background preloader

Surveillance, fichage

Facebook Twitter

Le gouvernement français inspecte de plus en plus les données de ses concitoyens. 01net le 23/01/13 à 16h00 Les services gouvernementaux font beaucoup de zèle, et cela se voit. Dans le dernier rapport Google Transparency, il apparaît que la France a effectué 1 693 demandes de renseignement sur ses utilisateurs, pour la période de juillet à décembre 2012. Soit une augmentation de 8,6 % par rapport au semestre précédent. Dans 44 % des cas, une réponse a pu être fournie par Google, un taux qui reste sensiblement identique. Sur les trois dernières années, le zèle des fonctionnaires français est également très appréciable. Alors que l’ensemble des demandes a augmenté de 70 % depuis 2009, celui relatif à la France a crû de 100 %.

Ecoutes téléphoniques : deux journalistes convoqués à la DCRI. Le 13 septembre dernier, deux journalistes du site Owni – aujourd’hui disparu – publiaient un article très fouillé sur une nouvelle plateforme prévue en France, pour centraliser les écoutes téléphoniques, surveiller Internet... Mardi prochain, les deux auteurs, Pierre Alonso et Andrea Fradin, sont convoqués comme « témoins » à la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI), à Levallois-Perret dans la région parisienne, pour une affaire « les concernant », comme on dit dans le jargon policier. La convocation intervient dans le cadre d’une « enquête préliminaire », « à la demande du parquet », et prévient les destinataires qu’un refus d’y répondre pourrait déclencher l’article 68 du code de procédure pénale, et donc une comparution contrainte. Le motif de la convocation n’est pas signifié, mais tout indique que c’est en lien avec cet article sur les écoutes.

Le document Confidentiel Défense (capture d’écran) Le circuit des écoutes (Inforgraphie Owni) La PNIJ, une méga-plateforme d'écoute que la DCRI veut cacher. Décidément, la Direction Centrale des Renseignements Intérieur (DCRI) n'a que faire d'engendrer un effet Streisand sur les documents qu'elle aimerait cacher. Alors qu'elle sort à peine du scandale suscité par les pressions qu'elle a exercée sur un bénévole de Wikipedia pour obtenir le retrait d'un article (avec pour seul résultat sa traduction dans une multitude de langue et sa mise en évidence médiatique), ce qui vaut désormais au ministère de l'intérieur de devoir s'expliquer sur les méthodes des anciens RG, la DCRI s'attaque de nouveau à la publication sur internet d'informations jugées confidentielles par l'Etat.

En effet, Rue89 révèle que deux journalistes du défunt site Owni, Andrea Fradin et Pierre Alonso, ont été convoqués dans les bureaux parisiens de la DCRI, dans le cadre d'une enquête préliminaire ouverte "à la demande du parquet. La CIA espionne toutes vos données persos... et l’Europe s’en fiche. Le gouvernement américain s’est octroyé depuis quelques années le droit d’espionner la vie privée des citoyens étrangers, dont les Européens, en mettant à contribution ses grandes compagnies, Facebook, Google ou Microsoft. Et les autorités européennes ferment les yeux. C’est ce que dénonçait la version américaine de Slate le 8 janvier dernier, en s’appuyant sur le rapport [en anglais] « Combattre le cybercrime et protéger la vie privée sur le Cloud » du Centre d’études sur les conflits, liberté et sécurité, passé jusqu’alors tout à fait inaperçu.

La mise en place d’une sorte de tribunal secret, dont l’action ne se limite plus aux questions de sécurité nationale ou de terrorisme mais à « toute organisation politique étrangère », inquiète les auteurs de ce rapport remis au Parlement européen fin 2012. Un risque pour la souveraineté européenne « Carte blanche » pour espionner L’inaction des responsables européens « Il est très clair que la Commission européenne ferme les yeux. FinSpy Software Used To Surveil Activists Around The World, Report Says. FinSpy surveillance software, marketed worldwide to law enforcement agencies as a way to monitor criminals, is widely used by repressive governments to spy on human rights groups and dissidents, according to a report released Wednesday.

The report by researchers at the Citizen Lab of the Munk School of Global Affairs at the University of Toronto found the software is "regularly sold to countries where dissenting political activity and speech is criminalized. " FinSpy, named after a line of code in its software, is a surveillance tool that infects computers to capture screenshots, log keystrokes, record Skype conversations and activate cameras and microphones.

Gamma Group, a British company, makes the software and markets it to law enforcement agencies as a lawful way to monitor criminals. Gamma Group could not immediately be reached for comment. But security researchers say FinSpy is used by governments around the world for broader purposes. Loading Slideshow 1 of 10 Hide Thumbnails. Syrie: "Les outils de surveillance comme ceux de Qosmos, une arme redoutable aux mains du régime" Le parquet de Paris a ouvert jeudi une enquête préliminaire après la plainte de la Fédération internationale des droits de l'Homme (FIDH) et de la Ligue des droits de l'Homme (LDH) visant la société Qosmos accusée d'avoir fourni du matériel de surveillance informatique à la Syrie.

En mai 2011, la FIDH avait déjà porté plainte contre une autre société, Amesys, accusée d'avoir vendu du matériel d'espionnage électronique au régime de Mouammar Kadhafi, pour complicité de torture en Libye. Clémence Bectarte, coordinatrice du groupe d'action judiciaire de la FIDH ayant travaillé sur les dossiers Amesys et Qosmos, déplore l'absence de réglementation encadrant l'exportation de ces "armes". Que reprochent exactement la LDH et la FIDH à Qosmos? Concrètement, à quoi peut servir ce matériel, selon vous? Avec ce genre de matériel, le régime syrien peut suivre et lire les mails échangés sur la Toile. Le Quai d'Orsay a déclaré que ces exportations étaient légales. Elle ne réglemente absolument rien. Everyone who attended OWS with a cell phone had their identity logged, says security expert. Please note that by playing this clip YouTube and Google will place a long term cookie on your computer.

While we in the civil liberties community disagree strongly with private investigator Steven Rambam's admonition to "Get Over It," after listening to him describe electronic surveillance powers it's hard to disagree with the first part of the title of his talk: "Privacy Is Dead. " (Part two of the talk is below.) "Where you work, what your salary is, your criminal history, all the lawsuits you've been involved in, real property...everything you've ever purchased, everywhere you've ever been...Your information is worth money. Your privacy today isn't being invaded by big brother -- it's being invaded by big marketer," he told an audience of hackers and privacy activists at HOPE 9 in New York during the summer of 2012.

Lots of the talk is about big corporations and their insatiable hunger for data about all of us, but Ramdam also addresses government spying: Clean IT – surveillance of all communications. By EDRi This article is also available in: Deutsch: [CleanIT – Pläne zur Überwachung des Internets im großen Stil | A leaked document from the CleanIT project shows just how far internal discussions in that initiative have drifted away from its publicly stated aims, as well as the most fundamental legal rules that underpin European democracy and the rule of law. The European Commission-funded CleanIT project claims that it wants to fight terrorism through voluntary self-regulatory measures that defends the rule of law.

The initial meetings of the initiative, with their directionless and ill-informed discussions about doing “something” to solve unidentified online “terrorist” problems were mainly attended by filtering companies, who saw an interesting business opportunity. Key measures being proposed: CleanIT Project website: CleanIT, le projet européen qui préconise de n’autoriser que les véritables noms et photos sur Internet. La semaine dernière, les acteurs du nouveau projet de réglementation européen d’Internet CleanIT se sont réunis en toute discrétion pour réfléchir aux mesures à conseiller aux états membres pour limiter l’usage terroriste d’Internet. Le terrorisme, une des meilleures excuses trouvées jusqu’à présent pour justifier de nombreuses atteintes à la liberté d’information et d’expression, comme le fait d’interdire l’usage de pseudonymes et de photos de profil ne vous représentant pas sur Internet oO Cette fois ils ont carrément visé très haut avec CleanIT.

Normalement réservés à un public très restreint, un des rapports produits par ce groupe de lutte contre le terrorisme fait la part belle aux propositions toutes plus ridicules et dangereuses les unes que les autres pour la liberté des citoyens européens. Florilège : - Blocage de tout contenu terroriste, mais aucune définition de ce qu’est un contenu terroriste. . - Obligation des entreprises du Web à n’autoriser que les vrais noms des internautes. Honeypot reveals mass surveillance of BitTorrent downloaders. Ever used BitTorrent to download a song? A book? How about a film or a TV show? It's highly likely that within 3 hours of doing so, the copyright enforcement people were on to you, monitoring your IP address, according to new research.

Security researcher Tom Chothia and his colleagues at the University of Birmingham, UK, conducted a three-year study that revealed "massive monitoring" of BitTorrent download sites, such as the PirateBay, that's been going on for at least that long. For the study, researchers developed a fake pirate server: software that acted like a BitTorrent file-sharing client that logged all connections made to it.

Tom Chothia, who led the research, says that popular content downloads were monitored within hours. The BBC quoted Chothia: "You don't have to be a mass downloader. The researchers unveiled their findings this week at the SecureComm conference in Padua, Italy, according to New Scientist. From the paper: How exactly do the monitors monitor us? Digital Social Research Tools, Tension Indicators and Safer Communities « BSC Policing Network. Digital Social Research Tools, Tension Indicators and Safer Communities: a demonstration of the Cardiff Online Social Media Observatory (COSMOS) (ESRC and JISC) Dr.

Matthew Williams, Dr. William Housely, Mr. Adam Edwards, School of Social Sciences, Cardiff University. Dr. How has the rapid and widespread uptake of social media platforms such as Twitter, Facebook and YouTube created new ways for people to interact and to share information? The most senior prosecutor in England and Wales recently stated that “Social media is raising difficult issues of principle, which have to be confronted not only by prosecutors, but also by others including the police, the courts and service providers.” Tension indicators or ‘community monitoring systems’ have been developed by police services for the purposes of anticipatory governance to provide early warning of civil unrest and its escalation into major instances of collective violence.

Like this: Like Loading... Les antipub défigurent les panneaux vidéo de la RATP. Protéger les enfants contre la « société de surveillance » Protéger les droits de l’enfant contre la « société de surveillance » Alors que l’année 2009 est celle du 20ème anniversaire de la Convention internationale des droits de l’enfant (CIDE), le Comité central de la LDH, réuni le 13 juin 2009, tient à exprimer solennellement sa vive préoccupation à l’égard de politiques qui tendent à faire de la jeunesse « une classe dangereuse » dont il conviendrait de se méfier par principe. Depuis plusieurs années et notamment depuis le vote de la loi de prévention de la délinquance en 2007, les pouvoirs publics actuels cherchent à aligner la justice des mineurs sur le droit commun des majeurs : en témoignent notamment la procédure de quasi comparution immédiate pour les mineurs de 16 à 18 ans et la possibilité de placement en détention provisoire d’un mineur âgé de 13 à 16 ans.

Outre cette dérive législative, les exemples abondent d’une sorte de présomption de suspicion qui ouvre la porte à des opérations et à des comportements inadmissibles. Le Kindle lit en vous comme dans un livre ouvert. Lecteurs, soyez prévenus : votre liseuse en dit long sur vous. Votre vitesse de lecture, la page à lequelle vous abandonnez un livre ou encore les passages que vous surlignez, tout est collecté. Des données très précieuses pour les éditeurs.

L'un des avantages de Kindle, la liseuse d’Amazon, c’est qu’on peut facilement souligner un passage, à peu près comme on le faisait au crayon dans la marge d’un livre imprimé. Autrefois, ces petites notes dans les marges restaient une affaire privée, à l’abri dans votre bibliothèque. Mais aujourd’hui, le Kindle les envoie directement au siège d’Amazon, où l’on suit attentivement où et par qui les livres électroniques sont annotés. Mais les traits de crayon numériques ne sont pas les seules informations sur les utilisateurs que le Kindle transmet au siège de l'entreprise : les fabricants de liseuses lisent tranquillement par-dessus votre épaule. La valeur commerciale des données va augmenter, prédit-t-il. Cops to Congress: We need logs of Americans' text messages | Politics and Law. AT&T, Verizon Wireless, Sprint, and other wireless providers would be required to record and store information about Americans' private text messages for at least two years, according to a proposal that police have submitted to the U.S.

Congress. CNET has learned a constellation of law enforcement groups has asked the U.S. Senate to require that wireless companies retain that information, warning that the lack of a current federal requirement "can hinder law enforcement investigations. " They want an SMS retention requirement to be "considered" during congressional discussions over updating a 1986 privacy law for the cloud computing era -- a move that could complicate debate over the measure and erode support for it among civil libertarians. As the popularity of text messages has exploded in recent years, so has their use in criminal investigations and civil lawsuits.

"Sgt. "Unlike T-Mobile, Verizon was able to produce records with text messaging content in them. Cell Carriers See Rise in Requests to Aid Surveillance. NOTW et phone hacking. Si vous êtes adeptes de la presse internationale, en particulier de la presse britannique, vous avez très certainement entendu parler du scandale de News Of The World – NOTW pour les initiés – qui aurait procédé à des interceptions téléphoniques de façon illicite et à différents piratages.

L’histoire commence en novembre 2005 lorsque le journal fait des révélations concernant une blessure au genou du Prince William. Une plainte est alors déposée par la Couronne. Suite aux procès et aux condamnations d’un journaliste et d’un détective travaillant pour le tabloïd, Andy Coulson, qui dirigeait NOTW depuis 2003, donne sa démission en 2007, clamant qu’il n’était pas au courant de ces pratiques au sein de sa rédaction, déclaration appuyée par ses avocats qui soutiennent que rien dans les emails de l’ancien dirigeant ne laissant croire qu’il puisse être au courant.

Il deviendra directeur de la communication du Cabinet de David Cameron. Néanmoins le caller ID spoofing existe toujours. Science of Surveillance. TrapWire : un réseau d'espionnage dans les mains d'une entité privée. TrapWire tied to anti-Occupy Internet-spy program. Unravelling TrapWire: The CIA-Connected Global Suspicious Activity Surveillance System. Stratfor emails reveal secret, widespread TrapWire surveillance system. The new totalitarianism of surveillance technology | Naomi Wolf. Global surveillance industry gets a new toy. Internet Surveillance: a despot’s dream… Global surveillance industry gets a new toy. HGH Infrared Systems Announces Solution for Persistent Surveillance. #UDID #Apple #FBI #antisec. The SSD Project | EFF Surveillance Self-Defense Project. Qui cherche à contrôler l'Internet ? EU Database Nation(s): surveiller et punir en Europe. La carte d’un monde d’espions.

Big (business) brother. "Indect" relègue Orwell dans la Bibliothèque Rose. INDECT et SYSSEC, deux programmes européens à l'assaut des libertés individuelles. Oui, INDECT a bien été p0wn3d. INDECT le méga cyber espion européen pire qu'ACTA. Vos SMS furtifs. Petits espionnages entre amis. Fusion center director: We don’t spy on Americans, just anti-government Americans. The known unknowns of Skype interception.

2013 : comment l'Europe se prépare à espionner ses citoyens - Libertés publiques. Rendez-moi mes données ! Google pourrait bientôt espionner la légalité de vos mails (et prévenir vos chefs) FENETRE SUR CORPS. VoX anonymous ENGLISH. BigBrother.

CCTV

Fichage, traçage électronique. Facebook. Sofrecom : l’entreprise française qui modernise la surveillance des syriens. Qosmos côté pile, Qosmos côté face. Maroc: la traque aux dissidents est ouverte… Merci Amesys !