background preloader

Pourquoi, où vote t-on FN ? Les nouvelles cartes du Front national

Pourquoi, où vote t-on FN ? Les nouvelles cartes du Front national
Les 22 et 29 mars prochains, se tiennent les élections départementales. Alors que le Front National est crédité de 31% dans le dernier sondage Odaxa pour RTL daté du 9 mars, nous recevons Hervé Le Bras, géographe, et Nonna Mayer, politologue. Une émission en partenariat avec le journal « Le 1 » dont le dernier numéro s'intitule « FN, pourquoi il monte ». De gauche à droite: le vote FN en France et les inégalités en France Hervé Le Bras © Hervé Le Bras Cartes: conception et réalisation Hervé Le Bras - Conception graphique Aurélie Colliot pour Le 1 17,9% aux présidentielles de 2012, 11 mairies aux municipales de mars 2014, 25% aux élections européennes de mai, 2 sénateurs élus en septembre : on le sait, le Front national monte. La montée du Front national est de plus en plus évidente, mais comment la comprendre ? Hervé Le Bras et Nonna Mayer Amélie Perrot © Radio France Nonna Mayer : "à partir de 2009 monte le rejet des minorités. >>> Ce qui nous arrive en musique avec Matthieu Conquet

http://www.franceculture.fr/emission-les-matins-pourquoi-ou-vote-t-on-fn-les-nouvelles-cartes-du-front-national-2015-03-12

Related:  Fragmentation du Territoire FrançaisLecture < 20150825

LGV Tours-Bordeaux : fronde d'élus charentais inquiets pour la desserte d'Angoulême Publié le • Mis à jour le • Par avec l'AFP • dans : Régions Après la Communauté d’agglomération du Grand Angoulême, dès le mois d’octobre, et la Communauté de communes du Grand Cognac, la semaine dernière, c’est le Conseil général, réuni vendredi en commission permanente, qui s’est prononcé à l’unanimité pour la suspension du versement des 7,3 millions d’euros dus d’ici 2018. Le Grand Angoulême devait verser cette année 900.000 euros et le Grand Cognac 500.000 euros. Au total, les trois collectivités se sont engagées à abonder le chantier de la LGV à hauteur 45 millions d’euros. Les élus charentais, Jean-François Dauré, président (PS) de la Communauté d’agglomération du Grand Angoulême en tête, ne conçoivent pas que le nombre d’arrêts soit réduit de « 30% » dès la mise en service de la LGV, comme l’envisagerait, selon eux, la SNCF.

Regards froids sur la réforme des collèges L’actuel projet de réforme des collèges a entraîné de vives polémiques qui sont vite montées aux extrêmes. « Entreprise de démolition collective, d’obscurantisme et de haine de soi-même », déclare Bruno Lemaire (Le Figaro, 9/10 mai). Rien que cela ! La droite, conduite par Nicolas Sarkozy en personne, en fait un objet de mobilisation. Mais la gauche syndicale est également divisée, le SNES rejoint les critiques du SNALC, alors que l’UNSA et le SGEN défendent ardemment la réforme. Les associations de spécialistes pointent les problèmes, qui la menace de la disparition de l’enseignement du latin et du grec, qui la place de l’allemand, qui les aberrations des programmes d’histoires, etc.

Emmanuel Todd en guerre contre la gauche Hollande : le syndrome Onfray ? Un de de plus. Après Onfray, Finkielkraut et bien d’autres, c’est Emmanuel Todd qui "défie la gauche" au pouvoir. Et à la une de l’Obs qui plus est. Un livre, "Qui est Charlie ?". Un entretien choc, "Le 11 janvier est une imposture". Et un double constat : Todd a fait le deuil de sa théorie du "Hollandisme révolutionnaire", et l’Obs, à travers sa une et les questions posées au démographe, n’est pas loin de lui emboiter le pas.

Réforme du collège et réforme des programmes: l’embardée Le collège a indiscutablement besoin d’une réforme. Les aspects positifs et négatifs du collège unique sont bien connus depuis maintenant quarante ans. D’un côté, on a assisté à un progrès démocratique important et à une élévation du niveau général de la population grâce à une scolarité commune jusqu’à seize ans. De l’autre, l’hétérogénéité des élèves n’a pas été prise en compte et l’on a peu fait évoluer une structure conçue au départ comme un « petit lycée » alors qu’elle doit parachever en réalité la consolidation des acquis commencée à l’école primaire. Le résultat est la marginalisation d’au moins 20% des élèves qui sortent du système sans bien maîtriser les savoirs fondamentaux et une crise de confiance qui affecte le système en son entier.

Emmanuel Todd; "après la démocratie" Extrait du livre: chapitre 9: pages 259-265; "au terme de cet examen des transformations de la société française, nous pouvons évaluer l'ampleur du problème que doivent affronter les dirigeants politiques.... Dans le domaine le plus conscient de la vie sociale, la question économique apparaît sans issue. Tandis que les élites de la pensée et de l'administration considèrent le libre-échange comme une nécessité, ou même une fatalité, la population le perçoit comme une machine à broyer les emplois, à comprimer les salaires, entraînant l'ensemble de la société dans un processus de régression et de contraction.

Vers la fin du clivage gauche-droite? Le système partisan français est déstabilisé par les fractures qui se sont produites au sein de la gauche comme de la droite au cours de la période récente. Ces fractures ont affaibli le pouvoir structurant du clivage gauche/droite qui assurait le fonctionnement de notre système politique, en particulier au niveau des alliances gouvernementales. A quelles évolutions des attitudes politiques des Français ces fractures renvoient-elles ? La récente étude d’IPSOS pour Le Monde, la Fondation Jean-Jaurès et Sciences Po apporte un éclairage intéressant sur cette question. Notons d’abord que les évolutions constatées ne divisent pas toutes l’opinion publique. Certaines, en effet, sont générales et affectent l’ensemble des Français quelles que soient leurs opinions politiques.

L'erreur de calcul qui nous bouche la vue, par Régis Debray (Le Monde diplomatique, octobre 2014) Les déclarations d’amour marquent rarement un tournant historique, mais nos annales retiendront le « j’aime l’entreprise » lancé par notre premier ministre au Mouvement des entreprises de France (Medef) un jour d’août 2014. Les cris du cœur ont leur ambiguïté. Comment interpréter celui-ci ? Une effusion L’apprenti Chateaubriand se tournera vers le passé.

Les prochains défauts de paiement de la Grèce Il est peu probable que la Grèce et ses créditeurs parviennent à se mettre d’accord à temps pour éviter des défauts en série. Sans accord, personne ne prêtera à la Grèce l’argent dont elle a besoin pour rembourser des prêts précédents qui arrivent à maturité. Que se passera-t-il alors ? Il semble que tout dépendra des choix de la BCE. Construire la République avec les territoires Le court terme hurlant ne peut occulter le long terme silencieux – Edgar Pisani Il y a longtemps déjà que le géographe n’est plus le savant du Petit Prince « qui connait où se trouvent les mers, les fleuves, les villes, les montagnes et les déserts » et qui écrit « des choses éternelles ». Observateur désorienté, il sait que dans un système monde complexe en mutation rapide, ses cartes et ses géographies se démodent de plus en plus vite. Dans un contexte de recomposition des espaces, des temps et des organisations il doit désormais changer de regard pour aborder les nouveaux arrangements à l’œuvre.

Le congrès de Manuel Valls Chacun se demandait à quoi pourrait bien servir le congrès socialiste de Poitiers puisque tout était déjà joué avant même qu’il ne soit officiellement ouvert. Manuel Valls a donné sa propre réponse à cette question. Profitant précisément de cette absence d’enjeu, il a créé l’événement: ce congrès serait le sien! Son congrès, d’abord, car il a donné avec force sa propre interprétation de la motion majoritaire. La carte qui prouve que la France a un problème avec internet Une carte de l’accès de la population européenne au haut débit dépeint une France très à la traîne dans la plupart de ses départements. «Top! Je suis un pays de l’Union européenne dont la majorité de son territoire n’a pas accès à du haut débit? Je suis? L’Estonie? Perdu.

Related: