background preloader

Attentats : Des pistes pour le primaire

Attentats : Des pistes pour le primaire
Une fois encore, la deuxième en quelques mois, la France a été confrontée à une haine, une violence et une lâcheté des plus inhumaines. Les événements terribles qui ont touché Paris et les vagues d’émotions qui submergent les cœurs et les réseaux sociaux ne peuvent malheureusement échapper aux enfants, y compris aux plus jeunes. Bien qu’on souhaite les protéger, les télévisions et les radios sont en boucle, les gens ne parlent que de ça et par la force des choses, ces enfants ressentent qu’il se passe quelque chose de grave. La société de l’Internet des médias a cela de positif : sa réactivité. Du côté des blogs et des sites d’enseignants du primaire Parmi les blogs et les sites de professeurs, les ressources sont énormes : on voit que personne n’a chômé ce week-end pour préparer sa classe ! Pour finir, un grand merci à Jack Koch et à ses dessins plein d’Humanité, qui peuvent parler même aux plus jeunes et toujours exploitables en classe… Related:  Attentats du 13 novembre : ressources pour en parler en classeATTENTATS

Attentats du 13 novembre : 7 conseils pour déjouer les rumeurs Les intox et les fausses informations se multiplient rapidement sur Internet ou par SMS après des événements angoissants. Comment s’en prémunir. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Les Décodeurs Abonnez vous à partir de 1 € Réagir Ajouter Partager Tweeter fermer A chaque événement angoissant (attentat, explosion), les informations arrivent au compte-gouttes et sont parfois contradictoires selon les sources. Partez du principe qu’une information donnée sur le web par un inconnu est par défaut plus fausse que vraie.Fiez-vous plutôt aux médias reconnus, aux journalistes identifiés.

Comment accueillir nos élèves en classe la semaine du 15 novembre ? Liens Pour accueillir nos élèves en classe la semaine du 15 novembre Vous trouverez ce document fruit d'un travail collaboratif d'enseignant des listes CRAP-CahiersPédagogiques et ICEM34 Document ressource pour enseignant suite aux attentats du 13 novembre Ce site, au service du mouvement ICEM34 - pédagogie Freinet, en est à sa troisième évolution (voir : Histoire du site). Site réalisé par Cédric Serres et Pierre Cieutat, dessins et logo par Lois René, bandeau par Cécile Dumas. Contacter les administrateurs Site réalisé sous Joomla à l'aide de Template creator (merci Cédric) et hébergé chez OVH Association ICEM34 - association loi de 1901 enregistrée à la préfecture de l'Hérault

Site Romand de l'Education aux médias : actualité et traitement par les médias Quand l'actualité justifie que l'on s'y arrête en classe : pistes et suggestions Les attentats meurtriers de Paris ont enflammé les réseaux sociaux et les médias. Comment faire retour sur une telle actualité et son traitement par les médias ? Premières pistes pour parler des attentats en classe Par quel(s) angle(s) aborder ce genre d'événements ? Il en existe évidemment de nombreux, en fonction de la personnalité et des affinités de chaque enseignant. Dans un premier temps, il faut peut-être prendre du temps pour laisser parler les élèves comme le rappelle L'Express dans son article : "Parler des attentats à l'école: Il faut surtout écouter les élèves". L'Obs / Rue 89 évoque la question de façon plutôt intelligente : "Comment parler des attentats de Paris aux élèves ? En Médias et Images, on pourra privilégier les angles qui passent par des photos, des dessins de presse, des Unes de journaux ou des articles qui permettent de réfléchir et de débattre sur la question. Unes de journaux Dessins

Parler des attentats aux 3-10 ans : questions-réponses Le MEN a publié un document pour nous aider à parler à nos élèves des terrifiants attentats de Paris. D'autres documents ont été publiés à l'initiative d'éditeurs, Bayard par exemple. Il me semble que la meilleure source d'information vient des Cahiers Pédagogiques, qui ont publié dès hier, Samedi, un article qui recense les ressources pour nous aider à en parler aux élèves. Ils enrichissent l'article en temps réel. Je ne ferai pas mieux. C'est là : Clic pour l'article des Cahiers Pédagogiques. J'ai, de mon côté, cherché des réponses à certaines questions que je me posais. Faut-il devancer les questions des enfants ? Là, il semble que les psychologues soient unanimes : oui, il faut aborder le sujet même si les élèves n'en parlent pas. MAIS ils disent aussi : "Évitons de parler à leur place, de leur donner des explications ou des descriptions." Conclusion : Amener le sujet en classe même si les élèves n'en parlent pas, écouter leurs réactions, leurs questions, mais ne pas les devancer.

Quels mots pour parler des attentats avec les enfants, à l’école ou à la maison ? France Info junior s’est rendu dans une classe de CM1-CM2 à Paris pour écouter et répondre aux questions des élèves, de retour à l’école après les attentats meurtriers de vendredi. Claude Halmos, psychanalyste spécialiste des enfants, répond à leurs questions. Il est 8 heures passées dans le nord-est de Paris, l'école du quartier a son allure de lundi matin : des cartables à roulettes qui se frayent un chemin, des parents avec poussettes qui déposent leurs plus grands, le brouhaha de cour de récré. Si on tend l’oreille pourtant, ce matin ne sonne pas comme un lundi ordinaire. "Un peu le stress" en venant à l'école À 8h30, en montant les escaliers qui mènent à leur classe, Edouard, 9 ans, raconte à ses copains que ce matin en venant à l’école, il avait "un peu le stress, il paraît qu’il reste des terroristes pas arrêtés". Mettre les bons mots, éviter les amalgames Pour aller plus loin... À LIRE AVEC LES ENFANTS ►►► ► Que s'est-il passé à Paris ?

Padagogie Matin tragique Les Lettres au cœur de l’enseignement moral et civique aux côtés de l’Histoire et des Sciences humaines Paris ce matin se réveille devant cette cruelle évidence : il y a de par le monde et jusqu’aux terrasses de ses cafés des hommes assez persuadés de détenir le vrai et d’être en droit de l’imposer, qu’ils se sentent légitimes à tuer aveuglément pour cela, y compris eux-mêmes. Ce sont des terroristes ; mais à leurs propres yeux ils sont des héros. Une autre évidence s’impose à nous, pédagogique celle-là : il y a, quels qu’en soient les moyens, une séduction à l’œuvre, qui cherche à toucher le cœur de notre jeunesse avant que celle-ci ne puisse prendre conscience, trop tard, du piège sinistre où on l’a capturée. À présent il ne s’agit plus seulement d’étudier les textes, il s’agit de les faire vivre Car à présent il ne s’agit plus seulement d’étudier les textes, il s’agit enfin de les faire vivre. L’art est indispensable L’art est donc ici indispensable. De l’éducation civique « 1. 2. 4. 5.

Les attentats de Paris, le terrorisme expliqués aux enfants ! Voici une liste de ressources permettant à tous d’avoir des éléments de réflexion et des outils pouvant être utilisés en classe pour expliquer les attentats de Paris, les attentats de Charlie Hebdo, le terrorisme aux enfants. [Vidéo] Attentats : comment répondre aux questions de nos enfants ? – Les discussions – Les Maternelles [Site Web – Eduscol] Liberté de conscience, liberté d’expression : outils pédagogiques pour réfléchir et débattre avec les élèves. [Vidéo – Arte journal junior] Les attentats de Paris du 14 novembre 2015 [Site Web – Astapri] Les attentats de Paris : Que s’est-il passé ? [Site Web – Okapi] Pourquoi y a-t-il des fanatiques ? [Vidéo – Les Maternelles] Faut-il parler des attentats aux enfants ?

Marcel Rufo : "Il faut dire aux enfants qu'on les protège" par Martin Cadoret , Morgane Giuliani Après les attentats qui ont endeuillé Paris, les plus jeunes vont être exposés à des images et des mots difficiles à appréhender pour eux. Au moment de la fusillade de Charlie Hebdo, le docteur Geneviève Djénati, psychologue et thérapeute familiale, recommandait au micro de RTL de "laisser l'enfant en parler en premier". Le but : établir une communication avec l'enfant pour savoir ce qu'il a compris de l'affaire, afin de ne pas "se fourvoyer dans des explications trop bébé ou beaucoup trop compliquées qui ne rassureront pas non plus". Les enfants attendent un seul mot de nous : 'on te protège, on est là pour te protéger' Marcel Rufo Facebook Twitter Linkedin Pour le pédopsychiatre Marcel Rufo, le dialogue est également primordial : "La meilleure façon de maîtriser son émotion, c'est d'en parler avec eux, estime-t-til sur RTL. Donner des repères aux enfants Mettre de côté ses opinions politiques

EMC 4ème/3ème - Par qui notre liberté est-elle menacée ? - La p@sserelle -Histoire Géographie- Ils assistaient à un concert de rock, buvaient un verre à la terrasse d’un café, dinaient au restaurant, regardaient un match de foot : le vendredi 13 novembre à Paris, des civils qui partageaient librement du bon temps ensemble ont été les cibles de terroristes. Le lendemain, le président de la République François Hollande désignait les auteurs de ces actes barbares : « Ce qui s’est produit hier à Paris et à Saint-Denis est un acte de guerre, et, face à la guerre, le pays doit prendre les décisions appropriées. Un acte commis par une armée terroriste, Daech, contre ce que nous sommes, un pays libre qui parle à l’ensemble de la planète. Un acte de guerre préparé, planifié, de l’extérieur, avec des complicités extérieures que l’enquête permettra d’établir. Un acte d’une barbarie absolue. » #1. Un terroriste est une personne qui utilise la violence armée et la terreur pour imposer ses idées. #2. La France fait partie de la coalition internationale contre l'organisation État islamique/Daech.

Quelle pédagogie pour aborder les attentats du 13 novembre 2015 à Paris avec Éléments de précaution Ce qui change par rapport aux événements de janvier 2015 : il ne s’agit plus de se demander si ces gens-là « l’avaient cherché ? ». D’ailleurs les dessinateurs de Charlie Hebdo ne l’avaient pas non plus cherché. Écrire, défendre la liberté, se détendre en buvant un coup, manger par gourmandise, regarder un match sportif, écouter un concert... ne sont pas permis par les extrémistes auteurs de ces attentats. Clarifier la notion de « guerre » Il faudrait ne pas parler d’une « guerre en France », mais le mot est utilisé par les politiques et les médias. Ce qu’est un état d’urgence L’exécutif et les forces de police pourront désormais : Interdire la circulation des personnes ou des véhicules. Loi n° 55-385 du 3 avril 1955 relative à l’état d’urgence. Types de réactions sensibles. Les propos qui amalgament le monde musulman à ces terroristes et les propos qui tendent à se réjouir de ces actes (« Les Français l’ont bien mérité, ils n’avaient pas à attaquer »).

Parler des attentats avec vos enfants - blog de l'ecole maternelle paul langevin 1 De nombreux parents nous ont interpellées ce matin au sujet des actes terroristes commis vendredi soir dernier à Paris. Ils cherchaient à savoir comment parler d'évènements d'une telle ampleur, aussi tragiques et douloureux avec des personnes aussi jeunes. Afin de vous aider à trouver les mots, à rassurer vos enfants, nous avons joint ci dessous des liens à des articles et vidéos élaborés par des professionnels de l'enfance, qui j'espère vous apporteront des réponses . Évidemment l’équipe enseignante reste disponible pour répondre à vos questions sur le sujet, n'hésitez pas à venir nous voir. Yuna Miralles Comment parler des images violentes aux enfants ? Certaines émissions télévisées, en particulier les journaux d’informations, ne sont pas adaptées à la jeunesse. « Jusqu’à 10-12 ans, les parents ne devraient pas laisser un enfant seul devant la télévision au moment des actualités. C’est une première précaution », affirme Harry Ifergan, psychologue et spécialiste du développement de l'enfant. Pour autant, difficile d’échapper pour les plus jeunes aux images des attentats à Paris qui ont pris une large place dans l’ensemble des journaux télévisés, qui ont relayé de terribles images de cette agression. Parler des terroristes aux enfants - Les Maternelles Il ne réagit pas… Devant ces scènes, l’enfant ne manifeste parfois aucun signe de rejet ou de crainte… Celles-ci ne l’auraient donc pas atteint ? « Quelques minutes pour débriefer » Comment le rassurer Il serait risqué de penser qu’un enfant peut tout comprendre seul. Inutile de dramatiser L’esprit critique Des clefs pour comprendre Expliquer la valeur de la laïcité aux enfants - Les Maternelles

Attaques à Paris : les enseignants s’efforcent de gérer le « cours d’après » LE MONDE | • Mis à jour le | Par Mattea Battaglia et Aurélie Collas Il y a eu le temps de la sidération… et, très vite, celui de la réaction. Pour les enseignants, qui ont vu revenir en classe, lundi 16 novembre, quelque 12 millions d’élèves, l’entre-deux aura duré fort peu de temps. Lire aussi : Attaques à Paris : des témoins racontent : « Ma fille de 11 ans m’a demandé ce qu’il se passait » « Après les maux, il faudra trouver les mots », résume une enseignante sur son compte Twitter. « Il faudra surtout que ce soit les élèves qui s’expriment, même si c’est désordonné », relève un autre. Sur Twitter, un mot-dièse, #educattentats, a très vite rassemblé les conseils et idées, les ressources et documents pour aborder au mieux ce « jour d’après ». Nombreux sont les professeurs à avoir eu envie de mettre en commun le « canevas » de ce que sera leur premier cours, ce lundi. Les professeurs ont pris de vitesse l’institution. Lire aussi : Attentats à Paris : comment en parler aux enfants ?

Related: