background preloader

Photos détournées, témoignages douteux : après les attaques, les intox continuent

Photos détournées, témoignages douteux : après les attaques, les intox continuent
Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Samuel Laurent Dix jours après les attentats du 13 novembre, les réseaux sociaux comme la presse, surtout étrangère, n’ont pas toujours fait preuve de la plus grande rigueur dans les informations diffusées. Voici de nouveaux exemples d’erreurs, intox ou canulars pris au sérieux qui ont circulé ces derniers jours. Lire aussi : Attentats du 13 novembre : 7 conseils pour déjouer les rumeurs 1. Non, des otages n’ont pas été torturés au Bataclan De très nombreux lecteurs nous ont demandé si les personnes prises en otage par les terroristes au Bataclan avaient subi des tortures, après avoir lu des récits dans la presse britannique, en particulier dans le tabloïd Daily Mirror. Le journal se base en réalité sur le témoignage de deux Britanniques, rescapées de l’attaque qui s’étaient cachées dans les sous-sols du Bataclan. Pourquoi c’est une intox ? 2. Une autre manipulation a beaucoup circulé, cette fois sous forme d’images. 3. Pourquoi c’est faux ? 4.

http://www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2015/11/24/photos-detournees-temoignages-douteux-apres-les-attaques-les-intox-continuent_4816480_4355770.html

Related:  désinformation - intoxTHEORIE DU COMPLOT MANIPULATIONLutter contre la désinformationLes rumeurs

10 rumeurs et intox qui circulent après les attentats du 13 novembre Dans le sillage des fusillades à Paris et en région parisienne, de nombreuses réactions de soutien ont émergé sur les réseaux sociaux, mais aussi des rumeurs et de fausses informations. Le gouvernement a mis en garde contre la propagation de ces rumeurs et édité un guide de bonne conduite, les #MSGU, ou pratique des Médias sociaux en gestion d’urgence. Voici les principales, ainsi que l’explication de leur caractère erroné. 1. Non, quatre policiers n’ont pas été tués Des chaînes d’information et quelques sites ont diffusé durant la nuit une information erronée évoquant quatre policiers tués en neutralisant les assaillants au Bataclan, qui s’est répandue très rapidement.

Une théorie du complot ? « En cas de doute, il y a trois questions à se poser » Prof d’anglais dans un lycée de Saint-Ouen (Seine-Saint-Denis), Sophie Mazet est l’auteure d’un « Manuel d’autodéfense intellectuelle », fruit d’un atelier organisé dans son établissement. Les jeunes de la Ruche89 l’ont interrogée cette semaine. C’est leur toute première interview. Ruche89 : Comment se déroulent vos ateliers d’« autodéfense intellectuelle » ? « Manuel d’autodéfense intellectuelle » de Sophie Mazet, éd. Robert Laffont, septembre 2015

Eléments de réflexion face aux attentats du 13/11/15 A l’occasion de la journée d’études proposée à l’Université Lille 3 par l’APHG Bureau Nord-Pas-de-Calais le 14 novembre 2015, Mathieu Clouet [1] intervient en conclusion d’une journée bouleversée par les attentats qui ont eu lieu la veille à Paris. Il apporte des pistes pratiques aux collègues en demande d’éléments de réflexion utilisables avec les élèves dès le lendemain (par exemple : faire la différence entre rumeur, information, savoir). La vidéo en question est disponible sur notre site dans la rubrique « chaîne vidéo de l’APHG » ou en cliquant ici (abonnez-vous à notre chaîne Youtube pour ne manquer aucune de nos nouvelles vidéos !)

Comment Wikipédia a écrit l'histoire des attentats du 13 novembre Sur l'encyclopédie en ligne, de nombreuses personnes se sont succédé pour créer une page la plus informée et fiable possible. Nous sommes le vendredi 13 novembre 2015, il est pile 22 heures. Au Stade de France, trois kamikazes se sont fait exploser entre 21h20 et 21h53, causant la mort d'une personne. Devant des terrasses de bars et restaurants des Xe et XIe arrondissements parisiens, trois hommes ont tiré à l'arme automatique entre 21h25 et 21h36, tuant 41 personnes et en blessant de nombreuses autres. À 21h40, l'un d'entre eux s'est ensuite fait exploser devant un autre bar du XIe arrondissement. Au même moment, au Bataclan, trois autres viennent d'entrer et de tirer dans la foule lors d'un concert des Eagles of Death Metal.

FRANCE - Info ou intox : comment déjouer les pièges sur Internet ? Bienvenue ! {* welcomeName *} {* loginWidget *} Les mécanismes de la désinformation Sur le net, on trouve à boire et à manger... Information, désinformation ou parfois erreurs sincères. Ce n'est pas forcement facile de s'y retrouver et moi-même, il m'est déjà arrivé de relayer une connerie via Twitter qui ensuite s'est avérée fausse. Bref, tout le monde est victime et coupable à la fois de cette désinformation, surtout à notre époque où la confiance dans les médias traditionnels est totalement rompue et où certaines sphères ont pour unique objectif d'orienter l'opinion publique pour gagner en pouvoir. Christophe Michel de la chaine YouTube Hygiène Mentale passe en revue ce qui motive les désinformateurs, qu'ils en soient conscients ou inconscients.

Attentats de Paris : ces rumeurs et intox qui continuent de circuler sur le web Depuis les attaques meurtrières à Paris et Saint-Denis, les rumeurs et fausses informations ne cessent de circuler, en particulier sur les réseaux sociaux. Les autorités multiplient les appels à ne "pas diffuser" et "ne pas relayer" les intox. Pour autant, certains internautes et médias, dont certains affiliés à l'extrême droite, continuent de les diffuser. Scènes de joie à Gaza : intox Quelques heures après l'annonce des attaques à Paris, plusieurs internautes affirment que les attentats ont provoqué des explosions de joie dans les territoires palestiniens. Le 13 novembre : un tournant dans la crédibilité des médias Comme beaucoup de Français, j’ai suivi vendredi soir en direct les événements qui se déroulaient dans Paris, absorbé par la télévision et un œil sur Twitter. Et, comme souvent dans des circonstances dramatiques, je me suis trouvé déchiré entre ma position de simple spectateur, bouleversé par le drame, et celle, par définition plus froide et plus distante, de l’analyste des médias. Le premier constat, c’est que, d’une certaine façon, on ne leur a pas laissé la possibilité de trop montrer. Je ne sais pas ce qu’ils auraient fait s’ils avaient pu approcher au plus près des scènes de crime, mais force est de constater que les premières à avoir retenu les leçons de janvier ont été les forces de l’ordre. Toutes les caméras se trouvaient à distance, dans l’incapacité de dévoiler le dispositif policier. Cela dit, des signes laissent à penser que les discussions qui ont suivi le 7 janvier ont aussi porté leurs fruits.

Démasquer une intox en 5 étapes - L'Autre JT Les fausses informations et rumeurs sont le nouveau fléau des réseaux sociaux. Heureusement Jean-Marc Manach vous apprend à déjouer les intox et à retrouver la source de ces histoires inventées de toute pièce ! Vous avez un doute sur une information appuyée sur une image ? Voilà les quelques étapes à suivre : « La désinformation » : 3 questions à François-Bernard Huygue La désinformation n’est pas un phénomène nouveau. Prend-elle plus d’importance et de nouvelles formes aujourd’hui ? On pratique la diffamation, la ruse, l'intoxication, la manipulation, etc. depuis au moins l'Antiquité (en tout cas, on écrit là-dessus depuis vingt-cinq siècles). En revanche, la désinformation apparaît dans les dictionnaires soviétiques et pas avant les années 50. En tant que stratégie visant à "fabriquer" de faux événements - généralement des crimes ou complots attribués à l'autre camp comme fabriquer le virus du sida dans un laboratoire secret - et comme façon de répandre la fausse nouvelle par les mass-médias, comme si cela venait de source neutre, elle est une arme de guerre froide typique et souvent un travail de services secrets.

13 Novembre : et revoilà les traqueurs de "mystérieuses coïncidences" Revoilà les théories du complot ! Une semaine seulement après les attentats, le site français Wikistrike balance une autre bombe : l'Etat français aurait coordonné, avec les services secrets, les attaques de Paris. Rien que ça. Comment, s'appuyant sur des faits en partie vrais, constuire une théorie du complot ? Cas d'école.

Attentats : l’information en guerre contre les rumeurs Samuel Laurent est le responsable de la cellule fact-checking du Monde.fr, « Les Décodeurs ». Cette rubrique existe depuis mars 2014. Beaucoup de rumeurs et de fakes ont circulé sur Internet lors des attentats à Paris, vendredi dernier.

Related: