background preloader

« L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique »

« L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique »
Après les attentats meurtriers du 13 novembre, revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), la France et, plus largement, les Occidentaux doivent-ils repenser les liens qu'ils entretiennent avec l'Arabie saoudite et le Qatar ? Une tribune de l'écrivain algérien Kamel Daoud, publiée (en anglais et en français) par le quotidien américain The New York Times et largement partagée sur les réseaux sociaux, vient alimenter le débat. Dans cette tribune, Kamel Daoud, lauréat du Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête et chroniqueur au Quotidien d'Oran, affirme que l'Arabie saoudite n'est qu'un "Daech [acronyme arabe de l'Etat islamique] qui a réussi". "Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman. Le second est mieux habillé et plus propre, mais il fait la même chose. Lire aussi : Kamel Daoud, une plume contre l'obscurantisme Salafisme "quiétiste"

http://bigbrowser.blog.lemonde.fr/2015/11/21/letat-islamique-a-un-pere-larabie-saoudite-et-son-industrie-ideologique/

Related:  attentat 13 novembre 2015Terrorisme / Intégrisme2016Daesh - Médias

« Nous payons les inconséquences de la politique française au Moyen-Orient » Soyons réalistes, demandons l’impossible, clamaient dans les rues de Paris les utopistes de mai 1968. Etre réaliste aujourd’hui, c’est réclamer à ceux qui gouvernent d’aller aux racines de ce mal qui, le 13 novembre, a tué au moins 129 personnes dans la capitale française. Elles sont multiples, et il n’est pas question d’en faire ici l’inventaire. Nous n’évoquerons ni l’abandon des banlieues, ni l’école, ni la reproduction endogamique d’élites hexagonales incapables de lire la complexité du monde. Nous mesurons la multiplicité des causes de l’expansion de l’islamisme radical. Raphaël Liogier : “Le jihadisme ne vient pas du communautarisme mais de la désocialisation” Sociologue et philosophe, Raphaël Liogier dirige l’Observatoire du religieux depuis 2006. Un poste de vigie idéal pour combattre les idées reçues dont le djihadisme fait l’objet. Comment appréhender la réalité du jihadisme en France ? Raphaël Liogier – Il faut distinguer plusieurs types de jihadisme. D’abord le jihadisme guerrier archaïque, qui se développe au VIIIe siècle, qui n’est pas équivalent au martyre, et n’est pas le propre de l’islam ; puis, le jihadisme moderne, produit de la décomposition de l’islamisme et du néo-fondamentalisme.

Facebook, Google, Apple : merci, mais la solidarité, c'est payer ses impôts en France Connus pour leur réactivité, les géants américains du web n’ont pas tardé à exprimer leur compassion après les attentats du 13 novembre. Le soir des attaques, Facebook est le premier à se faire le champion de cet élan de solidarité. Les membres du réseau social résidant en région parisienne sont aussitôt invités à se signaler « en sécurité » d’un simple clic. Un moyen efficace de rassurer ses proches, utilisé par plus de cinq millions de personnes. Le lendemain, nouvelle initiative : Facebook propose de recouvrir sa photo de profil d’un filtre bleu-blanc-rouge. Daech, partenaire financier de la Haute finance internationale Preuves:La Turquie et L’Etat Islamique travaille main dans la main Le Figaro vient de publier un inventaire des principales sources de financement de Daech. Il en conclut qu’elle est "l’organisation terroriste la plus riche de l’histoire et a réussi à se forger une indépendance financière." e territoire de l’Etat islamique, grand comme le Royaume-Uni, regorgerait de multiples ressources naturelles (pétrole, gaz, phosphate, blé et orge). Des impôts/taxes/ pénalités frapperaient les 10 millions d’habitants (industrie, commerce, banques) qui sont sous son contrôle.

Raison garder Que dire face à un tel événement, à un tel carnage ? Comment ne pas reprendre des mots éculés, usés jusqu’à la corde ? Jamais dans son histoire la France n’a connu d’attentats-suicides, jamais d’attentats aussi meurtriers. Ils ont visé de manière aveugle des lieux publics choisis non pour leur caractère symbolique, mais parce qu’ils étaient, un vendredi soir, largement fréquentés et qu’on pouvait y faire un maximum de victimes. Afghanistan. Pourquoi Kaboul ne peut pas partager le deuil de Paris Deux jours avant les attentats du 13 novembre qui ont frappé Paris, la capitale afghane était le théâtre d’une grande manifestation contre le terrorisme. Un événement que les médias d’Asie du Sud ont passé sous silence. Presque personne n’en a entendu parler et pourtant, un événement majeur vient de se produire en Afghanistan, affirme Taran Khan dans un billet posté lundi 23 novembre sur le site d’information indien Scroll.in. La journaliste, qui vit entre Bombay et Kaboul, raconte : “Le 11 novembre, deux jours avant les attentats de Paris, les rues de la capitale afghane se sont remplies de manifestants portant sept cercueils sur leurs épaules”. Une démonstration puissante La foule, de plusieurs milliers de personnes, s’est dirigée vers le palais présidentiel pour rendre hommage aux membres de la minorité chiite hazara, parmi lesquels deux femmes et un enfant de neuf ans, qui avaient été enlevés, probablement par des membres de l’organisation Etat islamique.

[Nazis Inside] A New York, la promo de The Man in the High Castle ne passe pas Amazon a sorti sa fantastique série (nous pesons nos mots) The Man in the High Castle, inspirée du fantastique livre de Philip K. Dick. Une série diffusée sur Amazon Video qui raconte une Uchronie où les nazis ont gagné la guerre. Mais voilà, à New York, la promo de la série ne passe pas. En effet, dans le métro New Yorkais, certaines rames ont été décorées aux couleurs de la série. Des sièges arborent le drapeau impérial japonais tandis que les autres sont habillés aux couleurs du drapeau américain reprenant l’esthétique nazi.

« Daesh nous empêche de voir que la question majeure est politique » par Pauline Graulle Politis : Comment analysez-vous ce qu’il s’est passé à Nice la semaine dernière ? Roland Gori : La prudence serait de dire qu’on ne sait pas. Que l’on a besoin de temps pour préciser les données à recueillir par des enquêtes, et de temps pour une analyse multidimensionnelle mobilisant la pensée. Nous avons besoin de temps pour penser ce qui nous arrive, et comment nous en sommes arrivés là. Nous avons besoin de comprendre ce qui rapproche chacun de ces meurtres de masse et ce qui les différencie les uns des autres. Globalement, nous réagissons trop vite. Les censeurs asseblee 18 nov liberte presse Le soir, il est rare que je rentre chez moi en tremblant. C'est pourtant arrivé mercredi soir. Je ne revenais pas d'un terrain de guerre. Je n'avais pas passé ma journée à parler à des rescapés de la tuerie de vendredi. Ce soir-là, je rentrais juste de l'Assemblée nationale.

BALLAST Paris, 13 novembre 2015 « La peine que vous ressentez est notre peine, la rage en vous est notre rage, votre combat est notre combat ! » DAF (organisation libertaire turque) Alger, un jour de mai 1993. Il est neuf heures du matin. Tahar vient de quitter son domicile, situé dans la banlieue ouest de la capitale.

Le Maître du Haut Château Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Résumé en quelques mots, ce roman décrit un monde alternatif dans lequel l'Allemagne nazie et l'Empire du Japon ont remporté la Seconde Guerre mondiale, et l'état des lieux dix ans après cette victoire. Le récit a pour cadre principal le territoire des États-Unis désormais occupé, à l'est, par les Allemands, et à l'ouest, par les Japonais. L'histoire évoque notamment, par un effet de mise en abyme (ou de roman dans le roman), l'ouvrage de Hawthorne Abendsen, un écrivain qui a imaginé les conséquences d'une victoire des Alliés durant la guerre.

Le témoignage poignant de Nadia Murad, femme yézidie et co-lauréate du prix Sakharov 2016 INTERNATIONAL - C'est un témoignage que beaucoup ont voulu entendre malgré la violence qu'il expose. Nadia Murad et Lamiya Aji Bachar ont été enlevées par Daech et mises en esclavage. Après avoir fui l'État islamique, elles ont raconté leur histoire pour dénoncer ce que subissent les Yézidis. Dans l'hémicycle de l'ONU, sur des plateaux de télévision et dans les journaux, Nadia Murad a raconté ce qu'elle a vu et vécu alors qu'elle était captive et réduite à l'état d'esclave sexuelle par le groupe terroriste. Elle se sert désormais de son histoire pour que la communauté Yézidie ne soit pas oubliée. La force de son témoignage a permis de lever le voile sur la terreur que fait régner Daech en Irak, comme vous pouvez le voir dans la vidéo en tête d'article.

Related: