background preloader

L'Hebdo Sciences humaines : Réaliser une carte sensible de ma ville

L'Hebdo Sciences humaines : Réaliser une carte sensible de ma ville
Comment les élèves peuvent-ils penser l'espace qu'ils habitent ? Trois enseignants du lycée J Prévert de Boulogne Billancourt ont fait réaliser par trois classes de seconde une carte sensible de la ville mêlant perception auditive, mémoire de l'espace, cartographie des sentiments et des perceptions. Une réalisation "tranquille" qui apprend sur le fonctionnement urbain mais qui donne aussi des clés citoyennes aux lycéens. Ariane Jourdan, une des enseignantes qui ont mené cette expérience, revient sur cette démarche. De décembre 2014 à mars 2015, trois classes de seconde du lycée J Prévert de Boulogne Billancourt, ont été invitées à représenter leur espace vécu. Le principe de l’exercice était d’obtenir une cartographie de l’affectif projeté sur le territoire, ici plus ou moins bien connu. Pourquoi faire réaliser une carte sensible de la ville ? Toute carte est une représentation de l'espace. Qu'est ce que cela dit de la vision de la ville qu'ont les lycéens ? Le blog de la carte sensible

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/10/30102015Article635817893854854095.aspx

Related:  Pratiques collaborativesEspaces urbainsCartographieHistoire-géoBonnes idées

Une cartographie sensible des territoires du quotidien, au lycée Jacques-Prévert de Boulogne-Billancourt - Histoire, Géographie, EMC Au mois de mars 2015, un colloque intitulé « Mise en Seine des enjeux climatiques » a été organisé à Boulogne-Billancourt par l’ONG Ile-de-France Environnement. Les élèves du lycée J. Prévert y ont été associés et ont réalisé une exposition autour de la Seine en plusieurs volets ; la construction d’une carte subjective articulée autour du fleuve est l’un d’entre eux.

Série “Café géo Ville et BD” (2) : La ville dans le manga, entre urbaphilie et urbaphobie Ce texte est un extrait du compte-rendu du Café géographique de Paris du 28 janvier 2014 où Aymeric Landot et Bénédicte Tratnjek étaient invités à intervenir sur le sujet “Représenter l’espace urbain dans la bande dessinée” suite à la journée d’études du Laboratoire junior Sciences Dessinées du 18 septembre 2013 : Ville et bande dessinée, avec Benoît Peeters comme invité du grand entretien. L’intégralité du compte-rendu est à paraître sur le site des Cafés géographiques que nous remercions de cette invitation. Voir également le billet “Série “Café géo Ville et BD” (1) : La ville, la géographie et la bande dessinée”.

Raconter une histoire réelle ou imaginaire à partir de cartes et de repères dans le temps. A l'instar de Meograph (voir billet) qui est dans le même registre mais avec un peu moins d'options que MyHistro, vous allez créer une frise chronologique personnelle ou construire une frise du temps sur une histoire ou un évènement historique ou un récit imaginaire. Ces deux outils sont simples à utiliser, à la portée de tous. L'inscription en ligne au service est gratuite, ensuite créez vos évènements pour votre histoire. Vous ajouterez des actions ou situations sur une frise chronologique qui peuvent inclure des photos, du texte, des liens et aussi des vidéos (youtube, vimeo, dailymotion…).

concours : bulles de mémoire - la Cité internationale de la bande dessinée et de l'image nouvelle édition du concours de bande dessinée destiné aux collégiens et lycéens Né en Bourgogne / Franche-Comté pour les collégiens et les lycéens, ce concours de bande dessinée est devenu national l’an dernier avec près de 1000 participants. Baptisé « Bulles de Mémoire », il repose sur un principe simple : la guerre est le décor et le contexte d’une histoire. La nouvelle édition débute ce mois-ci, les participants ont jusqu’à fin mars 2016 pour réaliser leur bande dessinée. Par le biais d’un vecteur original et populaire qu’est le dessin, par la construction d’une réflexion scénarisée, d’un message à faire passer et par l’élaboration rigoureuse d’une bande-dessinée, le concours BD de l’ONACVG (Office National des Anciens Combattants et Victimes de Guerre) plonge les collégiens et lycéens dans un travail de mémoire qui à la fois les dépasse et leur est personnel. Le thème de l’édition 2015-2016 est Souvenirs de guerres.

Pauline Auffret : Quand les élèves s’emparent des marges Les marginalia sont des notes, dessins ou commentaires portés par copistes et lecteurs dans la marge des manuscrits médiévaux : et pourquoi pas par les élèves dans la marge des textes numériques ? Pauline Auffret, professeure de lettres au lycée Malraux d’Allonnes, démontre la faisabilité et la pertinence d’une telle démarche : ses premières ont été invités à rédiger en marge du roman « La Princesse de Clèves » les conseils que Madame de Chartres pourraient adresser à sa fille. Cette « conversation avec le texte » croise invention et commentaire pour favoriser une appropriation personnelle de l’œuvre, une réflexion critique et même un enrichissement du vocabulaire. Et si la culture numérique permettait de démocratiser non seulement l’Ecole, mais la scholie ? Et si les marginalia cessaient d'être le privilège des clercs comme elles le sont encore trop souvent ? Et si chaque élève était autorisé à son tour à se faire tout à la fois un peu savant et un peu créateur ?

El Torre de David le bidonville le plus haut du monde El Torre de David est une tour de bureau de Caracas qui est devenu le bidonville le plus haut du monde. Cette tour de 45 étages inachevée est abandonnée depuis 20 suite à la crise financière qui frappe le Venezuela. Abandonné des constructeurs mais pas de gens pauvres de la capitale où 70% des gens vivent dans des bidonvilles. Serge Daney et les planisphères : et vous, c’est quoi votre top 10 géographique? – Geographica Le blog Le monde dans l’objectif s’autorise régulièrement à venir ici relayer quelques modestes commentaires géographiques sur l’actualité du cinéma. Aujourd’hui, c’est – on l’espère – la fine fleur de la géographie francophone, mais aussi – on l’espère de même – des critiques et autres professionnels de l’image, qui sont invités à se livrer à l’exercice du « Géotop », dont les premières contributions paraîtront en ligne à partir de février. Le principe brille par sa simplicité : chaque participant propose et commente une liste de cinq à dix films, choisis non pas – surtout pas ! – pour des raisons esthétiques, mais parce qu’ils ont quelque chose de géographique, parce qu’ils interpellent le chercheur, l’enseignant ou le citoyen. Merci Serge.

Old Maps Online : 280 000 cartes historiques dans votre poche Vous pensiez connaître toutes les cartes du Royaume de France ? Vous recherchez une carte ancienne de l'Italie ? Old Maps Online est fait pour vous. Ce projet collaboratif indexe près de 400 000 cartes anciennes sur son site, grâce à la participation de trente-trois institutions. Parmi celles-ci, citons : Lionel Vighier : La pédagogie contre les théories du complot Les jeunes seraient particulièrement sensibles aux théories du complot qui se diffusent sur internet : comment l’Ecole peut-elle construire un esprit critique suffisamment armé pour résister aux mensonges et manipulations ? Lionel Vighier, professeur de français au collège Pablo Picasso à Montesson dans les Yvelines, a choisi de prendre par les cornes le taureau du conspirationnisme: ses troisièmes ont mené des recherches en ligne sur les théories du complot, en ont démonté les mécanismes de raisonnement et de rhétorique, ont réalisé à leur tour des vidéos conspirationnistes sur le mode de la parodie, « excellent exercice de mise à distance et en même temps de création ». Le projet développe des compétences autour de l’argumentation, en particulier de la persuasion : il constitue aussi un remarquable exemple d’éducation à la citoyenneté numérique. Avec un scoop : « Les preuves sont accablantes : les profs sont en réalité des vampires !

Les pratiques collaboratives dans l'éducation - François Taddei ParisTech Review – Nos systèmes éducatifs sont-ils toujours adaptés à un monde qui change à une vitesse sans cesse plus grande, qui est de moins en moins vertical et hiérarchique et de plus en plus horizontal et collaboratif ? François Taddei – Nos systèmes éducatifs sont fondés sur la résolution de problèmes classiques. Typiquement, pour entrer dans une grande école, il faut passer des concours qui consistent pour l’essentiel à résoudre des problèmes ordinaires.

Related: