background preloader

Définitions concepts urbains

Facebook Twitter

Jaguiarbruxelasicomos. Edge city. Ce terme d’abord employé aux Etats-Unis par les chercheurs en sciences sociales et par les professionnels de l’aménagement urbain désigne un pôle suburbain où se concentrent bureaux et équipements divers (dont loisirs).

Edge city

Il est difficilement traduisible en langue française même si certains proposent l’expression de ‘ville lisière’. Il a été inventé par le journaliste/sociologue Joël Garreau qui lui a consacré un ouvrage il y a environ 20 ans, à l’issue d’un travail de terrain mené dans plusieurs métropoles. Il a été largement diffusé au-delà de la tradition scientifique anglo-américaine en tant que concept faisant référence à l’émergence d’une « centralité » périphérique et à la structuration polycentrique du territoire métropolitain. L’Edge city ne rivalise pas avec le CBD (central business district) –ou financial district – même si le nombre de mètres carrés de plancher de bureaux peut y être équivalent. Joel Garreau, Edge City : Life on the New Frontier, Anchor, 1992.

Robert E. Lotissement. De manière générale, un lotissement est d’abord une opération foncière, et une opération d’urbanisme.

Lotissement

La définition opérationnelle consiste à morceler ou subdiviser un terrain en plusieurs parcelles, en général en vue d’y construire des habitations. De manière générale, il s’agit donc concrètement d’une opération foncière concernant la division de terrain(s) identifiés dans les cadastres comme une unité (des unités) contiguë(s). La destination peut être variable : il peut s’agir de parcelles(s) viabilisées ou non, dans le but de vendre, de louer, de réaliser un placement. L’opération doit être conduite dans un délai prescrit, par exemple de 10 années en France. Toutefois, l’usage du terme lotissement est devenu générique : il est utilisé pour décrire une forme d’habitat individuel, pavillonnaire, qui se distingue par une certaine homogénéité du bâti, et par les formes géométriques du parcellaire redécoupé.

Voir aussi : « politique de la ville »,« quartier » références bibliographiques : Périurbain. Le terme de périurbain qualifie, en France, un type d’espace caractérisé par sa situation d’entre-deux, entre l’espace rural et la « banlieue ».

Périurbain

Caractérisé par une bonne « accessibilité », ce type d’espace combine plusieurs caractéristiques singulières : des densités intermédiaires tant du point de vue de la population que des activités et de l’emploi, une imbrication des espaces bâtis et non bâtis incluant de nombreux espaces « naturels » et agricoles, une surreprésentation de l’habitat individuel, que ce soit sous la forme d’une urbanisation diffuse ou d’ensembles pavillonnaires, et des pratiques spatiales dominées par des déplacements motorisés, combinant des pratiques régulières à la fois de la ville et des espaces « naturels ». les logiques de marché (rôle des banques, du secteur du bâtiment et des travaux publics…), les politiques publiques (soutien à la maison individuelle, construction d’infrastructures, protection des espaces « naturels »…) Références Indovina F.

Jaillet M. Métropole. Dans son acception la plus générale, métropole renvoie à l’idée de la plus grande ville d’un ensemble d’autres villes ou d’un territoire, sur lesquels elle exerce différentes fonctions associées à sa primatie.

Métropole

Le socle étymologique du terme appartient au monde grec, et plus précisément au phénomène colonial : la métropole est alors la « ville-mère » (de métêr et polis), celle qui projette son urbanité dans des cités coloniales sur lesquelles elle exerce des fonctions de commandement. Les traces de ce sens se retrouvent encore en géographie politique : la métropole est l’État, et son « territoire », considéré par rapport à ses colonies (ou à ses pays de mandats, ses protectorats), ou à ses territoires d’outre-mer : en France par exemple, on utilise couramment l’expression Métropole et départements et territoires d’outre-mer. Sans totalement s’abstraire de l’idée de commandement politique, une signification plus strictement urbaine a perduré. Voir aussi : « capitale » Polycentrisme. Le polycentrisme désigne un mode d’organisation de l’espace composé d’unités présentant chacune différents degrés de centralité.

Polycentrisme

L’usage du terme centre, ou du qualificatif « central » suggère l’idée de concentration, de poids et/ou de capacité décisionnelle par rapport au reste de l’entité considérée. La synonymie avec les qualificatifs polynucléaire et multipolaire a longtemps été la norme en Géographie. Si le mot noyau renvoie, de manière descriptive, à la structure d’un objet présentant une certaine complémentarité entre deux parties, l’idée de pôle, de son côté, évoque un champ de force avec une capacité d’attraction et d’entrainement du pôle sur le reste d’un ensemble territorial.

La prévalence actuelle du concept de polycentrisme est liée à sa polysémie et à sa position d’interface. Bibliographie : ALONSO. AYDALOT. BAUDELLE. BERROIR S., MATHIAN H., SAINT-JULIEN TH., SANDERS L., 2004 - Mobilités et polarisations : vers des métropoles polycentriques, Paris, rapport PUCA, 145 p.