background preloader

Biomasse (énergie)

Biomasse (énergie)
Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Unité de valorisation énergétique de la biomasse (Allemagne) Dans le domaine de l'énergie, et plus particulièrement des bioénergies, le terme de biomasse désigne l'ensemble des matières organiques d'origine végétale (algues incluses), animale ou fongique pouvant devenir source d'énergie par combustion (ex : bois énergie), après méthanisation (biogaz) ou après de nouvelles transformations chimiques (agrocarburant). La biomasse est aujourd'hui la première énergie renouvelable en France. L'énergie tirée de la biomasse est considérée comme une énergie renouvelable et soutenable tant qu'il n'y a pas surexploitation de la ressource, mise en péril de la fertilité du sol et tant qu'il n'y a pas de compétition excessive pour l'usage des ressources (terres arables, eau, etc), ni d'impacts excessifs sur la biodiversité, etc. La biomasse est utilisée par l'Homme depuis qu'il maîtrise le feu. Turbine à vapeur à biomasse de 5 MW de puissance électrique. Related:  Énergétique

Bioénergie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Centrale de production de bioénergie en Allemagne L'intérêt moderne pour la bioénergie est né de la préoccupation vis-à-vis des émissions de CO2, et de la recherche de sources d'énergie alternatives aux énergies fossiles, qui soient au moins en partie renouvelables. L'indépendance stratégique vis-à-vis de celles-ci en est la troisième composante. Problématique[modifier | modifier le code] Le grand problème de notre société est de continuer le développement de notre planète tout en respectant l'environnement. Il faut tout d'abord mettre en œuvre une filière intégrée : la filière bioénergie. La filière bioénergie[modifier | modifier le code] La filière peut être organisée en mettant en place des contrats de filière avec des centrales coopératives. Exemples[modifier | modifier le code] Exemple de filière bioénergie[modifier | modifier le code] La filière bois énergie. En Europe, cette filière existe déjà dans des régions très boisées : etc.

Champs d'éoliennes Source d'énergie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Pour les articles homonymes, voir Source. Une source d'énergie est un phénomène physique ou chimique dont il est possible d'exploiter l'énergie à des fins industrielles ou biophysiques. Chaîne énergétique[modifier | modifier le code] Le principe énoncé par Lavoisier sur la conservation de la matière s'applique en fait plus justement à l'énergie[1] : « rien ne se crée, tout se transforme ». Par exemple, une dynamo de bicyclette permet de transformer une partie de l'énergie cinétique (énergie de vitesse) du mouvement du cycliste en une énergie électrique qui se dissipera notamment dans ses feux pour produire de la lumière, c'est-à-dire de l'énergie lumineuse, via l'échauffement du filament de l'ampoule et donc de chaleur (énergie thermique). Il existe de nombreuses formes d'énergie mais toutes ne sont pas toujours exploitables. Sources primaires[modifier | modifier le code] Sources primaires renouvelables[modifier | modifier le code]

untitled Énergie solaire Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Rayonnement solaire direct. Répartition de l'énergie solaire moyenne reçue au sol L'énergie solaire est la fraction de l'énergie du rayonnement solaire qui apporte l'énergie thermique et la lumière parvenant sur la surface de la Terre, après filtrage par l'atmosphère terrestre. Sur Terre, l'énergie solaire est à l'origine du cycle de l'eau, du vent et de la photosynthèse réalisée par le règne végétal, dont dépend le règne animal via les chaînes alimentaires. Cet article traite de l'énergie produite par l'homme en captant le rayonnement émis par le Soleil, principalement sous forme électrique ou thermique. Historique[modifier | modifier le code] L'utilisation de l'énergie solaire remonte à l'Antiquité. Le Français Salomon de Caus construit en 1615 une pompe solaire, grâce à l'utilisation d’air chauffé par le rayonnement solaire. En 1747, Georges-Louis de Buffon expérimente un miroir qui concentre la lumière du soleil en un seul point focal.

Un laboratoire flottant pour les low-tech Qu’ont en commun un four solaire, une serre hydroponique et un pédalier qui produit de l’électricité pour recharger un téléphone ? Ce sont tous des low-tech. Soit des systèmes simples, ingénieux et peu coûteux à bricoler soi-même, dont la source d’énergie est à portée de main et qui répondent à des besoins de base. Autre point commun de ces inventions : elles pourraient se retrouver sur le , un catamaran autonome français consacré à la recherche sur les low-tech. À la barre de ce projet, Corentin de Chatelperron, Elaine Le Floch et Pierre-Alain Lévêque. En dépit de son ingéniosité évidente, le trio ne parviendra pas à lui seul à régler ces enjeux sociaux et environnementaux. En tout, 50 défis à relever (comment fabriquer son savon, récupérer de l’eau douce, faire de la colle avec des ressources naturelles, etc.) pour permettre au bateau d’être autonome en énergie, en alimentation, en eau, en matériaux et en soins.

Énergie Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La foudre illustre généralement l'énergie à l'état naturel. Paradoxalement elle en contient assez peu. Sa violence vient surtout de la rapidité et de l'extrême localisation du phénomène. Une sensibilisation accrue aux effets du réchauffement climatique a conduit ces dernières années à un débat mondial sur la maîtrise des émissions de gaz à effet de serre et à des actions pour leur réduction. Étymologie et définitions[modifier | modifier le code] L’énergie est un concept qui remonte à l'Antiquité. Le mot français « énergie » vient du latin vulgaire energia, lui-même issu du grec ancien ἐνέργεια / enérgeia. L’expérience humaine a montré que tout travail requiert une force et produit de la chaleur ; que plus on « dépense » d’énergie par quantité de temps, plus vite on fait un travail, et plus on s’échauffe. La problématique de l'énergie repose donc sur celle de sa transformation. Typologies[modifier | modifier le code] Prenons un autre exemple.

Énergie marémotrice L'énergie marémotrice est issue des mouvements de l'eau créés par les marées et causés par l'effet conjugué des forces de gravitation de la Lune et du Soleil. Elle est utilisée soit sous forme d'énergie potentielle - l'élévation du niveau de la mer, soit sous forme d'énergie cinétique - les courants de marée[1] . L'exploitation de l'énergie marémotrice est ancienne. Principes[modifier | modifier le code] Principe d'une usine marémotrice Article détaillé : Marée. Le phénomène de marée est synchronisé par la différence des temps de rotation entre la Terre sur elle-même (24 heures) et la Lune sans son mouvement autour de la Terre (28 jours), avec en outre un effet de la rotation de la Terre autour du Soleil (une année), et il est dû aux forces d'attraction gravitationnelles exercées entre ces trois corps. On peut utiliser cette énergie de rotation, et ce faisant on peut affirmer qu'on ralentira (dans des proportions infimes, mais calculables !) Projets[modifier | modifier le code]

Combustible fossile On appelle combustible fossile tous les combustibles riches en carbone — essentiellement des hydrocarbures — issus de la méthanisation d'êtres vivants morts et enfouis dans le sol depuis plusieurs millions d'années, jusqu'à parfois 650 millions d'années[1]. Il s'agit du pétrole, du charbon, du lignite et du gaz naturel. Parmi ces derniers, le méthane (CH4) présente le rapport H/C le plus élevé, alors que l'anthracite et certaines houilles sont composés de carbone presque pur. Ces sources d'énergie ne sont pas renouvelables car elles demandent des millions d'années pour se constituer et elles sont utilisées beaucoup plus rapidement que le temps nécessaire pour recréer des réserves. L'utilisation de combustibles fossiles a plus que doublé entre les années 1970 et 2019[2]. Classification[modifier | modifier le code] Les combustibles fossiles représentaient en 2002 environ 80 % des 10 078 MTep d'énergie consommée dans le monde. Conventionnels[modifier | modifier le code]

L'Ouest s’intéresse aux trottoirs chauffés Dans son édition de mardi, Le Devoir faisait l'inventaire d'une pléthore de petits aménagements urbains pouvant être réalisés pour rendre les centres-villes plus agréables l'hiver. Mobilier résistant à l'assaut des déneigeuses, trottoirs et abribus chauffés, design urbain limitant le facteur vent: les solutions, parfois très simples, sont nombreuses. Mais pour des raisons obscures, sinon un acharnement à nier notre condition nordique en ce pays de glace et de blizzard, très peu sont appliquées. Pourtant, dans l'Ouest du pays, là où le mercure plonge souvent sous la barre des - 30 degrés Celcius, le débat sur le chauffage des trottoirs fait rage depuis que la ville de Saskatoon a annoncé en décembre son intention d'étudier sérieusement cette possibilité. Les villes d'Edmonton et même de Toronto regardent avec attention la direction que prendra Saskatoon, elles aussi attirées par le chant des sirènes et le rêve de trottoirs sans glace. L’exemple européen

Charbon Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. L'anthracite, forme du charbon au plus haut rang d'houillification. Affleurement naturel d'une veine de charbon bitumineux (sur le littoral de la Nouvelle-Écosse). Affleurement naturel de couches successives de charbon (Plage d'Austinmer ; Australie, Nouvelle-Galles du Sud). Exemple de structure d'un charbon. Convoyeurs et bâtiments de la mine de charbon de Jin Hua Gong (Datong, Shanxi, Chine). Le charbon est une roche sédimentaire exploitée dans des charbonnages en tant que combustible et formée à partir de la dégradation partielle de la matière organique des végétaux. Ce sont les observations au microscope d'Hutton et de Link, vers 1840, qui ont permis la découverte de la composition du charbon[2]. La formation des plus importants gisements de charbon commença au Carbonifère, environ de -360 à -295 Ma. Dans son appellation courante, le terme désigne généralement la houille. Description[modifier | modifier le code] Principaux types de charbons

Sous les pavés, la chaleur... D’ici la fin du siècle, on aura à Montréal des hivers aussi doux qu’en Pennsylvanie. Sans blague. C’est le groupe de recherche Ouranos qui en fait la prédiction dans son dernier rapport. Mais bon, c’est le scénario le plus pessimiste. Il neige. On n’a donc d’autre choix que d’adopter la gadoue, les bancs de neige et même, misère, les abris Tempo. Convenons-en, elle ne peut laisser la neige au sol. Cela dit, il y a une chose qu’elle pourrait faire différemment. J’avoue que la première fois que j’ai entendu parler de cette idée, j’étais sceptique : chauffer les trottoirs. Oui, oui, je sais. Pas pour nous vanter, mais ici, quand la neige décide de neiger, elle neige pas à peu près. C’est ce qui explique que l’administration Tremblay n’a pas recouvert le Quartier des spectacles de trottoirs chauffants comme elle l’avait envisagé. Puis j’ai parlé à Jean-Claude Michel… Le chauffage, Jean-Claude Michel connaît ça. — Jean-Claude Michel, directeur général de CCUM

Pétrole Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Réserves mondiales de pétrole en 2010. Types et qualité du pétrole[modifier | modifier le code] Chaque gisement pétrolier recèle une qualité particulière de pétrole, déterminée par la proportion relative en molécules lourdes et légères, mais aussi par la quantité d'impuretés. L'industrie pétrolière caractérise la qualité d'un pétrole à l'aide de sa densité API, correspondant à sa « légèreté » : un brut de moins de 10 °API est plus dense que l'eau et correspond à un bitume, tandis qu'une huile de plus de 31,1 °API correspond à un brut léger. En décembre 2009, la production mondiale de pétrole s'est élevée à 83,88 millions de barils par jour[3], répartis essentiellement entre la Russie (12,3 %), l'Arabie saoudite (9,84 %), les États-Unis (8,95 %), la Chine (4,73 %), l'Iran (4,47 %), la CEI hors Russie (3,84 %), le Mexique (3,49 %), le Brésil (2,98 %) et l'Irak (2,90 %). Géologie[modifier | modifier le code] Formation[modifier | modifier le code]

Tchernobyl, le spectre du nucléaire Un photoreportage de Melanie Julien D'une intensité équivalente à plus de 200 bombes d'Hiroshima, les rejets radioactifs ont dépassé les frontières, atteint l'Europe et provoqué des dizaines de milliers de morts, notamment à cause de divers cancers, surtout de la glande thyroïde. Aujourd'hui, 5 millions d'Ukrainiens, de Biélorusses et de Russes vivent toujours dans des secteurs irradiés à divers degrés. Pour accéder à la zone d'exclusion rouverte en 1999, nous devons présenter nos passeports à deux postes de contrôle entourés de barbelés. Photo(s) : Melanie Julien Premier arrêt : le village de Kopachi, tellement contaminé que les autorités ont décidé de l'enterrer, maison par maison. Une ancienne école primaire s’y dresse toujours, abandonnée à elle-même dans la forêt. Direction Pripyat, petite ville située à 3 kilomètres de la centrale, près de la frontière avec le Bélarus. Le réacteur 4 a explosé dans les premières heures du 26 avril. Aujourd’hui, la nature a repris ses droits.

Related: