background preloader

Facebook, qui nous influence le plus : l’algorithme ou nos a-priori

Facebook, qui nous influence le plus : l’algorithme ou nos a-priori
Claire Richard pour Rue89 revient sur l’étude publiée dans le magazine Science par trois chercheurs de Facebook, dont Eytan Bakshy, venant remettre en question la “bulle de filtres” d’Eli Pariser que les algorithmes des réseaux sociaux favoriseraient. “En examinant les « informations dures » (hard news, c’est-à-dire la politique, l’économie, etc., par opposition au divertissement ou au sport) partagées par ces utilisateurs ainsi que la couleur politique de ces articles, les chercheurs ont mesuré l’exposition à des contenus « transversaux » (cross-cutting) – indice d’une exposition à des contenus politiquement variés – et comparé l’influence de trois biais de sélection : l’homophilie, l’algorithme et le comportement des utilisateurs.” “Toute cette affaire de chercher à séparer conceptuellement l’influence de l’algorithme des choix individuels méconnaît volontairement ce que sont et ce que font les algorithmes. Hubert Guillaud Signaler ce contenu comme inapproprié

http://internetactu.blog.lemonde.fr/2015/05/20/facebook-qui-nous-influence-le-plus-lalgorithme-ou-nos-a-priori/

Related:  AlgorithmiqueMarketing

Algorithmes : quelle influence ont-ils sur notre vie ? Hier, les membres du Business Analytics Info étaient conviés à une table ronde menée par Thomas Boullonnois, consultant pour Rumeur Publique, au Grand Hôtel Intercontinental. L’occasion de débattre de l’influence des algorithmes dans nos vies autour d’experts et de conférenciers spécialistes du sujet. En voici un aperçu. Les algorithmes font partie de notre quotidien indirectement. Lors des navigations web, les internautes laissent de multiples traces, collectées par l’intermédiaire de cookies auprès des sites et navigateurs. Or, cette collecte de fichiers personnels est utilisée à plusieurs fins : elle permet une navigation fluide pour l’utilisateur, mais aussi de distinguer des comportements.

Marc Simoncini: «Je me donne dix ans pour disrupter le marché de l'optique» Diviser les prix par quatre dans le secteur de l’optique : c’est le nouvel objectif que s’est fixé Marc Simoncini. Le fondateur de Meetic et de Jaïna Capital vient de lancer Sensee, sa propre marque de lunettes qui propose des modèles fabriqués en France, dans le Jura, et vendus à un prix unique de 49 euros la monture, et 69 euros si l’on y ajoute deux verres Zeiss. Réduire les intermédiaires La conception algorithmique automatise-t-elle nos vies Alexis Lloyd (@alexislloyd) est la directrice créative du laboratoire du New York Times, la structure de R&D du journal, créé en 2006, où elle est à la tête d’une petite équipe multidisciplinaire regroupant chercheurs, designers et informaticiens… Son équipe est chargée de construire des prototypes pour observer leur impact sur la production et la consommation de l’information. Mais elle n'est pas venue sur la scène de Lift pour nous parler de ce que fait le NYTimes Lab (dommage). Elle est venue nous parler de l'impact de l'innovation technologique sur la culture. Nous ne sommes pas les maîtres des appareils que nous utilisons "Pour innover, il faut comprendre et déchiffrer les indicateurs de changements autour de nous", estime la designer.

L'inventeur du marketing, par Mona Chollet (Le Monde diplomatique, décembre 2007) Ne pas supplier le client d’acheter votre produit, mais l’amener à vous supplier de le lui vendre : ainsi se résume la révolution qu’Edward Bernays a introduite dans la technique publicitaire. Susciter le désir, créer l’événement, lancer des modes, fabriquer des polémiques de toutes pièces : autant de stratagèmes mis au point par ce neveu de Sigmund Freud dont la famille avait émigré aux Etats-Unis, et qui fut le premier représentant d’un métier qu’il a inventé : conseiller en relations publiques. Son « coup » le plus célèbre : en 1929, les industriels du tabac se plaignent auprès de lui des conventions sociales qui interdisent aux femmes de fumer, ce qui leur fait perdre la moitié de leur marché potentiel ; sur l’instigation de Bernays, lors de la parade du jour de Pâques à New York, un groupe de jeunes femmes allument toutes en même temps, devant les objectifs des photographes, des cigarettes qu’elles baptisent « torches of freedom » (« les torches de la liberté »)...

Dominique Cardon, À quoi rêvent les algorithmes 1Les algorithmes – c’est-à-dire les instructions qui commandent le fonctionnement des programmes informatiques – ont des effets concrets sur nos actions et sur les formes de sociétés que nous construisons. Si Dominique Cardon s’attache à montrer les conséquences des algorithmes sur nos vies, c’est d’abord pour souligner que les machines et les humains ne s’opposent pas ; au contraire, humains et machines se créent mutuellement. Ce premier point se lie à un second ayant une portée plus politique : en connaissant les effets concrets des algorithmes sur nous, humains, nous pourrons, espère l’auteur, contester certains types d’algorithmes en posant à leurs inventeurs de bonnes questions. 2La première famille à faire son apparition sur le web est celle des algorithmes qui étudient la popularité des pages web, principalement en comptant combien de visiteurs elles reçoivent.

Pourquoi Apple se retire du marché de la publicité sur mobile En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... larges éclaircies Vent : 10km/h - UV : 0 Replay Emissions Apple fustige le commerce des données personnelles numériques, et le prouve en fermant sa régie de publicité dédiée aux applications de l'App Store. (20+) Dominique Cardon : «En calculant nos traces, les algorithmes reproduisent les inégalités entre les individus» On ne le voit pas. Quoi que l’on fasse sur le Web, des systèmes de calculs exploitent des masses de données afin de nous faciliter la tâche : ce sont les algorithmes. Alors que les critiques fusent à leur propos (ils nous gouverneraient, nous enfermeraient…), Dominique Cardon, sociologue au Laboratoire des usages d’Orange Labs et professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée, relativise. Avec A quoi rêvent les algorithmes, sorti aux éditions du Seuil la semaine dernière, il propose une approche à la fois compréhensive (et compréhensible !) et critique de ces calculs devenus omniprésents dans notre quotidien.

Oracle dévoile cet incroyable contrat signé entre Apple et Google En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies afin de réaliser des statistiques d'audiences et vous proposer une navigation optimale, la possibilité de partager des contenus sur des réseaux sociaux ainsi que des services et offres adaptés à vos centres d'intérêts. Pour en savoir plus et paramétrer les cookies... larges éclaircies Vent : 10km/h - UV : 0 Replay Emissions 1 milliard de dollars, c’est le montant des sommes versées par Google à Apple pour rester le moteur de recherche des iPhone. Dominique Cardon 4/4 : « L’idiotie » des algorithmes Au lendemain de la présentation du projet de loi numérique en France par la Secrétaire d’Etat Axelle Lemaire et des appels d’Emmanuel Macron, ministre de l’économie à accélérer la transformation numérique, un autre regard sur « Nos vies à l’heure des big data » , sous-titre du livre de Dominique Cardon. Troisième séquence des des Carnets de l’économie avec Dominique Cardon , Professeur associé à l’université de Marne-la-Vallée, observateur très attentif des usages d’Internet et des bases de données toujours plus étendues, toujours plus complexes qui font partie désormais de notre quotidien. Intervenants

Related: