background preloader

Les problèmes auxquels, pendant leurs règles, les femmes du monde entier sont confrontées (et comment leur simplifier la vie)

Les problèmes auxquels, pendant leurs règles, les femmes du monde entier sont confrontées (et comment leur simplifier la vie)
SANTE - Les habitantes des régions déshéritées redoutent la période des règles, qui fait pourtant partie du cycle de la santé féminin. En raison d’un manque d’accès aux protections hygiéniques, les jeunes filles sont souvent obligées de rater l’école et les femmes à faible revenu sont davantage sujettes aux infections et à toutes sortes de désagréments. Dans les régions où le corps des femmes inspire la méfiance, la stigmatisation sociale et les rumeurs les placent au ban de leur communauté, ce qui limite leurs choix professionnels et leurs interactions, avec des conséquences incalculables sur leur bien-être physique, mental et socioéconomique. Ce problème a été évoqué lors de la dernière Journée internationale d’hygiène menstruelle, mais les militants continuent à lutter contre les tabous dans le monde entier, et à en finir avec les mythes nocifs sur les règles. 1. 2. 3. On demande généralement à ces femmes d’aller vivre dans une cabane pendant qu’elles sont indisposées. 4. 5. 6. 7. 8.

http://www.huffingtonpost.fr/2015/07/26/problemes-regles-femmes-monde-entier_n_7810558.html

Related:  Les règles etcRandomRèglesnagui1976

Ma coupe menstruelle est-elle féministe? C'est non. Non à la TVA à 5,5% pour les serviettes et tampons. Au terme d'un "débat passionné" sur une "question complexe" selon le Secrétaire d'Etat au budget Christian Eckert (comprendre "une polémique hystérique sur une question dont vous n'entravez qu'une partie des enjeux, tas de gueuses"?), l'Assemblée Nationale a rejeté la semaine dernière la proposition de la députée de la Vienne Catherine Coutelle d'appliquer aux produits d'hygiène féminine le taux réduit réservé aux "produits de première nécessité".

La gêne face aux règles, naturelle ou sexiste ? Il y a eu la photo, la suppression, la polémique, le retour de la photo et, finalement, une question qui reste : pourquoi les règles nous gênent-elles tant ? Fin mars, l’étudiante canadienne Rupi Kaur postait sur son blog et sur Instagram une photo sur laquelle on la voit allongée, de dos, le pyjama et le matelas tachés du sang de ses règles. Un travail universitaire extrait d’une série réalisée avec sa sœur et tout bêtement intitulée Period («règles», en anglais), accompagnée d’un texte dénonçant notamment le fait que «certains sont plus à l’aise avec la "pornification" [l’intrusion du porno dans la société, ndlr] des femmes, la sexualisation des femmes, la violence et la dégradation des femmes» qu’avec les règles. Cette photo, Instagram l’a supprimée, arguant qu’elle contrevenait aux conditions générales d’utilisation. Deux fois. Face au tollé provoqué, le réseau social l’a remise en ligne et a présenté ses excuses à l’auteure, prétextant une suppression «accidentelle».

Les scientifiques ont enfin compris pourquoi les femmes ont mal pendant leurs règles Les règles, ça fait mal, mais on n’a jamais vraiment su - ou cherché à savoir - pourquoi. Environ huit femmes réglées sur dix sont affectées par le syndrome prémenstruel (dit SPM, ou PMS chez les Anglo-Saxons), et doivent affronter douleurs abdominales, migraines, nausées, sautes d’humeur et autres joyeusetés dans les jours qui précèdent leurs règles. Les raisons biologiques de ces manifestations restaient jusqu’alors peu connues, mais une étude, publiée dans le Journal of Women’s Health il y a quelques jours, pourrait changer la donne. L’étude scientifique, menée sur 3 302 femmes et qualifiée de «révolutionnaire» par le quotidien britannique The Independent, suggère que ces symptômes sont provoqués par une inflammation aiguë, liée à la présence d’une protéine, la protéine C réactive, connue sous le nom de CRP. Des conséquences dans le traitement et la prévention du SPM

L'Assemblée nationale rejette la "taxe tampon" La demande des députés socialistes de réduire la TVA de 20% à 5,5% sur les protections hygiéniques pour femme n'a pas été entendue par l'Assemblée nationale. L'amendement contre la "taxe tampon" a été rejeté dans la nuit de mercredi à jeudi, alors que deux jours plus tôt il avait été accepté en commission. Dans le cadre du projet de budget pour 2016, des députés socialistes ont tenté de faire passer, dans la nuit de mercredi à jeudi, un amendement sur la "taxe tampon". Autrement dit, réduire de 20% à 5,5% la TVA appliquée aux tampons, serviettes hygiéniques et coupes menstruelles, car ils peuvent être considérés comme produits de "première nécessité".

Mona Eltahawy : « Femmes musulmanes, il faut briser la barrière de la honte » Féministe et musulmane, la journaliste américano-égyptienne prône une révolution sexuelle et sociale pour les femmes du Moyen-Orient. Elle sera l’invitée du Monde Festival les 26 et 27 septembre. « Soyez impudiques. Soyez rebelles, désobéissez et sachez que vous méritez d’être libres. » C’est sur cette invitation adressée aux femmes du Moyen-Orient que la journaliste américano-égyptienne Mona Eltahawy ouvre son premier ­livre, Foulards et hymens (Belfond, 258 p., 19 €). A 47 ans, celle qui se présente comme « musulmane et féministe, mais féministe laïque » s’attaque à la misogynie et à l’obsession du contrôle du corps et de la sexualité des femmes arabes. Elle y parle de celles qu’elle a rencontrées comme journaliste et militante, ainsi que d’elle-même.

Le « flux instinctif libre », les règles sans serviettes ni tampons Au détour d’un « like » d’un de mes « amis » Facebook (vive la sérendipité sur les réseaux sociaux), j’ai découvert la pratique du « free flow instinct » – en français, le flux instinctif libre : les règles sans protection. Le principe : les femmes qui pratiquent le « FFI » n’utilisent ni tampons, ni serviettes, ni coupes menstruelles pendant leurs règles. Elles contractent leur périnée et le sang s’écoule quand elles vont aux toilettes. Forcément, ça m’a intriguée. En fouillant sur Internet, je suis tombée sur des témoignages de blogueuses très enthousiastes : pas de fuite, (presque) pas de tache et un sentiment unanime de libération et de prise en main de son corps.

Rien que pour les filles : les règles et l'écologie Ce n'est, je crois, un secret pour personne : de la puberté à la ménopause les femmes vivent selon leur cycle menstruel. Celui-ci les prépare, tous les mois, à une possible grossesse. Pour cela, sous contrôle hormonal, l'utérus s'épaissit et se vascularise (afflux sanguin) pour recevoir un ovule fécondé. S'il n'y a pas fécondation, il revient à son état initial en éliminant du sang et des tissus : ce sont les règles, qui dure entre 3 et 7 jours. (c) N'Guyen Ces périodes de la vie d'une femme étaient autrefois sacrées et considérées comme le moment de la purification, celui où la femme pouvait se recentrer sur elle-même.

Le sexe pendant les règles Rien ne l'empêche physiquement, et pourtant faire l'amour pendant la période de menstruations n'est pas si fréquent. L'explication tient moins aux contraintes corporelles qu'aux codes culturels. Ce n’est pas un secret, et ce n’est plus un tabou: les règles, les menstruations pour le dire plus clairement encore mais avec moins d’élégance, s’invitent dans les conversations. Il semble, en revanche, qu’elles ne s’invitent pas pour autant dans la sexualité. Selon une enquête de 2013 commandée par les marques Always et Tampax et réalisée auprès d’un panel de 1.007 femmes, 79% des femmes renoncent tout ou partie à leur vie sexuelle dans cette situation (une part minoritaire déclarant cependant s’autoriser quelques «caresses»).

Libres femmes du Collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers  Comment est né votre collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers ? Nous avons créé le collectif Femmes sans voile d’Aubervilliers quand nous, et d’autres femmes autour de nous, avons commencé à recevoir de plus en plus d’insultes et de commentaires désobligeants sur notre tenue ou notre apparence. Les injonctions à nous voiler, venant de musulman-e-s se multipliaient : « Vous êtes habillées comme des prostituées, Allez vous couvrir… Revenez à votre religion…Pourriture… » Nous avons senti un nouveau rapport de force se mettre en place dans notre ville et une codification vestimentaire s’imposer aux femmes de plus en plus jeunes – voire même aux fillettes, sous une pression communautariste qui n’avait pas existé jusque là.

Comment font les femmes astronautes lorsqu’elles ont leurs règles dans l’espace ? Depuis les quelques décennies qu’il explore l’espace, l’Homme est confronté à certains problèmes, notamment biologiques. Exemples de ces difficultés, les menstruations des femmes astronautes, qui compliquent leurs missions. SooCurious vous présente ce défi logistique et les moyens d’y répondre. Même si les femmes sont toujours sous-représentées dans les missions spatiales, puisque 89% des astronautes envoyés vers le cosmos depuis 1961 sont des hommes, 59 d’entre elles ont déjà voyagé dans l’espace. La question des menstruations dans cet élément si particulier n’a donc rien d’anodine et constitue même une problématique étudiée des scientifiques. Deux éminentes chercheuses ont mené une étude sur les menstruations dans le cosmos : Varsha Jain, gynécologue spécialiste de l’espace au King’s College de Londres, et Virginia E.Wotring, spécialiste en pharmacie et en astronomie au Baylor College of Medicine.

Les règles des femmes, un tabou ? C'est un terrain médiatique et artistique à conquérir Les limaces, 2014 (Marianne Rosenstiehl) Vous connaissez tous les marronniers de la presse féminine : "le Point G, mythe ou réalité ?", "Êtes-vous clitoridienne ou vaginale ?" Everyday Feminism déconstruit les mythes autour des règles Les règles ça n’est pas sale, vous pouvez avoir des relations sexuelles pendant que vous les avez et elles ne concernent pas seulement les femmes ! Une BD d’Everyday Feminism déconstruit toutes ces idées reçues et bien d’autres. Un nouveau strip du site Everyday Feminism, parle des règles et des idée reçues à leur sujet.

Procès en féminité contre Serena Williams Tout a commencé par un article publié dans le New York Times, trois jours avant le sacre de Serena Williams, le 13 juillet, au tournoi de Wimbledon au Royaume-Uni. Troisième victoire de la championne olympique sur quatre Grand Chelem disputés dans la même année. Mais cet article ne s’intéresse pas aux exploits sportifs de la joueuse, loués par ailleurs dans les médias. Il consiste à comprendre comment les meilleures joueuses mondiales de tennis parviennent à trouver "l'équilibre" entre l’image qu'elles véhiculent de leur corps et leur ambition sportive. Sous-entendu : une sportive qui adopte un physique très musclé perdrait-elle en "féminité" ?

Les règles : en avoir ou pas ? Des questions et des réponses !!!! Lisez aussi l’article sur les coupes menstruelles Pourquoi les femmes ont-elles des règles ? Les règles sont un phénomène cyclique intimement lié à l’ovulation : Voici, schématiquement, ce qui se passe pendant le cycle menstruel : Un cycle menstruel, c’est le temps qui sépare le premier jour des règles du premier jour des règles suivantes.

Related: