une définition plus précise qui fait référence dans la communauté internationale : « Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d'études, d'éducation et de délectation. » — Statuts de l'ICOM art.2 §.1[1],[2] L'invention du musée[modifier | modifier le code] L'origine : le Mouseîon d'Alexandrie (280 av.

Liste des crises monétaires et financières Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Voici, ci-dessous, un ensemble de tableaux récapitulant les crises ayant durablement atteint le monde économique ou financier. On peut constater que leur nombre a explosé depuis 1971, année considérée comme le point de départ d'un ensemble d'évènements qui va engendrer la période d'instabilité financière mondiale que nous connaissons aujourd'hui. Cette instabilité est due à un nombre réduit de facteurs qui a contribué à bouleverser l'économie mondiale entre 1971 et les années 1990 : Un abandon du système de référence du Gold Exchange Standard et de la suprématie du dollar : 1971 : abandon du système du Gold Exchange Standard (qui avait remplacé l'étalon OR en 1931. Ensuite, d'autres facteurs vinrent se greffer à la fin de la reconnaissance des États-Unis comme économie-monde financière : Avant 1971[modifier | modifier le code] 1971-aujourd'hui[modifier | modifier le code] Il est plus exact d'évoquer la "prétendue bulle immobilière espagnole".

Produit intérieur brut de la France Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le produit intérieur brut (PIB) de la France est calculé et publié tous les trois mois par l'Insee qui le définit comme un l'« agrégat représentant le résultat final de l'activité de production des unités productrices résidentes »[1]. La valeur du PIB initialement calculée fait généralement l'objet de corrections au cours des mois et des années suivantes. Produit intérieur brut en euros courants (milliards)[modifier | modifier le code] Source : Insee[2]. Taux de croissance annuel du PIB en volume (%)[modifier | modifier le code] L'évolution en pourcentage du PIB en volume d'une année à l'autre, qui mesure l'évolution de l'activité économique hors inflation, a suivi une tendance générale à la baisse depuis 1950. Évolution du PIB en volume de 1950 à 2012[3] Source : Insee[3]. Produit intérieur brut en dollars[modifier | modifier le code] En prix et taux de change courants : En prix et parité de pouvoir d'achat (PPA) courants :

Marché Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'étal d'une marchande de fruits et légumes dans un marché couvert à Gênes. La façon dont ces marchés et institutions sont établies et fonctionnent ne faisant pas consensus entre économistes . Un marché à Berlin Karl-August-Platz Marché (secteur professionnel)[modifier | modifier le code] Le marché ici est un lieu de rencontre et de transactions des commerçants, artisans, cultivateurs, éleveurs, pêcheurs avec les consommateurs. Marché classique traditionnel en France[modifier | modifier le code] En France, les marchés locaux sont, à l'origine, destinés à la vente des productions locales des jardins, des élevages, des vergers et des diverses fabrications locales, en général vivrières et artisanales, dont la quantité est trop faible ou trop irrégulière pour être marchande au niveau national. Peu de différence visuelle entre les agriculteurs-producteurs et les commerçants. Marché à la criée[modifier | modifier le code] Comment ce mécanisme agit-il ?

Krach Étymologie[modifier | modifier le code] Causes économiques[modifier | modifier le code] Formation et éclatement des bulles spéculatives[modifier | modifier le code] Impact de l'informatique[modifier | modifier le code] Exemple du flash-Krash du 6 mai 2010, le cours de l'indice en bleu représentant l'indice SP. Aujourd'hui, le phénomène est largement amplifié par l'informatique. Pour contrer ce phénomène, les places boursières comme Paris, Londres, Francfort ou Wall Street ont mis en place des garde-fous comme les coupe-circuits. Les flash krash, chutes brutales observées sur des espaces de temps très faibles, sont symptomatiques de l'influence des programmes informatiques qui renforcent les spirales baissières ou haussières. Impact des ventes à découvert[modifier | modifier le code] Les ventes à découvert peuvent tout aussi bien stabiliser les marchés en contrecarrant les cours excessifs que les amplifier en exagérant une baisse au-delà de son fondement réel. Krach, sur le Wiktionnaire

Les économistes prévoient la fin de la croissance Les dernières semaines ont fait apparaître de mauvaises nouvelles pour l'économie mondiale, avec les Etats-Unis et l'Europe face à un ralentissement de la croissance, Et même les puissances économiques les plus vantées telles que le Brésil, la Russie, l'Inde et la Chine sont subreptissement chancelants. Alors que les économistes classiques continuent de prédire une « reprise » en cours, D'autres grands experts soulignent la fin de la croissance telle que nous la connaissons dans le futur proche. Plus tôt ce mois-ci, le Fonds Monétaire International (FMI) a réduit ses prévisions trimestrielles de croissance du PIB mondial de 3,3% à 3,1%, et révisé à la baisse les prévisions de croissance pour les autres grandes puissances. Les prévisions Etats-Unis a été abaissée de 1,9% à 1,7%, et l'Europe devrait se contracter de 0,6% plutôt que de l'estimation à l'origine de 0,3%. Le FMI a également abaissé les prévisions de croissance pour 2014. « ... Il a affirmé : En 2025 et 2030, il observe :

Art contemporain Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'expression « art contemporain » désigne de façon générale et globale l'ensemble des œuvres produites depuis 1945 à nos jours, et ce quels qu'en soient le style et la pratique esthétique. Dans cette classification périodique, l'art contemporain succède à l'art moderne (1850-1945). Cette désignation s'applique également aux musées, institutions, galeries, foires, salons, biennales montrant les œuvres de cette période. Qu'est-ce que l'art contemporain ? La notion de « contemporanéité » est d’abord une notion historique. « Contemporanéité » signifie aussi « simultanéité ». De nouvelles références permettent de définir ce qu'est la méthode contemporaine. De surcroît, l'expression « manière contemporaine » est aujourd'hui utilisée pour des artistes encore vivants et actifs ou pouvant encore l'être, ce qui dans ce cas placerait l'origine de la méthode contemporaine dans les années 1960, avec le pop art, Fluxus, les happenings ou l'art vidéo.

Krach de 1929 La foule se presse devant la Bourse de New York après le krach. Graphe de la valeur du Dow Jones entre octobre 1928 et octobre 1930. Le krach de 1929 est une crise boursière qui se déroula à la Bourse de New York entre le jeudi 24 octobre et le mardi 29 octobre 1929. Cet événement, le plus célèbre de l'histoire boursière, marque le début de la Grande Dépression, la plus grande crise économique du XXe siècle. Les jours-clés du krach ont hérité de surnoms distincts : le 24 octobre est appelé « jeudi noir », le 28 octobre est le « lundi noir », et le 29 octobre est le « mardi noir », dates-clés de l'histoire boursière. Conséquence directe, aux États-Unis, le chômage et la pauvreté explosent pendant la Grande Dépression et poussent quelques années plus tard à une réforme agressive des marchés financiers. Mécanisme[modifier | modifier le code] Le krach de 1929 est consécutif à une bulle spéculative, dont la genèse remonte au début des années 1920. Histoire[modifier | modifier le code]

Coefficient de Gini Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Gini. Le coefficient de Gini est une mesure statistique de la dispersion d'une distribution dans une population donnée, développée par le statisticien italien Corrado Gini. Le coefficient de Gini est un nombre variant de 0 à 1, où 0 signifie l'égalité parfaite et 1 signifie l'inégalité totale. Calcul du coefficient de Gini[modifier | modifier le code] Le coefficient de Gini se calcule par rapport à la fonction (dont la représentation graphique est la courbe de Lorenz) qui associe à chaque part de la population ordonnée par revenu croissant, la part que représente ses revenus[Lesquels ?]. Il estime l'inégalité par l'écart à la courbe de Lorenz de la répartition égale (en pointillés) : c'est le rapport de la surface (A) qui sépare la courbe de Lorenz de la situation étudiée (en gras) et du triangle de surface (A)+(B). (A+B est le triangle moitié du carré 1x1) Quelques exemples[modifier | modifier le code] Y.

Extractivisme et dette Avec : Henry Muhiya, secrétaire exécutif de la Commission épiscopale pour les ressources naturelles, auteur du rapport du CCFD "Des ressources naturelles au cœur des conflits" et Nicolas Sersiron, président du Comité pour l'annulation de la dette du tiers monde, le Cadtm France et auteur de "Dette et extractivisme" Rapport du CCFD : Références musicales : BALOJI/MBUMBA ROYCE : LE JOUR D APRES - SIKU YA BAADAYE (INDEPENDANCE CHA CHA)STAFF BENDA BILILI : SOPEKA Exceptionnellement, il n’y a pas de revue de web cette semaine.

Tempêtes boursières de juillet, août et septembre 2011 Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Les bourses vont connaître un certain nombre de tempêtes boursières en juillet, août et septembre 2011 , qui vont aboutir à l'une des plus sévères baisses de l' Histoire des bourses de valeurs . Ces profonds mouvements baissiers ont été causés par la crainte de voir la reprise économique mondiale s'essouffler après seulement un an de croissance, ce qui déclencherait une aggravation des déficits publics alors que la crise économique de 2008 , la plus profonde depuis 70 ans, les avait déjà creusés subitement. Le krach s'est traduit par une baisse très forte de la plupart des grands marchés boursiers occidentaux, mais répartie sur plusieurs semaines, avec des variations quotidiennes dépassant 6 %. Le contexte économique [ modifier ] La plupart des grands pays industriels ont connu une année de croissance en 2009, mais modeste, qui est loin d'effacer l'ampleur de la récession subie en 2008 . Le contexte financier [ modifier ]

Related: