background preloader

Fethi Benslama - « Pour les désespérés, l’islamisme radical est un produit excitant »

Fethi Benslama - « Pour les désespérés, l’islamisme radical est un produit excitant »
LE MONDE CULTURE ET IDEES | • Mis à jour le | Propos recueillis par Soren Seelow Cet entretien a été réalisé avant les attentats qui ont touché Paris et Saint-Denis vendredi 13 novembre. Professeur de psychopathologie à l’université Paris-Diderot, dont il dirige l’UFR Etudes ­psychanalytiques, Fethi Ben­slama s’intéresse au fait religieux depuis les années 1980. Son premier essai sur la fondation subjective de l’islam sort en 1988 (La Nuit brisée, Ramsay), quelques mois avant l’affaire Salman Rushdie, dont il prendra la défense à la suite de la fatwa le ­condamnant à mort. Son dernier livre en date est La Guerre des subjectivités en islam (Lignes, 2014). Il a également dirigé l’ouvrage collectif L’Idéal et la Cruauté. En quoi la psychanalyse aide-t-elle à ­penser le succès de l’islamisme auprès d’une partie de la jeunesse ? Le phénomène de la radicalité a pris une telle dimension qu’elle nécessite une intelligibilité au croisement du politique, de l’histoire et de la clinique.

http://www.lemonde.fr/societe/article/2015/11/12/pour-les-desesperes-l-islamisme-radical-est-un-produit-excitant_4808430_3224.html

Related:  Sur et contre l'islamismeAnalyser le terrorisme après le 13/11/2015terrorisme 2015DJIHADISME, ETAT ISLAMIQUE

Mohamed Sifaoui : Criminaliser le salafisme et interdire les organisations liées aux Frères musulmans 2015 RELIGION - La communauté internationale et singulièrement les grandes démocraties, font preuve d'incohérence et manquent cruellement de courage dans le cadre de la lutte idéologique qui les oppose aux tenants du totalitarisme islamiste. Depuis plusieurs années, je plaide, malgré les cris d'orfraies, à la criminalisation de l'idéologie salafiste et à l'interdiction pure et simple des organisations s'inspirant de la pensée des Frères musulmans. Ce double objectif devrait être celui de tout démocrate, attaché à la laïcité, qui aspire à vivre au sein d'une société apaisée où la violence et le terrorisme seraient bannis. Ce double objectif permettra de préserver, par ailleurs, l'ordre républicain et de garantir une compatibilité de l'islam avec la République. La criminalisation du salafisme et l'interdiction des organisations liées aux frères musulmans sont confortées par des arguments qui s'articuleraient autour de trois raisons objectives.

Gilles Kepel : « L’Etat islamique cherche à déclencher la guerre civile en France » Propos recueillis par Nicolas Truong Ces terribles massacres du 13 novembre vous ont-ils surpris ? Malheureusement non. Depuis plus d’an, l’Etat islamique (EI) appelle à frapper les Français. Le 22 septembre 2014, Abou Mohamed El Adnani, le porte-parole du groupe, a appelé à frapper les Occidentaux partout où se trouvent et particulièrement les « sales et méchants Français ».

Enquête. Ce que veut vraiment l’Etat islamique Cette grande enquête publiée dans The Atlantic offre un éclairage sans précédent sur les objectifs et les fondements idéologiques de Daech. Soutenant la thèse selon laquelle l’organisation se définit essentiellement par sa lecture littérale du Coran, elle a suscité de nombreuses réactions. En voici, en exclusivité, l’essentiel. Qu’est-ce que l’Etat islamique [EI, Daech en arabe] ? D’où vient cette organisation et quelles sont ses intentions ? Vidéo : Daech expliqué en sept minutes - En bref Tandis que les récits des exactions perpétrées par l'organisation de l'Etat Islamique (Ei, ou Daech, son acronyme arabe) s'ajoutent les unes aux autres, jour après jour, peut-être avions nous besoin d'un peu de recontextualisation. LeMonde.fr a produit dans ce but une courte vidéo de sept minutes pour faire le point sur ce qu'est Daech, d'où vient cette organisation terroriste, où elle en est et quels sont les rapports de force dans la région. L'approche est aussi économique, religieuse et étayée par de nombreuses cartes. Pratique. Comprendre la domination de l'Etat islamique en sept minutes, par Le Monde :

Jean-Noël Jeanneney - Prenons garde à un nouveau Munich - nov 2015 Soit. C’est la guerre. Spécifique certes, dispersée, multiforme, insaisissable. La guerre pourtant, à coup sûr, avec son cortège d’horreurs. Affaissement des Etats, diffusion du djihadisme, par Philippe Rekacewicz (Le Monde diplomatique, octobre 2013) Déjà fragiles et rongés par les conflits où prospèrent des dictateurs corrompus, le Proche-Orient, le Maghreb et leurs marges ont connu, depuis le 11-Septembre et le lancement de la « guerre contre le terrorisme », quatre interventions occidentales majeures, auxquelles s’ajoutent les guerres israéliennes au Liban et à Gaza. Ces interventions ont contribué à l’affaiblissement des Etats et à l’extension des groupes djihadistes. Comme le montre la carte, des combattants traversent les frontières, exportant leurs idées, leurs méthodes d’action, leur savoir-faire. Les conflits attirent des volontaires venus de partout, y compris d’Europe. Afghanistan, septembre 2001.

Daech - Naissance d’un État terroriste L’État Islamique en Irak et au Levant, Daech en arabe, contrôle aujourd’hui un territoire grand comme la moitié de la France, à cheval sur deux pays, la Syrie et l’Irak. Sa fortune est comparable à celle d’un pays africain. L’organisation est devenue une sorte d’État hors la loi qui attire militants et combattants du monde entier. Inconnue il y a un an, cette start-up du terrorisme, née en Irak sous l’occupation américaine, est devenue une multinationale de la terreur. Daech, portrait illustré Un compte-rendu précis : à la manière d’une entreprise cotée en bourse, les djihadistes de l’EIIL ont publié le 31 mars et pour la deuxième année consécutive, un rapport détaillé de 400 pages sur leurs actions menées de novembre 2012 à novembre 2013. Ils recensent 10.000 opérations armées, 1 083 assassinats, 4 465 explosions d'engins piégés, 30 check points, 8 villes conquises et plusieurs centaines de prisonniers libérés. Environ 15 000 combattants seraient impliqués dans le réseau. Certains ont été formés dans une base secrète de Jordanie par les États-Unis, dans le cadre de l'aide apportée aux insurgés contre le régime du président syrien Bachar el-Assad.

Jean-Pierre Filiu - « Ne tombons pas dans le piège tendu par Daech » - nov 2015 LE MONDE | • Mis à jour le | Par Jean-Pierre Filiu (Professeur des universités à Sciences Po) Au-delà de l’horreur qui nous a saisis, face au carnage des attentats du vendredi 13 novembre, il importe de dépasser la lecture au premier degré de la propagande djihadiste. Car Daech, le bien mal nommé « Etat islamique », ment avec autant de constance que les autres organisations totalitaires. Accepter que les attentats de Paris et de Saint-Denis soient une « riposte » à l’intervention française en Syrie revient à tomber dans le piège de la rhétorique djihadiste. Reprenons, en effet, la chronologie, pour éclairer les étapes de l’escalade de Daech, sur les trois temps de mai 2014, janvier et novembre. Cette démarche intellectuelle est essentielle pour comprendre les ressorts d’une campagne terroriste qui frappe, certes, la France, mais se situe dans une dynamique européenne.

Related: