background preloader

Solipsisme

Solipsisme
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Définition[modifier | modifier le code] Le doute chez Descartes[modifier | modifier le code] L'utilisation du doute hyperbolique, qui fonde le cogito ergo sum (je pense donc je suis), par Descartes dans le Discours de la Méthode (1637), l'a exposé à des accusations de solipsisme. Toutefois, si le cogito suffit à fonder, par une expérience de pensée, la certitude subjective de l'existence du sujet pensant, il ne suffit en aucun cas à fonder la réalité absolue de la substance pensante. En effet, seul Dieu pourrait être un tel fondement de cela, par sa création continuée. Selon une interprétation, dominante dans l'histoire de la philosophie, Descartes préfigurerait ainsi l'avènement de la subjectivité dans la philosophie moderne, c'est-à-dire de la conscience de soi (Hegel attribuait l'émergence de celle-ci au christianisme). L'idéalisme empiriste de Berkeley[modifier | modifier le code] Chez Sartre[modifier | modifier le code]

https://fr.wikipedia.org/wiki/Solipsisme

Related:  Terminologie - repères - vocabulaire PhilosophieActualité articles - la santé et du bien être

Principe Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Principe. Un principe est une idée ou chose source ou fondement d'autres choses ou idées. 2 : Les remèdes de demain Prévention et haute technologie Des mesures à large échelle sont nécessaires pour maîtriser la recrudescence des maladies non transmissibles. Au niveau de la politique de la santé, cela signifie qu'il faut d'une part augmenter la prévention et développer le système de santé – des mesures qui comprennent les campagnes d'information où des gens de différents milieux témoignent de ce qu'ils entreprennent pour préserver leur santé. D'autre part, il faut aussi pouvoir compter sur la science. Des médicaments modernes et de nouvelles méthodes de diagnostic doivent permettre de guérir ou de ralentir l'évolution de ces maladies. L'exemple du diabète de la maturité illustre parfaitement comment le sport et l'alimentation sont deux excellentes mesures de prévention.

Raison par Raymond-Robert Tremblay, du cégep du Vieux Montréal La raison est la faculté de penser logiquement. C'est une faculté mentale: la capacité de bien juger, c'est-à-dire de distinguer le vrai du faux, comme le bien du mal. Dans le premier sens, on dira qu'une personne est rationnelle, dans le second, on dira qu'elle est raisonnable. Parce qu’à ses débuts, l’obésité infantile ne se voit pas, il faut la dépister le plus tôt possible L’obésité et le surpoids concernent respectivement 3,5 % et 4,5 % des enfants, le double par rapport à une dizaine d’année, même si ce chiffre semble se stabiliser. Pour aider les professionnels concernés dans leur pratique de dépistage et en complémentarité avec la recommandation professionnelle de la HAS sur la prise en charge, l’Inpes édite plusieurs documents. La prévalence de l’obésité et du surpoids chez les enfants et les adolescents a fortement augmenté entre les années 1980 et 2000 en France comme dans la majorité des pays industrialisés (Afssa, 2008). Ainsi, en 2006, 18 % des enfants âgés de 3 à 17 ans (16 % des garçons et 19 % des filles) sont en surpoids ou obèses, dont 3 % des garçons et 4 % des filles classés comme obèses (InVS, 2006). Cependant, une stabilisation de cette prévalence a été récemment observée chez les enfants de 5-6 ans entre 2000 et 2005 (Drees, 2010). Une prévention pertinente

Monade Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Monade. Le mot « monade », qui relève de la métaphysique, signifie, étymologiquement, « unité » (μονάς monas). C'est l'Unité parfaite qui est le principe absolu. C'est l'unité suprême (l'Un, Dieu, le Principe des nombres), mais ce peut être aussi, à l'autre bout, l'unité minimale, l'élément spirituel minimal. Plus subtilement, la notion de monade évoque un jeu de miroirs entre l'Un, la Monade comme unité maximale, et les monades, les éléments des choses ou les choses en tant qu'unités minimales, reflets, de l'Un ; une chose une est comme un microcosme, un reflet, un point de vue de l'Unité ; une âme dit partiellement ce qu'est l'Âme, celle du monde, ou l'Esprit.

Stop au bronzage artificiel ! Le Bulletin épidémiologique hebdomadaire consacre cette semaine un numéro spécial au "soleil en cabine", qui constitue, selon les travaux des spécialistes cités, "une menace bien réelle, mais évitable, pour la santé". Dès le titre, le ton est donné. Et dans leur éditorial, les professeurs Jean Civatte et Jacques Bazex, tous deux membres de l'Académie nationale de médecine, regrettent que "toutes les campagnes d'information et de prévention semblent malheureusement vouées à l'échec". Et pourtant, les statistiques sont éloquentes : le nombre de cancers de la peau double pratiquement tous les dix ans. Parmi eux figurent les mélanomes, qui restent toujours les tumeurs cutanées les plus graves et les plus inaccessibles aux possibilités thérapeutiques actuelles, et contre lesquels luttent les campagnes de dépistage systématique et l'exérèse préventive des lésions à potentiel cancéreux avant qu'elles ne deviennent hautement malignes.

Noumène Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Le noumène désigne : La philosophie traite ensuite de la possibilité pour le noumène d'être entièrement expérimenté, extrémité envisageable pour Edmund Husserl mais pas pour Kant. Définition et premières occurrences[modifier | modifier le code] Le noumène (en grec ancien νοούμενoν / nooúmenon) est un terme employé à l'origine par Platon pour désigner les « Idées », c'est-à-dire la réalité intelligible (par opposition au monde sensible), accessible à la connaissance rationnelle. Au contraire, chez Emmanuel Kant, auquel le terme de « noumène » est le plus souvent renvoyé, il s'agit de tout ce qui existe et que la sensibilité ne peut atteindre, restreignant par là les prétentions de la raison quant à la connaissance. « Noumène » est parfois considéré comme synonyme de chose en soi, faisant référence aux faits tels qu'ils sont absolument et en eux-mêmes, par opposition au terme de phénomène, faisant référence à ce qui est connaissable.

Médicaments : la contrefaçon, un fléau mondial Plus d'un tiers des médicaments utilisés contre le paludisme en Asie du Sud-Est et en Afrique subsaharienne sont faux ou de mauvaise qualité (notamment avec des produits désormais interdits en raison de leur dangerosité ou des principes actifs en quantité insuffisante). Les résultats d'une étude menée par des chercheurs américains et britanniques - publiée hier dans la revue The Lancet Infectious Diseases - font froid dans le dos, d'autant plus que la malaria tue, encore aujourd'hui, près d'un million de personnes chaque année dans le monde, dont des centaines de milliers d'enfants. Et que, malheureusement, le marché des faux médicaments ne cesse de croître. Selon les auteurs de ce travail, qui ont analysé 1 437 échantillons de médicaments prélevés dans sept pays d'Asie du Sud-Est, 35 % ont échoué aux tests chimiques, 46 % avaient des défauts d'emballage ou étaient périmés et 36 % étaient tout simplement des faux. Le sujet préoccupe évidemment les responsables européens.

Phénomène Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Un phénomène est une chose, un fait du monde physique (objet, action…) ou psychique (émotion, pensée…) tel qu'il se présente à notre esprit (conscient ou non), par opposition à ce qu'est en soi la chose réellement existante (das Ding an sich). Par exemple, je vois là un arbre (phénomène), mais qu'est-ce qui est réellement ? Nous n'en savons rien, que ce soit intuitivement, scientifiquement ou métaphysiquement.

Related: