background preloader

Economie. Cartographie des inégalités dans le monde

Economie. Cartographie des inégalités dans le monde
Related:  Géographie-Exemples

Cartographie. La face peuplée du monde La Terre peut être découpée en deux moitiés : celle qui héberge le plus d’êtres humains, et l’autre. “Voici la face du monde où vivent 93 % de la population”, indique le site Vox, signalant la représentation du globe que propose l’historien et cartographe Bill Rankin. Cette carte est proche d’une représentation classique en géographie, où l’hémisphère continental montre la face où se trouvent 85 % des terres émergées. Avec des points dont la couleur et la taille sont fonction de la densité de population, cette carte met en lumière des informations surprenantes : “On peut difficilement voir l’Australie.

Estudio de Oxfam Intermón: La desigualdad de la A a la Z | Planeta Futuro Iguales. Lo que debería ser objetivo y meta de todo Gobierno y sociedad democrática se está convirtiendo en los últimos años en sueño inalcanzable. Con tal título se ha presentado en Madrid este jueves el último informe de Oxfam Intermón en el que denuncia la creciente desigualdad económica, de género y de oportunidades en todo el mundo. Ocurre inter e intra países y en tantos aspectos ya, que las brechas aumentan entre ricos y pobres; las mujeres no dejan de sufrir discriminación y sus posibilidades para estudiar, trabajar o alcanzar puestos de responsabilidad política o empresarial siguen muy limitadas. Son tantos los conceptos, datos y acercamientos relacionados con la creciente desigualdad en este siglo XXI que hemos elaborado este abecedario con la pretensión de desgranar lo recogido en el estudio de Oxfam y mostrar así, con su ayuda y algunos datos más, una suerte de "estado de la desigualdad del mundo en 28 palabras". Alfabetización Brecha Cambio climático Derechos Humanos Empleo Gini

Un drone russe offre un rare aperçu de la destruction en Syrie Un véhicule de combat des forces loyales à Bachar Al-Assad près de Damas Photo : PC/Alexander Kots Une vidéo d'un quartier de Damas filmée par un drone russe a offert un rare aperçu de l'ampleur de la destruction causée par des années de combats dans les environs de la capitale syrienne, où siège le président Bachar Al-Assad. La vidéo tournée en vol au-dessus du district de Jobar par le correspondant de guerre de RTR Yevgeny Poddubny le 18 octobre, et obtenue par l'Associated Press, jeudi, montre des portions d'édifices résidentiels bombardés, la plupart avec des trous béants et d'autres dont les étages supérieurs se sont effondrés. Des champignons de fumée grise dense tourbillonnent, alors que des cibles sont atteintes, vraisemblablement par des avions de guerre syriens. Des milliers de frappes aériennes syriennes et des bombes barils largués par des hélicoptères de l'armée dans le contexte de la guerre civile ont réduit en ruines des quartiers entiers contrôlés par l'opposition.

D'où viennent les réfugiés ? Et où vont-ils D'où viennent les réfugiés ? Afghanistan, Syrie, Somalie : plus de la moitié des réfugiés de la planète viennent de l'une de ces trois contrées, minées par des années de guerres et de violences. Avec ses quelque 2,56 millions de réfugiés, l'Afghanistan demeure leader - et ce pour la trente-troisième année consécutive. Mais il devrait se faire doubler cette année par les réfugiés syriens, au nombre de 2,47 millions en 2013 et dont les rangs ne cessent de grossir. C'est d'ailleurs l'exode le plus massif depuis le génocide rwandais en 1994, quand 2,3 millions de personnes avaient été forcées de fuir. Qui accueille les réfugiés ? Devançant l'Iran et le Liban, le Pakistan, et ses 1,6 million de réfugiés principalement afghans, est le premier pays-hôte et également l’hôte du plus grand nombre de réfugiés au regard de sa capacité économique, avec 512 réfugiés pour 1 dollar de PIB par habitant, suivi par l'Ethiopie (336) et le Kenya (295). Qui va où ? Légende Source des données : UNHCR.

Le Reste du Monde Un Canadien primé pour cette photo saisissante de deux renards Le photographe et urgentologue canadien Don Gutoski a remporté mardi le prestigieux prix du Wildlife Photographer of the Year Photo : Don Gutoski / Wildlife Photographer of the Year 2015 Un médecin canadien qui a capté en images le combat fatal entre un renard roux et un renard arctique dans le nord du Manitoba a été nommé le Wildlife Photographer of the Year. Le photographe amateur et urgentologue Don Gutoski, de London en Ontario, a remporté mardi ce prestigieux prix remis par le Musée d'histoire naturelle de Londres et BBC Wildlife. Son cliché, intitulé A Tale of Two Foxes, a été sélectionné parmi 42 000 photographies soumises et provenant de 96 pays. Don Gutoski a croqué sur le vif le combat entre un renard roux et un renard arctique au parc national Wapusk, près de Churchill au Manitoba, une région où les deux espèces se côtoient de plus en plus, le réchauffement climatique poussant le renard roux vers le nord.

Cacao : la fève monte Coup de chaud sur le chocolat. Du consommateur (au nord) au paysan (au sud), en passant par les grandes firmes commerciales (Nestlé, Mars…), tout le monde veut croquer un morceau de cette industrie au succès jamais démenti, qui pèse aujourd’hui 73 milliards d’euros annuels, dont 11 milliards pour la matière première, le cacao. Alors que la filière soigne son événement-vitrine, le Salon du chocolat qui se tient à Paris jusqu’à mardi, les industriels ont des motifs d’inquiétude. Pourront-ils produire assez de chocolat pour satisfaire la demande ? Si oui, à quel coût économique ? A quel coût social ? «Les fabricants ont raison de s’inquiéter, explique François Ruf, ingénieur pour le Centre de coopération internationale en recherche agronomique pour le développement (Cirad). Or, la crise financière de 2008 est passée par là. Compétition La Côte-d’Ivoire touche sans doute à l’apogée de son économie cacao. Zone d’influence Pierre Carrey , BIG

« Les ouvriers chinois se sont réveillés » Dans une tribune au « Monde », le chercheur Jack Qiu estime que le conflit social qui a éclaté chez le fabricant de robots Jasic, à Shenzhen, est emblématique du renouveau de la mobilisation ouvrière en Chine. LE MONDE | 16.10.2018 à 05h15 • Mis à jour le 16.10.2018 à 11h53 | Par Jack Qiu (Professeur à l’école de journalisme et de communication à l’université chinoise de Hongkong) Tribune. La Chine compte aujourd’hui 4 000 entreprises de robotique, dont Jasic, un fabricant de machines à souder, installé à Shenzhen, dont le site Web présente un robot industriel destiné à remplacer les soudeurs humains. Depuis 2011, Jasic est coté à la Bourse de Shenzhen. Au contraire, l’usine est gérée selon un système hiérarchique draconien : chaque ouvrier doit obéir à tout instant aux gardes de l’usine, sous peine d’être « licencié sans indemnités ». En revanche, les mécanismes de protection des ouvriers sont quasi inexistants. Drapeaux rouges de sortie

La photo d’un enfant mort sur une plage turque à la « une » de la presse européenne Un enfant mort, échoué sur une plage turque. Jeudi 3 septembre, une seule et même image s’affiche à la « une » de la presse européenne. Au Royaume-Uni, The Independent, The Guardian, The Times, The Daily Mail et même le tabloïd The Sun — qui avait jusqu’ici adopté une ligne très dure envers les réfugiés de la crise migratoire — ont tous choisi de publier l’image particulièrement choquante de ce bambin au visage tourné vers le sable, mort noyé après avoir tenté de rejoindre l’Europe. Sous la photo, qui prend la quasi-totalité de la « une » de The Independent, il est inscrit « Somebody’s child » (« L’enfant de quelqu’un »). Et le quotidien britannique de poser cette lancinante question : « Si ces images extraordinairement puissantes d’un enfant syrien mort échoué sur une plage ne changent pas l’attitude de l’Europe face aux réfugiés, qu’est-ce qui le fera ? <blockquote class= »twitter-tweet » lang= »en »><p lang= »fr » dir= »ltr »>Une image à la Une, une seule.

Related: