background preloader

Vu par Le Monde

Vu par Le Monde
Le projet de texte, examiné par les députés à partir de lundi, fixe un cadre légal aux services de renseignement et leur donne de nombreux outils de collecte d'informations. L'examen du projet de loi sur le renseignement a débuté lundi 13 avril à l'Assemblée nationale. En préparation depuis près d'un an mais examiné en procédure accélérée au Parlement, le texte compte notamment renforcer la surveillance d'Internet, et, de l'aveu même de ses défenseurs, légaliser des dispositifs déjà mis en œuvre. Pour ses nombreux détracteurs issus de la société civile, ce projet de loi donne bien trop de latitude aux services de renseignement et ne prévoit pas assez de contre-pouvoirs. Pour ses partisans, notamment le ministère de l'intérieur, il s'agit de donner, pour la première fois, un cadre légal cohérent aux services tenant compte des évolutions technologiques, et notamment d'Internet. Lire : La galaxie des opposants au projet de loi sur le renseignement Définition des champs d'action des services

http://www.lemonde.fr/pixels/article/2015/03/18/ce-que-prevoit-le-projet-de-loi-sur-le-renseignement-sur-internet_4594423_4408996.html

Related:  Loi sur le RenseignementLoi renseignements / France / 2015Cybercriminalité - rapport de recherche C. G.aristodamos

Vu par Libération 2 Plus de moyens pour les services de renseignement, mais aussi plus de contrôle. C’est l’équilibre que le gouvernement a juré de trouver dans son projet de loi sur le renseignement, qui sera présenté jeudi en Conseil des ministres. Le Figaro a publié les principales dispositions d'une version non définitive du texte dans son édition du jour. Revue de détail, en cinq points. De nouveaux moyens techniques « Surveiller, tout en se cachant, est la forme la plus haute du pouvoir » Un week-end pour réfléchir Nous avons puisé dans notre collection de grands entretiens pour vous concocter un week-end de réflexion sur les enjeux du numérique, histoire de bien attaquer cette nouvelle année scolaire. Pour encourager les travaux sur ces sujets, Rue89 lance d'ailleurs avec le Fabernovel Institute les Prix des Talents de la recherche.

Loi sur le renseignement : les députés ont adopté les articles qui fâchent 01net le 16/04/15 à 08h42 25 députés ont voté pour le texte, 5 contre. Manifestation et protestations n'y auront rien changé. Comme on s’y attendait, l'Assemblée nationale a adopté dans la soirée du 15 avril 2015 les mesures sur la surveillance des données Internet du projet de loi sur le renseignement, en y intégrant un amendement du gouvernement visant à apaiser les inquiétudes des hébergeurs de ces données.

Loi sur le renseignement : RSF s'inquiète pour la liberté de la presse Le secrétaire général de Reporters sans frontières, Christophe Deloire, craint que les dernières lois sécuritaires ne limitent gravement la liberté de la presse. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Propos recueillis par Martin Untersinger Après la loi de programmation militaire (LPM, fin 2013) et la loi sur le terrorisme (2014) la loi sur le renseignement, qui a été présentée par le gouvernement le 19 mars 2015, inquiète les défenseurs des libertés.

Le terrorisme ! Faut-il renforcer l’arsenal législatif français en matière de lutte contre le terrorisme ? La question a été posée vendredi 9 janvier avant même que les deux auteurs de l’attentat contre Charlie Hebdo et le preneur d’otages de la porte de Vincennes, auteur du meurtre de la policière municipale à Montrouge (Hauts-de-Seine), ne soient abattus par les forces de l’ordre. A plusieurs reprises au cours de la journée de vendredi, le premier ministre, Manuel Valls, qui a revêtu depuis le début de cette crise son costume de « ministre de l’intérieur bis », a déclaré qu’« il sera sans doute nécessaire de prendre de nouvelles mesures » pour répondre à la « menace » terroriste dans le pays. Ces annonces répétées de M. Valls font suite aux réactions depuis mercredi de l’UMP, qui souhaite un renforcement du dispositif de sécurité français. Ces trois derniers jours, l’ancien président de la République Nicolas Sarkozy a en effet plusieurs fois demandé...

Cessons de considérer les algorithmes comme des dieux ! Le concepteur de jeux Ian Bogost signe une nouvelle tribune, sur The Atlantic, qui mérite l’attention : « La cathédrale du calcul ». Il y dénonce à nouveau la culture algorithmique, symbole que la science et la technologie sont devenues une nouvelle théologie. Cette culture algorithmique dont tout le monde parle est une dévotion, une supplication faite aux ordinateurs, un moyen de remplacer Dieu dans nos esprits alors même que nous prétendons simultanément que la science nous a rendu imperméables à la religion. Et dans cette nouvelle théologie, l’ordinateur, le logiciel et les algorithmes tiennent une place particulière, explique-t-il : « La première erreur est de transformer les ordinateurs en dieux.

Cyberespionnage : les opposants à la loi sur le renseignement manifestent 01net. le 13/04/15 à 17h23 « Je suis sur écoute », « Non à la surveillance de masse », « #UnfollowMe », « Protégez nos libertés ». Telles ont été les slogans scandés aujourd’hui, 13 avril, près de l’Assemblée nationale, où plusieurs centaines de personnes se sont réunies vers 12h30 pour manifester contre le projet de loi sur le Renseignement. Au nom d’abus sur Internet, la loi sur la liberté de la presse menacée Des sénateurs veulent profiter du projet de loi « égalité et citoyenneté », débattu à partir de mardi, pour revenir sur certains fondamentaux. LE MONDE | • Mis à jour le | Par Franck Johannès C’est un projet de loi qui ratisse large, de la réserve citoyenne de la police à l’abolition d’une ordonnance de Charles X.

Une surveillance massive et des techniques invasives Le projet de loi relatif au renseignement est soumis à l’examen accéléré de l’Assemblée nationale depuis ce lundi. En choisissant la procédure d’urgence, le gouvernement court-circuite le débat public et signe un reniement démocratique. Dévoyant l’inquiétude légitime suscitée par les attentats, il renvoie dans l’ombre la véritable portée de son projet, qui, loin de se limiter à la lutte contre le terrorisme, introduit dans de vastes espaces de la vie sociale des pratiques de surveillance jusqu’alors illégales. S’il est pourtant une activité trop longtemps soustraite au débat démocratique, c’est bien la surveillance secrète menée au nom des intérêts de l’Etat. Loi sur le renseignement : le Manifeste des 110 000 contre le « Big Brother » français Thomas Guénolé (politologue) et Katerina Ryzhakova (communicante) sont co-initiateurs de la pétition citoyenne contre le projet de loi renseignement, qui a déjà recueilli plus de 100 000 signatures. Dans une tribune au Monde, ils expliquent leur démarche. Nous sommes de simples citoyens déterminés à protéger nos vies privées et, à travers elles, nos libertés fondamentales, contre un projet de loi qui les met objectivement en danger.

Etude Juniper et Rand : portrait détaillé du marché noir de la cybercriminalité 01net. le 25/03/14 à 10h40 Saviez-vous que les données d’une carte bancaire européenne avaient plus de valeur sur le marché noir du cybercrime qu’une carte nord-américaine ? Saviez-vous que le printemps arabe ou les soulèvements égyptiens ont eu une influence sur les vols de données en ligne ? Et que Twitter, tout ouvert qu’il est, est un des outils de prédilection de communication des hackers qui animent le petit monde parallèle du cybercrime ?

Qu'est ce que la démocratie ? Présentation de l'auteur Édith Fuchs, normalienne et agrégée de philosophie, est professeur honoraire de philosophie en première supérieure et maître de conférence à l’Institut d’études politiques de Paris. Elle fut également, en 2011, lauréate du Prix Osiris de l’Institut de France pour son ouvrage Entre Chiens et Loups. Dérives politiques dans la pensée allemande du XXe siècle, Paris (Le Félin), 2011. « La démocratie consiste dans l’exercice, soit direct, soit indirect, du pouvoir par le peuple. Cette organisation politique implique un état social caractérisé par le fait que tous sont égaux devant la loi, que tous possèdent les mêmes droits.

Inutile et liberticide ? La séquence s’annonçait commode pour le gouvernement : un projet de loi préparé de longue date, un objectif affiché – encadrer l’activité des services de renseignement – difficilement contestable, une opposition qui a très tôt affirmé son soutien au texte. Et un contexte post-attentats qui permet d’accélérer le tempo : pour garantir une adoption avant l’été, l’exécutif a imposé un examen du projet de loi sur le renseignement en procédure accélérée. Sauf que… dès la présentation du texte par Manuel Valls, les critiques se sont accumulées – jusqu’aux principaux hébergeurs internet qui menacent de quitter la France. En réaction, les promoteurs du texte font feu de tout bois.

Si t'as rien à te reprocher, t'as pas peur d'être surveillé « La menace n’a jamais été aussi importante, nous n’avons jamais eu affaire à ce type de terrorisme dans notre Histoire. » Manuel VALLS a frappé très fort sur France Inter jeudi 23 avril pour nous terroriser contre le terrorisme, suite à l’arrestation d’un nouveau terroriste, dont nous avions entendu parler la veille en boucle sur toutes les radios et sur toutes les télés. Un nouveau terroriste qui tombe curieusement merveilleusement bien pour un Manuel VALLS qui cherche par tous les moyens à imposer la loi sur le renseignement. Toujours sur France Inter, il ajoute : « La loi sur le renseignement aurait donné plus de moyens aux services de renseignement ». Mais pourquoi tant de manque de confiance envers ce projet de loi, qui – n’en doutons pas – va permettre de lutter contre l’évasion fiscale ? Laquelle, rappelons-le, coûte chaque année 80 milliards d’euros à la France : la loi Renseignement va permettre sans nul doute de repérer et d’arrêter ces délinquants. LÀ-BAS HEBDO n°14 (extrait)

Related: