background preloader

Persistance rétinienne

Facebook Twitter

Persistance retinienne version 3. La rétine. Tapissant le fond de l'oeil, la rétine visuelle ou nerveuse est le lieu de traduction du message lumineux venant de l'extérieur en signaux nerveux envoyés au cerveau.

La rétine

Il s'agit d'un tissu neuronal très fin, qui fait partie du Système Nerveux Central, de 0,1 à 0,5 mm d'épaisseur, organisée en dix couches de cellules. Celles-ci comprennent l'épithélium pigmentaire, la couche des photorécepteurs, la membrane limitante, la couche granuleuse et la couche plexiforme externes et internes, la couche des ganglionnaires, la couche des fibres optiques et finalement la membrane limitante interne. Pour simplifier, nous parlerons ici uniquement de trois couches qui nous intéressent: la couche des cellules photosensibles comprenant la couche des photorécepteurs et la couche granuleuse externe, la couche granuleuse interne et la couche des ganglionnaires. Ces trois couches représentent les cellules nerveuses de la rétine, reliées entre elles et ayant chacune une fonction précise. Le message nerveux. 2.3.1.

Le message nerveux

Synapses Pour comprendre comment le message nerveux est acheminé jusqu'au cerveau, il est impératif de comprendre comment celui-ci est transmis d'une cellule nerveuse à une autre. Il nous faut donc expliquer le fonctionnement d'une synapse contactant les deux cellules : l'extrémité du prolongement pré-synaptique est formé d'un renflement, le bouton synaptique, riche en neurotransmetteur, contenu dans de petites vésicules. Un espace sépare le neurite pré-synaptique du neurite post-synaptique appelé la fente synaptique. La membrane post-synaptique (qui doit recevoir l'influx) porte des récepteurs spécifiques à ces neurotransmetteurs ; et lorsqu'un un influx nerveux atteint le bouton synaptique, il y provoque l'expulsion du neuromédiateur dans la fente par éclatement des vésicules : celui ci atteint les sites récepteurs de la membrane post-synaptique et y déclenche un influx nerveux.

TPE-Illusions.d.optique - I) Les illusions d'optiques. Qu'est-ce que la persistance rétinienne. LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX! Au XXe siècle, le cinéma et ont contribué de façon non négligeable à la transmission des valeurs culturelles et sociales par la puissance d’évocation du réel qui les caractérise.

LE CERVEAU À TOUS LES NIVEAUX!

On a longtemps cru que le phénomène de persistance rétinienne permettait d’expliquer pourquoi l’on ressent la succession d’images fixes d’un film comme des scènes en mouvement. Comme ce phénomène nous permet de garder en mémoire une impression visuelle de quelques centaines de millisecondes après la disparition d’un stimulus, on a déduit qu’il pourrait « remplir les noirs » entre les images fixes qui nous sont projetées rapidement lors d’un film. De telle sorte, disait-on, que chaque image s’imprime sur la rétine avant que l’impression de la précédente ne soit complètement disparue, fondant pour ainsi dire les deux images ensemble et nous donnant l’impression de continuité du mouvement.

D’autres difficultés ont également été soulignées. Tpe-oeil-1s2 - La Persistance Rétinienne. La persistance rétinienne est la capacité de l'oeil à créer une continuité d'images alors que celles-ci sont en fait décomposées.

tpe-oeil-1s2 - La Persistance Rétinienne

C'est la persistance rétinienne qui nous donne l'illusion de mouvement lorsque l'on regarde un dessin animé. En effet les cellules de la rétine de l'oeil gardent en mémoire une image pendant environ un dixième de seconde après son apparition. Par exemple un simple détournement du regard après avoir regardé le soleil très succintement laisse une tâche lumineuse en mémoire pendant quelques instants.

En 1829, le Belge Joseph Plateau établit qu'une impression lumineuse reçue sur la rétine persiste 1/12e de seconde après la disparition de l'image ; il en conclut que des images se succédant à plus de 12 par seconde donnent l'illusion du mouvement. Il suffit donc de regarder des images qui défilent à un rythme de plus de 12 images par seconde pour avoir l’impression qu’elles se suivent sans rupture. TPE : Illusion temporelle. Nous remarquons alors, que la structure rétinienne n'est pas homogène car en plus d'être composée de plusieurs couches de neurones, elle varie aussi selon les endroits.

TPE : Illusion temporelle

Nous repérons sur la rétine, un point précis appelé "point aveugle" sur lequel les fibres des neurones multipolaires se rejoignent. Il n'y a pas de photorécépteurs, car il correspond au départ du nerf optique. A cette endroit les stimuli lumineux ne peuvent être captés. Qu'est-ce que la persistance retinienne? I) Définition La persistance rétinienne fut observée pour la première fois par Léonard de Vinci pendant célèbre savant ne put cependant prouver ce phénomène, et ce fut le chimiste et physicien britannique Michael Faraday qui le démontra en 1825.

Qu'est-ce que la persistance retinienne?

La persistence rétinienne est une capacité de l’œil, pouvant être perçue comme étant un défaut aussi bien qu’un atout, consistant à ce que l’image observée soit gardée en mémoire par la rétine un court instant après l’observation. En effet, au niveau de notre rétine, l’œil possède une couche de cellules sensibles à la lumière, soit photosensibles. Elles possèdent une substance qui se dégrade à la lumière, produisant ainsi une image, puis se régénère avant d’être de nouveau dégradée.