background preloader

Coder, programmer : faut-il apprendre

Coder, programmer : faut-il apprendre
Ronstik © Fotolia Ils sont six, penchés sur leurs ordinateurs, écoutant les conseils avisés de ceux qui les forment au développement web."body", "script", "css" : ces mots emplissent la salle, incompréhensibles pour le néophyte. Il y a peu, eux non plus n'y connaissaient rien au code informatique. "In code we trust, c'est notre devise", aime à répéter Frédéric Bardeau, son co-fondateur. Apprendre à coder pour décoder Les algorithmes façonnent désormais une majeure partie de ce qui constitue notre environnement quotidien. "Lire, écrire, compter, coder" : le titre de l'ouvrage de Frédéric Bardeau, écrit avec Nicolas Danet, est à lui seul un programme. C'est d'abord du côté des associations et du privé que sont venues les initiatives de formation à la programmation. Simplon a d'ailleurs dressé une liste de 42 ressources pour se former au code. Et ces initiatives rencontrent un certain succès. A travers le monde : la folie du code Tout le monde doit-il apprendre le code ? Temps périscolaire. Related:  Codeinfotice

Apprentissage du code à l’école : « les choses bougent ! » Frédéric Bardeau, co-fondateur de Simplon, une plateforme collaborative d’enseignement de la programmation informatique, vient de coécrire un essai sur l’apprentissage du code pour tous. Entretien. Frédéric Bardeau ©Nicolas Friess Pourquoi est-ce si important d’apprendre le code informatique à l’école ? Pour de nombreuses raisons. La plus évidente, ce sont les opportunités d’emplois dans les métiers de l’informatique. Vous semblez mettre sur le même plan l’apprentissage du français, des maths et du code. Le titre de mon livre, « lire, écrire, compter et coder », est une petite provocation. Le précédent ministre de l’Education, Benoît Hamon, avait annoncé qu’une initiation au code serait proposée dès septembre 2014. Les choses bougent ! Quel rôle doivent jouer les enseignants ? Au-delà des déclarations de bonnes intentions, les enseignants s’interrogent légitimement pour savoir qui va assurer l’enseignement du code. Comment faire pour initier les jeunes au langage de la programmation ?

Pourquoi apprendre à coder Pour commencer, que signifie « programmer » ou « coder » ? Le codage, c’est la programmation informatique, ce qui permet l’écriture des programmes pour développer des logiciels, ou une page web, par exemple, mais aussi pour dire à une machine ce qu’elle doit faire, la guider. Pourquoi ? Parce-que l’on aimerait que cette page d’infos s’ouvre lorsqu’on clique là, que le texte apparaisse sur fond rose, que la machine dirige le jet d’eau pression comme il faut pour découper une pièce de métal, etc … Les finalités peuvent être très diverses mais le code est le langage initial nécessaire à ces usages. Le vrai mot français est “programmer”. Anecdote de geek : Sachez que lorsqu’un programmeur écrit des lignes de code, il dit, dans son vocabulaire fleuri, qu’il « pisse des lignes de code ». Pour qui ne baigne pas dans l’informatique corps et âme, le code est un mystère. Une seule certitude : cela sera essentiel pour les métiers de demain. L’intérêt de cet apprentissage dans les classes ?

Cours en ligne gratuit sur le droit d'auteur Image : Demphumi (via Shutterstock) Dominique Lachiver, formateur TICE et chargé de mission C2i2-e à l'ÉSPÉ (École supérieure du professorat et de l'éducation) de l’Université de Caen Basse-Normandie, a publié à l'automne 2013 une présentation sur le droit d'auteur, mise à jour en février 2014. On retrouve le lien vers ce cours en ligne sur le site de l'auteur, Espace Dominique Lachiver, où sont rassemblés des ressources et des articles en accompagnement de formations. Ce cours sur le droit d'auteur, un sous-ensemble du cours complet sur les TIC et les responsabilités professionnelles de l’enseignant, a pour objectif de "prendre en compte les lois et les exigences d'une utilisation professionnelle des TICE concernant la propriété intellectuelle." Dans la présentation d'une vingtaine de pages, on trouve des définitions et les explications de différents concepts en lien avec le droit d'auteur. Une page traite des ressources libres et définit les types de licences Creative Commons. Sources

Apprendre à programmer... en jouant En un an, grâce à Code.org, plus de 50 millions d’enfants dans 180 pays ont été initiés à la programmation à travers le programme Hour of Code. Une initiative soutenue notamment par Barak Obama, Bill Clinton, Mark Zuckerberg ou encore Bill Gates. En Europe, CodeWeek poursuit le même objectif. Comprendre la technologie est un enjeu capital, pour tous La technologie est partout, de la médecine aux jeux vidéos en passant par l’agriculture. On l’utilise pour communiquer, pour apprendre, pour nous déplacer, pour acheter, pour nous divertir, pour faire entendre nos voix,… elle est absolument partout. Et pourtant, combien d’entre nous sont vraiment capables d’interagir avec elle ? Mais cela ne se limite pas à un enjeu culturel. Savoir programmer est bénéfique dans tous les domaines La programmation est donc avant tout une compétence que l’on doit maîtriser si on veut passer du statut de consommateurs passifs à acteurs du numérique. Aujourd’hui, tout le monde peut apprendre à programmer en jouant

L'enseignement du code à l'école Les plaidoyers en faveur de l'enseignement du « code » à l’école se succèdent depuis quelques mois. En juillet 2014, les commissaires européens Androula Vassiliou et Neelie Kroes ont invité les ministres à « veiller à ce que les jeunes puissent déchiffrer le code », présentant les compétences en programmation comme « une solution au chômage des jeunes et au déficit de qualifications dans les TIC », estimé à 900 000 professionnels d’ici 2020 [1]. À l’occasion du lancement de la plate-forme européenne eu.code.org (link is external), des acteurs de l’industrie privée, impliqués dans l'initiative européenne « Grande coalition pour l'emploi numérique » ont publié une lettre ouverte aux ministres de l’éducation pour soutenir l’introduction de la programmation dans les curricula et l’implication des entreprises dans la formation des enseignants. Sitographie arrêtée le 15 octobre 2014. Les programmes scolaires La formation des enseignants Des initiatives adaptées aux enfants

Détecter les plagiats De nombreux enseignants ont recours à Google. à Yahoo! et d'autres moteurs de recherche, afin d'identifier d'éventuels plagiats commis par leurs élèves. Le site Plagiarism checker , de l'université du Maryland, effectue cette tâche de façon plutôt efficace. Voici comment procéder : 1 - se rendre sur le site 2 - copier-coller le texte à analyser dans le cadre central (ne pas se contenter d'une ou deux phrases, mais coller plusieurs paragraphes, voire un document entier) : 3 - cliquer sur "check the paper" L'application analyse le texte et indique d'éventuelles sources de plagiat envisageables : Il reste à cliquer sur les liens "possible plagiarism" pour en avoir le coeur net !

« L'heure de code », pour s'initier à la programmation informatique L'initiative est mondiale : cette semaine, « L'heure de code » propose aux « 4-104 ans » d'apprendre, devant son écran ou lors d'un événement, les rudiments de la programmation informatique. Le Monde.fr | • Mis à jour le | Par Claire Ané Barack Obama, Mark Zuckerberg, Shakira, Ashton Kutcher, Bill Gates... Sont ainsi proposés, en anglais et parfois en français, plusieurs programmes pour s'initier de façon ludique aux langages de nos ordinateurs. Le principe ? Autre option pour s'essayer au code en VF : la Khan Academy. Vous voulez dessiner ? Autre option, que nous vous laisserons tester : prendre une heure pour apprendre à créer ses propres pages Web en découvrant les bases des langages HTML et CSS (à partir de 10 ans).

Droit à l’oubli numérique et droit à l’information : un équilibre difficile Valérie-Laure BENABOU et Judith ROCHFELD, « Les moteurs de recherche, maître ou esclaves du droit à l’oubli numérique ? Acte 2 : Le droit à l’oubli numérique, l’éléphant et la vie privée », Dalloz 2014, pp. 1481-1485. Jean-Michel BRUGUIERE, « Droit à l’oubli numérique des internautes ou… responsabilité civile des moteurs de recherche du fait du référencement ? (retour sur l’arrêt de la CJUE du 13 mai 2014) », Communication Commerce électronique, mai 2015, pp. 15-23. Jean-Michel BRUGUIERE, « Le "droit à" l’oubli numérique, un droit à oublier », Dalloz 2014, pp. 299-301. Céline CASTETS-RENARD, « Google et l’obligation de déréférencer les liens vers les données personnelles ou comment se faire oublier du monde numérique », RLDI, n° 106, juillet 2014, pp. 68-75. Anne DEBET, « Droit au déréférencement : .fr ou .com ? Etienne DROUARD, « Arrêt Google de la CJUE sur le “droit à l’oubli”... ou l’oubli du droit ? Laure MARINO, « Un "droit à l’oubli" numérique consacré par la CJUE »,

Comment choisir la bonne plateforme pour votre présence sur les réseaux sociaux? Il y a beaucoup de plateformes de réseaux sociaux parmi lesquelles choisir, mais comment savoir quelle est celle qui vous convient le mieux? Avant d’examiner les plateformes à utiliser, pensez à ce que vous voulez atteindre avec votre plan de marketing. De cette façon, il vous sera plus facile de déterminer quelles plateformes fonctionneront le mieux pour atteindre cet objectif. Essayez de ne pas mettre l’accent sur la taille du réseau, mais plutôt se concentrer sur les réseaux où votre public cible se trouve. Vous devez aussi réfléchir aux ressources dont vous disposez pour gérer votre présence web. Il est aussi très important de considérer les compétences dont vous aurez besoin pour mener une présence réussie sur les médias sociaux. L’un des facteurs clés de la gestion avec succès de votre présence sur plusieurs plateformes est d’utiliser de façon efficace votre temps et d’établir des attentes réalistes avant la mise en place des comptes. Cliquez sur l’infographie pour agrandircmo.com

Blockly Games : Maze Blockly GamesPuzzleMazeBirdTurtleMoviePondJS PondYou solved this level with 1 line of JavaScript:You solved this level with %1 lines of JavaScript:Are you ready for level %1?Are you ready for the next challenge?Save and link to blocks.Run the program you wrote.Run ProgramStop the program and reset the level.ResetHelpOKCancelLogicLoopsMathTextListsColourVariablesFunctionsThere was a problem with the request.Share your blocks with this link: %1Sorry, '%1' doesn't correspond with any saved program.Could not load your saved file. Perhaps it was created with a different version of Blockly?listtext move forwardturn leftturn rightdoelseIf-else blocks will do one thing or the other.if path aheadif path to the leftif path to the rightrepeat untilMoves the player forward one space.Turns the player left or right by 90 degrees.If there is a path in the specified direction, \nthen do some actions. This level is extremely difficult.

Les fondements de la littératie numérique Introduction De nos jours, on dit souvent que les jeunes sont « les enfants du numérique » en raison de leur apparente facilité à utiliser tous les outils technologies. On le comprend aisément : les jeunes Canadiens vivent dans un monde interactif, une culture numérique « sur demande » où ils ont accès aux médias à toute heure et en tout lieu, à volonté. La messagerie instantanée, le partage de photos, les messages texte, les réseaux sociaux, la vidéo en continu et l’Internet sans fil – dans tous ces secteurs d’activité, les jeunes ont pris les commandes et créer une nouvelle façon de « vivre » et de naviguer sur le Net. Il faut donc se poser la question suivante : mais qu’est-ce , au juste, que la littératie numérique ? Dans cette section, nous explorons les différents aspects et principes de la littératie numérique et nous nous attarderons aux habiletés et compétences qui s’y rattachent. Qu’est-ce que la littératie numérique? Un modèle de littératie numérique Utiliser, comprendre et créer

Related: