background preloader

Intelligence artificielle : quand la machine imite l’artiste

Intelligence artificielle : quand la machine imite l’artiste
Certaines peignent à la façon des grands maîtres, d’autres improvisent sur du jazz… Dotés d’une forme d’imagination, certains programmes d’intelligence artificielle parviennent désormais à concurrencer l’esprit humain. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Cet article est le premier épisode d’une série consacrée à l’état des lieux de l’intelligence artificielle. Un algorithme capable de générer des œuvres proches de celles de Picasso ou de Van Gogh : c’est ce qu’a récemment conçu une équipe de chercheurs allemands, qui détaillent leur invention dans un article publié fin août 2015. En analysant les tableaux de ces artistes prestigieux, la machine est capable « d’apprendre » leur style, grâce au deep learning, et de le calquer sur n’importe quelle photo. Avec un résultat impressionnant, obtenu en moins d’une heure. Les machines seraient-elles donc en mesure de concurrencer les hommes dans le domaine de la créativité ? Question récurrente Mais de quoi parle-t-on ?

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/09/08/intelligence-artificielle-les-machines-peuvent-elles-etre-creatives_4749254_4408996.html

Related:  RobotiqueVeille technologique IAartistesDeepDream _ recognition AIotavedecaens

Quels droits d'auteur lorsqu'un robot compose une musique ? - Sciences Faut-il accorder un droit d'auteur aux robots qui composent eux-mêmes leur propre musique ? Une question pas si idiote que cela... Pourra-t-on encore dire que la création artistique est ce qui sépare l’humain de l’animal, et ce qui séparera l’humain du robot ? La société allemande Festo a fait la démonstration d’un ensemble symphonique entièrement robotisé, qui joue une mélodie (ou plutôt un thème dérivé) composée par ordinateur. « L’ensemble du système est capable d’écrire une mélodie après avoir écouté un musicien jouer un air sur un xylophone ou un clavier MIDI, pour ensuite appliquer des règles dérivées du jeu Game of Life (Le Jeu de la Vie), un automate cellulaire imaginé en 1970 par le mathématicien Britannique John Horton Conway. L’équipe de Festo explique que les différents interprètes robotisés sont reliés entre eux pour s’écouter jouer les uns les autres, et adapter leur propre interprétation à celle des voisins.

Shéhérazade, une intelligence artificielle pour écrire des histoires interactives Les robots se mettent de plus en plus à l’écriture. Une intelligence artificielle a été mise au point par un groupe de chercheurs de l’institut de technologie de Géorgie. Elle est capable d’écrire des histoires interactives sans même prendre son stylo plume. Après les robots dans les agences de presse et le super ordinateur Watson d’IBM, voici venir le temps de l’intelligence artificielle qui voulait devenir un auteur. L’IA développée par les chercheurs est un système qui rédige automatiquement une histoire en fonction des choix que vous effectuez.

Laurence Devillers et Alain Gachet Aujourd’hui, dans les savanturiers, vous allez découvrir le monde dans lequel nous allons vivre avec … les robots et comment trouver de l'eau en plein désert Bientôt, des robots humanoïdes seront dans nos maisons. Ces assistants ne seront jamais fatigués et l'on pourra leur demander beaucoup. De la surveillance des devoirs des enfants à l’aide à la toilette pour les personnes dépendantes. Ce monde qui nous attend, Laurence Devillers le connaît très bien.

Machine learning, la clé de l’intelligence artificielle ? Les scientifiques ont commencé à travailler sur l’intelligence artificielle dans les années 50. La recherche avance probablement moins vite que dans les films de science-fiction mais s’il est un secteur dans lequel les développements sont réels, il s’agit bien du Machine learning, soit l’apprentissage automatique. Le Machine learning consiste à apporter aux outils informatiques tels que les PC la capacité d’apprendre sans qu’ils soient explicitement programmés pour cela. Ainsi l’apprentissage automatique va par exemple aider les Smartphones à comprendre la voix humaine, permettre de conduire des voitures sans chauffeurs ou encore fournir des réponses plus pertinentes et rapides aux questions posées sur des moteurs de recherches.

Avec Neuralink, Elon Musk veut relier nos cerveaux à des machines Elon Musk, le patron de Tesla et SpaceX, vient de lancer une nouvelle entreprise baptisée Neuralink. Son ambition : créer une interface neuronale qui puisse, dans un premier temps, soigner des maladies telles que l'épilepsie et qui, à terme, permettrait au cerveau de communiquer directement avec un ordinateur afin de décupler nos performances intellectuelles. Après l'espace (SpaceX), les voitures électriques (Tesla) et le train subsonique (Hyperloop), Elon Musk veut maintenant s'intéresser au cerveau. Comme le rapporte le Wall Street Journal, le très prolifique entrepreneur a créé l'été dernier une nouvelle entreprise baptisée Neuralink dont le but est de parvenir à fusionner le cerveau humain avec les ordinateurs. Ce projet n'a pas encore fait l'objet d'une annonce officielle, mais Elon Musk en avait déjà dessiné les contours lors d'un entretien avec des journalistes du site Recode.

Microsoft travaille sur un projet d’intelligence artificielle capable de noter l’humour L’humour, voilà une des particularités typiquement humaine que nous avons bien du mal à faire comprendre ou à simuler avec nos ordinateurs. Il faut dire que même un humain aurait bien du mal à déterminer une liste de critères indiscutables permettant de déterminer si oui ou non une blague est drôle, et surtout pourquoi elle l’est. Cela n’empêche pas un chercheur de chez Microsoft de commencer un projet avec le journal The New Yorker à propos d’une intelligence artificielle capable de noter l’humour. Ce journal américain est en effet connu pour ses courtes BD comiques quotidiennes en 4e de couverture :

wikiwand Systaime, de son vrai nom Michaël Borras, né le , est un plasticien contemporain français. Biographie Son nom d'artiste Systaime, choisi à la fin des années 1990 alors qu'il était peintre figuratif[1], est la contraction des mots Système et Amour[2]. Ils symbolisent pour l'artiste l'amour et la compréhension qu'il faut avoir pour un système informatique ou politique afin de le contourner, le détourner ou le subvertir[3]. Parcours artistique Le Super Art Moderne Musée

Reconnaissance d’images avec Google DeepDream jan252016 Google DeepDream est un logiciel de reconnaissance d’images basé sur un réseau de neurones artificiels. Le but était à l’origine d’améliorer les pertinences des recherches sur Google. Snips lève 6,3 millions de dollars pour intégrer l'intelligence artificielle à notre quotidien La start-up française Snips, basée à Paris, est née en 2013 de la volonté de résoudre les problèmes du quotidien grâce à l'intelligence artificielle. Elle est à l'origine de plusieurs produits, comme Tranquilien, une application de prédiction des flux de passagers dans les transports en commun (réalisée en partenariat avec la SNCF), Parkr, pour prévoir la disponibilité des places de parking à New York ou Paris, ou encore RiskContext (réalisée avec la ville de San Francisco), pour prévoir les risques d'accidents de voiture et de vélo en fonction du trafic, de la météo, des lieux à proximité, etc. Il y a un an, Snips a décidé de pivoter vers l'intelligence contextuelle.

Intelligence artificielle : un robot montre des signes de conscience de soi, l'issu d'un test effectu par des chercheurs L’intelligence artificielle (IA) poursuit son progrès pour faire des robots une réalité dans le quotidien de l’Homme. Les robots sont beaucoup plus répandus dans les grands milieux industriels où ils sont programmés pour le montage de pièces ou encore pour exécuter certaines tâches répétitives ou risquées pour l’humain. Mais, ces dernières années, les chercheurs travaillent d’arrache-pied pour le développement de robots humanoïdes, et les avancées sont remarquables. En mai dernier, par exemple, des chercheurs de Berkeley ont développé des algorithmes qui permettent à des robots d’apprendre de leurs erreurs et de s’améliorer, un peu comme le font les humains. Pendant que Google cherche également à doter ses machines d’une personnalité, de nouveaux travaux viennent de montrer des signes de conscience de soi chez un robot. Il s’agit en fait d’un test effectué par des chercheurs de Rensselaer Polytechnic Institute de New York sur 3 robots NAO programmables.

Création artistique, littéraire, musicale, Flow Machines, François Pachet -Université Pierre et Marie CURIE Flow Machines: Interacting with Style Les machines peuvent-elles nous aider à devenir plus créatifs ? La question est au centre du projet Flow Machines, dirigé par François Pachet (directeur de SONY CSL Paris). Une intelligence artificielle de Google capable de discuter du sens de la vie Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Morgane Tual Humain — Quel est le but de la vie ? Machine — Etre au service du plus grand bien.

Related: