background preloader

Qu’est-ce que la blockchain ? – Blockchain France

Qu’est-ce que la blockchain ? – Blockchain France
Une explication de la blockchain Actuellement, la blockchain est un phénomène à la pointe de l’innovation; les créations de start ups se multiplient sur le sujet, et les investisseurs mobilisent d’ores et déjà des sommes gigantesques pour s’assurer de ne pas louper le coche. La blockchain est pressentie comme une innovation majeure, et de nombreux pronostics avancent même qu’elle va bouleverser nos modes de vie au même titre qu’Internet ou que l’imprimerie. C’est pour cette raison qu’il est si important de se tenir informé sur le sujet, et ce surtout en France où l’opinion publique est encore peu avertie à ce propos. Situer la Blockchain En 2009 s’est créée une monnaie numérique, le Bitcoin. Cette monnaie reposait sur une technologie qui certifiait que les Bitcoins ne pourraient pas être dupliqués, et qui s’assurait donc que cette monnaie ne serait pas falsifiable: cette technologie s’est appelée la blockchain. Le concept ? Une révolution qui peut toucher tous les aspects de la vie Related:  BlockchainFinances personnelles

Pourquoi la révolution Blockchain est en marche - 12 novembre 2015 « Tout tourne autour du blockchain » pouvait-on lire sur un panneau d’une conférence à Las Vegas en octobre. Une façon de détourner l’attention portée à bitcoin qui a mauvaise réputation vers une technologie présentée comme plus honnête et sérieuse. Les deux sont en réalité intimement liées. La crypto-monnaie numérique décentralisée appelée bitcoin est en effet controversée du fait de graves détournements malhonnêtes de son utilisation qui n’ont rien à voir avec la puissance et la sophistication intrinsèque de cette technologie, le bitcoin/blockchain. Et pendant un temps les graves accidents de parcours de bitcoin ont fait du tort à la technologie sous-jacente, le blockchain, qui est prometteuse, pleine d’ingénuité et un peu mystérieuse. Elle dispose dans le monde entier de partisans missionnaires zélés, ce qui rappelle les premiers promoteurs du logiciel open source et des protocoles internet contre les logiciels et les réseaux commerciaux « centralisés ». BlockChain, c'est quoi?

Blogues : 26 services et logiciels de création de blogues Créer un blogue est une démarche plutôt simple et rapide, à la portée des étudiants et des formateurs. La plupart des services fournissent gratuitement l'hébergement et la communauté assure le support nécessaire pour se lancer. Cliquer et commencer ! N'allez pas croire que les blogues sont dépassés par les réseaux sociaux, loin de là : la majorité de ces services ont vu leur fréquentation augmenter de façon importante et se maintiennent. Votre travail est sous votre contrôle avec les blogues. Services de blogues Dans un cadre éducatif ou professionnel . des questions de responsabilité, de sécurité, de contrôle et de fiabilité peuvent devenir suffisamment importantes pour qu'une institution ou une administration souhaite héberger elle-même son service de blogues. Voici donc une série de logiciels gratuits qui transforment n'importe quel serveur en ferme de blogues. Logiciels gratuits d'hébergement de blogues Illustration : Vima - ShutterStock Niveau : Populaire

RWE utilise Ethereum pour un test blockchain (recharge auto) articles liés Célébré par les défenseurs de l'énergie verte et fustigé par les entreprises de services publics, le mouvement a depuis donné lieu à l'obligation pour les services publics d'innover face à un marché en constante évolution. Cette réalité a poussé RWE à innover, et dans le cadre de ces efforts, l'entreprise a mis en place une équipe de travail interne pour évaluer la façon dont la technologie blockchain pourrait aider à réduire les coûts tout en réduisant les dépenses liées à la transmission d'énergie. Pour ce faire la société a conclu un partenariat avec la startup blockchain Slock.it, fondée par l'ancien CCO d'Ethereum Stephen Tual, pour développer des preuves de concepts (POC) impliquant la technologie. Dans le cadre du prototype, les utilisateurs interagissent avec la station de recharge en acceptant un contrat à puce qui est programmé au-dessus du réseau Ethereum. Les médias du groupe Finyear

5 extensions Firefox indispensables Je vous présente ici les extensions qui me paraissent indispensables à installer en priorité sur Firefox pour une navigation plus productive et plus sécurisée. Je les utilise depuis très longtemps et elles me sont très utiles pour mes pérégrinations sur le Web. A une époque j'utilisais beaucoup d'extensions sur Firefox (plus de 30 !), maintenant j'ai réduit la voilure et je n'en utilise que 17, dont les cinq que je vous présente ci-dessous. - Tab Mix Plus : l'outil indispensable pour gérer les onglets dans Firefox. - Adblock Plus : pour bloquer les publicités sur les pages web, il n'y a pas mieux !. - WOT (Web of Trust) : ou outil de sécurité qui permet de déterminer et d'afficher (par un code de couleurs) si un site est potentiellement dangereux ou non. - GMail Checker : pour gérer plusieurs comptes Gmail simultanément. - Video DownloadHelper : add-on très populaire et très pratique qui permet de capturer (et convertir) facilement des vidéos depuis de nombreux sites.

Paul Singer Embraces Startup Nation in Battle for Israel Economy A U.S. billionaire and a senior Israeli economist are joining forces to promote Israel’s high-tech industry, hoping to lure international investors and officials, and counter a Palestinian-led boycott movement. The billionaire, Paul Singer, who runs the hedge fund Elliott Management, has put up $20 million in recent years to create a non-profit called Start-Up Nation Central. The official leading the foundation will be Eugene Kandel, who just completed six years as chairman of the Israeli National Economic Council. The project is the offspring of the bestselling 2009 book “Start-Up Nation,” which portrays Israel as having disruptive innovation in its DNA: Like many business startups, the book argues, Israel is inhabited by natural risk takers (immigrants) where the military teaches teamwork and self-sacrifice. Translated into 30 languages, the book is widely seen as one of the most powerful pieces of Israel advocacy of recent years. Delegitimization Pro-Israel activists are fighting back.

IBM partage 44 000 lignes de code blockchain en open source avec Cisco, Intel, Wells Fargo, JP Morgan... IBM a partagé, sur la plate-forme en ligne GitHub, 44 000 lignes de code blockchain en open source pour les développeurs du projet Hyperledger, encadré par la fondation Linux. La technologie blockchain, sur laquelle est basé le bitcoin, pourrait révolutionner de nombreux champs de l'économie, en inscrivant sur un grand livre numérique, partagé par tous les membres d'un réseau informatique, des transactions diverses (financières, mais également contractuelles...). Ces transactions n'ont plus besoin d'être contrôlées par un tiers de confiance. Le consortium Hyperledger Avec de nombreuses autres entreprises comme Cisco, Intel, JP Morgan ou encore Wells Fargo, IBM participe au consortium Hyperledger, lancé mi-décembre 2015. des espaces de travail pour les développeurs Mais le groupe ne compte pas s'arrêter là. Londres, New York, Singapour, Tokyo...

La blockchain peut-elle vraiment révolutionner l’économie ? | L'équation de la confiance La réputation du Bitcoin est entachée par les bulles spéculatives dont il a fait l’objet, et par les usages parfois illégaux qui en sont faits. Partant de ce constat, The Economist s’interroge sur l’usage général dans l’économie de la blockchain. L’hebdomadaire britannique prend soin de dissocier trois notions distinctes : Bitcoin, la monnaie virtuelle très médiatisée depuis quelques années ; l’architecture blockchain qui soutient Bitcoin, et dont les protocoles ont été conçus spécifiquement pour encadrer l’échange de cette monnaie ; et enfin, le concept général de blockchain. Une « machine à créer de la confiance » La blockchain se définit par une technologie de stockage numérique et de transmission à coût minime, décentralisée et sécurisée. Les banques à l’affût Des dizaines de startups se sont déjà positionnées sur la blockchain, sensibles au potentiel de développement de cette technologie aux usages qui restent à inventer.

SolarCoin icon-money SolarCoin est une Monnaie Numérique SolarCoin est une monnaie numérique basée sur un élément tangible : l’électricité de source solaire. Elle est régie par la Fondation SolarCoin. Lisez l’informatif téléchargeable ici. § 1 SolarCoin (SLR) représente la production d’1 MWh d’électricité solaire. 99% des SolarCoins seront distribués aux producteurs d’électricité solaire pour un total de 97,500 TWh. Réclamez vos SolarCoins Ecoutez Jeremy Rifkin à propos de la Troisième Révolution Industrielle : La Conférence COP21 se tiendra en décembre 2015 à Paris : Mentions Légales : Les liens aux sources ainsi que les informations relatives aux services et sites liés à SolarCoin sont indépendants de la Fondation SolarCoin.

Les apprenants de la génération Z et les TIC - Service de soutien à la formation Tout en demeurant très prudent de ne pas conclure à la certitude d’un réel effet générationnel sur la façon d’apprendre des étudiantes et étudiants qui arriveront bientôt chez nous, différents écrits et rapports de pratique enseignante font ressortir des caractéristiques de la génération Z. Celles-ci pourront servir de leviers intéressants aux enseignants qui voudront adapter leur formation afin de mieux intégrer certaines technologies en appui aux apprentissages des étudiants. Caractéristiques de la génération Z Les apprenants de la génération Z : ont une courte durée d’attention. Implications pour l’enseignement Ces pratiques ou préférences mettent en évidence des lacunes chez les étudiants en lien avec le développement d’habiletés relationnelles et de communication interpersonnelle, la gestion du temps, la profondeur de l’apprentissage et de la pensée critique. Sources Cook, Vickie S., Engaging Generation Z Students, University of Illinois Springfield, août 2015.

Les "Tables de la loi" de la Silicon Valley d'Israël Le « miracle » israélien illustre avec vigueur l'esprit de la « chutzpah », un mot d'hébreu moderne, dérivé du yiddish, qui exprime la hardiesse, l'audace, voire le culot ou l'arrogance. La prise de risque et l'innovation entrepreneuriale du pays ont en effet surgi dans un territoire initialement dépourvu d'atouts majeurs. INNOVATION. PILLCAM. Given Imaging est "le leader mondial dans le développement et la promotion de solutions agréables pour le patient qui doit subir un examen de détection de troubles dans les voies gastro-intestinales". Son histoire est fabuleuse et elle résume de manière spectaculaire l'innovation à l'israélienne. Notre question au PDG : Cette capsule aurait-elle pu naître ailleurs que dans la Silicon Valley israélienne ? "Aucun hasard dans l'éclosion de Given Imaging. Loi 1: L'éducation, l'université, la recherche, seront toujours les priorités du pays. L'avenir d'Israël technologique est très prometteur.

IBM et Microsoft misent sur la « Blockchain-as-a-Service » IBM vient d'annoncer sa volonté de s'investir dans la fourniture de solutions dites « blockchain-as-a-service ». Simultanément, Microsoft continue d'essayer d'attirer le plus d'acteurs possibles dans les mailles de sa plateforme Azure, qui a vocation à proposer les mêmes outils. Non, IBM ne se lance pas dans l'aventure du Bitcoin, mais le géant américain des services informatique s'intéresse désormais de très près à une partie de la technologie qui permet à ce protocole d'exister. Big Blue a en effet annoncé hier le lancement de ce qu'elle appelle « Blockchain-as-a-service » (ou BaaS), un pack d'outils permettant « la création, le déploiement, le fonctionnement et la surveillance d'applications de type Blockchain sur le cloud IBM » Parallèlement, IBM a également déclaré avoir fourni quelque 44 000 lignes de code au projet Hyperledger, une initiative open source soutenue par la Linux Foundation visant à faire évoluer la technologie Blockchain. La Blockchain prend du galon Kevin Hottot

Les "NBIC" Les NBIC sont notre avenir. Elles vont transformer la nature de notre économie. Schumpeter : elles détruisent une économie pour faire place nette pour la suivante. Darwin : ceux qui ne s’adaptent pas aux nouvelles technologies disparaîtront, entreprises ou États. Marx : ces innovations vont changer les relations humaines dans les entreprises. N (Nanotechnologies) La destruction créatrice commence par la destruction. C’est peut-être dans le domaine de la santé que les applications des nanotechnologies sont les plus spectaculaires. Les applications sont multiples : nanoprothèses, nanorobots chirurgicaux, nanomédicaments se dirigeant tout seuls dans le corps, nanocaméras pour remplacer l’endoscopie traditionnelle… Avançons d’un pas dans le rêve (le cauchemar pour certains). B (Biotechnologies) Un B qui s’accompagne d’un R et d’un G pour Reprogrammation cellulaire et génomique, les deux grandes branches de la biologie moderne. atlantico sur facebook notre compte twitter Je m'abonne Rajeunir!

Blockchain-based microgrid gives power to consumers in New York FernandoAH/Getty By Aviva Rutkin Something odd is happening on President Street in Brooklyn. While solar panels on the roofs of terraced houses soak up sun, a pair of computers connected to the panels quietly crunch numbers. First, they count how many electrons are being generated. Then, they write that number to a blockchain. This project, run by a startup called Transactive Grid, is the first version of a new kind of energy market, operated by consumers, which will change the way we generate and consume electricity. Transactive Grid aims to enable people to buy and sell renewable energy to their neighbours. Advertisement Transactive can skip this central authority because its energy market is built on a technology called blockchain. Buy and sell The first devices were installed on President Street a few weeks ago. Lawrence Orsini, co-founder of Transactive explains that the blockchain makes it easy for anyone to set up and enforce contracts, with the transaction following automatically.

Doit-on repenser la connaissance à l’âge d’Internet ? Le 4 mai, Xavier de la Porte a consacré sa chronique hebdomadaire La revue numérique, sur France Culture, à la question suivante : doit-on repenser la connaissance à l’âge d’Internet ? Une interrogation qu’il emprunte à une critique publiée par le chercheur en philosophie de Harvard, David Weinberger publiée dans la L.A. Review of books à propos de l’ouvrage The Internet of us, de son confrère Michael Patrick Lynch. Ce dernier estimerait que trop de publicité, trop de bêtise, nuisent à la diffusion de la connaissance dont on a un temps pensé qu’elle serait au contraire dopée par Internet. Ne pas réduire Internet à l'usage de Wikipedia Que nenni. Avant le Net, le lecteur était enfermé dans la limite physique rectangulaire du support livre ou journal. La fin du savoir statique, achevé et consensuel Dans la toile, on croise autant de bêtise, de publicité, que de pensée élaborée. Un espoir ?

Related: