background preloader

Que signifie BYOD?

Que signifie BYOD?
(suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) Le BYOD, acronyme de « Bring Your Own Device », ou en français AVAN, pour « Apportez Votre Appareil Numérique », est apparu vers 2005 dans les entreprises; il fait son apparition depuis peu dans les salles de classe. La perspective du BYOD est de permettre à l’utilisateur de travailler partout et à tout moment avec son appareil numérique personnel. Dans cette approche, les entreprises y ont vu des économies d’infrastructure alors que l’école y a vu un moyen de favoriser l’apprentissage des élèves. Selon certains, l’école et l’élève sont tous les deux gagnants, car l’élève choisit et utilise un outil (ordinateur portable, tablette, phablette ou téléphone intelligent) qu’il connaît et maîtrise. Par ailleurs, notons que la multiplicité des outils technologiques n’étonne plus personne. De nombreuses études se sont penchées sur le sujet et proposent des approches distinctes. Table des matières 1.

http://www.ecolebranchee.com/2015/02/27/que-signifie-byod/

Related:  BYOD (Bring Your Own Device) : perspectives et recommandationsMéthodes d'enseignementBYOD

Les différents modèles d’intégration du BYOD (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) L’enseignant a le choix des outils et des plateformes qu’il veut (et peut) utiliser dans sa salle de classe. En fonction de la liberté qu’il donne aux élèves, différents modèles d’intégration du BYOD se dessinent. Un guide du ministère de l’Éducation de l’Alberta initie cette réflexion en mettant en évidence les différentes configurations possibles d’une infrastructure BYOD. Dans le cadre de ce chapitre, nous avons ajusté ce modèle en fonction de nos constatations et de nos recherches afin de créer un modèle d’intégration du BYOD (figure 1).

Infobourg - Dossier : Le BYOD, entre perspectives et réalités pédagogiques Par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel Un dossier conjoint de L’École branchée et de Carrefour éducation. Illustration par Mélanie Leroux Ces dernières années, nous voyons apparaître une nouvelle forme d’intégration des technologies en salle de classe : le « Bring Your Own Device (BYOD) » ou « Bring Your Own Technology » (BYOT) ou encore « Apportez Votre Appareil Numérique (AVAN) en français.

Les différents modèles d’intégration du BYOD Auteurs : Aurélien Fievez et Gabriel Dumouchel Illustration : Mélanie Leroux En pratique, des enseignants utilisent cette configuration en salle de classe lorsqu’ils permettent à leurs élèves d’amener leur(s) outil(s) technologique(s) personnel(s) afin de réaliser des tâches spécifiques. Cependant, cette nouvelle approche pédagogique apporte avec elle son lot de perspectives et de réalités. En effet, elle demande une préparation et une analyse approfondie de l’environnement d’enseignement-apprentissage afin de réussir son intégration.

Pourquoi utiliser le BYOD dans une classe? (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) L’idée est intéressante, mais est-ce aussi facile qu’on le dit? Le BYOD représente-t-il une ouverture technologique de l’école ou plutôt une complexification pédagogique? BYOD : Conclusion et références (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) L’idée derrière le BYOD est que les établissements scolaires se servent des appareils utilisés au quotidien par les élèves afin d’appuyer l’apprentissage. Toutefois, l’école devra également trouver les moyens d’introduire ces outils et de les rendre accessibles à tous, notamment en prévoyant des solutions pour les élèves qui ne peuvent se procurer d’outils technologiques. L’implication des parents dans le choix de l’outil, mais également dans le suivi de l’élève est donc primordiale, d’une part pour l’aider dans son appropriation de l’outil, mais également dans l’utilisation responsable de celui-ci. En résumé, nous constatons que le BYOD encourage l’apprentissage à travers le temps et l’espace.

Où en est le BYOD au Japon ? Trop dangereux aux yeux des Japonais Si le BYOD connaît un succès important en Amérique ou encore dans la plupart des pays asiatiques, nous savons que deux territoires de ce continent résistent encore et toujours à l’envahisseur. Le premier est Taiwan, cas que nous avons déjà analysé, et le second est le Japon. Comment intégrer le BYOD dans un établissement scolaire? (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) Intégrer le BYOD suppose des modifications dans le rôle de l’enseignant, mais également au niveau de l’institution elle-même. Permettre l’utilisation d’outils multiples au sein d’un établissement scolaire demande des adaptations structurelles dans l’administration et la gestion de l’établissement. Les considérations des directions sont basées sur les caractéristiques techniques, mais également sur la gestion du personnel et des élèves. La politique interne de l’école doit être revue ainsi que les règles d’utilisation des technologies. Nous pouvons mettre en évidence différents points qu’il est nécessaire de prendre en considération pour la direction d’une école ou d’une commission scolaire qui souhaite intégrer le BYOD :

10 tendances pédagogiques à surveiller en 2015 En 2014, ce sont probablement les MOOC et la classe inversée qui ont joui de la plus grande visibilité sur le plan du potentiel pédagogique. Quelles sont les tendances pédagogiques dont nous entendrons parler en 2015 et dans les années à venir? Des réponses se trouvent peut-être dans un récent rapport. L’Open University, une institution universitaire britannique dispensant de la formation en ligne, publie depuis 2012 un rapport annuel portant sur les formes de pédagogie innovante. Elle vient récemment de publier le rapport de 2014, intitulé « Innovating Pedagogy 2014: Exploring new forms of teaching, learning, and assessment, to guide educators and policy makers ».

Le BYOD est-il trop compliqué ? Loin d’être une nouveauté à ce jour, le BYOD reste pourtant pour de nombreuses compagnies une forme de mystère. Les médias communicants sur le sujet sont pourtant légion, et tous les acteurs ou presque liés au télécom disposent de solution pour aider ces entreprises. Les EMM (Enterprise Mobility Management) et autre MDM (Mobile Device Management), servant à gérer les terminaux mobiles ainsi que les applications (et bien d’autres choses), sont ainsi accessibles parfois à des prix loin d’être abusifs, ceci afin de faciliter le travail des administrateurs et des DSI. Mais cela n’empêche pas le secteur de se complexifier chaque jour un peu plus. La faute tout d’abord à une multitude d’appareils mobiles : de nouvelles marques voient ainsi le jour tous les mois, notamment en Asie, et ces dernières ne restent pas confinées à leur continent et n’hésitent pas à envahir nos marché.

Comment mettre en place le BYOD dans une classe? (suite du dossier, par Aurélien Fiévez, en collaboration avec Gabriel Dumouchel) Enseigner et apprendre dans un environnement BYOD demande des adaptations. Il est nécessaire de poser des règles et de prendre des moyens afin de permettre une utilisation optimale de cette approche. Le but est de permettre aux apprenants de développer des compétences disciplinaires et transversales, mais aussi de construire leur culture numérique, et ce, en faisant usage de leur(s) outil(s) technologique(s) personnel(s) en salle de classe. Pour cela, nous avons vu dans le chapitre précédent que l’établissement scolaire doit mettre en place des moyens et des règles appropriés dans ce que nous pourrions considérer comme l’aspect macro de la gestion du BYOD. De son côté, l’enseignant doit agir au niveau de la microgestion de l’environnement d’enseignement-apprentissage.

CIPE : jeux d'entreprise, conception jeu pédagogique, formation par le jeuCIPE : jeux d'entreprise, conception jeu pédagogique, formation par le jeu Voilà ce qu’un jeu du CIPE n’est pas … Ci-dessous, deux vidéos humoristiques pour illustrer l’anti-pédagogie : 1) Le jeu « démagogique » 2) Le jeu « psychédélique »

Related: