background preloader

Sous-marins

Facebook Twitter

Le bathyscaphe Archimède. 2.

Le bathyscaphe Archimède

Les bathyscaphes français Du FNRS3 à l'Archimède Dès 1955, Houot et Willm font valoir au Comité du Bathyscaphe la nécessité d'envisager la construction d'un nouvel appareil. Soulever ce problème pouvait paraître prématuré, puisque le F.N.R.S. 3 n'était en service que depuis un an, mais ils savaient que l'obtention des crédits, puis la construction et la mise au point d'un second engin, prendraient des années. Les hommes de science, les journalistes et les radio-reporters, qui avaient eu le privilège de s'enfoncer dans les flots à bord du F.N.R.S. 3, admettaient à l'unanimité que le bathyscaphe était aussi maniable que sûr. A la fin de l'été 1958, les difficultés administratives étant surmontées, Houot et Willm peuvent passer au stade de la réalisation. La sphère, pièce maîtresse du bathyscaphe, devait être capable d'accueillir davantage de matériel scientifique. Les Ateliers et Forges de la Loire demandèrent un délai de vingt mois pour réaliser la sphère.

Les premiers essais. En schémas - A la découverte des grands fonds. Bathyscaphe. Le bathyscaphe est un engin sous-marin capable d'explorer les fonds marins à des profondeurs dépassant les 10.000 m.

Bathyscaphe

Inventé en 1946 par Auguste Piccard Description du bathyscaphe d'Auguste Piccard Mis au point par Auguste Piccard en 1946, le bathyscaphe était d'abord une réponse aux problèmes rencontrés par la bathysphère d'Otis Barton, un engin du même type mais sans autonomie puisque relié à un bateau par un câble. En s'appuyant sur des propriétés de poids et sur le principe d'Archimède, Auguste Piccard parvient à construire un submersible autonome qui est alors capable de descentes et de remontées sans assistance extérieure.

Évolution du bathyscaphe. Archimède. Le principe de fonctionnement du bathyscaphe Quel est le principe de fonctionnement du bathyscaphe Archimède ?

Archimède

BATHYSCAPHE TRIESTE - FNRS III - TOULON - FRANCE. Les bathyscaphes (Le mot bathyscaphe est employé par certains dans le sens de sous-marin d'exploration profonde même si ce dernier ne fait plus appel à la technologie conçue par le Pr Piccard) sont des engins sous-marins d'exploration abyssale.

BATHYSCAPHE TRIESTE - FNRS III - TOULON - FRANCE

Leur déclin est principalement du à l'arrivée des caméras haute définition et au robot opéré depuis la surface (plus économiques et sans équipages) En service de 1948 à 1982, ils ont été les seuls engins capables d'atteindre les plus grandes profondeurs (-10 916 mètres, dans la fosse des Mariannes, le 23 janvier 1960). Aujourd'hui, seuls des engins télécommandés (ROV) tel le Nereus sont capables d'atteindre de tels endroits. SOUS-MARIN VENUS. Les caisses d'assiette permettent de rectifier la pesée en assiette, c'est à dire de ramener le centre de gravité du bâtiment à la verticale du centre de poussée.

SOUS-MARIN VENUS

Il est à noter que la position du centre de gravité du sous-marin varie avec la disposition des poids mobiles, des mouvements de l'équipage et celle du centre de poussée varie avec la vitesse, la position des barres et les conditions de propulsion. Les caisses d'assiette doivent donc permettre une rectification rapide de la pesée en assiette. Elles peuvent aussi servir dans une moindre mesure à la pesée en poids du sous-marin. En résumé : En plongée, le sous-marin doit être parfaitement manœuvrable ce qui revient à dire qu'en étant stoppé en immersion, il ne doit ni descendre, ni monter. Reponses mouvements et forces. La sphère - A la découverte des grands fonds. Le choix de la forme Quelle forme donner à l'habitacle pour accueillir les plongeurs ?

la sphère - A la découverte des grands fonds

La sphère offre, pour une pression donnée, le meilleur rapport masse / volume disponible, suivie de l'ellipsoïde, puis du cylindre. Mais le choix ne repose pas que sur cet unique critère. Reponses mouvements et forces. Les origines et le fonctionnement du bathyscaphe. L'objet du bathyscaphe est de permettre à l'homme de visiter les grands fonds marins et d'y travailler, autrement dit de s'immerger à des profondeurs parfois de l'ordre de 11 000 mètres.

Les origines et le fonctionnement du bathyscaphe

Deux phénomènes physiques se liguent pour nous interdire de pénétrer au sein de la mer. Nous ne pouvons respirer dans l'eau et celle-ci exerce sur le corps humain une pression qui, à partir d'une certaine distance de la surface, tend à l'écraser. A la surface de la terre, notre corps baigne dans l'air et subit de ce fait, sur chaque centimètre carré de sa surface, une pression égale, par définition, à une atmosphère au niveau de la mer. Si nous nous immergeons, cette pression s'accroît du poids de la colonne d'eau qui nous sépare de la surface. Pour 10 mètres, cet accroissement est de 1 kilogramme dans l'eau douce, soit à peu près de 1 atmosphère.

Inventé par le Professeur Auguste Piccard, un bathyscaphe est basé sur le principe du ballon atmosphérique. Sous-marin. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Sous-marin

Cet article traite des sous-marins habités. Pour les robots sous-marins, voir Robot sous-marin autonome. Pour les véhicules sous-marin téléguidés, voir ROV. Un sous-marin est un navire submersible capable de se déplacer en surface et sous l'eau ; il se distingue ainsi des autres bateaux et navires qui se déplacent uniquement à la surface, et des bathyscaphes qui ne se déplacent que selon l'axe vertical. Bathyscaphe. Histoire des sous-marins. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Histoire des sous-marins

L'histoire des sous-marins commence par la prise de conscience de l'intérêt de la navigation sous marine, que ce soit pour des questions de discrétion ou comme défi technique, avant même l'avènement de bateaux destinés à naviguer sous l'eau. Origines et premiers submersibles[modifier | modifier le code] Au XVIIe siècle, les cosaques ukrainiens utilisaient un bateau fluvial appelé le Chaika (signifiant « goéland ») qui était utilisé sous l'eau pour des missions d'infiltration et de reconnaissance ; il semble assez proche de la description d'Aristote du submersible d'Alexandre le Grand.

Le Chaika pouvait être aisément chaviré et submergé afin que l'équipage puisse respirer en dessous, comme dans une cloche de plongée moderne ; le bateau était propulsé en marchant au fond de la rivière. En 1653, les Hollandais, en conflit avec l'Angleterre, tentent de construire un sous-marin de raid, conçu par De Son à Rotterdam. Sous-marin. Un sous-marin est un navire submersible qui se déplace dans trois dimensions, en surface et sous l'eau.

Sous-marin

Inventé en 1624 par Cornelis Drebbel Utilisation et description du sous-marin À usage civil et militaire, il sert généralement de navire de guerre ou est employé pour la recherche océanographique et l'exploitation pétrolière. Le premier a été inventé par Cornélius Drebbel, physicien hollandais. Biographie > Cornelius Drebbel , Physicien.

Physicien Cornelis Drebbel est célèbre pour avoir conçu des sous-marins dès 1620. Cornelius Jacobszoon Drebbel naît à Alkmaar, en Hollande, en 1572. Après avoir effectué ses premières années à l'école latine d'Alkmaar, il entre à l'académie de Haarlem, où il suit les enseignements d'Hendrick Goltzius, Karel van Mander et Cornelius Corneliszoon, tous trois étant d'éminents humanistes. Après s'être marié à la sœur d'Hendrick Goltzius, Drebbel construit une fontaine pour la ville de Middelburg, où il rencontre Hans Lippershey et Zacharias Jansen, qui l'initient à la fabrication d'optiques. Il s'installe en Angleterre en 1604 puis reste pendant 2 ans à la cour de l'empereur Rudolf II, à Prague, avant de revenir à Londres.

En 1620, il travaille pour la marine royale britannique et met au point plusieurs sous-marins qu'il exposera au roi Jacques Ier lors de voyages sous la Tamise. Il meurt le 7 novembre 1633 dans la pauvreté. Principes de fonctionnement des Sous-marins Militaires. Définition du « sous-marin » ou « submersible »Dès son origine, à la fin du XIXe siècle, le terme « sous-marin » est employé pour qualifier les premiers navires pouvant plonger sous la mer mais à des profondeurs, autonomies et vitesses très faibles. C'est seulement à la fin de la Seconde Guerre mondiale, notamment grâce au schnorchel et aux progrès accomplis par les ingénieurs allemands dans le domaine de la propulsion électrique en plongée des sous-marins de la Kriegsmarine, qu'il est apparu nécessaire de différencier ces navires : ceux naviguant surtout en surface et pouvant accessoirement plonger, de ceux de nouvelle génération dont l'autonomie sous l'eau est telle qu'ils remontent très rarement à la surface.

Résistance à la pression d'un sous marin. Challenger Deep. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. Localisation de Challenger Deep dans l'océan Pacifique occidental. Le Challenger Deep est le point le plus profond jamais mesuré dans les océans, plus de 10 900 m sous le niveau de la mer. Il se situe à proximité des îles Mariannes, à l'extrémité sud de la fosse des Mariannes ( Origine du nom[modifier | modifier le code] Exploration et étude de la fosse[modifier | modifier le code] 1951[modifier | modifier le code] En 1951, l'intégralité de la fosse des Mariannes fut étudiée par le HMS Challenger. 1960[modifier | modifier le code] 1984[modifier | modifier le code] En 1984, un navire de recherche japonais utilisant un sonar à bande étroite et multi-faisceaux fit une mesure à 10 924 mètres. 1995[modifier | modifier le code]

Fosse des Mariannes. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre. La fosse des Mariannes dans le nord-ouest Pacifique La fosse des Mariannes est la fosse océanique la plus profonde actuellement connue et est l'endroit le plus profond de la croûte terrestre. Elle est située dans la partie nord-ouest de l'océan Pacifique, à l'est des Îles Mariannes aux coordonnées 11° 21′ N 142° 12′ E / 11.35, 142.2, à proximité de l'île de Guam.

Archimède. Bathyscaphe Archimède Le 8 novembre 1955, le Comité de Direction du Bathyscaphe envisageait pour la première fois la construction d'un nouveau bathyscaphe. Successeur du FNRS III, il devait bénéficier des enseignements obtenus au cours des cent plongées effectuées par son prédécesseur et réunir les caractéristiques générales suivantes : Etre capable de descendre à 11 000 mètres, c'est-à dire d'explorer les plus grandes fosses connues ; Disposer d'importantes réserves d'énergie électrique et être aussi manœuvrable que possible en plongée ; Offrir le maximum de place au matériel scientifique tant à l'intérieur de la sphère qu'à l'extérieur et permettre, la recherche dans tous les domaines : Physique, Biologie, Géologie, etc... Présenter des formes de coque nettement supérieures à celle du FNRS III pour supporter des remorquages à une vitesse d'au moins 8 nœuds par beau temps.