background preloader

Treize raisons de lâcher le steak barbare

Treize raisons de lâcher le steak barbare
Au cours de sa vie, un Français consomme en moyenne 7 bovins, 33 cochons, 9 chèvres et moutons, 1 300 volailles et 60 lapins, selon le service de la statistique et de la prospective du ministère de l’Agriculture. Soit un peu plus de 1 400 animaux d’élevage auxquels il faut ajouter 1 tonne d’animaux marins. Une frénésie de viandards qui a accéléré l’industrialisation de la production de steaks, jambons et autres magrets. Un seul exemple : en France, 95% des porcs sont élevés dans des systèmes intensifs. Chaque année, 25 millions de porcs charcutiers sont abattus. Et 70% des 50 milliards de poulets tués dans le monde tous les ans sont élevés dans une stratégie industrielle. De plus en plus de voix s’élèvent pour dénoncer l’insoutenabilité d’une telle politique alimentaire, à l’image d’un rapport publié fin février par la Fondation Heinrich-Böll et les Amis de la Terre. «Notre alimentation n’est plus une affaire privée, dit ainsi Christian Berdot, des Amis de la Terre. 1. 2. 3. 4. 5. 6.

http://www.liberation.fr/societe/2015/03/06/treize-raisons-de-lacher-le-steak-barbare_1215727

Related:  SantéDébats - controversesvégétarisme vs industrie de la viandehalfladyNutrition et santé

Le Roi de tous les Antioxydants Nous avons tous entendu parler des antioxydants, mais connaissons-nous le roi de tous les antioxydants ? Celui qui est le secret pour éviter le cancer, les maladies cardiaques, le vieillissement, les problèmes neurologiques et plus encore ? Cet antixoydant-là a fait l’objet d’études approfondies et pourtant la plupart d’entre nous ne connaissons rien à son sujet et de nombreux médecins n’ont aucune idée de la façon de remédier à sa carence chez les humains, qui est une véritable épidémie. Il s’agit bien sûr du Glutathion. C’est un puissant détoxifiant et un stimulant du système immunitaire et il est crucial pour une vie en bonne santé.

Manger local, un modèle pour tous ? Consommer des produits de saison cultivés localement est d’ors et déjà possible. C'est même une action militante et citoyenne tout à fait admirable. Ça s'appelle les circuits courts. C'est exactement comme décider un beau jour de printemps de quitter sa vie de citadin pour aller élever des chèvres dans le Larzac... On le sait aujourd'hui, c'est exemplaire et même salutaire. Sauf que si changer de vie peut être facile, ce n'est ni à la porté de tous ou systématiquement couronné de succès.

«Les bêtes sont encore vivantes au moment où on les tronçonne» La journaliste Anne de Loisy avait enquêté en 2012 sur les abattoirs pour l’émission Envoyé spécial. Elle en a tiré Bon appétit ! Quand l’industrie de la viande nous mène en barquette (1), un livre très documenté paru fin février sur la filière de la barbaque, des éleveurs à nos assiettes. Est-ce difficile d’enquêter sur la filière de la viande ? Sexisme ordinaire - liliaimelenougat 14 janvier 2014 2 14 /01 /janvier /2014 09:00 Au début je voulais juste faire une blagounette sur cette fameuse phrase que j'entends souvent. J'ai essayé mais je ne trouvais ça drôle sous aucun angle.

Etats-Unis : la junk food déguste Quand la Food Babe patrouille, Big Food rase les murs. Vani Hari, de son vrai nom, n’a pourtant pas l’air d’une menace face à des firmes agroalimentaires pesant des milliards de dollars : une blogueuse photogénique qui dénonce les méfaits des Coca-Cola et autres McDonald’s régnant sur la malbouffe. Food Babe n’est pas nutritionniste, elle raconte pas mal de bêtises et s’est même attiré une ennemie jurée, Yvette d’Entremont, une Science Babe qui n’hésite pas à enfiler ses gants de boxe : Food Babe, accuse Science Babe, est "utterly full of shit". Poliment traduit : elle raconte absolument n’importe quoi. Seulement voilà, Food Babe a derrière elle une "Food Babe Army", 54 millions de personnes qui ont visité son site l’an dernier. Et lorsqu’on demande au professeur Marion Nestle, l’une des plus prestigieuses nutritionnistes américaines, ce qui pousse aujourd’hui les géants de l’agroalimentaire à changer, elle n’oublie pas de mettre un nom dans sa liste : Vani Hari.

Vous avez environ 13,5 kg de poison dans votre colon, voici comment vous en débarrasser Les gens prêtent assez peu d’importance au bon fonctionnement du colon. Pourtant, il s’agit d’une partie essentielle du corps nécessaire à son bon fonctionnement et à sa bonne santé. Le colon, également connu sous le nom de « gros intestin », élimine l’eau, le sel et certains nutriments en formant des selles. Un colon qui ne fonctionne pas de manière optimale va conserver une partie de ces matières davantage de temps, ce qui n’est pas bon pour votre corps. Faut-il manger de la viande ? En partenariat avec La Vie Un bon steak, une bavette, une entrecôte : ça fait envie mais le discours anti-viande se banalise de plus en plus dans les médias. La viande serait mauvaise pour le corps humain et notre consommation sonnerait la mort de notre planète. Faudrait-il tout simplement arrêter d’en consommer ? Elisabeth Marshall, rédactrice en chef de La Vie revient sur le dossier spécial de l’hebdomadaire consacré à la viande, avec cette question : “Faut-il manger de la viande?”. La question a soulevé des débats au sein de sa rédaction avec d’un côté les défenseurs de la viande, qui ne pourraient pas se passer de leur steak et de l’autre, ceux qui s’interrogent sur les répercussions sur la planète de la consommation de viande. Mais l’industrie de la viande serait devenue une véritable industrie très coûteuse pour l’environnement et pour notre santé.

Faut-il devenir végétarien pour sauver la planète ? C’est le genre de débat qui anime les déjeuners à La Ruche, l’espace de bureaux coopératif qui accueille la rédaction de Reporterre. Hervé et Barnabé assument sans complexe leur côté carnivore tandis que Lorène mange sa salade, soutenue par Flore, une des animatrices de La Ruche. « J’ai fait une école d’agronomie, raconte notre apicultrice, on parlait beaucoup d’agriculture intensive et de la quantité de ressources qu’il faut pour produire un kilo de bœuf. Je me suis dit que sachant cela, je ne pouvais pas continuer à manger de la viande. » Docs ad Hoc : Femen : Naked War Jeune réalisateur et activiste, Joseph Paris a croisé la révolte des Femen – le mouvement féministe venu d’Ukraine - au printemps 2012 et les a suivies pendant plus d’un an. Joseph Paris les filme au plus près, ébloui par leur geste, solidaire de leur cause. Il cherche à mieux discerner ce que racontent cette révolte et ces évènements en ouvrant le documentaire aux voix de Annie Le Brun (écrivain, poète) et Benoit Goetz (philosophe), qui confient leur regard sur ce « pop féminisme radical » et prolongent la réflexion du réalisateur. Avec eux, Joseph Paris interroge les images fabriquées par les Femen et qui surgissent ponctuellement dans les médias. Ils mettent à nu la puissance révolutionnaire des Femen et leur audace : renverser les représentations du corps féminin, inventer une grammaire cinématographique, révéler les systèmes d’oppression et la violence qu’ils exercent.

Allô Docteurs, émission de France 5 à voir et revoir en replay Sujets Radiothérapie Atteint d'un cancer, vous avez suivi plusieurs cures de radiothérapie. Base de données publique Transparence Santé La base de données publique Transparence - Santé La base de données publique Transparence - Santé rend accessible l’ensemble des informations déclarées par les entreprises sur les liens d’intérêts qu’elles entretiennent avec les acteurs du secteur de la santé. Pilotée par le ministère des Affaires sociales et de la Santé, cette initiative de transparence vise à préserver la nécessaire relation de confiance entre les citoyens, les usagers et les multiples acteurs du système de santé. La transparence, condition indispensable pour préserver la confiance La loi du 29 décembre 2011 relative au renforcement de la sécurité sanitaire du médicament et des produits de santé garantit l’indépendance et l’impartialité des décisions prises en matière de santé.

Mange-t-on mieux que nos grands-parents ? En plus de poser des problèmes d’obésité chez les plus jeunes, les sodas rendraient les enfants plus violents si on en croit les conclusions d'une étude menée conjointement par la Columbia University, Harvard et l’University of Vermont. Plus les bambins ingurgiteraient de boissons sucrées, plus ils seraient excités, voire violents. «Nous avons trouvé une relation significative entre la consommation de sodas, le degré de violence et trois comportements spécifiques que nous avons considéré comme significatifs: destruction de choses appartenant à d'autres, participation à des bagarres et attaque physique sur autrui», explique le Dr. Shakira Suglia, qui a conduit les recherches. Pour arriver à ces conclusions, les trois universités ont analysé les comportements de 3000 enfants issus de 20 grandes villes américaines.

Related: