background preloader

«Charlie»: éthique de conviction contre éthique de responsabilité

«Charlie»: éthique de conviction contre éthique de responsabilité
Le 14 janvier, l’interview de Caroline Fourest sur Sky News au sujet des attaques contre Charlie Hebdo s’est brutalement interrompue au moment où, à l’insu de son hôte, l’invitée a brandi le dernier exemplaire du journal pour en montrer la couverture au public britannique. La journaliste Dharshini David s’est alors excusée auprès des téléspectateurs qui auraient pu être «offensés» en rappelant que la politique de sa chaîne était de ne pas montrer les caricatures du Prophète. Cette censure a immédiatement déclenché des réactions d’indignation de la part des médias français et l’intéressée a parlé «d’une violence inouïe et d’une hypocrisie absolue». L’épisode s’inscrit dans un contexte plus large où deux pratiques éditoriales s’opposent. Les uns, notamment en France, considèrent qu’il est important de montrer pour défendre le droit d’expression. Le sociologue allemand Max Weber peut nous aider sur ce plan. Auteur de «la Question morale (PUF) et de «l’Ombre du monde» (Seuil).

http://www.liberation.fr/societe/2015/01/19/charlie-ethique-de-conviction-contre-ethique-de-responsabilite_1184055

Related:  La liberté d'expression en FranceLiberté d'expressionLa liberté de la presse, d'expression et d'internet

L'après "Charlie Hebdo" : la liberté sur internet à l’épreuve du terrorisme “Je me sens Charlie Coulibaly“. Ce message posté sur Facebook a valu au polémiste Dieudonné d’être poursuivi par la justice lundi 12 janvier, au lendemain des grandes manifestations en soutien aux victimes des attaques terroristes qui ont secoué la France toute la semaine. Il y détournait le slogan “Je suis Charlie”, hommage aux victimes des assassinats perpétrés mercredi 7 janvier dans les locaux du journal satirique Charlie Hebdo, avec le nom d’Amedy Coulibaly, le terroriste qui a tué quatre personnes de confession juive dans une prise d’otages vendredi, porte de Vincennes à Paris. Cette phrase a été suffisante pour que le parquet de Paris ouvre une enquête pour “apologie du terrorisme” contre son auteur. Dieudonné a beau l’avoir rapidement supprimée de sa page Facebook, il a été mis en garde à vue mercredi 15 janvier, et sera bientôt jugé en correctionnelle. Les limites de la liberté d’expression

La liberté d'expression française vue depuis l'Amérique L'arrestation et la procédure judiciaire entamée contre Dieudonné étonne les Américains. Placé en garde à vue, mercredi, le polémiste sera jugé en correctionnelle pour "apologie du terrorisme", après avoir écrit sur Facebook qu'il se sentait "Charlie Coulibaly", en référence à l'un des auteurs des attentats meurtriers de Paris. Les médias américains ont réagi à cette décision, d'un bout à l'autre du spectre politique. Le site Vox explique les différences concernant le droit d'expression en France et aux Etats-Unis, où la liberté de parole est beaucoup plus poussée -- Il est parfaitement possible de diffuser de la propagande nazie en vertu du 1er amendement. La liberté d'expression en France, en revanche, exclut la diffamation, à l'égard d'une personne ou d'un groupe ainsi que des propos qui peuvent représenter une menace contre l'ordre public. "Fondé, aussi hypocrite que cela puisse paraître"

«Distinguer les idées qui choquent de l’incitation à la haine» «Que peut faire le droit après ce qui s’est passé ? Je vais essayer de répondre en reprenant le titre d’un de mes livres (1) : le droit peut permettre de résister, de responsabiliser et d’anticiper. Ou en tout cas y contribuer. «Résister d’abord. Il ne faut pas se leurrer, le monde est dangereux. #Charlie : la liberté d’expression défendue dans la rue, menacée sur le Net Par Erwann Gaucher, adjoint à la direction de France Télévisions Editions Numériques « Plusieurs millions de personnes ont défilé le 11 janvier pour défendre la liberté d’expression, et la première chose que les politiques font après cette marche c’est d’affirmer qu’il faut réguler internet. Mais quel est le rapport ? ». Ce paradoxe, que souligne le journaliste Jean-Marc Manach, est l’une des nombreuses questions auxquelles les participants au séminaire « Journalisme et bien commun à l’heure des algorithmes » ont tenté de répondre cette semaine à Paris au Collège des Bernardins.

La liberté d’expression, un droit presque absolu « On a vengé le prophète ! », criaient les frères Kouachi quelques instants seulement après avoir ôté la vie à toute une partie de la rédaction de Charlie Hebdo. À l’émoi de la population s’est ajoutée l’incompréhension : les Français, sidérés, ont découvert que certains étaient prêts à tuer pour des caricatures de presse. Et ce dans un pays qui, fort de sa tradition voltairienne, a choisi dès 1789 de donner à la liberté d’expression un rang constitutionnel. Confusion À propos du dessin de presse Exposition virtuelle Daumier et ses héritiers, BnF Ces quelques ressources en ligne permettent de mieux comprendre ce que sont le dessin de presse, la caricature, le dessin éditorial. Daumier : caricature au 19e siècle Une exposition de la Bibliothèque nationale de France sur Daumier, présentée à Paris en 2008, s’est prolongée de manière virtuelle et est toujours disponible sur le site des Galeries virtuelles de la BnF. Cette exposition est composée de textes et d’illustrations dont certaines peuvent être explorées de manière rapprochée grâce à leur numérisation en haute définition (dans la section À la loupe).

La presse américaine dénonce l'hypocrisie des restrictions françaises à la liberté d'expression Temps de lecture: 4 min «Je suis troublé.» C'est la réaction de l'humoriste Jon Stewart, «perdu» face à l'arrestation et au renvoi en correctionnelle, pour «apologie du terrorisme», de Dieudonné pour son post Facebook «Je me sens Charlie Coulibaly»: «C'est un post Facebook ignoble, mais c'est pour ça qu'on a inventé le bouton "unfriend", non?» «Arrêter quelqu'un pour avoir dit quelque chose quelques jours après une manifestation de soutien à la liberté d'expression –c'est un peu bizarre.» Liberté d’expression et ses limites  Page mise à jour le 04 octobre 2016 En France, la liberté d’expression est consacrée par l’article 11 de la Déclaration des droits de l’homme et du citoyen. En revanche, la liberté d’expression n’est pas un droit absolu et elle se trouve affectée de nombreuses limites que les internautes ne doivent pas ignorer. Présentation La liberté d’expression est un droit fondamental.

Related: