background preloader

Eloge de la ville dense ou le déclin du paradigme urbain américain » Article » OWNI, Digital Journalism

Eloge de la ville dense ou le déclin du paradigme urbain américain » Article » OWNI, Digital Journalism
Philippe Gargov revient sur les propos d'un économiste de Harvard qui a remis en question le modèle des suburbs pavillonnaires, emblématiques du rêve américain, lors de l'émission de satire politique Daily Show. Je suis grand fan du Daily Show, émission de satire politique diffusée depuis 1996 sur Comedy Central (high five, Iris). Alors, quand Jon Stewart reçoit un économiste de Harvard pour dire du bien de la vie urbaine, vous vous doutez bien que je regarde attentivement. Edward Glaeser [en]était en effet invité, ce lundi 14 février, à présenter son livre au titre clair comme de l’eau de roche : Triumph of the City: How Our Greatest Invention Makes Us Richer, Smarter, Greener, Healthier, and Happier (Le triomphe de la ville : comment notre plus grande invention nous rend plus riche, plus intelligent, plus heureux et en meilleure santé. Rien que ça.). L’émission aurait pu se contenter d’être drôle (malgré un Edward Glaeser sous amphét’). La guerre est déclarée. Image CC Flickr by jdnx

Demain, la ville « frugale » Jean Haëntjens est urbaniste et économiste et conseil en stratégies urbaines au cabinet Urbatopies auprès des collectivités locales et des administrations. Après Le pouvoir des villes (2008) et Urbatopies (2010), il vient de faire paraître La ville frugale chez FYP éditions. Derrière ce concept, Jean Haëntjens cherche à rendre accessible une autre forme de ville durable que celle que nous proposent de bâtir bien des architectes avec des bâtiments à haute qualité écologique intégrés dans des écoquartiers qui sont loin d’être accessibles à tous, financièrement parlant. Quelle ville durable voulons-nous ? Quelles stratégies urbaines concrètes devons-nous adopter pour commencer à organiser la ville dans une perspective post-pétrolière ? Le modèle de la ville frugale InternetActu.net : Pourquoi, avec « la ville frugale » avoir eu besoin de définir un autre concept de ville durable ? Jean Haëntjens : Le réchauffement climatique ne parle pas aux gens. Peut-on changer la ville ?

Un fonds d'investissement public-privé pour la rénovation énergétique des logements Partant du constat que les financements innovants sont complémentaires des outils incitatifs existants, Inès Reinmann et Olivier Ortega, auteurs du rapport remis ce matin à Philippe Pelletier, intitulé "Financements innovants de l'efficacité énergétique", ont émis des propositions qui reposent sur 5 idées fortes. Depuis juin 2012, ils co-pilotent ce groupe de travail qui a réuni quelque 130 participants autour d'un blog dédié (www.fiee.fr). "L'idée n'est pas de remplacer les outils qui existent, mais de s'en servir afin d'en créer de nouveaux qui seraient complémentaires, et surtout qui pourraient être mis en œuvre dès 2013", a indiqué Olivier Ortega, avocat au cabinet Lefèvre, Pelletier & associés. Pour qui la rénovation énergétique des bâtiments ne sera efficace que si un cap est fixé. Un fonds de refinancement Parmi elles, la création d'un fonds ou véhicule public/privé capable d'émettre de la dette et d'être noté au plan national et international.

La rénovation écologique des logements sociaux prend du retard - Économies d’énergie Une consommation d’énergie divisée par deux, et une facture réduite d’autant pour les habitants. C’est à Granville, en Normandie, où les 130 logements dans trois tours HLM de 35 mètres de haut ont été réhabilitées selon la norme « Bâtiment basse consommation » (BBC). Des travaux d’isolation, de menuiserie et la pose de 150 panneaux solaires sur les toits, et le tour est joué. Les logements consommeront 80 kWh par m2 et par an, contre 170 kWh en moyenne dans les logements sociaux. Comme à Granville, la rénovation des logements sociaux avance un peu partout en France. 100 000 logements rénovés en quatre ans... En 2009, le Grenelle de l’environnement fixait l’objectif de 800 000 logements sociaux à rénover d’ici 2020. « Il peut être difficile d’atteindre le standard BBC sur de la rénovation, ou alors avec des coûts très élevés, explique Olivier Pourny, chargé de mission à l’Arra, l’agence des bailleurs sociaux de la région Rhône-Alpes. Rénover : cinq fois moins cher que de reconstruire

Centre de ressource et d'échanges pour le développement social et urbain - Rhône-Alpes > Présentation du rapport 2012 de l'ONZUS, le vendredi 22 mars 2013, à Villeurbanne CR•DSU > Rencontres du CR•DSU Conférence - Le 22/03/2013 Présentation du rapport 2012 de l'ONZUS, le vendredi 22 mars 2013, à Villeurbanne L’Observatoire National des Zones Urbaines Sensibles (ONZUS) publie chaque année un rapport qui propose un panorama de la situation des quartiers qui bénéficient des dispositifs de la politique de la ville. Le CR•DSU vous invite à une présentation du rapport 2012 de l’ONZUS : Valérie Darriau, chargée de mission à la sous‐direction des études statistiques et de l’évaluation au SGCIV viendra présenter les résultats du rapport, en mettant en avant les spécificités régionales et en insistant sur les questions de jeunesse et d’éducation, de discriminations, de logement et de mobilités résidentielles. Pour compléter cette analyse, les trois agences d’urbanisme de la région viendront présenter l’état de leurs travaux en matière d’observation locale : Lieu : Espace Tête d'Or - 103 boulevard Stalingrad - 69100 VILLEURBANNE Téléchargement(s)... A voir également...

Luttes urbaines et résistances populaires en Afrique Caen. Éric habite dans des bureaux, pour 195 € - Caen - Logement Ce Normand vient d’emménager dans des locaux vacants. Une formule importée en France par Camelot Property, une société née aux Pays-Bas. Dans l’Hexagone, elle est encadrée par la loi Boutin. « 195 € par mois, charges comprises. Immeuble avec grandes surfaces privatives et jardin. » L’annonce laisse rêveur, Eric a foncé. Fin juillet, cet animateur radio a emménagé dans des bureaux vides, à 10 km au nord de Caen. Anciennes gares, châteaux, entrepôts, monastères… Cette société née aux Pays-Bas en 1993 gère des biens vacants, confiés par leurs propriétaires. Avantage pour le propriétaire : pour une somme à partir de 500 € par mois, il prévient de possibles dégradations de son bien, résultant d’intrusions ou d’origine naturelle, comme un dégât des eaux repéré six mois après. Un échange « de bons procédés, estime aussi Eric. Un loft de 350 m2 Ils seront sept à vivre dans le millier de m2 du bâtiment, dont un loft de 350 m2. Le profil type ? Après trois mois, le préavis est d’un mois.

Observatoire des inégalités Salaires : quand les ouvriers vont-ils rattraper les cadres ? 24 janvier 2017 Il faut aujourd’hui près de 170 ans en moyenne aux ouvriers pour compter atteindre le salaire que les cadres touchent actuellement. Dans les années 1970, cette durée était inférieure à 40 ans. Lire la suite Salaires : les inégalités entre catégories sociales se creusent avec l’âge 6 janvier 2017 Entre 21 et 25 ans, l’écart de salaires entre les ouvriers non qualifiés et les cadres s’élève à 1 270 euros par mois. Un million de pauvres de plus en dix ans 20 décembre 2016 La France compte entre 5 et 8,8 millions de pauvres selon la définition adoptée. Les écarts de revenus entre les plus pauvres et les plus riches continuent d’augmenter 15 décembre 2016 Depuis une vingtaine d’années, les inégalités de revenus augmentent. Patrimoine : des inégalités démultipliées Revenus : qui gagne combien ? Riches, pauvres et classes moyennes : comment se situer ? Les 10 % les plus aisés captent plus du quart des revenus

Discrimination raciale : 50.000 d'amende requis contre LogiRep Le tribunal correctionnel de Nanterre a requis une amende de 50.000 € contre LogiRep, qui comparaissait, ce vendredi 7 mars 2014, pour discrimination raciale et fichage ethnique. Il a également demandé l'effacement des données relatives aux origines ethniques des locataires. En effet, l'un des plus importants bailleurs sociaux d'Ile de France, filiale du groupe Polylogis, est accusé d'avoir refusé un logement à un homme au motif qu'il était noir et également d'avoir procédé à un "fichage ethnique" de ses locataires. L'histoire se passe en 2005 après qu'un homme d'origine ivoirienne, employé par la RATP, a déposé plainte pour "discrimination raciale", s'étant vu refuser la location d'un trois-pièces dans une tour de Nanterre (Hauts-de-Seine). Il avait été mis en contact avec le bailleur via son employeur, avait visité l'appartement, avant d'apprendre que son dossier avait été rejeté par la commission d'attribution des logements. Le jugement a été mis en délibéré au 2 mai prochain.

07. Pile Fertile - quartier Pile à Roubaix (PMRQAD) / Nos projets / Accueil - La fabrique des quartiers Commune : Roubaix Quartier : Pile Nom du programme : PMRQAD 2012-2020 Roubaix, se réinventer pour exister Roubaix a engagé depuis plusieurs années, avec le concours de Lille Métropole, un vaste chantier de requalification et de redynamisation de son centre ville et de ses quartiers. Le Pile, densité urbaine La dizaine d’îlots qui constituent notre périmètre d’intervention fait partie d’un quartier plus vaste du XIXème/début XXème siècle. denses, se sont avérés difficiles à adapter aux standards de confort d’aujourd’hui. Le Pile, intensité humaine Dans ce secteur, les indicateurs socio-économiques sont aujourd’hui parmi les plus difficiles de la ville et de la métropole. La convention signée avec l’ANRU définit les objectifs généraux du projet pour le Pile : Désenclaver et dé densifier le quartier, promouvoir les mobilités sociales et professionnelles par la requalification des espaces publics, la création d’un parc urbain. "Pile Fertile" Un dispositif de relogement au service des habitants

Related: