background preloader

Antonio Gramsci

Antonio Gramsci
Antonio Gramsci Écouter, né le 22 janvier 1891 à Ales (Sardaigne) et mort le 27 avril 1937 à Rome, est un philosophe, écrivain et théoricien politique italien. Biographie[modifier | modifier le code] La Sardaigne (1891-1911)[modifier | modifier le code] Portrait d'Antonio Gramsci, en 1906. Antonio Francesco Sebastiano Gramsci naît à Ales (Sardaigne) le 22 janvier 1891, fils de Francesco Gramsci (1860-1937) et de Giuseppina Marcias (1861-1932). La famille du côté du père de Gramsci est d’origine albanaise[1],[2]. Il y épouse – contre l’avis de sa propre famille – Giuseppina Marcias, fille d’un employé des impôts. En 1898, Francesco est arrêté pour détournement de fonds et faux en écriture. Giuseppina doit élever seule ses sept enfants (l'aîné, Gennaro, a 14 ans lorsque son père est arrêté, Antonio a 7 ans). La maladie dont il souffrira toute sa vie se déclare pendant sa troisième année. Turin (1911-1922)[modifier | modifier le code] L’étudiant[modifier | modifier le code] Related:  Communistes (H)medscheb*docs 07

Palmiro Togliatti Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Palmiro Togliatti le 23 juillet 1950. Palmiro Togliatti (né le 26 mars 1893 à Gênes et mort le 21 août 1964 à Yalta) est un homme politique italien. Il fut l'un des fondateurs du Parti communiste italien, qu'il dirigea comme secrétaire général de 1927 à 1934, puis de 1938 jusqu'à son décès. Ce Gênois étudia le droit à l'université de Turin. Il écrit des textes de propagande sous le nom de plume d'Ercole Ercoli jusqu'en 1926, époque où le régime fasciste l'expulse du pays. « Pour le salut de l’Italie, réconciliation du peuple italien ! [réf. nécessaire] Cet appel s’inscrit dans une des stratégies géopolitiques de Staline, en prévision du conflit mondial qui s’annonce. En 1944, Mussolini ayant été renversé, il est autorisé à rentrer en Italie où il reprend la direction du Parti et devient membre des gouvernements d'unité nationale qui se succèdent jusqu'à l'éviction des ministres communistes (1947).

Antonio GRAMSCI Antonio Gramsci, Gramsci dans le texte. De l’avant aux derniers écrits de prison (1916-1935). Recueil de textes réalisé sous la direction de François Ricci en collaboration avec Jean Bramant. Antonio Gramsci, Lettres de prison (1926-1934) Traduit de l’Italien par Hélène Albani, Christian Depuyper et Georges Saro. Antonio Gramsci, Lettres de la prison (1928-1937). Antonio Gramsci, Écrits politiques I. 1914-1920. Antonio Gramsci, Écrits politiques II. 1921-1922. Antonio Gramsci, Écrits politiques III. 1923-1926. Antonio Gramsci, Textes (1917-1934).

Je hais les indifférents, par Antonio Gramsci. | Dormira jamais Je hais les indifférents. Je crois comme Friedrich Hebbel que « vivre signifie être partisans ». Il ne peut exister seulement des hommes, des étrangers à la cité. Celui qui vit vraiment ne peut qu’être citoyen, et prendre parti. L’indifférence est le poids mort de l’histoire. L’indifférence œuvre puissamment dans l’histoire. La plupart d’entre eux, au contraire, devant les faits accomplis, préfèrent parler d’idéaux qui s’effondrent, de programmes qui s’écroulent définitivement et autres plaisanteries du même genre. Je hais les indifférents aussi parce que leurs pleurnicheries d’éternels innocents me fatiguent. 11 février 1917 Traduit de l’italien par Olivier Favier. Odio gli indifferenti Odio gli indifferenti. Tratto da « La Città futura », in Il Grido del Popolo, n. 655, 11 febbraio 1917, e Avanti! Pour aller plus loin: Le site de la formation Gramsci (en italien).George Hoare – Nathan Sperber, Introduction à Antonio Gramsci, Paris, La découverte, 2013.

allogène Définition, traduction, prononciation, anagramme et synonyme sur le dictionnaire libre Wiktionnaire. Français[modifier] Étymologie[modifier] Du grec ancien ἀλλογενής, allogenês (« né ailleurs, étranger »). Adjectif[modifier] allogène \a.lɔ.ʒɛn\ masculin et féminin identiques (Anthropologie) Qui est installé depuis relativement peu de temps sur un territoire, en parlant d’un groupe originaire d’ailleurs, et qui présente encore des caractères nationaux ou ethniques qui le distinguent de la population autochtone. Quasi-synonymes[modifier] allochtone Antonymes[modifier] Traductions[modifier] Prononciation[modifier] \a.lɔ.ʒɛn\ Homophones[modifier] halogène Voir aussi[modifier] allogène sur Wikipédia

Enrico Berlinguer Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Enrico Berlinguer (API [berliŋ'gwɛr]), né le 25 mai 1922 à Sassari, en Sardaigne, et mort le 11 juin 1984 (à 62 ans) à Padoue, en Vénétie, est un homme politique italien, secrétaire général du Parti communiste italien de 1972 à sa mort. Biographie[modifier | modifier le code] Un début prometteur[modifier | modifier le code] Né dans une famille de petite noblesse sarde, de tradition républicaine, il adhère au PCI et participe à la résistance anti-fasciste à partir de 1943 ce qui lui vaut d'être emprisonné pendant 3 mois. Secrétaire général du PCI[modifier | modifier le code] La rupture avec l'Union soviétique[modifier | modifier le code] D'après le juge Rosario Priore, des agents soviétiques auraient tenté de l’assassiner en 1973 lors d’un voyage en Bulgarie[1]. Cependant, l'alignement total du PCF sur la politique étrangère soviétique et l'éclatement du PCE après le retrait de Santiago Carillo désagrègent cette union.

Philosophies.tv Compendium A compendium (plural: compendia) is a concise compilation of a body of knowledge. A compendium may summarize a larger work. In most cases the body of knowledge will concern a specific field of human interest or endeavour (for example: hydrogeology, logology, ichthyology, phytosociology or myrmecology), while a general encyclopedia can be referred to as a compendium of all human knowledge. The word compendium arrives from the Latin word "compenso", meaning "to weigh together or balance". Examples[edit] An example would be the Compendium of the Catechism of the Catholic Church, a concise 598-question-and-answer book which summarises the teachings of the Catholic Faith and Morals.[1] The Bible is another example of a compendium - a group of many writings of the prophets and apostles over a period of time, whose books are put together to form the Old Testament and the New Testament. Some well known literary figures have written their own compendium. See also[edit] References[edit]

Santiago Carrillo Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Santiago José Carrillo Solares (né le 18 janvier 1915 à Gijón, Asturies et mort le 18 septembre 2012 à Madrid[1]) est un homme politique et un écrivain espagnol, dirigeant du PCE (Partido Comunista de España, Parti communiste d'Espagne) de 1960 à 1982. Après la mort de Francisco Franco (20 novembre 1975), il a joué un rôle important dans le processus de la transition démocratique espagnole, qui aboutit à la ratification de la Constitution espagnole de 1978. Origines[modifier | modifier le code] Santiago Carrillo est élevé au sein d'une famille ouvrière asturienne qui déménage à Madrid lorsque son père, Wenceslao Carrillo (en), syndicaliste et dirigeant local du PSOE et de l'UGT, est muté pour prendre des responsabilités nationales. La IIe République[modifier | modifier le code] La guerre civile[modifier | modifier le code] Le déclenchement du conflit en juillet 1936 surprend Carrillo à Paris. L’exil[modifier | modifier le code]

Portail philosophie Le mot catallaxie a été forgé à partir du concept de « catallactique » - qui nomme la science des échanges, soit la branche de la connaissance qui étudie les phénomènes du marché, c'est-à-dire la détermination des rapports d'échange mutuels des biens et des services négociés sur le marché, leur origine dans l'action humaine et leurs effets sur l'action ultérieure. Comme le rappelait Friedrich Hayek, « catallactique » est un terme savant tiré du grec katallatein (ou katallassein) signifiant « échanger », mais aussi et surtout: « faire de l'ennemi un ami ». A partir de ce concept, le grand économiste et philosophe d'origine autrichienne a créé « catallaxie » servant à désigner, selon ses propres termes, « l'ordre engendré par l'ajustement mutuel de nombreuses économies individuelles sur un marché.

Related: