background preloader

Vers des objets conçus pour le partage

Vers des objets conçus pour le partage
Depuis février 2014, la Fing, Ouishare et leurs membres ont mené ensemble un projet de R&D collaborative autour de la consommation collaborative, baptisé Sharevolution, dans le but de produire de nouvelles pistes de connaissances, de réflexions et d’innovation. Nous vous livrons sur InternetActu.net la synthèse des 4 grands axes de réflexion/action, dont voici la première consacrée à la conception d’objets pour le partage. Dans le contexte actuel de crise et en particulier de la remise en cause de la consommation de masse, notre rapport aux biens évolue. Continuerons-nous de posséder tous nos biens ou entrons-nous dans l’ère du partage, qui nous permet d’utiliser sans forcément posséder ? Est-ce que demain, les objets seront utilisés différemment, voire même davantage utilisés, parce que partagés ? Autant d’enjeux qui viennent renforcer l’urgence de la question de la conception de la partageabilité des objets. De quels objets parle-t-on ? Les limites du partage de biens Véronique Routin

http://www.internetactu.net/2015/04/07/vers-des-objets-concus-pour-le-partage/

Related:  Economie collaborative & Ville contributiveVille collectiveMichel BauwensEconomie du partageRésidence étudiante

Anne de Malleray et Laurent Barelier - Start-up collaboratives vs municipalités: le choc des cultures - Dossiers - Publications Les collectivités locales observent avec intérêt le développement de l'économie collaborative, et certaines sont mêmes prêtes à jouer un rôle actif dans la promotion du phénomène, au-delà d'une simple rôle de régulation. Les territoires ont compris que les services urbains proposés par ces acteurs sont autant de gages d'attractivité territoriale, et qu'ils peuvent en outre permettre des économies budgétaires. A Amsterdam, le discours relatif à Airbnb a sensiblement évolué. L'article de TheNextWeb sur les contradictions de la ville d'Amsterdam illustre bien cette difficulté de positionnement. Aujourd'hui, la ville a décidé d'autoriser complétement les locations via Airbnb, reconnaissant que la plateforme contribue à la diversification de l'offre d'hébergement, stimulation de l'activité touristique, et répond à de nouveaux besoins et de nouvelles aspirations ("vivre comme un local").

Le Bureau Cosmique / Le Blog de Huis Clos Le Bureau Cosmique à sa création. En 2002 débute le chantier de la Courrouze. Peu après l'arrivée des premiers habitants en 2008 est crée le projet CourrouzeAA, porté par le théâtre de l'Aire Libre à St Jacques de la Lande et la MJC Antipode de Cleunay. Voisins de cet espace en mutation, l'équipe du projet qui compte aussi le metteur en scène Benoît Gasnier, veut accompagner la totalité du chantier prévue jusqu'en 2020, de propositions artistiques en lien avec la population. Leur but est de favoriser et facilité les relations entre les futurs habitants de la Courrouze, ceux de Cleunay et de Saint Jacques de la Lande. Ils veulent aussi valoriser les savoir faire, le rôle et la place des ouvriers du chantier, afin que le lieu du travail devienne également un lieu de vie, de partage et de confrontations des expériences.

Jeremy Rifkin : “Ce qui a permis le succès inouï du capitalisme va se retourner contre lui” Pour l’économiste américain Jeremy Rifkin, l’heure de la troisième révolution industrielle a sonné. La société va devoir s’adapter. Il y a vingt-cinq ans, c'était la star du ring, le « boss », vainqueur du communisme par K-O ! Aujourd'hui, le capitalisme est un champion usé par la crise, miné par les contradictions et politiquement à bout de souffle. Pour l'économiste américain Jeremy Rifkin, nous assistons, tout simplement, à son éclipse. Dans un livre passionnant – La Nouvelle Société du coût marginal zéro – en librairie le 24 septembre 2014, il raconte le basculement, inévitable, que nous avons déjà commencé à opérer vers un nouveau système de production et de consommation : les « communaux collaboratifs ».

Uberisation : comment s'en préserver Tendance transversale impactant de nombreux pans de l'économie, l'Uberisation a fait l'objet d'une étude du cabinet Deloitte Monitor, présentée lors des Enjeux de la Fevad, jeudi 2 juillet. Premier grand enseignement, il n'existe pas de définition universelle du concept d'Uberisation. En revanche, cette tendance recouvre plusieurs réalités à commencer par son caractère disruptif, notamment des modèles traditionnels d'entreprises. Aussi, dans le cadre de l'Uberisation, c'est l'usage d'un bien ou d'un service qui prédomine sur la possession de ce bien ou de ce service, avec bien souvent, des approches nouvelles apportant un regard différent sur le quotidien et le mieux vivre, à travers l'expérience utilisateur.

Logements neufs : la mode des espaces partagés Les promoteurs incluent désormais des salles des fêtes collectives, des terrasses communes, des espaces de « coworking »… Séduisant, à condition de définir en amont les règles de gestion et de bien en évaluer le coût. LE MONDE ECONOMIE | • Mis à jour le | Par Laurence Boccara Une terrasse commune sur le toit avec une cuisine extérieure, un studio à disposition dans l’immeuble pour loger ses proches, une buanderie collective et même une conciergerie. Bienvenue dans les nouveaux immeubles de logements neufs riches en espaces partagés. Le BtoB à l’assaut de l’économie collaborative — Share qui peut ! (Crédits photo: Kevin Krejci) Derrière la révolution qui touche en premier lieu le grand public, se profile un bouleversement des habitudes des entreprises. Le grand public n’est pas le seul à être touché de plein fouet par la vague du partage. Tout comme Airbnb permet de rentabiliser une chambre inoccupée ou Lending Club de faire fructifier de l’argent qui dort, de nouveaux services permettent à une entreprise de rentabiliser ses actifs, quel qu’ils soient.

Faltazi : Eco-designers Sentir, apprendre, penser, réaliser « Nous avons désormais deux activités bien distinctes. La première est classique puisqu’elle consiste à répondre à des demandes d’industriels, notamment de l’électroménager, en vue de produire de nouvelles gammes d’appareils. Notre seconde activité l’est moins. Blablacar et Airbnb : le partage est le nouveau stade du capitalisme L'économie du partage est marchandisée. Loin des idéaux post-capitalistes de la collaboration entre pairs, Blablacar, Airbnb et consorts ont créé un nouveau modèle ultra-compétitif. Ces plateformes d'économie du partage s'inscrivent ainsi dans la droite ligne de l'histoire du capitalisme.Pour parler en marxiste, cette économie (marchande) du partage accentue encore la profitabilité du capital : un particulier utilise sa propriété personnelle (voiture et logement principalement) pour fournir un service payant à un autre particulier (conduite et hébergement en l'occurrence). Quand le prix du trajet Blablacar baissait auparavant avec le remplissage de la voiture, il est maintenant fixé par passager. Le revenu augmente avec le nombre de voyageurs : adieu la logique initiale de partage des frais, bienvenue dans le profit.

Les quatre leviers de l'économie du partage Réappropriation des données, formalisation des modalités du partage, intégration des organisations verticales, confiance… Voici les leviers à actionner pour fluidifier l’économie du partage, selon Daniel Kaplan, co-fondateur et délégué de la FING. “Posséder, c’est dépassé” tel est l’un des adages de la communauté OuiShare. Derrière ce slogan, il y a une volonté de se délester de tous ces objets qui nous envahissent mais aussi (surtout ?) de donner plus de place aux relations qu’ils engendrent. Et concrètement, comment on s’y prend pour généraliser les modèles émergents de consommation et production partagée ?

Related: