background preloader

Crimes homophobe

Facebook Twitter

Élément pour présentation du TPE

Ce qu’on sait de l’attentat commis dans une boîte de nuit LGBT à Orlando. Omar Mateen, un Américain se réclamant de l’Etat islamique, a été identifié comme étant l’auteur de l’attaque contre le club Pulse, en Floride.

Ce qu’on sait de l’attentat commis dans une boîte de nuit LGBT à Orlando

La tuerie a fait 49 morts, a annoncé le FBI. Le Monde.fr avec AFP, AP et Reuters | • Mis à jour le Un homme lourdement armé a ouvert le feu, dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juin, dans une boîte de nuit LGBT très fréquentée d’Orlando, en Floride, aux Etats-Unis. Quarante-neuf personnes ont été tuées et 53 blessées, selon le dernier bilan diffusé lundi. Quarante-huit victimes ont été identifiées et « les familles de 24 d’entre elles ont été averties ». Un premier bilan faisait état de 50 morts en comptant l’assaillant. Lire les témoignages : Tuerie à Orlando : « Au début, quand j’ai entendu les tirs, j’ai cru que c’était la musique » Que s’est-il passé ? Les policiers ont précisé, lundi, lors d’une conférence de presse, le déroulé de leur intervention.

Puis des renforts armés sont arrivés, alors que l’assaillant continuait à tirer. Attentat d’Orlando : le déroulé des événements. 49 personnes ont été tuées dans la pire fusillade de l’histoire des Etats-Unis.

Attentat d’Orlando : le déroulé des événements

Près de quatre heures se sont écoulées entre les premiers coups de feu, la prise d’otages et l’assaut des forces de l’ordre. La fusillade survenue dans la nuit de samedi 11 à dimanche 12 juin dans la boîte de nuit le Pulse, à Orlando, en Floride, a fait 49 morts et 53 blessés, selon un bilan encore provisoire. Revendiquée par l’Etat islamique, c’est la pire tuerie de masse de l’histoire des Etats-Unis, mais aussi l’attentat le plus meurtrier survenu sur le sol américain depuis les attentats du 11 septembre 2001. Le tueur a été identifié comme étant Omar Mateen, un Américain d’origine afghane, décrit par son ex-femme comme violent et par son père comme homophobe. Les comptes rendus des médias locaux, de la police et des autorités, ainsi que les comptes Twitter ou Facebook du club, des témoins et des officiels de la ville, permettent de retracer le déroulé des événements. Premiers coups de feu à 2 heures. Fusillade du 12 juin 2016 à Orlando. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Fusillade du 12 juin 2016 à Orlando

Le bilan est de quarante-neuf morts, sans compter l'auteur de la tuerie qui a été abattu par la police. Il s'agit, dans toute l'histoire des États-Unis, du plus lourd bilan pour un massacre par arme à feu commis en temps de paix[4]. Visant spécifiquement un lieu fréquenté par la communauté LGBT[5], cet attentat est également un des crimes homophobes les plus graves de l'histoire américaine. Déroulement[modifier | modifier le code] L'arrivée des secours lors de la fusillade. Casque en Kevlar du policier touché à la tête. Le club poste aussitôt sur sa page Facebook le message : « Everyone get out of Pulse and keep running » (« Sortez tous du Pulse et fuyez »)[9].

L'arme employée par le tireur est un fusil d'assaut semi-automatique SIG Sauer MCX[12] d'abord identifié comme de type AR-15, un modèle ayant également été utilisé par les auteurs des massacres de San Bernardino et Sandy Hook[13]. Stonewall - film 2015. Émeutes de Stonewall. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Émeutes de Stonewall

Dans les années 1950 et 1960, les homosexuels américains font face à un système juridique très homophobe. Plus tôt, déjà, des groupes homophiles américains cherchaient à prouver que les homosexuels pouvaient être assimilés dans la société et ils ont favorisé la cohabitation entre les homosexuels et les hétérosexuels (Mattachine Society et Daughters of Bilitis). Cependant, la fin des années 1960 fut très conflictuelle : de nombreux mouvements sociaux étaient actifs dont le mouvement des droits civiques contre la ségrégation raciale (Black Panther), la contreculture des années 1960 et les manifestations pacifistes contre la guerre du Vietnam. Ces influences combinées à l'environnement libéral de Greenwich Village furent les catalyseurs des émeutes de Stonewall. Très peu d'établissements accueillaient ouvertement les homosexuels dans les années 1950 et 1960. Contexte[modifier | modifier le code] Greenwich Village[modifier | modifier le code]