background preloader

Actions de médiation des collections : petite typologie

Actions de médiation des collections : petite typologie
Brève très stimulante sur Mixeum, le blog de Samuel Bausson, du Museum de Toulouse, proposant un schéma des différents degrés de participation de l’usager à l’offre de contenu du musée. Un schéma aisément transposable au monde des bibliothèques, ce que j’ai eu envie de faire après la lecture du mémoire récemment mis en ligne de Raphaëlle Gilbert (DCB18), Services innovants en bibliothèques : construire de nouvelles relations avec les usagers, qui propose également plusieurs typologies possibles des services participatifs en bibliothèques. L’institution diffuse un contenu que l’usager reçoit, passivement. Ex : bibliographies, notices critiques rédigées par les bibliothécaires, tables de sélections, bandeaux de recommandation sur les documents avec extraits de critiques lues dans la presse…Interaction individuelle entre l’usager et la bibliothèque. Ex : service « Rent a librarian »L’usager peut être témoin des interactions individuelles d’autres usagers avec l’institution. J'aime :

https://lirographe.wordpress.com/2010/02/22/actions-de-mediation-des-collections-petite-typologie/

Related:  Animations en bibSciences de l'informationRéflexions, définitions sur les formes de médiation

Les remarquables oubliés des Archives « Si un système n’est pas référencé dans nos archives, c’est qu’il n’a jamais existé. » Cette réplique assassine, c’est la méchante archiviste d’ (Star Wars) qui l’assène à Obi-Wan. Fraîchement débarqué aux Archives de la Galaxie – un Taj Mahal de données numérisées sur fond d’acier et de verre –, le Jedi cherche une planète disparue. Ne la trouvant pas, il ose dire à la vieille acariâtre que ses archives sont peut-être incomplètes. Insulte suprême, s’il en est une ! Heureusement qu’Obi-Wan n’est pas allé faire un tour sur le site des Archives de Radio-Canada.

Médiation numérique : une définition - Sylvère Mercier Je me rends compte qu’il est nécessaire de clarifier et de faire évoluer ma définition de médiation numérique. Je vous propose donc celle-ci, elle porte sur le domaine de l’information-documentation, elle est expérimentale et s’incarne dans une démarche globale et un projet. Elle renouvelle les notions plus traditionnelles de mise en valeur et celle d’aide à la recherche documentaire. J’espère que vous la trouverez claire, n’hésitez pas à réagir en commentaire et à proposer votre définition le cas échéant !

Quand le numérique nous fait perdre la mémoire On a tendance à croire que, parce qu’un document est sauvegardé sur un ordinateur, une clé ou tout autre support numérique, voire sur un nuage ou un autre, il est là pour toujours et qu’on y aura accès pour des siècles et des siècles. Mais il n’en est rien, préviennent les spécialistes des technologies de l’information, Véronique Marino en tête. Selon la directrice du programme Médias interactifs de l’Institut national de l’image et du son (INIS), il serait grand temps de repenser notre archivage, car nous avons déjà perdu des pans entiers de notre mémoire collective. « Il ne faut pas confondre production et protection, précise-t-elle. Depuis qu’on est entrés dans l’ère numérique, on est dans une ère de production de données et non de protection.

mixeum.net — 5 niveaux de relations entre le musée et le... 5 niveaux de relations entre le musée et le visiteurCe dessin est inspiré d'un schéma de Nina Simon proposant un modèle “participatif” entre le visiteur-internaute et l'institution muséale. Ce modèle permet de mettre en exergue les dynamiques relationnelles en jeux entre ces acteurs :Il décrit les différentes intéractions possibles entre l'institution et le visiteur, en prenant en considération les différents niveaux de participation :1. Le musée diffuse, le visiteur reçoit du contenu 2. L'individu intéragit avec le contenu (ex : personnalisation…"mon musée"…) 3. L'individu est témoin de l'intéraction des autres visiteurs avec le musée (ex : résultats de sondage, les commentaires) 4. Les individus sont interconnectés de façon “sociale” avec les contenus du musée.

10 degrés de plagiat Turnitin, société qui édite le logiciel anti-plagiat du même nom, a compilé les actes de plagiat les plus courants et en a déduit une nomenclature, non sans réfléchir à ce qui peut définir un plagiat. Dans une culture de partage et de remodelage, d’enrichissement, de détournement, de co-construction et de tout ce que permet la numérisation et la communication, les frontières du plagiat deviennent floues et mouvantes. Aussi Turnitin a soumis sa nomenclature et a classé les formes de plagiat en fonction de la fréquence et de la gravité de «l’intention», telle que considérée par un groupe de 879 éducateurs. De quoi s’inspirer quand vient le temps de clarifier les choses avec ses étudiants : personne n’est dupe et on sait distinguer la paresse de l’ignorance ou de la négligence. Du plus au moins grave 1.

Comment assurer une veille efficace à l'heure des réseaux sociaux ? Après l'accueil des participants, réunissant des acteurs de la finance, de l'énergie, de l'industrie et de la grande distribution, Michel Remize, le rédacteur en chef d'Archimag, a planté le décor, puis cédé la parole aux intervenants, en laissant une question en suspens : « Les réseaux sociaux sont-ils devenus plus puissants que la presse ? » . Faire un usage raisonné des réseaux sociaux La médiation pour quelles collections ? David Garcia, étagère circulaire. Lorsque l’on parle de médiation des collections, on a parfois l’impression que seule une partie des collections est jugée digne d’être promue par la bibliothèque. Privilégier le plus rare, le “meilleur”, le moins médiatisé ?

Modèles FRBR, FRAD et FRSAD FRBR, FRAD et FRSAD sont trois modèles conceptuels élaborés et approuvés par l'IFLA en 1997, 2009 et 2010 qui couvrent respectivement les données bibliographiques et d'exemplaires, les données d'autorité et la relation de sujet. Description du modèle FRBR Le modèle FRBR (Functional Requirements for Bibliographic Records / Fonctionnalités requises des notices bibliographiques) est un modèle conceptuel de données bibliographiques élaboré par un groupe d’experts de l’IFLA de 1992 à 1997. Il a été officiellement approuvé par le Comité permanent de la Section de catalogage de l’IFLA le 5 septembre 1997, et le rapport final du groupe d’experts a été publié dès l’année suivante aux éditions Saur. Ce modèle analyse la notice catalographique comme un ensemble d'informations portant sur quatre aspects distincts du document décrit :

Médiation et politique documentaire - Médiathèque Intercommunale Ouest Provence La politique documentaire étant la pierre angulaire de la Médiathèque Intercommunale Ouest Provence, Bambou a choisi de créer un onglet spécifique (et résolument évolutif), qui détaille tout le dispositif Poldoc du réseau, son organisation, ses acteurs, ses outils, son activité, etc. Mais avant de décrire ce contexte, quelques pré-requis qui déterminent le champ d’application et de développement de notre politique documentaire, ainsi que son caractère raisonné et systémique : Fort de ces composantes (pour plus de développement, se reporter notamment à l’article du BBF « Pratiques et politiques d’acquisition« ), le dispositif poldoc s’appuie sur une organisation fonctionnelle pérenne et transversale, telle que représentée, dans cet organigramme, par une Direction de la Politique Documentaire (fonctionnant aux côtés de la Direction Administrative et de la Direction de l’Action Culturelle) 1.

PHP Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. PHP: Hypertext Preprocessor [4], plus connu sous son sigle PHP a permis de créer un grand nombre de sites web célèbres, comme Facebook, Wikipédia, etc.[6] Il est considéré comme une des bases de la création de sites web dits dynamiques mais également des applications web. Pour une médiation numérique DES SAVOIRS - Il y a quelques années j’ai proposé une définition de la médiation numérique : La médiation numérique est une démarche visant à mettre en œuvre des dispositifs de flux, des dispositifs passerelles et des dispositifs ponctuels pour favoriser l’accès organisé ou fortuit, l’appropriation et la dissémination de contenus à des fins de diffusion des savoirs et des savoir-faire. Pour moi il s’agissait de définir un « concept opérationnel » permettant d’introduire le numérique dans les établissement en se gardant de tout solutionnisme technique. Ce concept a rencontré beaucoup d’intérêt de la part des bibliothécaires au fil des années. Il a été largement adopté par le secteur des EPN et de la formation citoyenne au numérique. Il y a pris le sens d’une « recherche d’autonomie » suite à des apprentissages centrés sur les outils.

Un autre regard sur les bibliothèques : focus sur « Critlib  Avez-vous déjà entendu parler de « Critlib », cet autre regard porté sur les bibliothèques par des bibliothécaires ? Qu’est-ce que Critlib ? Créé en 2014, Critlib pour « critical librarianship », difficilement traduisible en français, constitue un mouvement de « bibliothécaires critiques ». Porté par un groupe de bibliothécaires présents et en devenir, en majorité anglophones et nord-américain.e.s, Critlib fait souffler un vent de renouveau sur l’ensemble des pratiques professionnelles. Médiation numérique : conférence en vidéo - S. Mercier Voici grâce aux services de l’Université de Grenoble (que je remercie) l’intégralité de la conférence proposée par votre serviteur le 25 octobre 2012 dans le cadre des Jeudis du livre (merci également aux organisateurs). Cette conférence s’intitule Médiation numérique des enjeux aux dispositifs, elle dure 3 heures et elle est placée sous licence creative commons Attribution – Non commercial – Partage à l’identique. Trois heures d’attention je sais que c’est beaucoup, mais au regard des enjeux à affronter ce n’est pas grand chose… En voici la présentation : Après une introduction au web social, nous définirons la médiation numérique dans les bibliothèques : les enjeux qu’elle soulève et les dispositifs qu’elle implique.

Comment effacer toute trace de vous sur Internet ? Après avoir un peu trop bourlingué sur la toile, certains veulent simplement effacer toutes traces de leur passage, aussi bien sur les réseaux sociaux que sur les sites web. Si c'est votre cas, voici comment procéder. Avant d’aller tenter d’effacer vos vieux compte Multimania, iFrance et MySpace, vous devriez sans doute commencer par aller effectuer une purge du côté du « Big Four », composé du quatuor Facebook, Twitter, Google+ et LinkedIn. En somme, c’est à ces endroits qu’on devrait logiquement avoir le plus de facilité pour consulter et/ou récupérer des informations vous concernant. Facebook ne vous aide pas vraiment lorsque vous désirez effacer votre compte. Vous trouverez l’option dans Réglages > Sécurité > Désactiver votre compte.

Related: