background preloader

Le contenu posté sur les réseaux sociaux vous appartient-il ? - Cabinet d'Avocats Mathias

Le contenu posté sur les réseaux sociaux vous appartient-il ? - Cabinet d'Avocats Mathias
Lorsque vous publiez une image sur Twitter, vous la partagez avec l’ensemble de vos contacts, qui pourront à leur tour la rendre accessible sur leur compte en la « re-twittant ». Les réseaux sociaux ont une vocation de partage, et incitent fortement les utilisateurs à faire circuler entre eux le contenu qu’ils postent sur la plateforme. Pour autant, comment se traduit ce partage en terme de droits d’auteur ? Vos photos et vos textes publiés sur Twitter ou Facebook vous appartiennent-ils ou appartiennent-ils à tout le monde ? La décision du 14 janvier 2013, Daniel Morel v. AFP La question vient d’être posée à un tribunal new-yorkais par un photographe qui a vu ses clichés postés sur Twitter être publiés sans son consentement par les plus grands organismes de presse. En effet, en janvier 2010, l’un des rares photoreporters présents en Haïti au moment du séisme, Daniel Morel, publie les premiers clichés de la catastrophe sur son compte Twitter.

http://www.avocats-mathias.com/cyberespace/photos-twitter-propriete

Related:  EducMediaParentsEMIDroits d'usageVeille CDI / numInternet

Prendre le contrôle de son image et de sa réputation en ligne L’entreprise TELUS lance un programme de sensibilisation à la réputation en ligne à l’intention des élèves du secondaire et du postsecondaire, lequel comprend de bons conseils. Les médias sociaux sont une excellente façon de rester en contact et d’établir un réseau. Cela dit, il faut apprendre à les utiliser de la bonne façon. Saviez-vous que près de 50 % des adolescents affirment avoir publié quelque chose en ligne qu’ils ont par la suite regretté (selon McAfee Online)? De plus, 93 % des employeurs potentiels consultent les profils des candidats sur les réseaux sociaux avant de prendre une décision d’embauche (selon Jobvite.com).

Comment Google fonctionne et gagne de l'argent ? rédigé par Jean-Baptiste, le août 21, 2013 En France, un site web en moyenne construit chaque jour plus de 50 % de son trafic grâce aux moteurs de recherche. Google est le moteur de recherche le plus utilisé en France avec + de 90 % de part de marché. Vous comprenez dès lors qu’il est inconcevable de lancer un blog sans se poser la question de savoir comment celui-ci arrivera à bien se référencer dans Google.

Droit d'auteur : «Le partage numérique est une chance» Ce sont trente pages en forme de réquisitoire, diffusées, depuis aujourd’hui, gratuitement en librairie et sur le site web auteursendanger.fr, et intitulées – savoureux paradoxe – la Gratuité, c’est le vol. Mandaté par le Syndicat national de l’édition (SNE), l’avocat Richard Malka y taille en pièces le projet de réforme du droit d’auteur porté par la Commission européenne et l’eurodéputée pirate Julia Reda, accusé de «fragiliser la création littéraire française au profit des géants du numérique américains», et s’inquiète du contenu de la future loi sur le numérique que prépare Axelle Lemaire en France. Pour Adrienne Charmet-Alix (photo The Supermat, CC BY-SA), coordinatrice des campagnes de l’association de défense des libertés en ligne la Quadrature du Net, qui défend depuis des années la légalisation du partage hors marché et propose la mise en place d’une «contribution créative» pour financer la création culturelle, la campagne du SNE est une «imposture intellectuelle».

5 tests faciles pour voir tout ce que Google sait sur vous Google vous connaît mieux que certains de vos proches, et ce grâce aux traces que laissent vos actions sur ordinateur ou sur smartphone, collectées par défaut. Et si vous ne nous croyez pas, vous n'avez qu'à vérifier en 5 étapes ce que le géant du web sait sur vous (pour cela, il vous faudra sans doute vous connecter à votre compte Google) : 1. Guide de survie numérique : comment détecter et éviter de propager des rumeurs ? Comment ne pas se laisser piéger par une intox sur le web ? RSLN vous propose trois étapes indispensables pour éviter de participer à la propagation d’une rumeur. Les tragiques événements de novembre l’ont montré une fois de plus : il en faut peu pour que les rumeurs, même les plus insensées, se propagent en temps réel sur le web.

La géolocalisation des smartphones Les smartphones sont de plus en plus sophistiqués et multifonctions. Maps, réseaux sociaux, messagerie instantanée, on ne compte plus les applications qui intègrent la géolocalisation de l’utilisateur dans leur fonctionnement. Publié par Educnum : La géolocalisation permet de nous fournir des informations en fonction du lieu où l’on se trouve. Elle permet à un particulier de trouver le cinéma ou le restaurant le plus proche. EMI L'Education aux Médias et à l'Information est fixée dans la Loi d'Orientation et de Programmation pour la refondation de l'Ecole de la République de juillet 2013, par son article 53 (cf article Eduscol). Elle constitue avec l'Enseignement Moral et Civique, l'Education à l'Environnement et le Développement Durable, l'Enseignement à la Défense, le Parcours Citoyen de chaque élève. Si les professeurs-documentalistes en sont les acteurs privilégiés, l'EMI concerne toutes les disciplines. Elle permet aux élèves : D'exercer leur citoyenneté dans une société de l'Information et de la communicationLa compréhension et l'usage autonome des médias par les élèves et les enseignants, qui sont à la fois lecteurs, producteurs et diffuseurs de contenus. (Source ; Eduscol : L'EMI dans la stratégie numérique, mise à jour en mars 2015)

Richard Prince : l’homme qui gagnait 100 000$ en utilisant des photos Instagram sans l’accord de leurs auteurs L’an dernier, l’artiste Richard Prince exposait sa série « New Portraits » dans une galerie new-yorkaise. Rien de plus normal pour un artiste nous direz-vous ? Oui, à un détail près : l’exposition mettait en avant des portraits publiés sur le réseau social Instagram par des utilisateurs lambda, sans aucune relation avec Richard Prince. Les photos, imprimées en grand format après avoir retiré les commentaires des instagrammeurs, portaient toutes un commentaire ajouté par l’artiste. © Rob McKeever – Gagosian Gallery

MENE1526907N La France, comme de nombreux autres pays, a fixé au 20 novembre de chaque année une Journée internationale des droits de l'enfant. Cette date a été choisie par le Parlement en 1995 afin de commémorer l'adoption par l'Assemblée générale de l'Organisation des Nations unies du texte de la Convention relative aux droits de l'enfant, le 20 novembre 1989. Entrée en vigueur en France dès 1990, cette convention internationale, qui consacre notamment la notion d'intérêt supérieur de l'enfant, décline les différents droits que les pays signataires s'engagent à reconnaître aux moins de dix-huit ans.

L’algorithme : une notion info-documentaire à didactiser ? Introduction Au cours d’un autre article1, nous avons présenté sous la forme d’une synthèse le contenu du dernier ouvrage de Dominique Cardon, sociologue spécialiste du numérique et d’Internet, publié en octobre 2015 et consacré aux algorithmes2. Cette lecture a amené le professeur documentaliste que nous sommes à s’interroger quant à la pertinence de considérer l’algorithme comme une notion info-documentaire et donc, par extension, de la didactiser. Le premier chapitre du livre intitulé « Quatre familles de calcul numérique », sur lequel s’appuient en grande partie les considérations qui vont suivre, offre beaucoup de matière abondant en ce sens. C’est pourquoi nous souhaitons ouvrir le débat sur l’accueil de l’algorithme dans la famille des notions info-documentaires. 1.

Enfants et écrans : qu’en pensent les pédiatres? Face à la hausse de l’utilisation de la technologie chez les enfants, nombreux sont les parents et les intervenants scolaires qui se demandent si l’on doit limiter le nombre d’heures passées en ligne et devant des écrans. L’Académie américaine de pédiatrie (APP) donne avis, conseils et précisions sur ce sujet. Par le passé, L’Académie américaine de pédiatrie (APP) a publié de nombreux avis scientifiques portant sur l’utilisation des médias et des technologies par les enfants et les adolescents. Par exemple, en 2013, elle dissuadait les parents à exposer les enfants de moins de deux ans aux écrans et recommandait pour les autres de limiter à deux heures par jour ce temps de divertissement. Au mois de mai dernier, des pédiatres se sont rencontrés lors du symposium Growing Up Digital: Media Research en Illinois, aux États-Unis.

L'École numérique » Écrire et publier à l’heure des écrans  Écrire et publier sur Internet ? Un exercice motivant pour les élèves de seconde du lycée Alphonse-Benoît de l’Isle-sur-la-Sorgue que deux enseignants ont souhaité mettre en place. Retour sur cette expérience. De l’atelier d’écriture en classe… à la publication en ligne Injurié par email, il obtient 3 000 euros de dommages et intérêts Le 9 avril dernier, le tribunal de grande instance de Paris a condamné un représentant du syndicat CGT EssoMobil à 3 000 euros de dommages et intérêts pour injure non publique dans un email. Une décision pour le moins inédite que nous avons pu nous procurer. Les faits remontent à septembre 2013. Un médecin du travail d’Esso S.A.F, membre du fonds de solidarité (FDS) d’ExxonMobil, adressait aux 14 autres membres du FDS un courrier électronique pour les informer de l’objet d’une réunion à venir et spécialement de « sa décision » concernant l’un des salariés. Passablement énervé sur le programme des festivités, l’un des responsables du syndicat CGT EssoMobil, lui aussi membre du FDS, répondait à ce petit groupe le mail suivant : « Autant supprimer les réunions de FDS si les décisions sont du seul bon vouloir d’une personne à la botte de la direction. (...) Vive l’indépendance de la médecine du travail. »

Les adolescents sur Internet : expériences relationnelles et espace d’initiation 1 D’après Houssonloge, « près de 80 % des 6/17 et près de 100 %, 96 % des 15-17 ans naviguent sur le (...) 1Les usages spécifiques d’internet et du Web 2.0 par les adolescents interrogent sur l’évolution des pratiques d’accès à l’information des futurs citoyens dans le contexte d’un espace public diffracté, mosaïque (Bastien et Neveu : 1999 ; Dahlberg : 2001), et dont le déficit d’unité est indéniablement corrélé à la montée en puissance des technologie relationnelles. Ces dernières contribuent en effet, dans leur usage courant, à fragmenter des audiences et à générer davantage des communautés circonstancielles que de véritables publics délibératifs. 2Dans un microcosme juvénile marqué par une quête d’affirmation identitaire, la violence symbolique et les jeux de positionnement hiérarchique (la recherche de popularité) demeurent omniprésents, notamment entre 12 et 15 ans (Escofet : 2012).

Related:  EMI