background preloader

Le retour du boomerang

Le retour du boomerang
Au-delà de la polémique électoralement intéressée, et assez indigne, sur les mesures de sécurité prises, ou mal prises, par le gouvernement, la classe politique, les médias, l’opinion elle-même devraient s’interroger sur leurs responsabilités de longue durée dans le désastre que nous vivons. Celui-ci est le fruit vénéneux d’un enchaînement d’erreurs que nous avons commises depuis au moins les années 1970, et que nous avons démocratiquement validées dans les urnes à intervalles réguliers. La démission de l’Europe sur la question palestinienne, dès lors que sa diplomatie commençait là où s’arrêtaient les intérêts israéliens, a installé le sentiment d’un «deux poids deux mesures», propice à l’instrumentalisation et à la radicalisation de la rancœur antioccidentale, voire antichrétienne et antisémite. Les situations inextricables de l’Afghanistan, de l’Irak, de la Syrie, de la Libye ne sont que la résultante de ces erreurs de calcul, ou de ces calculs à courte vue. Jean-François Bayart

http://www.liberation.fr/debats/2015/11/15/le-retour-du-boomerang_1413552

Related:  attentat 13 novembre 2015Le capitaine de pédalo III (Et maintenant, sans les dents !)#ParisAttacksAttentats du 13 Novembre /DaechIslam et radicalisme

« L’Etat islamique a un père : l’Arabie saoudite et son industrie idéologique » Après les attentats meurtriers du 13 novembre, revendiqués par l'organisation Etat islamique (EI), la France et, plus largement, les Occidentaux doivent-ils repenser les liens qu'ils entretiennent avec l'Arabie saoudite et le Qatar ? Une tribune de l'écrivain algérien Kamel Daoud, publiée (en anglais et en français) par le quotidien américain The New York Times et largement partagée sur les réseaux sociaux, vient alimenter le débat. Dans cette tribune, Kamel Daoud, lauréat du Goncourt du premier roman pour Meursault, contre-enquête et chroniqueur au Quotidien d'Oran, affirme que l'Arabie saoudite n'est qu'un "Daech [acronyme arabe de l'Etat islamique] qui a réussi". "Daech noir, Daech blanc. Le premier égorge, tue, lapide, coupe les mains, détruit le patrimoine de l’humanité, et déteste l’archéologie, la femme et l’étranger non musulman.

Le lobby de la restauration vainqueur par K.O., par Michel Leis – Blog de Paul Jorion En 2009, le lobby de la restauration obtient une baisse de la TVA en contrepartie d’une série d’engagements : le premier était de répercuter cette diminution sur une sélection de produits, visant une baisse du prix des repas pour les consommateurs. Le deuxième était de créer 40 000 emplois supplémentaires sur deux ans par rapport une tendance naturelle estimée à 15 000 emplois par an, le tout en revalorisant les salaires. Enfin, les professionnels de la profession s’engageaient à consacrer 1 Md€ par an à l’investissement. Ce « contrat d’avenir » (c’est son nom) non contraignant est l’archétype d’accords présentés comme des avancées en matière d’emplois par les grands médias. La Cour des comptes a analysé les résultats dans un document publié le 16 décembre. Commençons par le bilan de cette mesure tel que décrit dans le rapport :

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech. Soutenant la thèse selon laquelle l’organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. En voici, en exclusivité, l’essentiel. Qu’est-ce que l’Etat islamique [EI, Daech en arabe] ? D’où vient cette organisation et quelles sont ses intentions ? La simplicité de ces questions peut être trompeuse, et rares sont les dirigeants occidentaux qui connaissent les réponses.

La vraie nature de Daech L’Etat islamique et ses adeptes ne sont pas une bande de psychopathes en mal d’exaltation. C'est un groupe religieux et militaire organisé, disposant de dirigeants compétents avec une stratégie cohérente au service de la guerre sainte. «Nous ne gagnerons pas contre l’idéologie de Médine [de l’Islam radical] en arrêtant le kamikaze juste avant qu’il se fasse sauter. Où qu'il soit, un autre ou une autre prendra rapidement sa place. Nous ne gagnerons pas en rayant de la carte l’Etat islamique ou al-Qaida ou Boko Haram: un nouveau groupe radical apparaitra ailleurs.

Qui manipule l'organisation de l'État islamique ? Dans une vidéo posthume, Amedy Coulibaly1 donne les raisons pour lesquelles il s’est engagé dans deux opérations terroristes, l’une en assassinant une policière municipale à Montrouge, l’autre contre un commerce cacher de la porte de Vincennes : « Vous attaquez le califat, vous attaquez l’État islamique, on vous attaque. Vous ne pouvez pas attaquer et ne rien avoir en retour. » Dans cette logique, il annonçait avoir fait allégeance au « calife des musulmans Abou Bakr Al-Baghdadi, calife Ibrahim » dès l’annonce de la création du « califat ». Quant à sa compagne, elle serait désormais en Syrie, pays sur une partie duquel l’Organisation de l’État islamique (OEI) a établi son emprise. Il est peu vraisemblable que l’auteur du double attentat de la porte de Vincennes et de Montrouge2 — comme ceux qui l’ont aidé dans son entreprise meurtrière — ait perçu combien l’OEI est un instrument aux mains d’États arabes et occidentaux. Manipulation saoudienne des passions collectives

« Nous payons les inconséquences de la politique française au Moyen-Orient » Soyons réalistes, demandons l’impossible, clamaient dans les rues de Paris les utopistes de mai 1968. Etre réaliste aujourd’hui, c’est réclamer à ceux qui gouvernent d’aller aux racines de ce mal qui, le 13 novembre, a tué au moins 129 personnes dans la capitale française. Elles sont multiples, et il n’est pas question d’en faire ici l’inventaire. Nous n’évoquerons ni l’abandon des banlieues, ni l’école, ni la reproduction endogamique d’élites hexagonales incapables de lire la complexité du monde. Nous mesurons la multiplicité des causes de l’expansion de l’islamisme radical. Comme nous savons à quel point l’étroitesse des rapports entretenus dans tout le monde arabe entre les sphères politique et religieuse a pu faciliter son émergence, nous n’avons aucune intention simplificatrice.

La novlangue : la langue de l’oligarchie et notamment des médias (Premier épisode : introduction) Michel Geoffroy, essayiste ♦ Michel Geoffroy a présenté le Dictionnaire de novlangue au cours d’une conférence donnée au Carrefour de l’Horloge le 10 décembre dernier. Nous publions son intervention en trois épisodes, en voici le premier. Polémia • L’expression « novlangue » revient à G. Orwell dans son livre 1984 (1949) Le juge Marc Trévidic  - "On manque d'hommes pour neutraliser les terroristes" Pendant dix ans, il a animé le Pôle judiciaire antiterroriste. Forcé de quitter ses fonctions en pleine tempête pour devenir vice-Président du tribunal de grande instance de Lille, Marc Trévidic nous avait longuement parlé, en septembre dernier. Son cri d'alarme a malheureusement trouvé un écho vendredi soir avec une série d'attentats sans précédent à Paris.

Villepin : « Faire croire que nous sommes en guerre est un piège C’est une voix discordante. Mais elle est la bienvenue. Invité dimanche du Grand Jury RTL/Le Figaro/LCI, Dominique de Villepin a récusé l’idée « d’être en guerre », une expression abondamment utilisée par Manuel Valls, le PS et l’opposition depuis les attentats de vendredi soir. Or, pour l’ancien Premier ministre de Jacques Chirac, « nous sommes dans une période où les mots doivent avoir du sens ». Dans la ligne de mire de Poutine : l’OTAN Le 25 novembre 2015 – Source Moon of Alabama/ Le Saker Francophone Il y a plus de trois ans, Erdogan avait critiqué durement la Syrie pour avoir abattu l’avion de chasse turc en ces termes : «Même si l’avion s’est trouvé dans leur espace aérien pendant quelques secondes, ce n’était pas une raison pour attaquer.»«Il était clair que cet avion n’était pas agressif. Néanmoins, il a été abattu», a-t-il dit. La Turquie a durci ses positions militaires après que la Syrie a abattu un de ses jets – Le 27 juin 2012Une violation d’un ou deux kilomètres est considérée comme «naturelle», compte-tenu de la vitesse de l’avion, est-il précisé dans la déclaration [de l’état-major général]. Il y a eu, cette année, des violations de l’espace aérien turc qui ont duré de 20 secondes à 9 minutes, ce qui montre que les «violations de l’espace aérien peuvent être résolues par des avertissement et des interceptions», a indiqué le communiqué.

Raison garder Que dire face à un tel événement, à un tel carnage ? Comment ne pas reprendre des mots éculés, usés jusqu’à la corde ? Jamais dans son histoire la France n’a connu d’attentats-suicides, jamais d’attentats aussi meurtriers. Ils ont visé de manière aveugle des lieux publics choisis non pour leur caractère symbolique, mais parce qu’ils étaient, un vendredi soir, largement fréquentés et qu’on pouvait y faire un maximum de victimes. S’il est normal, dans de telles circonstances, que l’émotion domine, cela ne doit pas nous empêcher de réfléchir ni d’analyser ce qui s’est passé.

La novlangue : la langue de l’oligarchie et notamment des médias (Deuxième épisode : le fonctionnement) Michel Geoffroy, essayiste. ♦ Comment fonctionne la novlangue et comment la détecter ? Polémia poursuit ici la publication de la conférence de Michel Geoffroy au Carrefour de l’Horloge, le 10 décembre dernier, consacrée à la novlangue. Voici le deuxième épisode.

Related: