background preloader

Grandeur et décadence de l'empire geek

Grandeur et décadence de l'empire geek
Longtemps considérés comme marginaux, les fanas de science-fiction, de jeux vidéo ou de comics voient aujourd'hui leur culture largement récupérée. De quoi bousculer une communauté jusque-là peu habituée à se remettre en question. « Pour les grands médias, les geeks sont essentiellement une masse de curieux qui peuvent éventuellement constituer un bon sujet s'ils arrivent à les ridiculiser suffisamment. » Dans une vidéo datée de septembre 2013 (264 910 vues sur YouTube), un certain Usul, cheveux longs, air flegmatique, pipe au bec et pseudo emprunté au héros de Dune (le roman de Frank Herbert adapté au cinéma par David Lynch), dressait ce constat, avant d'ajouter : « Mais chez les journalistes de la presse culturelle de gauche, les geeks commencent à être ­cool.» Difficile de prétendre le contraire. D'une sous-culture… … à une métaculture Nouveau langage En devenant populaire, la culture geek s'immisce partout. Position dominante Tribalisme

http://www.telerama.fr/medias/grandeur-et-decadence-de-l-empire-geek,133608.php

Related:  melodycolleCulture, individus et sociétés

PJL Lemaire V2 : mi-figue-mi-raisin sur l'open data, les communs trappés Les changements apportés à la seconde version du texte de la secrétaire d’Etat en charge du Numérique, Axelle Lemaire, “pour une République numérique” via une consultation publique n’ont pas chamboulé son projet de loi. Mais le procédé aura eu au moins le mérite de mettre davantage à jour les jeux d’influence qui accompagnent la genèse d’une loi, avant même son examen au Parlement. Cette V2 présentée vendredi 6 novembre comporte 41 articles, contre 30 initialement. Le sort réservé à d’autres contributions met en lumière la tension entre volonté affichée de prendre en compte les suggestions des internautes, et les marges de manoeuvre du cabinet d’Axelle Lemaire, face entre autres à son ministre de tutelle, Emmanuel Macron, ou au ministère de la Culture : les points de vue ne sont pas toujours conciliables.

Viens chez moi, je suis à la bibliothèque Tricot, yoga, cuisine, jeux vidéo... et même lecture. Les médiathèques municipales ont remplacé le bistrot comme “troisième lieu”, après la maison et le travail. Une mutation qui attire le public, mais déplaît parfois aux puristes de la culture. De derrière la baie vitrée de la bibliothèque Mériadeck, au quatrième étage, la vue est à couper le souffle : Bordeaux, la « ville des 3 M » (Montaigne, Montesquieu, Mauriac), se déploie jusqu'à l'horizon. Assis sur des chaises longues mises à leur disposition, des usagers en profitent, comme au bord de la mer. D'autres bienheureux n'ont pas résisté, en ce début d'après-midi, à l'appel de Morphée : ils font la sieste.

Je suis Médiateur Numérique Cela fait dix ans que je suis en poste. Avant j’étais animateur multimédia, maintenant je suis médiateur numérique. Expliquer la différence entre ces deux terminologies pourrait surement faire l’objet d’un débat. A juste titre d’autres diront qu’ils sont Animateurs Socio-numérique mais disons-le sans détour médiateur numérique c’est moins parlant que chauffeur de bus. Aussi je vais essayer de répondre à cette question simple qu’on me pose souvent : c’est quoi ton boulot au juste ? A regarder ma fiche de poste, ma première des missions consiste à réduire la fracture numérique.

Le tableau (noir) de l’inégalité des chances - Idées Force est de constater que, dans notre système scolaire, le fossé entre les élèves se creuse de plus en plus en fonction de leur milieu d'origine. L'école de Jules Ferry a-t-elle vécu ? Enquête entre les murs. Quand on y pense, il n'a pas tort, Jamel Debbouze : « Un Arabe à la tête du musée du Louvre, ça fait rêver... mais quelle utopie ! CyberGestionnaire, logiciel libre de gestion d’EPN disponible en version 1.0 En avril 2015, nous avions évoqué sur NetPublic 3 nouveaux logiciels de gestion d’EPN dont le développement en cours du logiciel libre de gestion d’EPN CyberGestionnaire conçu bénévolement par un groupe d’animateurs multimédia (en espaces publics numériques) de toute la France ; une version remaniée du logiciel Cybermin. Aujourd’hui, le logiciel libre de gestion d’EPN CyberGestionnaire est disponible en version 1.0. et donc au téléchargement sur SourceForge (avec EPN-Connect) : CyberGestionnaire. Cette version opérationnelle installée dans plusieurs espaces publics numériques en France et testée donc grandeur nature offre une solution complète pour gérer un espace public numérique avec l’accueil des publics.

Au pays de Galles, un sentiment d’abandon Au pays de Galles, un sentiment d’abandon c, l chrbn t l’cr snt nll prt t prtt. Ls drnèrs mns t crs ds vllys d sd d pys d Glls nt frm crs d l dcnn pss. Ls dchts mnrs nt dspr ds cllns. Chcn rcnt vc l mêm tnnmnt l pssg d nr vrt d cs vlls cfrdss x rlfs q s’trnt d nrd sd - ls lcx ls ppllnt ls «fngrs» («ls dgts»). lls nt rtrv lrs clrs d’rgn, pr-ndstrlstn. Ms tnt d’ndcs rppllnt ct ncmbrnt pss ndstrl… c, ds stts t mmrx l glr ds trvllrs d chrbn, cmm Sx Blls, ù n cp d grs cût l v 45 mnrs n 1960. Les oubliés du numérique 30 novembre 2015 - Les inégalités d’accès aux nouvelles technologies diminuent très nettement, notamment entre catégories sociales. Reste que 20 % de la population n’utilise pas Internet et que la moitié ne fréquente pas les réseaux sociaux. Entre 1991 et 2015, en France métropolitaine, le taux d’équipement en ordinateur à domicile (un au minimum) est passé de 12 à 80 %, selon le Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie (Crédoc) [1]. Le téléphone mobile s’est fortement démocratisé ces dix-huit dernières années avec un taux d’équipement de 92 % en 2015 contre 4 % en 1997. Entre 2011 et 2015, le taux de propriétaires de smartphones a été multiplié par trois (de 17 à 58 %). Enfin, en 2015, vingt fois plus de personnes (83 %) se connectent à Internet à domicile qu’en 1998 (4 %).

Ne jamais perdre de vue les arts visuels Traditionnels parents pauvres des politiques culturelles et éducatives publiques, les arts visuels sont aujourd’hui plus malmenés que jamais. Point aveugle d’un système éducatif entièrement modelé par le primat de l’intelligible sur le sensible et de politiques culturelles encore structurées autour des deux piliers du patrimoine et du spectacle vivant, le domaine est la cible de coupes budgétaires de plus en plus drastiques. Du centre d’art le Quartier à Quimper à l’école d’art de Perpignan, dont la fermeture est annoncée pour cet été, en passant par le musée Nicéphore-Niépce de Chalon-sur-Saône et les écoles d’art de Chalon et d’Avignon, dont la survie est menacée, la liste des établissements artistiques en voie de disparition, ou en cours de précarisation, ne cesse de s’allonger.

Un bus itinérant pour promouvoir la culture numérique Entièrement recouvert d’une signalétique verte et jaune, le « bus des technologies » est on ne peut plus identifiable. Installé sur le parking d’un établissement industriel de la région, en plein secteur rural, le bus n’a besoin que d’une simple prise électrique pour fonctionner, en totale autonomie. « Nous avons notre propre rallonge électrique de 40 mètres qui nous permet de nous brancher chez n’importe où », explique Basile Bohard, président de l’association Digitaliz’Eure. Une fois monté à bord, tout est fait pour oublier l’environnement extérieur et ainsi permettre une totale immersion dans l’univers du numérique. « Grâce à de nombreux partenaires, nous disposons ici d’outils de dernière génération. Mais surtout, ce matériel a vocation à être remplacé tous les 3 mois afin de coller à la réalité des usages », précise Basile Bohard.

Related: