background preloader

Les filles peuvent réussir aussi bien que les garçons, mais...

Les filles peuvent réussir aussi bien que les garçons, mais...
Papa scientifique, maman littéraire ? Dans une étude publiée le 5 mars, l'OCDE dévoile les écarts de performance entre filles et garçons et tente d'en comprendre les mécanismes. Car les filles peuvent être aussi bonnes en sciences que les garçons. Les garçons apprennent à devenir aussi bons en compréhension de l'écrit que les filles. Pourtant le destin des unes et des autres est tracé par le poids des stéréotypes qui, au final, piègent les filles. L'Ecole peut lutter contre les stéréotypes de genre. Les écarts de compétences entre filles et garçons ne sont pas innés En anglais, l'étude s'appelle "Les ABC de l'égalité". Filles et garçons peuvent échapper aux stéréotypes de genre. De forts écarts de scolarité Pourtant les scolarités des filles et des garçons sont bien différentes. Le numérique joue un rôle éclairant dans cette situation. Au final, " les garçons semblent mieux préparés que les filles pour l’entrée dans la vie active ou la recherche d’un emploi. Que peut faire l'Ecole ?

http://www.cafepedagogique.net/lexpresso/Pages/2015/03/06032015Article635612227783264243.aspx

Related:  Oral EMC CRPEÉgalité filles/garçons - HarcèlementEgalité filles garçonsEGALITE FILLES GARCONSCDI et mixité

Education nationale : Les femmes au pouvoir ? Parité, égalité, mixité : l'éducation nationale se veut exemplaire dans ce domaine, où elle se propose de créer les conditions précoces d'un rééquilibrage entre filles et garçons. Mais quel exemple l’institution donne-t-elle ? Hautement féminisé, le ministère de l’Éducation n'en continue pas moins de proroger une hiérarchie sexuée de ses personnels : en bas de la pyramide, presque uniquement des femmes, en haut, des hommes. Avec à sa tête une femme ministre venue du Droit des Femmes, une directrice Degesco et de nouvelles femmes-rectrices, peut-on encore vraiment soupçonner le Ministère de l'Education nationale de sexisme ? À l'image de la société, le ministère de l'éducation semble souffrir d'un biais de répartition plutôt masculiniste des grades et des fonctions.

Égalité filles-garçons : le poids des stéréotypes de sexe A l'école, les attentes des parents et des enseignants ne sont pas les mêmes pour un garçon ou pour une fille. Fortement ancrés, les stéréotypes de sexe pèsent sur l'évaluation, le comportement des professeurs et l'orientation. Teamwork © pressmaster – Fotolia représentations sexuées dans l'audiovisuel ——————Donner à lire aux élèves cette dépêche de l’AFP à propos du baromètre de la diversité à la télévision et sélectionner dans le rapport complet (pdf) les données les plus pertinentes. Noter : • la forte représentation des catégories socio-professionnelles aisées, • la presque absence des femmes dans les programmes sportifs, • la faible présence des personnes « non blanches » dans les programmes de fiction, sauf dans les rôles secondaires, • l’absence de personnes présentant un handicap, • la parité femme/homme non respectée. Il est par ailleurs relevé que la diversité ethnique est présente grâce aux fictions américaines et aux actualités internationales.

La Révolution et les femmes Cette proposition de séquence sur la Révolution et les femmes exploite différentes pistes de différenciation sous forme de travaux de groupes : différenciation des ressources avec 8 dossiers documentaires différents qui abordent toute la palette des rôles joués par les femmes pendant la Révolution différenciation des processus avec des questionnaires de deux niveaux différents différenciation des méthodes avec 1 séance de travail par groupe de 2 élèves, l’autre séance par groupe de 7 ou 8. Vous trouverez ci-dessous les documents qui vous permettront d’expérimenter vous aussi cette proposition dans vos classes : la fiche explicative expose les objectifs et la démarche la version professeur explique comment conduire la séquence les dossiers documentaires (numéros 3) permettent aux élèves de travailler. Ils utilisent également les cartes d’identité et les questionnaires (numéros 4 et 5).

Lutter contre les stéréotypes sexistes dans les manuels scolaires : faire de l'école un creuset de l'égalité Rapport d'information n° 645 (2013-2014) de M. Roland COURTEAU, fait au nom de la délégation aux droits des femmes, déposé le 19 juin 2014 Disponible au format PDF (1,2 Moctet) au nom de la délégation aux droits des femmes et à l'égalité des chances entre les hommes et les femmes (1) sur les stéréotypesmasculins et féminins dans les manuels scolaires, Observatoire des inégalités Donateurs privés L’Observatoire des inégalités (association loi 1901 reconnue d’intérêt général) est financé en partie grâce à des donateurs privés, soutien indispensable et garant de notre indépendance. Ces dons bénéficient d’une réduction d’impôt de 66 %. Pour nous soutenir. Entreprises, associations et institutions publiques

Problèmes scolaires: Pourquoi les filles et les garçons ne réussissent pas de la même façon à l'école EDUCATION - Des progrès ont été faits, c'est évident. Formation, rémunération, participation au marché du travail, l'écart entre les hommes et les femmes se réduit de plus en plus. "Preuve que les aptitudes n'ont pas de sexe", rappelle l'OCDE ce jeudi 5 mars en dévoilant les résultats de son étude sur les inégalités entre filles et garçons à l'école. Mais, sur les bancs de l'école, force est de constater que filles et garçons ne réussissent pas de la même façon. Compétences en compréhension écrite, mathématiques, sciences, loisirs, temps passé sur les devoirs, comportements des parents et des enseignants, l'OCDE a mené l'enquête pour mieux comprendre les racines de ces inégalités. Les garçons sont moins performants que les filles à l'école

Égalité des filles et des garçons Une politique éducative en faveur de l'égalité à l'école La loi du 8 juillet 2013 pour la refondation de l'École rappelle que la transmission de la valeur d'égalité entre les filles et les garçons, les femmes et les hommes, se fait dès l'école primaire. Cette politique publique est une condition nécessaire pour que, progressivement, les stéréotypes s'estompent et que d'autres modèles de comportement se construisent sans discrimination sexiste ni violence. Osez et Faites des Sciences L’association Femmes & Sciences, en partenariat avec les ministères de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, du ministère des Droits des femmes et de la Fondation Airbus Group, a lancé en 2013 un projet, une série de films courts présentant le parcours de femmes ou d’hommes pratiquant un métier scientifique ou technique. Ce projet, qui s’adresse à tout public, en particulier aux jeunes, à leurs parents et à leurs enseignants, s’intitule « Osez et Faites des Sciences ». Il part du constat que les métiers et les parcours scientifiques sont, en réalité, très peu connus du public et conséquemment souvent négligés en particulier par les jeunes filles. Par exemple les écoles d’ingénieurs se focalisent souvent sur la dimension technologique en laissant de côté les enjeux sociaux et sociétaux de la profession, qui découlent de cette réalité. L’ensemble des professions scientifiques, particulièrement valorisées au XXe siècle, semble souffrir aujourd’hui d’un manque d’attractivité.

La place des femmes dans l’histoire. ... - La Cliothèque La place des femmes dans l’histoire est un ouvrage collectif qui a été réalisé avec l’objectif d’éclairer, grâce aux gender studies, les programmes nationaux d’histoire. Il souhaite faire sortir les femmes de l’ombre, dans laquelle les laissent l’enseignement. Cela s’inscrit dans la lignée du travail qu’Annette Wieworka effectua en 2004 : Quelle place pour les femmes dans l’histoire enseignée ? Préjugés, stéréotypes, discriminations sexistes : Comprendre pour agir Comment faire face concrètement, aujourd'hui, aux préjugés sexistes, au collège et au lycée ? Dans un climat tendu, où les propos des enseignants font l'objet d'un examen suspicieux, pas facile de trouver le ton juste, sans heurter les convictions ni se limiter aux images anecdotiques. Pour les professeurs qui doivent à la fois assurer leur enseignement, faire face à des situations concrètes qui demandent une réponse rapide et efficace, et rendre compte des présupposés de leurs propos, trouver l'attitude adaptée relève de la gageure. Hugues Demoulin, docteur en psychologie sociale, chargé de mission pour l'égalité entre filles et garçons dans l'académie de Rouen, propose, dans un ouvrage remarquablement éclairant, quelques outils pour mieux comprendre comment mener une éducation à l'égalité filles-garçons dans le cadre scolaire, par une démarche de fond qui dépasse l'action occasionnelle. Droits de la personne vs habitudes sociales

Etre professeur-documentaliste et vouloir participer à l’amélioration du climat scolaire ? La loi n°2013-595 du 8 juillet 2013 d'orientation et de programmation pour la refondation de l'école de la République souligne dans son rapport annexé [1] la place importante du climat scolaire en précisant notamment que « les conditions d'un climat scolaire serein doivent être instaurées dans les écoles et les établissements scolaires pour favoriser les apprentissages, le bien-être et l'épanouissement des élèves et de bonnes conditions de travail pour tous. » Plus récemment, dans son discours du 11 mars 2015, Najat Vallaud-Belkacem, ministre de l'Éducation Nationale, a annoncé la nouvelle organisation du collège [2] qui devra être opérationnelle à la rentrée 2016. Cette réforme du collège comprend une entrée spécifique sur le climat scolaire et prévoit notamment l'amélioration de la qualité de vie dans l'établissement, le renfort de la démocratie collégienne, la coopération avec les parents.

Fabrique des garçons Quelque chose ne tourne pas rond chez les garçons. Les chiffres parlent d’eux-mêmes : au collège, ils représentent 80% des élèves sanctionnés tous motifs confondus, 92% des élèves sanctionnés pour des actes relevant d’atteinte aux biens et aux personnes, ou encore 86% des élèves des dispositifs Relais qui accueillent les jeunes entrés dans un processus de rejet de l’institution scolaire. Tous ces garçons ont-ils des problèmes, des troubles du comportement et/ou de l’apprentissage ? Eh bien non, loin s’en faut. Des travaux récents (1) montrent que leurs transgressions et leurs difficultés scolaires sont, le plus souvent et quel que soit leur milieu social d’origine, des conduites liées à la construction même de leur identité masculine. Tous les premiers vendredis du mois, Libération publie en partenariat avec le magazine en ligne de l’organisme ( une analyse scientifique originale.

Related: