background preloader

Assyrie

Assyrie
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le cœur historique de l'Assyrie (en rouge), et l'empire assyrien lors de son extension maximale sous le règne d'Assurbanipal au milieu du VIIe siècle av. J.-C. (en orange). La grande quantité de documentation épigraphique et archéologique collectée pour la période assyrienne depuis près de deux siècles permet de bien connaître de nombreux aspects de ce royaume qui est une des composantes essentielles de la civilisation mésopotamienne ancienne, au même titre que celui qui est devenu son rival méridional, le royaume de Babylone. Pour les Assyriens d'aujourd'hui, voir l'article « Assyriens ». Redécouverte de l'Assyrie[modifier | modifier le code] Le souvenir des Assyriens avant les fouilles du XIXe siècle[modifier | modifier le code] Le souvenir du royaume assyrien perdurait dans la tradition occidentale avant les premières fouilles sur les sites de l'Assyrie par le biais de plusieurs sources antiques[1]. Une cité-État[modifier | modifier le code]

http://fr.wikipedia.org/wiki/Assyrie

Related:  AsiePolitique / SocioHistoire

sumer et akkad Le nom de Sumer (Sinéar dans la Bible, Shumeru en akkadien) désigne la partie méridionale de la Mésopotamie, et Akkad ou Agadé désigne la partie centrale. Les Sumériens sont un peuple d'origine inconnu et ne sont pas une population sémitique contrairement aux Akkadiens. La date de leur arrivée au sud de la Mésopotamie est difficile à préciser, elle se situerait au cours du IVe millénaire. Les premiers documents écrits en sumérien proviennent de la ville d'Uruk et datent de la fin du IVe millénaire avant JC. Or les archéologues ont montré avant cette époque, des regroupements de population qui s'étaient formés antérieurement et sur place dès le VIe millénaire. Les historiens et archéologues pensent qu'il n'y a jamais eu d'immigration sumérienne mais que cette civilisation est le résultat de la lente évolution sur place des communautés humaines qui occupaient le pays depuis des millénaires.

Mésopotamie Carte de la Mésopotamie avec les frontières des États modernes, l'ancien tracé du littoral du golfe Persique et les sites des grandes cités antiques. Elle comprend deux régions topographiques distinctes : d'une part, au nord (nord-est de la Syrie et le nord de l'Irak actuel), une région de plateaux, celle-ci étant une zone de cultures pluviales et, d'autre part, au sud, une région de plaines où se pratique une agriculture reposant exclusivement sur l'irrigation. L'ensemble des historiens et des archéologues contemporains s'accordent à dire que les Mésopotamiens sont à l'origine du premier système d'écriture créé vers 3400-3300 av. Alignements de sites sacrés de la Terre Le système de circuits vitaux de la Terre 1. Alignements géométriques de lieux sacrés Alain Boudet Dr en Sciences Physiques, Thérapeute, Enseignant

Babylone Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Babylone occupe une place à part en raison du mythe qu'elle est progressivement devenue après son déclin et son abandon qui a lieu dans les premiers siècles de notre ère. Ce mythe est porté par plusieurs récits bibliques et également par ceux des auteurs gréco-romains qui l'ont décrite et ont ainsi assuré une longue postérité à cette ville, mais souvent sous un jour négatif. Le pantalon le plus vieux du monde a été découvert Le plus vieux pantalon du monde serait donc "made in China". Des archéologues de l'Institut archéologique de Berlin ont découvert deux véritables pantalons de cavaliers dans deux tombes du cimetière Yanghai dans le bassin du Tarim en Chine. Cette région est connue pour la conservation de ses momies et de ses textiles. Les archéologues ont examiné plus de 500 tombes, qui appartiennent à des époques étalées sur plus d'un millénaire. En fouillant une des tombes, ils ont découvert deux corps, celui d'une femme d'environ 25 ans et d'un homme de 40 ans, entouré de très nombreux objets, en bronze, bois, or, pierre et cuir.

Assyrie - L'invention de la guerre totale L'Assyrie émerge au IIIe millénaire avant notre ère sur les pentes montagneuses des monts Zagros, au nord de la Mésopotamie et de la vallée du Tigre. Ses populations pauvres font d'abord allégeance aux cités-États de Sumer. Puis à l'empire de Babylone. Elles forgent leur énergie dans des combats incessants contre les puissances occidentales, les Hittites, peuple indo-européen installé en Asie mineure (Turquie actuelle) et le Mitanni, royaume de langue sémitique situé à l'ouest (Syrie actuelle). À différentes reprises, pendant plus d'un millénaire, les Assyriens vont soumettre à leur tour une grande partie du Moyen-Orient, en inventant la « guerre totale » : attaques par surprise, supplices et massacres des prisonniers, déportations des populations vaincues.

Histoire emboîtée - Chine J'ai des raisons de penser que le peuple Dong, minorite ethnique de la Province du Guangxi et du Guizhou, est un peuple doux, en paix, mais une paix qui cache une formidable violence. Je m'en vais le montrer tout de suite. Voilà un achat qui me donne des satisfactions. Sémiramis Sammu-ramat (le nom signifiant « paradis extrême ») est une reine qui régna pendant cinq ans sur un vaste royaume qui s'étendait de l'Anatolie au Plateau iranien[1]. Son nom fut hellénisé en « Sémiramis » (en grec ancien Σεμίραμις / Semíramis). L'histoire de cette reine légendaire de Babylone est rapportée par Ctésias de Cnide et est reprise par Diodore de Sicile. Histoire[modifier | modifier le code] Des archéologues chinois découvrent un trésor mythique Lingot d’or gravé, trouvé dans la rivière Min, en Chine. © Li He/Agence Chine nouvelle. PARFOIS, par la grâce de l’archéologie, de vieilles histoires tellement incroyables qu’elles en sont devenues des légendes reprennent vie et corps, perdant du même coup leur caractère mythique. C’est, si l’on en croit l’Agence Chine nouvelle, ce qui vient de se produire en Chine, dans la province du Sichuan, avec la découverte, dans le lit d’une rivière, du trésor englouti de Chang Hsien-chung (dont le nom est aussi retranscrit sous la forme Zhang Xianzhong).

La véritable histoire de Sémiramis, la légendaire reine assyrienne La véritable histoire de Sammu-ramat demeure impénétrable. Une question subsiste : qu'a-t-elle bien pu accomplir il y a 2 800 ans pour fasciner à ce point et inspirer de telles légendes romantiques ? Des archéologues ont découvert quatre artefacts majeurs qui offrent quelques indices pouvant permettre de retracer sa biographie. Dans la ville antique de Nimroud (dans l'actuel Irak), deux statues consacrées à Nabû, dieu mésopotamien du savoir et de l'écriture, mentionnent le nom de la reine. Deux stèles y font référence, dont l'une est originaire de Kizkapanli, ville de la Turquie contemporaine, et l'autre d'Assur en Irak. Mises bout à bout, ces quatre inscriptions servent de fondations à son histoire : la reine vivait bel et bien au sein de l'empire assyrien entre le 8e et le 9e siècle av.

Découverte archéologique sur les origines d'Angkor Courrier international 17 juin 2013 | Partager : The Sydney Morning Herald l’a annoncé en une le 15 juin en tant qu'exclusivité mondiale. Sous le titre : "Horizons perdus – découverte d’une cité médiévale", le quotidien australien relate le travail d’une équipe d’archéologues qui, à l’aide de coûteux relevés laser effectués depuis un hélicoptère, a confirmé l’organisation complexe d’une cité, dans le nord-ouest du Cambodge. Celle-ci avait prospéré voilà mille deux cents ans [l’empire khmer a été fondé en 802 après J.-C.], soit trois cent cinquante ans avant le temple emblématique d’Angkor Wat [début du XIIe siècle].

Un livre digne de foi : 2e partie Nahoum, prophète de Dieu, a qualifié Ninive de “ repaire des lions ” et de “ ville meurtrière ”. Il a ajouté : “ La proie ne s’éloigne pas ! Il y a le bruit du fouet et le bruit du fracas de la roue, le cheval qui s’élance et le char qui bondit. Le cavalier sur sa monture et la flamme de l’épée, l’éclair de la lance, la multitude de tués et l’énorme masse de cadavres ; et il n’y a pas de fin aux corps morts. Sans cesse on trébuche parmi leurs corps morts. ” (Nahoum 2:11 ; 3:1-3). L’histoire profane corrobore-t-elle le récit biblique relatif à l’Assyrie ?

De l'amiante dans des monastères byzantins ARCHEOLOGIE. C'est une étonnante découverte qui a été faite dans le monastère byzantin fondé en 1159 par saint Néophyte, près de Paphos, dans l'île de Chypre : l'utilisation d'amiante (chrysotile) dès le XIIe siècle, dans des enduits de plâtre. Les moines ont voulu donner plus de brillance aux peinture On savait qu’il était employé dès l’Antiquité, mêlé à de l’argile, pour obtenir des poteries plus solides. Mais on pensait que son utilisation dans la fabrication des ciments n’était apparue qu’à la fin du XIXe siècle. Or de récents résultats obtenus grâce à la microspectroscopie en fluorescence X, infrarouge et ultraviolet, complétés par des analyses moléculaires, indiquent que les ermites chypriotes qui peignaient les monastères avaient sans doute adopté l’amiante pour ses propriétés de réflectance. « Les moines ont voulu donner plus de brillance aux peintures » a ainsi affirmé Ionna Kakouli, l’auteure des découvertes, archéologue à l’université de Californie à Los Angeles.

Sémiramis. Sémiramis est le nom d'une reine de Ninive et de Babylone, l'une des femmes les plus célèbres de l'histoire, et en même temps celle dont le caractère historique est le plus difficile à établir. Elle est devenue le type de la femme grande et puissante, de la reine dominatrice, fondant et administrant des villes et conquérant des empires lointains. La légende, telle qu'elle est parvenue à la postérité, remonte à une origine perse et mède, et les récits populaires de cette partie de l'Orient nous ont été surtout transmis par Diodore de Sicile, Justin et d'autres, suivant l'historien Ctésias de Cnide D'après ces légendes, Sémiramis, belle et intelligente, avait été la femme d'Onnès, général de Ninus

Related: