background preloader

“80 % de nos échanges se font toujours avec les mêmes 4-5 personnes”

“80 % de nos échanges se font toujours avec les mêmes 4-5 personnes”
L’intimité au travail (également disponible en format numérique) est un livre à mi-chemin entre le documentaire et le pamphlet. L’anthropologue Stefana Broadbent, qui travaille au Laboratoire d’anthropologie numérique du Collège universitaire de Londres, y fait une démonstration aussi puissante qu’évidente sur l’aliénation du monde du travail, plus aboutie encore qu’elle ne l’avait fait à TED Global ou à Lift France.Elle montre d’abord l’importance qu’ont acquis en quelques années nos communications personnelles. Plus que de nous relier au “Village Global”, tous les canaux de communication que nous utilisons servent avant tout à communiquer avec une poignée de gens très proches se résumant le plus souvent au cercle familial. InternetActu.net : Dans votre livre vous évoquez les évolutions de nos lieux de travail, mais assez peu les évolutions de la maison, du foyer familial… Stefana Broadbent : J’ai hésité à faire un chapitre sur le sujet.

http://www.internetactu.net/2011/04/06/stefana-broadbent-80-de-nos-echanges-se-font-toujours-avec-les-memes-4-5-personnes/

Related:  réflexionbibliotechnology & societyRéseaux sociaux

Utiliser un réseau social en classe: les bonnes questions à se poser avant de se lancer Quelles questions se poser avant de lancer sa classe sur un réseau social? Je reprends dans ce prezi le billet que j’avais écrit ici il y a un an. Prezi qui servira de base à la formation des nouveaux enseignants que j’assurerai pour l’académie de Poitiers en mars. Penser est un sport de combat Numéro coordonné par Evelyne Pieiller Lire le compte rendu de ce numéro, paru dans Le Monde diplomatique d’octobre 2014. « Loin de l’impuissance mélancolique »Evelyne Pieiller I. Le “monstre magnifique” de la technologie fait-il changer “le Moi” La lecture de la semaine, il s’agit d’un article mis en ligne le 18 mars dernier sur le site de l’hebdomadaire américain The Nation, il s’intitule : “My monster, My Self”, “Mon monstre, mon Moi”, et on le doit à Gary Greenberg, psychothérapeute. Le papier d’origine est très long, son coeur consiste en une critique des livres de Nicholas Carr, The Shallows, et William Powers Hamlet’s BlackBlerry. Critique intéressante, mais je n’ai gardé que le début et la fin de l’article, qui en concentre la thèse. “Il y a trois ans environ, commence Greenberg, une famille a fait irruption dans mon cabinet, elle venait pour la première fois. Le père avait de bonnes joues, les cheveux bouclés et un air de chien battu ; la mère, qui était à l’initiative de la consultation, était parfaitement coiffée et maquillée. Leur fille, sujet de la visite, était une jolie jeune fille de quinze ans, mais elle avait l’air maussade, et avançait le dos voûté, comme si elle marchait dans une tempête.

Le réseau social, nouveau doudou Un sondage anglo-saxon commandée par Travelodge montre l’arrivée d’un nouvel objet et d’une nouvelle technique. Plus de 70% de personnes interrogées consultent leurs réseaux sociaux avant d’aller au lit et 18% twittent en pleine nuit. Bien évidement, les spécialistes questionnés accueillent ces chiffres d’un mauvais oeil. Michael Hasting, expert du sommeil, fait remarquer que l’utilisation d’ordinateurs, de téléphones mobiles et autres gadgets a “un énorme effet négatif sur le sommeil (…) Etre exposé à la lumière brillante de l’ordinateur et du téléphone mobile alors que l’on est au lit retardent ls possibilités pour le cerveau et le corps de s’endormir”. Un retard dans l’endormissement se paye par un sommeil profond moins long et donc par une nuit moins réparatrice.

Les médias sociaux, une véritable révolution pour le Recrutement Le Recrutement a connu 2 (R)évolutions majeures en très peu de temps avec l'avènement des Jobboards en 1998 (e-Recrutement) et l'explosion des médias sociaux depuis 2007 (Recrutement 2.0) ! Ainsi, nous sommes passés en 12 ans du "Recrutement papier-presse" au "Recrutement 2.0", voire 3.0 ! (cf mes interviews d'experts : Le Recrutement 3.0 selon ...) Judith Donath : Si Facebook est important, c’est le signe que nos relations sont importantes Par Hubert Guillaud le 16/03/11 | 9 commentaires | 3,393 lectures | Impression Judith Donath est professeur au Media Lab du MIT et fondatrice du Sociable Media Group. Elle est l’auteure de nombreux articles d’analyse sur les médias sociaux et l’impact social d’internet dont elle est l’une des spécialistes.

FYP Editions - Editeur de la prospective et des questions de société Traduction française du bestseller américain To save everything, clic here 352 pages, 22,50 euros TIME Magazine « Provocant… Il rend intelligible des idées complexes. » The New York Times Que se passera-t-il le jour où les ordinateurs seront plus intelligents que les humains La lecture de la semaine, il s’agit d’un article extrait du numéro d’avril du magazine The Walrus, mensuel canadien de Toronto. On le doit à Alex Hutchinson et il s’intitule “Déficit d’intelligence : que se passera-t-il le jour où les ordinateurs seront plus intelligents que les humains ?” Un jour dans le siècle qui vient – et peut-être plus tôt que vous ne croyez, commence Hutchinson – des chercheurs arriveront sans doute à créer une intelligence artificielle plus performante que la nôtre. Ce qui adviendra ensuite, c’est la question que tout le monde se pose – et nous ne sommes tout simplement pas assez intelligents pour comprendre, ou seulement prédire, ce qu’une intelligence surhumaine choisira de faire. Mais il y a une chance raisonnable pour que cette intelligence artificielle éradique l’humanité, soit par pure malveillance, soit dans une tentative maladroite de se rendre utile. Image : La page d’accueil de la Lifeboat Fondation.

20 % des internautes français déjà membres de Google+ et Twitter En progression constante depuis son lancement il y a deux ans, le réseau social Google+ semble inarrêtable. Il égale Twitter en nombre de membres, alors que le poussin a fêté sa septième année, et il devance largement LinkedIn, le réseau social professionnel. D'après Médiamétrie, les comportements entre Facebook, Twitter et Google+ n'ont rien de comparable. Facebook pour les amis, Twitter pour les marques, G+ pour les deux Ces derniers temps, les réseaux sociaux cumulent les polémiques. Entre la fuite de milliers de mots de passe sur Twitter en mai 2012 et la fuite de données de 6 millions de membres de Facebook le week-end dernier, il n'y a pas de quoi avoir spécifiquement confiance en eux.

Related: