background preloader

LES PLUS BEAUX VILLAGES DU QUÉBEC

LES PLUS BEAUX VILLAGES DU QUÉBEC
Related:  Territoire patrimoine

15 ruelles vertes de Montréal en photos Depuis leur création officielle en 1997, les ruelles vertes n’ont cessé de pousser à Montréal. Aujourd’hui, on compte une centaine de tronçons verdis. Le Plateau–Mont-Royal demeure le champion incontesté avec une cinquantaine de projets, mais on retrouve aussi des ruelles vertes dans les arrondissements de Ville-Marie, de Rosemont–La-Petite-Patrie, de Villeray–Saint-Michel–Parc-Extension ou du Sud-Ouest, entre autres. Certaines sont mieux entretenues que d’autres. Certaines ruelles de Montréal sont devenues de mini jardins botaniques. Le Huffington Post est allé visiter 15 ruelles vertes de Montréal. Close Vincent Fortier 1. 1. La carte complète des ruelles à Montréal: Afficher Ruelles vertes sur une carte plus grande Source de la carte: Eco-quartiers.org

Quelles sont les sept merveilles du monde antique ? Au cours de l'Histoire, les civilisations humaines se sont attelées à la construction de très nombreux monuments à travers le monde. Et malgré des moyens souvent rudimentaires, certaines de ces oeuvres se sont révélées tout à fait extraordinaires. Grâce à leurs dimensions impressionnantes, sept d'entre elles sont même entrées dans l'Histoire sous la célèbre liste des sept merveilles du monde. L'origine de cette liste reste floue et plusieurs variantes semblent avoir existé au fil des siècles. Néanmoins, de nombreux écrits et récits de voyageur notamment attestent de l'existence de ces sept monuments dont un seul subsiste à l'heure actuelle. 1 - La pyramide de Khéops à MemphisConstruite à Memphis (Gizeh aujourd'hui) en Egypte au IIIe siècle avant notre ère, cette pyramide à base carrée fut pendant longtemps la plus haute et la plus massive jamais construite. S'il ne reste aujourd'hui plus qu'une seule de ces merveilles du monde antique, notre planète en abrite bien d'autres.

Mois de l'archéologie: redécouvrir notre histoire | Simon Diotte, collaboration spéciale | Québec Gastronomie des Abénakis Situé en plein coeur de la réserve indienne d'Odanak, le Musée des Abénakis offre de goûter à la cuisine traditionnelle de cette nation amérindienne pendant deux journées, les dimanches 7 et 21 août, de 10h à 17h. Des aînés concocteront, avec la participation du public, des plats à déguster, et deux archéologues discuteront des fouilles concernant la recherche du fort Odanak, seule fortification construite par et pour les Abénakis en Amérique du Nord. À la recherche d'un vieux fort français? Tout le mois de juillet jusqu'au 6 août, des fouilles archéologiques se déroulent sur le terrain du Collège militaire royal de Saint-Jean, à Saint-Jean-sur-Richelieu. Dans la peau d'Indiana Jones Tous les dimanches d'août, les familles sont invitées à participer à des fouilles archéologiques authentiques au parc national d'Oka, dans les Basses-Laurentides. Archéologie en direct dans le Vieux-Montréal Fouilles sous-marines sans se mouiller

Cinq haltes sur le fleuve | Geneviève Gourdeau | Québec «Le projet des Haltes du Saint-Laurent est le fruit d'un travail de concertation de cinq municipalités riveraines, soit Deschambault-Grondines, Portneuf, Cap-Santé, Donnacona et Neuville. Ce projet collectif établit un réseau de haltes publiques et gratuites où une foule d'activités sont permises, entre autres les sports nautiques, l'interprétation, l'observation et même la baignade», explique Mylène Robitaille, agente de promotion touristique au Centre local de développement (CLD) de Portneuf. Les possibilités pour découvrir ces haltes sont nombreuses. Préparez un pique-nique. Apportez les vélos pour sillonner les villages. Lors des journées chaudes, on propose même la baignade. Pour s'y rendre... Pour accéder aux sites des Haltes du Saint-Laurent, empruntez la route touristique du chemin du Roy et recherchez les quais et marinas. À Cap-Santé, arrivé à la place de l'église, il faut descendre au quai.

Montréal : Les 10 activités incontournables de l'été Le «grand cirque» s’arrête en ville pour trois jours de fébrilité pendant lesquels la ville revêt les couleurs des prestigieuses écuries et résonne des cris d’une foule enthousiaste, venue des quatre coins du globe. Vous pourrez acclamer les plus grands pilotes de la planète lors de l’étourdissante compétition de 70 tours de 4 361 mètres du circuit Gilles-Villeneuve qui seront en quête de la plus haute marche du podium. La populaire journée portes ouvertes du Grand Prix revient le 6 juin de 9h à midi, et vous pourrez vivre durant ces jours au rythme des activités pour toute la famille et d’innombrables soirées festives données au centre-ville, principalement sur les artères Ste-Catherine et St-Laurent. Par exemple, les 6, 7 et 8 juin prochain, le Festival LG Grand Prix sur Crescent sera de retour pour une 14e édition.

La rue du Petit Champlain parmi les 25 plus belles au monde La rue du Petit Champlain, située dans le Vieux-Québec, figure parmi les 25 plus belles rues au monde selon le magazine Architectural Digest. L’artère, qui avait aussi été sacrée «la rue la plus remarquable du Canada » en 2014 par l’Institut canadien des urbanistes (ICU), vaut le détour, selon l’Architectural Digest qui met en lumière son charme d’inspiration européenne, ses restaurants et ses bistros uniques. Ce décor digne d’une carte postale est agréable à admirer 365 jours par année selon l’équipe de rédaction. Il s’agit d’une «très belle nouvelle» selon Pascale Moisan, la directrice générale de la Coopérative du Quartier Petit Champlain qui investit plus de 100 000 $ chaque année afin de revamper le pavoisement de la rue au fil des saisons. «On travaille vraiment très fort pour trouver de nouvelles idées chaque fois tout en restant traditionnel. On essaie de faire sourire les gens, qu’ils trouvent ça chaleureux, avoue Mme Moisan. «Pas surpris» La rue du Petit-Champlain

L’éducation au XXe siècle Côte-du-Sud > Côte-du-Sud (général) [1900 - 2000] L’éducation au XXe siècle Sur la Côte-du-Sud, l’intérêt pour l’éducation progresse tout au long du XXe siècle. De nouvelles écoles, y compris des écoles normales, sont fondées et la fréquentation scolaire est en hausse. Le retard de la Côte-du-Sud par rapport au Québec est peu à peu comblé, surtout après la réforme de l’éducation dans les années 1960. L’attitude des Sudcôtois face à l’école se transforme dans la première moitié du XXe siècle. Couvents et écoles de rang Au début du XXe siècle, le pépiniériste Auguste Dupuis, de Saint-Roch-des-Aulnaies, écrit que des sommes " considérables " sont dépensées par les familles sudcôtoises pour l’éducation de la jeunesse dans les collèges, les écoles commerciales, les couvents et même les universités. Malgré la présence de ces nouveaux établissements, l’école de rang demeure la base du réseau scolaire de la Côte-du-Sud jusqu’au début des années 1960. La fréquentation scolaire Bibliographie :

Quand et où partir ? À chaque saison sa destination... Idées de sorties Dans le cadre de l’exposition Aliénés de tous les pays, unissons-nous!, Folie/Culture vous invite, le samedi 12 avril, à prendre le pouls de la folie mondialisée en assistant à 14 h à une discussion avec les artistes de l’exposition et à 15 h à une table ronde sur l’aliénation. En premier lieu, une discussion avec les cinq artistes de l’exposition animée par Alain-Martin Richard, performeur et essayiste. Ensuite, à 15 h, aura lieu une table ronde, animée par Mario Bousquet, coordonnateur du programme clés en main, avec: Gina Caron, anthropologue et chercheuse en éthique appliquée, Yan Le Bossé, professeur titulaire au Département des fondements et pratiques en éducation de l’Université Laval, et Gilles Simard, pair aidant en santé mentale, une participante au projet L.U.N.E. et un représentant de l’organisme Point de Repères, qui s’exprimeront sur la prise de parole des sans-voix, des marginaux, des aliénés.

Watch - Découvrir Accueil - La Mémoire du Québec Il ne faut pas reconstruire Notre-Dame de Paris Temps de lecture: 6 min «Notre Drame», titre si magnifiquement le quotidien Libération du lendemain de l'incendie, qui affiche la flèche embrasée de notre cathédrale nationale vacillant et sur le point de succomber. Le drame de tous les Parisien·nes et de tous les Français·es, le mien, le vôtre aussi sans doute, celui de toutes celles et ceux qui aiment un tant soit peu l'art, le Moyen Âge, Esmeralda, Viollet-le-Duc, Jésus, Paris, l'argent des touristes, la messe, les selfies devant les vieilles pierres, les vitraux et les gargouilles, bref, c'est le drame de tout un chacun, c'est un drame consensuel. Lundi soir, je suis montée au Sacré-Cœur, j'ai regardé et j'ai pleuré. Ancienne médiéviste, Parisienne viscérale, mes raisons à moi sont historiques, culturelles et personnelles et elles sont respectables, autant que les vôtres, quelles qu'elles soient. Notre-Dame, œuvre religieuse, historique, littéraire, est –était– splendide, et on la pleure. Ce ne sera qu'une reproduction

Related: