background preloader

Quand les neurosciences valident l'éducation bienveillante

Quand les neurosciences valident l'éducation bienveillante
Catherine Gueguen, pédiatre passionnée par les découvertes récentes des neurosciences.© Sylvain Gripoix Pourquoi s'intéresser aux dernières découvertes sur le cerveau ? Des études récentes en neurosciences affectives (étude des émotions, sentiments, capacités relationnelles,etc.) prouvent que certaines expériences modifient en profondeur le cerveau des enfants, plus fragile et immature que ce qu'on avait imaginé et très malléable jusqu'à l'adolescence. Notre cerveau atteindrait même sa pleine maturité uniquement à la troisième décade de notre vie dans certaines de ses zones ! Une (autre) étude, réalisée en 2012 à l'université de Saint Louis, dans le Missouri, par Joan Luby, professeur de psychiatrie, souligne également qu'une éducation empathique augmenterait le volume de l'hippocampe, petite partie du cerveau qui occupe une place centrale dans le fonctionnement de notre mémoire. L'impact est direct : les enfants soutenus et encouragés auraient une meilleure mémoire ! Bien sûr !

http://www.apprentis-auteuil.org/actualites/detail-de-lactualite/article/quand-les-neurosciences-valident-leducation-bienveillante/news-cat/familles.html

Related:  Neurosciences Théoriecerveau et cognitionSources Présentées le 25/03/2015communication non violentesites à consulter

Cerveau et apprentissage, ou les bienfaits de la neuroéducation Aimeriez-vous savoir ce qui se produit dans le cerveau de vos élèves lorsqu’ils apprennent ? Aimeriez-vous connaître les effets qu’ont vos interventions pédagogiques sur le cerveau de vos élèves ? Aimeriez-vous savoir pourquoi certains élèves ont plus de difficultés que d’autres à réaliser certains apprentissages ? PDG d’AXA : « le Big Data va redéfinir la mutualisation des risques Le Big data est une révolution qui oblige les entreprises à se réorganiser. C’est ce que souligne le PDG d’Axa qui pose la question de l’éthique, du partage de données et de la redéfinition des services. Ce 4 février, Henri de Castries, le PDG d’AXA entendait faire passer le message de l’importance que prennent aujourd’hui les données, le phénomène du Big Data, et l’urgence pour les entreprises dont la sienne à appréhender la problématique. La communauté des Risk Managers Le message est passé quitte à choquer légèrement son auditoire.

Les douces violences pratiquées à la maison et en crèche. Les douces violences du quotidien, ce ne sont pas les fessées, les coups, la maltraitance ou tout châtiment corporel. Ce sont des actes brefs et fréquents, que l’adulte pense anodin, et qui mettent l’enfant dans une insécurité affective. Cela peut-être des paroles blessantes, des gestes maladroits, des jugements, des a priori. En aucun cas, le parent ou l’adulte ne souhaite nuire à l’enfant, et pourtant celui-ci se prend ces remarques de plein fouet, ce qui le déconnecte de l’adulte aimant et l’isole affectivement. C’est presque inconsciemment que l’adulte pratique ces douces violences.

Marc Chatellier : Sciences Sociales Lestamp 1/ Diplomes et Qualifications Professionnelles (Education Nationale) - Avril 1997 (Validation Théorique) CAFIPEMF Option Processus d’Apprentissage à l’Ecole Elémentaire IUFM de Nantes / Inspection Académique de Nantes Titre du Mémoire Professionnel : Les apprentissages à l’école élémentaire : quelques questions épistémologiques. - Février 1996 Dix constats clés de la recherche cognitive sur l'apprentissage (Schneider & Stern, 2010 1. L’apprentissage est une activité exercée par l’apprenant L’enseignant ne peut pas intervenir dans le cerveau de ses élèves pour y insérer de nouveaux éléments de savoir. Les connaissances que chacun possède ne sont accessibles qu’à lui seul. C’est donc l’apprenant qui doit créer lui-même de nouvelles structures de connaissance. Ce constat peut paraître évident, mais il a de profondes implications. Il signifie en effet que l’apprenant est placé au centre du dispositif.

Mieux connaître le développement de l’intelligence chez l’enfant Récemment, l’imagerie cérébrale a permis de démontrer l’existence, chez l’enfant comme chez l’adulte, de deux formes complémentaires d’apprentissage neurocognitif : l’automatisation par la pratique et le contrôle par l’inhibition. Dans le cas de l’automatisation, c’est initialement la partie préfrontale (avant) du cerveau qui est activée car la mise en place des habiletés nécessite un contrôle et un effort cognitif (apprendre par cœur une liste de mots, par exemple), puis ces habiletés s’automatisent avec l’apprentissage et c’est la partie postérieure du cerveau, ainsi que les régions sous-corticales, qui prennent le relais. Dans le cas inverse (désautomatisation), il s’agit d’apprendre à inhiber les automatismes acquis pour changer de stratégie cognitive. Le défaut d’inhibition peut expliquer des difficultés d’apprentissage et d’adaptation tant cognitive que sociale. A l’école, depuis toujours, on apprend surtout par la répétition, la pratique et l’automatisation. Houdé, O. (2014).

Prévention et lutte contre les violences en milieu scolaire : point d'étape En vidéo : intervention de Vincent Peillon lors du point d’étape sur les travaux de la délégation ministérielle chargée de la prévention et de la lutte contre les violences en milieu scolaire En vidéo : Eric Debarbieux présente l'"Enquête de victimation et climat scolaire auprès des personnels du second degré" Agir ensemble avec détermination en faveur d’un climat scolaire apaisé et serein Lors de l’installation de la délégation ministérielle à Amiens le 12 novembre dernier, le ministre de l’éducation nationale a affirmé sa volonté de "briser le silence" : "c’est la première fois que l’éducation nationale reconnaît en tant qu’institution le problème de la violence scolaire". Les plans qui se sont succédé en France ces dernières années ont en effet le plus souvent abordé cette question de manière partielle et court-termiste, c’est-à-dire au gré des faits divers et par le seul prisme de la lutte contre la délinquance et la violence d’intrusion.

Gateau énergétique du sport - Nicolas AUBINEAU Gateau sport : recette sucrée Je suis questionné par des internautes sur des forums ou directement par email à propos d’un produit que de nombreux sportifs consomment : le gâteau sport (ou cake énergétique du sport) remplaçant le petit déjeuner ou certaines collations. Je précise que je préconise un petit déjeuner traditionnel dont voici le contenu : article petit-déjeuner. Postulat de départ : comment fabriquer soit même un gateau sport apportant au moins autant (voire même plus !) que les gateaux sport du commerce ? Recette diététique du gateau sport Nicolas AUBINEAU

Cerveau et pédagogie : des principes réellement soutenus par la science En seconde partie de sa présentation lors du symposium « La persévérance scolaire – Ce que la neuroscience peut nous enseigner », organisé par l’Association canadienne d’éducation (ACE) », le Dr Steve Masson a énoncé des principes neurologiques aux réelles retombées positives en éducation. Après avoir secoué les conceptions et défait les neuromythes en éducation (voir notre article précédent), Steve Masson a énuméré des principes pédagogiques en lien avec le fonctionnement du cerveau qui, pour leur part, sont effectivement soutenus par la science. Activer ses neurones de façon régulière

Comment apprenons-nous ? Le paradoxe de la créativité Comment apprenons-nous ? Les neurosciences, les sciences cognitives, mais aussi le quantified self et bon vieil empirisme nous ont-ils fait progresser dans notre compréhension des mécanismes de l'apprentissage ? Et s'agit-il de pures découvertes théoriques ou sont-elles applicables à la salle de classe ou à chacun d'entre nous ? Même le plus fameux des MOOCs, Coursera, s'est intéressé à la question et propose maintenant un cursus "Apprendre à apprendre". A sa tête, on trouve un neuroscientifique connu, Terrence Sejnowski et surtout Barbara Oakley, auteur d'un excellent livre sur l’apprentissage des sciences, A Mind for Numbers. Son éducation scientifique, Barbara Oakley l'a effectuée sur le tas.

Défis : Trouver des neuromythes ! Qu’est-ce qu’un neuromythe ? C’est une croyance fausse concernant les capacités de notre cerveau. Le neuromythe est souvent basé sur des résultats scientifiques mal interprétés ou trop vieux. Le pouvoir du langage positif : dites-le seulement si cela est vrai ! Lorsque vous menez votre équipe à travers une réorganisation, votre influence positive – appelez cela "vibration" si vous le souhaitez – ce qui renforcera la cohésion de l'équipe, et la rendra solidaire pour passer ce cap. “Un discours négatif” peut être l’ennemi caché de votre style de communication. Parfois, vous ne vous apercevez même pas que vous l'utilisez – et cela peut secrètement saboter une relation ou une situation clé. Parler négativement ne signifie pas seulement utiliser des mots tels que “ne pas” et « ne peut pas ». Surtout, il ne s’agit pas seulement des mots que vous utilisez, cela va de pair avec comment vous le dites, le ton de votre voix, votre langage corporel. Vos mots ne signifient rien, si vos actions les contredisent.

Marché de Noël de l'école - partie 4 - pots SOS cookies - Le scrap de Scrapchérie 11 décembre 2013 3 11 /12 /décembre /2013 14:35 Bonjour, Toujours en train de scrapper pour le marché de Noël de l'école... C'est vendredi, j'ai hâte pour pouvoir me remettre à scrapper pour moi Je vous montre un aperçu des pots SOS cookies que j'ai réalisés à cette occasion.

Les 4 piliers de l'apprentissage d'après les neurosciences D’après Stanislas Dehaene, psychologue cognitif, neuroscientifique et professeur au Collège de France, les neurosciences cognitives ont identifié au moins quatre facteurs qui déterminent la vitesse et la facilité d’apprentissage. 1. L’attention L’attention est la capacité que nous avons à nous ouvrir à la réalité : l’attention ouvre notre esprit.

Related: