background preloader

On ne naît pas femme : on le devient

On ne naît pas femme : on le devient
L'influence de l'éducation [...] En vérité, l'influence de l'éducation et de l'entourage est ici immense. Tous les enfants essaient de compenser la séparation du sevrage par des conduites de séduction et de parade ; on oblige le garçon à dépasser ce stade, on le délivre de son narcissisme en le fixant sur son pénis ; tandis que la fillette est confirmée dans cette tendance à se faire objet qui est commune à tous les enfants. La poupée l'y aide, mais elle n'a pas non plus un rôle déterminant ; le garçon aussi peut chérir un ours, un polichinelle en qui il se projette ; c'est dans la forme globale de leur vie que chaque facteur : pénis, poupée, prend son poids. Ainsi, la passivité qui caractérisera essentiellement la femme « féminine » est un trait qui se développe en elle dès ses premières années. Related:  Genres?

Le sein honoré Le sein honoré version Acrobat / Adobe Reader : Corseté, baleiné, pigeonnant ou sagement caché, si le sein a traversé les époques dans tous ses états, il n’en a pas moins suscité désir et convoitise, tant par son évocation sexuelle que par sa gourmandise… Qu’il soit généreux ou discret, en poire ou en pomme, il met l’eau à la bouche et ouvre l’appétit à bien des hommes… ravivant sans doute en eux des réflexes archaïques ! Symbole extrême de la féminité, les femmes lui ont de tout temps accordé un soin particulier car, outre la fonction biologique de l’organe, le sein revêt une valeur affective et psychique importante. Dans l’histoire de la femme, le sein ne fut longtemps qu’un organe de lactation qu’elle se devait de conserver intact afin d’en assurer le rôle physiologique : l’allaitement. D’ailleurs, le mot "sein" n’existait pas, on parlait de mamelle. Dans sa plus simple définition, le sein est un organe pair très développé qui contient la glande mammaire.

bébé rose - bébé bleu ▲Portraits de Jaidden et Alexandra, par Anne Geddes, 2004 La tradition d'habiller de bleu ou de rose les nouveaux-nés garçons ou filles, pour les différencier, est aujourd'hui encore si résistante dans nos usages, qu'on s'imagine qu'elle remonte loin dans notre histoire. Pourtant, cette pratique attestée par les historiens à la fin du XIXe siècle, dans les familles plutôt bourgeoises, n'est devenue quasi systématique que dans les années 1930. Les raisons de cette coutume - localisée en Europe occidentale, et les pays qui relèvent de cette culture, comme les Etats-Unis - restent très incertaines, on peut juste émettre quelques hypothèses... ►A l'origine, le blanc de la layette des bébés ▲Madame Privat de Molières et ses filles, par Antoine Raspail, vers 1775-1780, Museon Arlaton, Arles ►Bleu-rose, une tradition chrétienne ? ▲Retour de baptême, par Hubert Salentin, 1859, Victoria & Albert Museum, Londres Mais alors qui parle ici du rose ? ►Symbolique et antagonisme des couleurs

La pornographie porte-t-elle atteinte à la dignité des femmes? Source Flickr - Creative Commons - Martin Teschner Comme la prostitution, la pornographie érige le corps, la sexualité et l’identité en un problème de justice. Les conditions de travail des actrices pornographiques semblent à peine moins difficiles que celles des prostituées et la pornographie reprend l’idée selon laquelle le corps féminin peut être consommé comme une marchandise. L’invalidité des arguments conservateurs contre la pornographie La pornographie ne fait pas pour autant l’objet d’une acceptation définitive y compris dans les sociétés démocratiques. Mais il est difficile d’établir médicalement la nocivité de la pornographie et sa dimension additive, de sorte qu’il est difficile d’en interdire une consommation abusive. La position conservatrive ou prohibitionniste en matière de pornographie n’est pas non plus justifiable du point de vue de la demande d’égalité entre les hommes et les femmes. L’argumentation féministe contre la pornographie Matthieu Lahure

Le genre n'est pas une théorie — Je veux comprendre Commençons par rétablir une vérité : si vous utilisez l’expression « théorie du genre » pour désigner les Gender Studies, ou « études de genre » en français, sachez que vous faites un contresens. Les Gender Studies sont un champ d’études interdisciplinaires, relativement nouveau. Elles sont apparues en Amérique du Nord dans les années 1970-1980. Par exemple, en politique, on étudiera le féminisme. Distinguer le sexe (la génétique) et le genre (la construction sociale) Les études de genre reposent sur le postulat que sexe et genre sont dissociés. Concrètement, le sexe d’un individu est déterminé par son code génétique. Les études de genre n’ont nullement vocation à « nier la réalité biologique », ainsi que le clament leurs détracteurs. Or ce sont bien les détracteurs des études de genre qui sont dans le déni, lorsqu’ils réfutent la réalité sociologique du genre. « Pour faire l’expérience que je vais décrire, nous aurions besoin d’une paire de nouveaux-nés, des vrais jumeaux. Diantre.

Pornographie ; Des vestiges de Pompéi à l'industrie du sexe! Des vestiges de Pompéi... Notre conception de la pornographie est en grande partie formée par les mœurs culturelles de la société dans laquelle nous évoluons. Déjà, dans la préhistoire on retrouve des dessins érotiques sur les murs des cavernes. Plusieurs statuettes d’argile ou en pierre d’ivoire datant de ces époques lointaines représentent diverses déesses de la fertilité et de la fécondité. Ces représentations dénudées sont manifestement des expressions de la sexualité de ces cultures anciennes. S’agit-il de pornographie ? Depuis des siècles, diverses cultures ont jeté un regard favorable ou répressif sur l’expression de la sexualité et ses représentations dans des thèmes ou des scènes érotiques. À notre époque, à l’aube du XXIe siècle, la pornographie est souvent associée aux produits conçus pour induire l'excitation sexuelle. Les thèmes de la pornographie La pornographie est un sujet délicat qui éveille souvent les débats les plus engagés. Qu’en dites-vous ? Par Alain Rioux, Ph.

«Il n’existe pas 2 sexes (mâle et femelle) mais 48» Berlin, 19 août 2009, Championnats du monde, finale du 800 mètres «dames» : la Sud-Africaine Caster Semenya, 18 ans, accomplit un véritable exploit en courant la finale du 800 mètres féminin en 1 minute 55 secondes 45 centièmes. Sa victoire est de courte durée. À peine la course finie, le staff des équipes rivales et les journalistes sportifs accusent la championne d’être un homme. Les épaules de Caster Semenya sont trop larges, son bassin trop étroit, sa poitrine trop plate, ses maxillaires trop carrées… «trop», «trop», «trop»… pour être considérée comme une «authentique femme». Le commentateur Mondenard déclare même sur Europe 1 «onze athlètes avaient une culotte et une seule avait un bermuda» (1). Aurait-il fallu que Caster porte du maquillage ? L’accès aux toilettes pour dames lui est interdit (alors qu’elle urine avec une vulve). Pour Eric Macé, l’ambiguité sexuelle ne devrait plus être classée dans la catégorie des maladies. Photo © Reuters

La pornographie : comprendre son explosion Bernard Girard Comprendre l'explosion de la pornographie "La pornographie n'en finit pas de se modifier, de s'adapter au temps qui passe" Robert Muchembled1 L'abondance des images pornographiques sur le web est un fait abondamment documenté. Quiconque le fréquente régulièrement en a rencontré, et pas forcément pour les avoir cherchées. Les auteurs qui se sont intéressés à cette question avancent des chiffres qui donnent le vertige. 12% des sites sur le web auraient été en 2006 à caractère pornographique, 1/4 des interrogations sur les moteurs de recherche auraient, cette même année, porté sur des termes à connotation sexuelle et 72 millions d'internautes auraient, toujours en 2006, visité chaque mois un site pornographique. Les condamnations ont été nombreuses, venues de toutes parts, des ligues de vertu mais aussi des féministes pour dénoncer l'exploitation des femmes, la violence et les risques que la pornographie ferait courir à la société. Une invention récente

Homme ou femme ? Ce mannequin androgyne bouscule les stéréotypes de genre en posant nu (entre autres) Rain Dove est un mannequin androgyne. Ni tout à fait masculin, ni tout à fait féminin. Mais Rain explique elle-même ne jamais s'être vue comme telle. Elle dit d'ailleurs qu'elle se trouvait simplement laide… Une bien triste façon de se percevoir. Mais les choses peuvent toujours changer ! Et c'est avec le temps, la maturité, et aussi sa courte expérience en tant que pompier, qu'elle a appris à mieux s'accepter telle qu'elle est. D'ailleurs, pourquoi devrait-elle le justifier ? Aujourd'hui, elle effectue la profession de mannequin et travaille pour des marques de vêtements homme et femme.

La culture occidentale discrimine la femme. C'est la situation faite aux femmes qui suscite souvent, chez les Occidentaux, les réactions de rejet ou d'incompréhension face au monde arabe. "Ils voilent leurs femmes", "ils battent leurs femmes", devenu aujourd'hui "ils violent les filles dans les cités": la barbarie prétendument exercée par les hommes sur les femmes résumerait, seule, la barbarie de la civilisation arabo-musulmane. Ainsi la télévision française pouvait-elle, sans susciter de révoltes, passer des sketches, pendant la guerre d'Afghanistan, où l'on montrait une poupée "Barbie-spice-de-connasse", voilée, que l'on pouvait battre à loisir*. Mais quand ils parlent des femmes arabes, les Occidentaux ont la mémoire courte. Et pour ceux qui veulent des preuves, des arguments scientifiques, suffisent quelques livres. Bref, si la situation faite aux femmes est censée résumer le fonctionnement d'une société, tout ceci prouve que le prétendu clash des civilisations entre Orient et Occident est un vue de l'esprit.

Marketing genré et sexisme: le top 10 des produits «pour femmes» les plus étranges Si vous avez acheté un pyjama bleu à votre petit garçon et une gigoteuse rose pour votre petite fille, vous avez, tel Monsieur Jourdain et sa prose, fait du «gender marketing» sans le savoir. Derrière cette appellation anglo-saxonne, se cache un concept tout droit venu des Etats-Unis qui consiste à segmenter l’offre produit en fonction du sexe. Une façon indirecte de démultiplier les intentions d’achat, 2 produits sexués devant ainsi se substituer à un seul produit mixte au sein d’un ménage. publicité Si les publicitaires décident ainsi de s’adresser de façon différenciée aux femmes au sein des linéaires c’est surtout parce qu’elles prennent 80% des décisions d’achat au sein des foyers. Une manne financière non négligeable qui intéresse tout particulièrement les Américains, pionniers du marketing segmenté. En France, la tendance semble s’installer progressivement depuis une dizaine d’années. Une brosse à dent pour femmes et un stylo pour hommes Top 10 des pires produits segmentés 5 Be

Sexualité et Spiritualité: La tragédie de la femme: peur et dépendance Dans le billet sur La projection du féminin intérieur j'avais parlé du mécanisme de projection de l'homme sur la femme et dans La tragédie de l'homme: ne pas connaître le féminin j'avais parlé de la tragédie du masculin qui était de ne pas connaître le féminin. Je voudrais ici parler de la tragédie de la femme et du féminin, tel que je la vois, et regarder comment cette tragédie peut être surmontée et dépassée. Car ici comme ailleurs, il ne s'agit surtout pas de renier cette part d'ombre, car c'est dans cet aspect tragique, dans cette zone de souffrance, que se situe le germe du développement et l'accès à la transcendance. Si le masculin peut ignorer le féminin, il n'en est pas de même du féminin qui, par sa nature, est relation. Pour prendre une image, si le masculin peut être représenté comme un arbre (force, pilier, courage, continuité, détermination, tranchant, etc..), le féminin est la liane qui s’enroule autour des arbres et qui relie tous ces arbres pour créer un réseau végétal.

Je suis vraiment choquée ! (cartes du monde genrées) Alors, je vous explique. Je fais des courses avec toute ma bande et Baptiste m’interpelle. « Regarde maman, ça va te plaire … » Bon, il me connait bien mon garçon, il sait que ça a le don de m’agacer ces livres/cahiers réservés aux filles et aux garçons. Comme s’ils ne pouvaient pas faire les mêmes activités ! Vous avez déjà eu droit à deux articles coup de gueule sur le sujet : marre du rose et boy’s book. Donc déjà, je commence à pester contre cette manie qu’ont maintenant les éditeurs de faire des cahiers filles et garçons… Comme par hasard, les filles ont droit aux princesses, danseuses et autres fées et licornes. Et puis si vous regardez bien sur ces deux cahiers qui s’adressent l’un comme l’autre à des enfants du même âge, il y a une carte du monde à l’intérieur. J’ouvre le cahier « garçon » : une carte du monde assez sympa illustrée. J’ouvre le cahier fille : Euh … il y aurait pas un problème là ? côté garçon : côté fille : Je ne sais pas vous, mais je suis hyper choquée !!! WordPress:

Une femme libre doit-t-elle être une pute ? Non ce n'est pas l'article de trop, même si ce sera sûrement un article où je m'heurterais sûrement au désaccord. Avant de vous tenir prêt à aboyer au vu du titre, de prévenir mi putes mi soumises etc ... j'aimerai que vous fassiez l'effort de me lire sans camper sur vos positions quand la logique voudrait que vous soyez en accord. Aujourd'hui, la femme est sujet à "l'émancipation", un mot utilisé par n'importe quel(le) féministe, à moins qu'il/elle soit muet(te). Beaucoup de ce genre de courants ne valent pas la peine d'être expliqué à mes yeux, par exemple le courant des homosexuels qui font la fête sur des chars parce qu'ils sont gays, je m'en tappe pas mal, bien sûr il s'agit d'un acte symbolique pour contribuer à la reconnaissance des gays dans la société. Bref, le courant féministe me paraît être important du fait qu'il est contre-nature, contradictoire, standardisant et dangereux de par sa nature standardisante. De plus, les accusations des féministes sont souvent très partiales.

Related: