background preloader

Clinton, Juppé, Erdoğan, Daesh et le PKK, par Thierry Meyssan

Clinton, Juppé, Erdoğan, Daesh et le PKK, par Thierry Meyssan
Publié en 2013, le plan Wright reprend les éléments du plan Juppé pour la Libye, la Syrie et l’Irak. Cependant, Robin Wright va plus loin en incluant des projets pour l’Arabie saoudite et le Yémen. En arrivant au pouvoir à Ankara, en 2003, le parti islamiste AKP a modifié les priorités stratégiques de la Turquie. Plutôt que de se baser sur les rapports de force post-« Tempête du désert », Recep Tayyip Erdoğan ambitionnait de sortir son pays de l’isolement dans lequel il se trouvait depuis la chute de l’Empire ottoman. S’appuyant sur les analyses de son conseiller, le professeur Ahmet Davutoğlu, il préconisa de régler les problèmes en suspens depuis un siècle avec ses voisins et de devenir progressivement l’incontournable médiateur régional. Il lui fallait pour cela à la fois devenir un modèle politique et construire des relations avec ses partenaires arabes sans perdre son alliance avec Israël. C’est alors que tout bascula… Comment la France a fait basculer la Turquie

http://www.voltairenet.org/article188313.html

Related:  Réfugiés de Syrie : Problèmes et causes IIAttentats de ParisGUERRE ISLAMIQUETurquieInterets personnels

» Notre fiasco syrien, par Alain Juppé Alain Juppé, dont on oublie le rôle prépondérant dans le fiasco syrien, a publié le 24 octobre une édifiante note-aveu sur la Syrie… Source : Alain Juppé, sur Le Blog-Notes d’Alain Juppé, le 24 octobre 2015. Entendons-nous bien : VOTRE fiasco… Un couple franco-syrien met les réseaux sociaux en émoi avec un cliché plein d'espoir L'amour triomphera toujours ! Un couple franco-syrien met les réseaux sociaux en émoi avec un cliché plein d'espoir Facebook de Hamid Sulaiman Internet s'est ému avec la photo d'un couple franco-syrien lançant un message d'amour sur la place de la République après les attentats du 13 novembre, qui ont causé la mort de 129 personnes.

L'Ukraine et la Turquie créent une Brigade musulmane internationale Photo : M. Cemiloğlu en veste crème à côté du président Erdoğan. Réuni à l’hôtel Bilkent d’Ankara (Turquie), le 1er août 2015, sous la co-présidence du ministre ukrainien des Affaires étrangères, Pavlo Klimkine, et du vice-Premier ministre turc, Numan Kurtulmuş, le second Congrès mondial des Tatars a rassemblé plus de 200 associations. Mustafa Abdülcemil Cemiloğlu, leader historique des Tatars anti-Russes et collaborateur de la CIA sous la présidence Reagan, a annoncé, au nom du gouvernement ukrainien, la création d’une Brigade musulmane internationale pour s’opposer au « séparatisme des Russes de Crimée » (sic).

Washington relance le scandale Erdoğan Comme si de rien n’était, le ministre de l’Économie, Nihat Zeybekçi, et le vice-Premier ministre, Numan Kurtulmus, décernent en juin 2015 un prix à l’homme d’affaire irano-azéri-turc Reza Zarrab, accusé d’avoir blanchi 2,8 milliards de dollars pour le compte de l’AKP. Le 17 décembre 2013, profitant d’un voyage au Pakistan du Premier ministre de l’époque, Recep Tayyip Erdoğan, 91 suspects étaient arrêtés par la Justice turque, dont 26 furent déférés aux tribunaux. Selon les magistrats, ils avaient créé une organisation criminelle pour contourner l’embargo US vis-à-vis de l’Iran et blanchir des fonds détournés à la République islamique. Parmi les suspects, on trouvait un homme d’affaire turco-azéri-iranien, les enfants des ministres de l’Environnement, de l’Économie et de l’Intérieur, l’ancien négociateur pour l’adhésion de la Turquie à l’Union européenne, le directeur de la principale banque publique, et un magnat de l’immobilier.

Le Hezbollah en pleine mutation : d’un mouvement de libération nationale à une alliance stratégique régionale avec l’Iran. Première partie : l’ascension du Hezbollah au sein du régime libanais Evolution du Hezbollah jusqu’à son intervention dans la guerre civile syrienne en 2013 La légitimité du Hezbollah au Liban s’appuie sur la lutte contre l’armée israélienne présente au Sud-Liban depuis le 15 mars 1978. Après plus de deux décennies d’occupation, l’armée israélienne se retire sans conditions du Liban en mai 2000. Cette première victoire d’une puissance militaire arabe face à l’Etat hébreu depuis 1948 repose sur l’idéologie particulière du Hezbollah qui prône ce que l’on appelle chez les musulmans chiites le djihad défensif (2), qui reflète toutes les formes de résistance menées par les musulmans contre une oppression extérieure ou intérieure. L’idée du martyre est inséparable de la conception du djihad défensif. L’Islam chiite érige le martyr au rang d’intermédiaire entre le héros et le Saint, ce en quoi il s’apparente au martyre chrétien.

La Russie déploie des S-400 en Syrie Par le Saker original – Le 13 novembre 2015 – Source the saker.is La réponse de l’Ouest ? Panique totale. François Hollande à Moscou : la coalition de l'impossible Le président François Hollande se rendra la semaine prochaine aux États-Unis et en Russie, dans l’intention de créer une large coalition internationale de lutte contre l’État islamique. Maxime Ioussine, journaliste du quotidien russe Kommersant, énumère les difficultés qui attendent le dirigeant français. Francois Hollande au Congrès à Versailles lundi 16 novembre. Des poulets forcés au kamikaze dans le Kurdistan Syrien - (Les chiens, les ânes, les poulets... l'être humain et sa sauvagerie sur les êtres humains et sur les animaux, sur les êtres sans défense, dominés ; la sauvagerie humaine de tous temps et partout) Les terroristes de Daesh changent leurs méthodes d’attaques suicides. Ils utilisent désormais des animaux pour perpétrer leurs actes. Selon International Business Times, l’organisation terroriste a récemment utilisé ses « poulets kamikazes improvisés » dans la province syrienne de Al-Hasakah et Fallujah en Irak.

Related: