background preloader

Article Olivier: insécurité

Facebook Twitter

Entre la police et la population, une confiance à construire - La Croix. « Explorer la confiance et la légitimité qu’inspire la police » : tel est l’enjeu du livre de Sebastian Roché, sociologue spécialiste de la police, intitulé « De la police en démocratie » (1).

Entre la police et la population, une confiance à construire - La Croix

Cette étude très riche évalue ces deux notions dans le temps et par rapport à nos voisins européens. Les citoyens français ont-ils confiance dans leur police, se reconnaissent-ils en elle, estiment-ils qu’elle répond à leur besoin et qu’elle les respecte ? Autant de questions que les pouvoirs publics se posent particulièrement peu en France, déplore le chercheur : dans les sociétés démocratiques, c’est pourtant bien « sur la confiance de chaque citoyen » dans les institutions, dont la police, que repose « l’obéissance volontaire ».

Or, la France se retrouve en très « modeste place dans les comparatifs européens en matière de service aux citoyens et de traitement égalitaire des citoyens ». Une confiance plutôt en baisse Pour mesurer la confiance, le chercheur a étudié d’abord différentes enquêtes. L’insécurité sociale selon Robert Castel. 19 mai 2005 - Si notre société est effectivement « société d’individus », comment penser alors la protection sociale ?

L’insécurité sociale selon Robert Castel

Robert Castel tente de répondre. L’analyse de Lucile Mons. Robert Castel, L’insécurité sociale. qu’est-ce qu’être protégé ? , Paris, Seuil/La république des idées, 2003, 95 p., 10,50€ Notes de lecture. La société du risque.

Notes de lecture

Sur la voie d’une autre modernité, Ulrich Beck, Traduction de Risikogesellschaft (1re ed. Suhrkamp Verlag, 1986), Paris, Aubier, 2001 Il aura donc fallu quinze ans pour que l’ouvrage de Beck devenu un « classique » en Allemagne et en Grande-Bretagne (la traduction anglaise date de 1992), soit traduit en français. Dans la préface à l’édition française, Bruno Latour invoque la distance entre la « forme de sociologie » pratiquée par Beck et celle des sociologues français (il cite Bourdieu et Crozier) pour tenter d’expliquer ce « retard ». Il précise : « au lieu d’enseigner aux acteurs sociaux comment ils doivent se penser, Beck prétend apprendre des acteurs sociaux comment il doit les penser » (p. 9).

«L’insécurité culturelle», l’expression qui met la gauche intellectuelle en panique. Les enquêtes et sondages réalisés ces dernières années montrent que les opinions négatives vis à vis de l’immigration et de l’islam touchent en gros deux tiers des personnes interrogées –voir par exemple cette enquête du Cevipof, ce sondage Ipsos ou cette autre enquête du même institut.

«L’insécurité culturelle», l’expression qui met la gauche intellectuelle en panique

C’est beaucoup, même si sur le long terme la société française est plutôt plus tolérante qu’avant et si un sondage réalisé après les attentats de janvier donnait des chiffres plus nuancés que les années précédentes. Sur le plan des moeurs et des modes de vie familiaux, là aussi, la France est à la fois plus libre et tolérante en même temps que crispée sur des débats de société, ce qu'a révélé le mouvement né de la contestation du «mariage pour tous».

Les pièges de l’identité culturelle, par Philippe Pataud Célérier (Le Monde diplomatique, décembre 2014) Un anthropologue et un sociologue étudient le tour de passe-passe qui a remplacé le mot « race » par celui de « culture ».

Les pièges de l’identité culturelle, par Philippe Pataud Célérier (Le Monde diplomatique, décembre 2014)

On exclut l’autre non plus en raison de sa race, mais « au nom de l’identité culturelle ». L’ouvrage rappelle la genèse de la notion moderne de culture, inventée en Allemagne au milieu du XVIIIe siècle pour désigner « tout ce qui a trait au raffinement de l’esprit » et qui acquiert ensuite, sous l’emprise de l’anthropologie sociale et culturelle, un sens plus proche de civilisation. On parle alors de cultures au pluriel, de peuples à historicité variable.

Autant de rapports au monde analysés différemment selon les interprétations, et que vont instrumentaliser les politiques. Les pièges de l'identité culturelle - Le voyageur social. Le 12 février prochain sort en librairie un ouvrage réalisé par Régis Meyran (anthropologue) et moi-même intitulé Les pièges de l'identité culturelle aux éditions Berg International.

Les pièges de l'identité culturelle - Le voyageur social

Insécurité culturelle. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Insécurité culturelle

Cet article ou cette section peut contenir un travail inédit ou des déclarations non vérifiées(indiquez la date de pose grâce au paramètre date). Vous pouvez aider en ajoutant des références. Voir la page de discussion pour plus de détails. Définition[modifier | modifier le code] Jean-Yves Camus rapproche le concept de celui du multiculturalisme et le définit comme « l'inquiétude des milieux populaires face à la mondialisation »[2].

Politique Autrement. Nous avons vécu, et nous vivons encore à bien des égards, dans une société parmi les plus sûres qui aient existé et, cependant, un sentiment domine : ces protections sont en déclin et nous assistons à une remontée de l’insécurité sociale.

Politique Autrement

De l’insécurité sociale à l’insécurité civile, par Sylvain Bordiec (Le Monde diplomatique, janvier 2004) Hasard du calendrier, deux ouvrages publiés presque au même moment traitent des questions de « l’insécurité sociale » et de « l’insécurité civile ».

De l’insécurité sociale à l’insécurité civile, par Sylvain Bordiec (Le Monde diplomatique, janvier 2004)

Dans son livre, Robert Castel décrit d’abord la remise en cause de l’Etat social comme porteur d’un modèle de société où « c’est l’instance du collectif qui peut sécuriser l’individu » (1). Dès le début des années 1970, la concurrence internationale exige « une gestion fluide et individualisée du monde du travail » qui désagrège les modes de défense des intérêts des salariés.