background preloader

Cas pathologiques

Facebook Twitter

Qu'est-ce que le diabète ? France Culture REVOLUTION MEDICALE DIABETES. Le risques de la mauvaise utilisation. Biologie amusante : la longue histoire du sucre sanguin. Le mot « glycémie » désigne la concentration du glucose dans le sang.

biologie amusante : la longue histoire du sucre sanguin

Le glucose, distribué aux cellules par le sang, est un sucre simple comportant six atomes de carbone, un hexose. Il constitue une des principales sources d’énergie des cellules vivantes et même la seule utilisable pour certaines d'entre elles, comme les globules rouges et les neurones chez les mammifères. L'approvisionnement des cellules en glucose doit donc être assuré en permanence. En effet, une diminution excessive du glucose sanguin conduit au coma hypoglycémique puis à la mort, si l'organisme n'est pas rechargé en sucre. Inversement, un excès chronique de glucose dans le sang, une hyperglycémie, a pour conséquence diverses pathologies, notamment des vaisseaux sanguins, qui peuvent se traduire par de graves séquelles. 1. 2. <p>phpMyVisites | Open source web analytics <img src=" alt="Statistics" style="border:0" /></p> Biologie amusante :La longue histoire de la glycémie 1 À la recherche du sucre sanguin.

1.

biologie amusante :La longue histoire de la glycémie 1 À la recherche du sucre sanguin

À la recherche du sucre sanguin Historiquement, le diabète sucré est l’une des pathologies les plus anciennement décrites. Pourtant, malgré des siècles d’études, il a fallu attendre les travaux de Claude Bernard au dix-neuvième siècle pour comprendre l’origine du sucre sanguin et le vingtième siècle pour décrypter la physiopathologie des diabètes et élaborer des traitements adaptés. Aujourd’hui, on compte en France environ 1,5 millions de personnes atteintes d’une forme ou d’une autre de diabète sucré et la prévalence des diabètes est en augmentation dans la plupart des pays, essentiellement en raison des mutations rapides dans les modes de vie. Cependant, contrairement au passé, les malades peuvent accéder aux connaissances les plus récentes sur leur mal, à des méthodes de prévention efficaces pour les cas les plus nombreux et à des traitements éprouvés.

Le mot diabète vient du grec diabêtês qui signifie qui traverse, qui perfuse. Vers une meilleure connaissance des symptômes Matériel. Biologie amusante : La longue histoire de la glycémie 2. Du principe antidiabétique à l’hormone transgénique. 2.

biologie amusante : La longue histoire de la glycémie 2. Du principe antidiabétique à l’hormone transgénique

Du principe antidiabétique à l'hormone transgénique Vers les découvertes capitales du vingtième siècle À la fin du dix-neuvième siècle, on commence seulement à soupçonner l’importance des glandes à sécrétion interne, celles qui sont dépourvues de canal excréteur. Si la notion de sécrétion interne a été établie par C. Bernard en 1856 à propos du glucose, libéré dans la circulation par le foie, c’est en 1892 que le médecin anglais, George Redmayne Murray (1865-1939), démontre, malgré le scepticisme de la communauté médicale, que l’administration d’extraits de glande thyroïde de mouton à un patient atteint de myxœdème (maladie due au dysfonctionnement de la glande thyroïde) permet de supprimer les symptômes.

Pour la première fois, en 1889, le médecin français Raphaël Lépine (1840-1919), fondateur de La revue de médecine et des Archives de médecine expérimentale, expose la conception d’un pancréas à sécrétion interne contrôlant la concentration sanguine en glucose. Et demain ? Retour à : Diabète de type 1 (DID) Dossier réalisé en collaboration avec le Pr Christian Boitard, directeur de recherche à l’Inserm et diabétologue à l’hôpital Cochin, Paris - Avril 2014.

Diabète de type 1 (DID)

Le diabète correspond à une élévation prolongée de la concentration de glucose dans le sang. Ce dérèglement peut avoir plusieurs origines. Dans le cas du diabète de type 1, il est dû à la destruction des cellules du pancréas spécialisées dans la production d’insuline : les cellules bêta des îlots de Langerhans. Cette destruction est elle-même causée par une réaction auto-immune, comme en témoigne la présence d’autoanticorps. Le diabète de type 1, maladie auto-immune © Inserm/U845/UMRS975/EndoCells SARL Les noyaux sont colorés en bleu et l’insuline contenue dans les cellules ß est visualisée en rouge. Chez les patients atteints de diabète de type 1, des lymphocytes T se mettent à reconnaître des molécules du soi présentes dans les cellules bêta du pancréas, comme s’il s’agissait de molécules d’agents infectieux à éliminer.

Obesite diabete2. Obésité et sensibilité à l’insuline. Microscopes Foie et Pancréas. Ilots de langerhans. Diabète diagnostic.