background preloader

Le Business Model des entreprises libérées - Les Echos

Le Business Model des entreprises libérées - Les Echos
Related:  Entreprise libérée

Check list avant d'ouvrir - Open Models Les Open Models sont divers et le terme d’ouvert (par opposition à fermé) ne nous aide pas à comprendre cette diversité. Afin d’y voir plus clair, voici 6 dimensions qui permettent de décrire un Open Model. Cet article a d’abord été publié dans Open Models, les business models de l’économie ouverte. La diversité des Open Models C’est cette diversité qui a déclenché le travail mené par Without Model sur les Open Models. Cinq exemples démontrent qu’une vision binaire (ouvert vs. fermé) est trompeuse. En juin 2014, l’entreprise Tesla, qui conçoit, développe et produit des voitures électriques performantes, annonce sa décision de laisser la possibilité à n’importe quelle entreprise ou particulier d’utiliser sa propriété intellectuelle librement. Les 6 dimensions Au-travers des articles et événements qui ont permis la réalisation d’Open Models, les business models de l’économie ouverte, nous avons identifié 6 dimensions qui permettent de décrire un Open Model.

An-Theos Non l'entreprise libérée n'est pas une mode. - An-Theos Marc Halevy écologique, technologique, économique, organisationnelle, philosophique Je vais ici tenter de faire le lien entre Jean-François et Marc Halevy. Pour moi l’entreprise libérée est une vraie réponse aux cinq grandes ruptures proposées par Marc Halévy : écologique, technologique, économique, organisationnelle, philosophique! Je fais référence ici à Marc Halévy et le scénario des cinq ruptures et des cinq alternatives. Pour ma part j’en ai rajouté une sixième que je trouve incontournable : le courage politique, c’est-à-dire trouver des responsables capables de scier la branche sur laquelle ils sont assis pour accéder au monde nouveau qui s’offre à nous aujourd’hui. Face à la croissance démographique exponentielle dans un monde fini avec les ressources connues aujourd’hui qui deviennent de plus en plus chères à extraire, il nous invite à passer d’un monde d’abondance à un monde de frugalité. Les deux piliers de l’ancien paradigme sont l’expansion en masse et la baisse en prix.

Entreprise libérée : dérive symbolique et confusion des genres - Les Echos Europe La Grèce regagne un peu de confiance auprès de ses partenaires... L’Eurogroupe a donné son feu vert vendredi au troisième plan d’aide grec, d’un montant de 86 milliards d’euros.Angela Merkel va devoir convaincre sa... Société Universités : la France se maintient dans le classement de Shanghai Toulouse School of Economics entre dans le classement de Shanghai, grâce au prix Nobel Jean Tirole. Social La bonne surprise du rebond de l’emploi salarié Entre avril et juin, le secteur marchand (hors agriculture) a créé 27.300 emplois, selon l’estimation flash publiée ce vendredi par l’Insee.

Michelin réinvente son management et brise ses chaînes - Pneumatique Ils sont une dizaine à se retrouver dans un bureau vitré au milieu de l’atelier. Ils parlent à tour de rôle, tournant les faces d’un kiosque sur lequel sont affichés des chiffres et des graphiques. Les salariés de l’îlot EPI 1 constatent un retard de production. La réunion est courte, son canevas rodé. Fini donc la relation manager-salarié sur le modèle "Je décide, il exécute". Visiter l’usine de Valladolid ? Loin de la Californie et des nationales enneigées du Massif Central, les autoroutes embrumées de la Sarre mènent à Hombourg, un autre site de production de Michelin. L’homme qui veut libérer le pneumaticien Qu’il parle ressources humaines ou engagement, Bertrand Ballarin, le directeur des relations sociales de Michelin, préfère citer, plutôt que le dernier consultant à la mode, Simone Weill ou Jean-Jacques Rousseau. Dans la bibliothèque de Bertrand Ballarin, les auteurs de socio-psychologie voisinent avec les classiques de la littérature. Associés au choix des machines

Les nouveaux modèles économiques Économie casino, surexploitation des ressources naturelles, réchauffement climatique, creusement des inégalités, n’en jetez plus ! Même ceux qui ne sont pas prêts à balancer le libre-échange sans contrôle aux orties se rendent compte qu’un changement est nécessaire. La seule chose dont on peut être certain aujourd’hui, c’est que le paysage économique de demain ne sera pas monolithique : plusieurs modèles coexisteront avec plus ou moins de bonheur. Voici quelques amorces de nouveaux modèles qui n’attendent qu’à se développer. Valoriser les déchets Pendant des décennies, l’industrie s’est satisfaite d’une économie linéaire : on extrait les matières premières de la nature, on les transforme et après un certain temps, les produits lâchés sur le marché deviennent obsolètes, déchets sans valeur. Utiliser l’énergie excédentaire L’agriculture et la production alimentaire seront aussi appelées à se diversifier. Adopter une machine Croiser les compétences L’homme fourmille de projets.

Les 7 points qui différencient une entreprise libérée d’une organisation classique Chroniques d’experts Organisation Le 28/05/2015 Temps de lecture : 8 minutes Identifier les sept points communs des entreprises libérées permet de comprendre, en creux, ce qui peut dysfonctionner dans les organisations traditionnelles. Quel que soit le domaine ou le secteur d’activité dans lequel elles évoluent, les entreprises libérées ont des points communs. 1. La souffrance au travail a un coût : le coût du stress a été évalué à 3,8 % du PIB par des études européennes, soit entre 3 et 3,5 millions de journées de travail perdues. 2. Incarner une vision et la faire partager à ses collaborateurs : si cela était courant dans les entreprises familiales et paternalistes de la période préindustrielle, les dirigeants d’aujourd’hui sont tout aussi volatiles que les investisseurs. 3. Pour maintenir la cohésion au sein d’un collectif de travail, il ne suffit pas d’afficher des valeurs telles qu’on peut le voir dans les chartes d’entreprise. 4. 5. C’est le leitmotiv de toutes les entreprises. 6. 7.

Réflexions sur l'entreprise libérée et le leadership - Axciome C - Conseil et Formation Alors les bretons, heureux au travail ? emploi Le cabinet rennais MoreHumanPartners a mené l’enquête sur le bonheur au travail dans l’Ouest. Les Bretons ne se portent pas si mal, en tout cas mieux qu’au niveau national ! NFM Publié le 08/04/2015 | 19:21, mis à jour le 08/04/2015 | 19:37 © France3Bretagne Un salarié d'une entreprise de métallurgie 6 mois d’enquête pour mesurer le bonheur du travail dans l’Ouest. A l’Ouest, on s’y sent mieux 97% des sondés en Bretagne considèrent que le bonheur et le travail sont compatibles. Les bretons heureux au travail Reportage M. Les pistes pour accroître le bonheur au travail En grande majorité, nous passons plus de temps au travail qu’avec la famille.

Related: