background preloader

Tijanab

Facebook Twitter

Giuseppe Arcimboldo, peintre surréaliste italien. L'art va vous régaler ! [ Giuseppe Arcimboldo ] | RMN - Grand Palais Hors-d’œuvre d’art [1] : Arcimboldo et ses « visages fruits » Comme disait Guy de Maupassant « Il n'y a que les imbéciles qui ne soient pas gourmands. On est gourmand comme on est artiste, comme on est instruit, comme on est poète ». Bien avant le XVIIe siècle où la peinture flamande donne ses lettres de noblesse au genre de la nature morte, la relation art / nourriture était déjà bien présente. Le premier artiste qui nous vient à l’esprit lorsqu’on évoque ce lien, c’est Giuseppe Arcimboldo avec ses étonnants portraits construits en fruits, légumes et fleurs. Ces portraits composés font partie des œuvres les plus célèbres de la Renaissance. ... . Vous avez encore faim ? Giuseppe Arcimboldo Un peintre délirant dans le potager et le verger. Arcimboldo un créateur fantaisiste Issu de la noblesse milanaise, Arcimboldo a grandi dans une famille de peintres.

Son père l'initie d'abord à la réalisation de vitraux et de tapisseries. Mais très vite, il est remarqué par les Habsbourg et s'établit à Prague. Il devient alors le portraitiste réputé de la famille impériale, ainsi que le grand ordonnateur des fêtes et des cérémonies de la Cour. Arcimboldo en concevait même les costumes et les décors. Grâce à ses créations fantaisistes et audacieuses, le peintre a profondément marqué ses contemporains. A sa mort, il sombre dans l'oubli, sans doute à cause des difficultés d'identification de ces tableaux, notamment les peintures classiques. Un univers haut en couleurs Giuseppe Arcimboldo a su imposer un style en rupture avec les codes classiques de la Renaissance. Les plus belles démonstrations de cet esprit délirant demeurent les têtes anamorphiques. Giuseppe Arcimboldo peintre maniériste l’origine, le procédé est clairement ornemental. Les quatre saisons (Giuseppe Arcimboldo)

Visites guidées - zooms - les quatre saisons d'Arcimboldo. Par Mathilde Huet - juillet 2011. Les Saisons. Un cadeau diplomatique La série des Saisons exposée au musée du Louvre fut peinte en 1573 par Giuseppe Arcimboldo, portraitiste à la cour de Prague depuis 1562. Elle lui fut commandée par l’empereur Maximilien II de Habsbourg, qui souhaitait remercier son allié, l’électeur Auguste de Saxe, de son soutien pour l’élection de son fils Rodolphe au trône du Saint-Empire. C’est pourquoi les armes de l’Électorat de Saxe, deux épées « posées en sautoir », figurent sur le manteau de l’Hiver [ image principale ]. Maximilien chargea Arcimboldo de réaliser une copie de la première série des Saisons qu’il avait peinte en 1563, et dont ne subsistent aujourd’hui que L’Hiver et L’Été, exposés au Kunsthistorisches Museum de Vienne.

De curieuses « têtes composées » Formant une série de quatre tableaux, les saisons sont associées par paires. Les visages de l’Hiver [ image principale ] et de l’Automne [ détail b ] et ceux de l’Été [ détail c ] et du Printemps [ détail d ] se font face, comme pour dialoguer. 6HDA APla Arcimboldo. Giuseppe Arcimboldo. Longtemps resté oubliée l'oeuvre de Giuseppe Arcimboldo et ses fameuses têtes anthropomorphes, sont redécouvertes par les artistes surréalistes. Il est issu d'une famille de peintres réputés. On ne connait rien de sa formation artistique. A Milan, il travaille à la décoration d'une cathédrale et réalise des décors éphémères à l'occasion de fêtes. En 1562, il quitte l'Italie et gagne la cours de Vienne à la demande de l'empereur Maximilien II, fils de Ferdinand I. C'est au cours de cette décennie qu'il peint les séries "Saisons" - 1563, "Eléments" - 1566 et "Métiers" - 1569.

Arcimboldo organise des cérémonies et des tournois pour la cour et réalise quantité de dessins. Rodolphe II - qui succède à Maximilien II - le fait venir à sa cour qu'il établit en Bohème en 1576. Il regagne Milan en 1587 mais n'oublie pas Rodolphe II pour qui il peint le portrait "Vertumne".