background preloader

États

Facebook Twitter

Luxemboug

UK. USA. WikiLeaks : l'Iran dénonce "une campagne de guerre d'information" Le Monde.fr avec AFP et Reuters | • Mis à jour le Comme il y a quelques mois les documents sur la guerre en Irak et en Afghanistan, les révélations de WikiLeaks publiées dimanche par plusieurs journaux, dont Le Monde, mettent Washington dans l'embarras et jettent une lumière crue sur la diplomatie états-unienne.

WikiLeaks : l'Iran dénonce "une campagne de guerre d'information"

Appel du roi Abdallah d'Arabie saoudite aux Etats-Unis pour qu'ils attaquent l'Iran ; informations selon lesquelles ce pays a obtenu auprès de la Corée du Nord des missiles très performants ; demandes d'espionnage de responsables de l'ONU ; jugements peu amènes sur les principaux dirigeants mondiaux... Les documents ont déclenché une onde de choc aux conséquences encore imprévisibles. Pour le président iranien, Mahmoud Ahmadinejad, cité dans de nombreux documents, ces câbles sont "sans valeur" et ont un objectif "malveillant". Plusieurs messages font notamment état des inquiétudes de pays arabes vis-à-vis de l'Iran. Une position reprise par les principaux alliés de Washington. Wikileaks : peu de révélations choquantes sur la Belgique - International. Lundi 29 novembre 2010 à 14h20 Suite aux révélations du site Wikileaks, le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere a réagit. Selon lui, il y a peu de choses choquantes concernant la Belgique.

Cependant, Wikileaks met à jour un document diplomatique américain révélant la présence d'armes nucléaires en Belgique. Steven Vanackere © REUTERS/STRINGER Belgium Le site internet suédois Wikileaks révèle un document qui confirme la présence d'armes nucléaires en Belgique, ce qui n'avait jamais été officiellement admis. Le ministre des Affaires étrangères, Steven Vanackere, avait pourtant affirmé lundi avoir décelé « peu de choses choquantes » concernant la Belgique dans les documents publiés dimanche soir par le site Wikileaks. . « J’ai l’impression que de nombreuses choses présentées comme des fuites étaient en réalité déjà connues », a-t-il déclaré sur les ondes de la VRT-Radio. M. . « Cela va trop loin. Le Vif.be, avec Belga. L'OTAN condamne la fuite de WikiLeaks sur les armes nucléaires tactiques américaines - Monde. Le Premier ministre kényan se félicite des fuites de WikiLeaks.

L'accès à l'article 'Le Premier ministre kényan se félicite des fuites de WikiLeaks' est restreint. Je souhaite être abonné à la newsletter d'El Watan J'ai pris connaissance et j'accepte les Conditions Générales d'Utilisation Vietnam: le naufrage d'un bateau de tourisme fait 16 morts "Illégaux" mais déterminés, les jeunes manifestants résistent à Madrid Iran: l'entourage d'Ahmadinejad dénonce des attaques préélectorales L'Iran annonce l'arrestation de 30 espions travaillant pour les Etats-Unis Afghanistan: attentat suicide à l'hôpital militaire de Kaboul, 6 morts Syrie: funérailles au lendemain de la mort de 44 manifestants Côte d'Ivoire: Alassane Ouattara investi président après six mois de crise Armes libyennes aux mains d'Al Qaîda : Les pays du Sahel en état d’alerte maximum Placés sous la menace directe d’Al Qaîda au Maghreb islamique (AQMI), l’Algérie, le Mali, le Niger et la Mauritanie ont décidé de donner un coup d’accélérateur à leur coopération sécuritaire. la suite « Liberté !

Ron Paul: ‘What we need is more WikiLeaks’ By Stephen C.

Ron Paul: ‘What we need is more WikiLeaks’

WebsterFriday, December 3, 2010 14:36 EDT Popular Texas Republican Congressman Ron Paul is no stranger to breaking with his party, but in a recent television appearance the libertarian-leaning Rep. went even further than any member of Congress in defending whistleblower website WikiLeaks. Speaking to Fox Business host Judge Napolitano on Thursday about recent revelations at the Federal Reserve, Paul’s typical candor showed through. “What we need is more WikiLeaks about the Federal Reserve,” he said. “Can you imagine what it’d be like if we had every conversation in the last 10 years with our Federal Reserve people, the Federal Reserve chairman, with all the central bankers of the world and every agreement or quid-pro-quo they have? Paul, a longtime critic of the US Federal Reserve, is the incoming chairman of a House subcommittee on monetary policy.

“In a free society we’re supposed to know the truth,” Paul insisted. Stephen C.

France