background preloader

Le capitalisme expliqué par Albert Einstein

Le capitalisme expliqué par Albert Einstein
Related:  Lutte des classes

Le Point Staline, Point Godwin des gens de droite Vous connaissez le fameux point Godwin, ce moment inévitable où toute conversation sur internet dérape et se termine par une référence, souvent tirée par les cheveux, au IIIème Reich ? Mike Godwin l'a théorisé en 1990, dès les débuts d'internet. Il expliquait alors que « plus une conversation en ligne dure longtemps, plus la probabilité d'y trouver une comparaison impliquant les nazis ou Adolf Hitler s'approche de 1». des points Godwin en parlant ce qui est assez fort... Il y a toutefois un nombre important de situations dans lesquelles les points Godwin semblent être en concurrence directe avec une nouvelle forme de points. Le principe est rigoureusement le même : « plus une conversation en ligne avec un type de droite dure longtemps, plus la probabilité de se voir reprocher une responsabilité de premier plan dans l'organisation des purges staliniennes des années 1930 s'approche de 1 ». Individu de gauche : « Durant toute son histoire, le capitalisme a semé la misère et la mort. »

Si tu veux mon avis, avec l'arrivée de... - Si tu veux mon avis Pourquoi la critique de la consommation est tendanciellement réactionnaire – Eunomia Que dit-on généralement quand on critique la consommation, l’acte de consommer ? En gros les choses suivantes : C’est un propos qui est intéressant, mais qui cache, un peu comme un cheval de Troie, une dimension éminemment réactionnaire reposant sur une confusion. Et en dernière analyse, on peut se passer de cette critique là, tout en restant dans une critique du système capitaliste qui se trouve alors assainie de cette dimension réactionnaire (dimension qui peut d’ailleurs se trouver à l’état d’incubation, asymptomatique sur le moment, mais qu’on se refile quand même par inadvertance…). Même les quelques solutions rapidement évoquées ci-dessous, qui font partie de l’arsenal des propositions « alternatives » et qui viennent souvent avec la critique de la « société de consommation », peuvent trouver leur place lorsqu’on se passe de cette critique. La marchandise, c’est donc comme un truc à deux faces : pile, valeur d’usage, face, valeur d’échange. Que faire alors ? Notes :

Introuvables « bobos » : pourquoi ils n'existent pas | Alternatives Economiques Ils sont cadres (ou intermittents, non ?), ils roulent à vélo (c’est pas en 4x4 plutôt ?), ont voté Macron (alors là pas du tout, ils votent extrême-gauche !), vivent très confortablement (j’en connais qui ne roulent pas sur l’or, même s’ils ont acheté leur appart’) dans d’anciens quartiers populaires… Bref, les bobos on ne sait pas trop qui c’est, mais ce n’est pas une raison pour ne pas en parler – et même en parler beaucoup, aussi bien quand on évoque l’évolution des métropoles que quand on analyse les résultats des dernières élections. Certains se moquent d’eux, d’autres les détestent, mais qui sont-ils vraiment ? Dans un livre qui vient de paraître, une équipe de sociologues apporte à cette question une réponse cinglante : Les bobos n’existent pas (Presses Universitaires de Lyon, 2018). D’où vient le terme « bobo » ? On trouve des occurrences anciennes de l’expression « bourgeoisie bohème ».

La logique capitaliste en huit notions de base Comment est créée la richesse ? Comment se concentre-t-elle entre les mains d’une minorité ? Pourquoi la fuite en avant du capital est-elle inéluctable ? Si vous n’en avez qu’une idée floue, c’est le moment de vous familiariser avec ces quelques outils. L’ensemble de ces textes – à l’exception de celui sur le travail domestique – provient des archives du très sympathique site web Tant qu’il y aura de l’argent. La valeur Les analystes économiques parlent souvent de la « richesse produite », des « prix » ou du « coût du travail », mais très rarement de la « valeur ». À force de regarder un peu trop BFMTV, on pourrait se dire que si un objet a une certaine valeur et que l’on est prêt à payer un certain prix pour l’avoir, c’est parce qu’on en a besoin. Ce que vaut une canette C’est quoi cette valeur alors ? En effet, difficile de savoir combien vaut le délicat et désaltérant goût chocolaté d’un Cacolac un soir d’été, et d’ailleurs le patron n’en a rien à fiche. La force de travail Le salaire

L'Etat dans la société capitaliste Introduction La LCR participe aujourd'hui de manière régulière aux élections, a des élus dans les collectivités locales et doit donner des réponses à celles et ceux qui nous demandent à quelles conditions nous sommes prêts à être dans un gouvernement ou encore comment nous voyons une autre manière de gouverner. Peut-on, sans changer cet Etat qui existe dans la société capitaliste, accumuler des réformes progressives qui permettraient de passer pacifiquement au socialisme ? En effet il serait assez facile pour les travailleurs d'enlever le pouvoir à la bourgeoisie, de l'exproprier, d'abolir la propriété privée s'ils n'avaient à combattre qu'une classe sociale extrêmement minoritaire et si celle-ci était prête à accepter de perdre ses privilèges sans se défendre par tous les moyens. Mais la classe dominante s'appuie pour maintenir sa domination sur l'Etat, c'est-à-dire la police, l'armée, la justice, les institutions politiques. 1 - D'où vient l'Etat ? 2-1: Fonction répressive Il doit donc :

Wikirouge Ernest Mandel - Les étudiants, les intellectuels et la lutte des classes A la mémoire de Georg Jungclas (1902-1975) militant exemplaire et ami très proche qui incarna pendant plus d’un demi-siècle la tradition et l’expérience de lutte du prolétariat allemand et assura pendant un quart de siècle, presque tout seul, la continuité du marxisme révolutionnaire dans son pays natal. (E.M.) Introduction I. Théorie et pratique L’unité de la théorie et de la pratique La nécessité d’une organisation révolutionnaire II. III. La prolétarisation du travail intellectuel La crise de l’université bourgeoise L’unité de la théorie et de la pratique IV. V. Notes Introduction De la Deuxième Guerre mondiale à 1968, de nombreux théoriciens qui se réclamaient du marxisme s’avisèrent d’une très grave erreur de Marx : rien moins que sa théorie des classes — il est vrai seulement esquissée, comme l’avait remarqué Lukàcs dans Histoire et conscience de classe. Il ne manqua pas, pendant longtemps, de faits susceptibles de paraître justifier de telles conclusions. Malheureusement ! I. 1.

"C'est quoi être anticapitaliste ?" De nombreuses définitions du capitalisme existent, la plus commune étant : « la propriété privée des moyens de production ». En langage moderne, cela veut dire qu’une économie est capitaliste si ce sont des personnes privées (des actionnaires et des patrons) qui détiennent les entreprises et les dirigent. Le capitalisme, c’est avant tout une manière d’organiser l’économie, sur des bases privées. Par conséquent, l’anticapitalisme, c’est vouloir l’inverse. C’est-à-dire que la majorité de l’économie appartienne non à des privés mais à la collectivité. On ne parle pas de « toute » propriété (les maisons, les biens, les possessions…) mais bien de celle des entreprises. Être anticapitaliste, c’est considérer comme cruciale la question : « qui contrôle les entreprises ? Deux catégories de décideurs Dans une économie post-capitaliste au 21e siècle, à qui reviendrait-il de prendre ces décisions ? Des termes galvaudés Abolir le capitalisme, un pari risqué ? Réduire les interférences

Il y a assez pour tout le monde ! Arrêtez les mensonges et les économies "Il n'y a pas d'argent" est le refrain que nous entendons depuis presque quarante ans maintenant. C'était la raison (excuse) pour nous imposer des efforts d'austérité Mais ce mantra est basé sur un mensonge grossier auquel de moins en moins de gens croient. Le tour de magie Depuis les années 1980, les gouvernements d'austérité se succèdent, les uns après les autres. C'est très étrange car depuis 1980, notre économie a connu une croissance réelle annuelle moyenne de près de 2 % alors que la richesse produite par habitant a augmenté de 77 % dans le même laps de temps.[i] Nous sommes de plus en plus riches mais nous devons continuer à faire des économies et des sacrifices. L'examen du gouvernement précédent le montre clairement. Attendez une minute, un déficit de 14 milliards d'euros : avons-nous vécu au-dessus de nos moyens ? En 2018 les salariés ont collectivement perdu pas moins de 9 milliards d'euros par rapport à 2014. Tax shift et mauvais choix Fraude et surplus d'argent

La bourgeoisie flamande | Lava La bourgeoisie «belge» s’effondre et la bourgeoisie «flamande» émerge. Si c’est bien la tendance actuelle, il convient de manier les termes «belge» et «flamand» avec prudence. Tant qu’une «politique de relance» économique est mise en œuvre, il n’y a pas lieu de procéder à une réforme de l’État. Bourgeoisie flamande en deux parties La première grande réforme de l’État a eu lieu en 1970, sous la houlette du Premier ministre CVP Gaston Eyskens. Ce cycle d’événements soulève un certain nombre de questions fondamentales sur la puissance du Voka, sur les obstacles auxquels se heurte un néolibéralisme agressif et sur les relations complexes entre la bourgeoisie flamande et le nationalisme de la N-VA. À partir des années 50 et 60 de nouvelles sociétés de services flamandes, pour la plupart axées sur les multinationales américaines, voient le jour. Les élites de ce pays ont radicalement changé au cours des dernières décennies. Périodisation: quatre phases de formation des classes

Related: