background preloader

Pédagogie de la maîtrise

Facebook Twitter

Bloom. Idées maîtresses Bloom est à la croisée du courant néo béhavioriste (Skinner) et cognitiviste.

Bloom

Plus skinnerien lorsqu’il s’agit de mettre au point des applications pédagogiques (pédagogie de la maîtrise, ou PM), plus cognitiviste dans ses recherches (taxonomie cognitive, étude des processus mentaux). Bloom, dans ses applications pédagogiques, met au point une méthode qui s’adresse au groupe-classe pris dans son ensemble tout en respectant le rythme et les aptitudes individuels (sorte d’adaptation des idées de Skinner développées à l’occasion de l’enseignement programmé [= individuel] à la situation traditionnelle de la classe). L’argument fort de Bloom à propos de la PM est qu’elle ne demanderait pas à l’enseignant de modifier fondamentalement sa pédagogie. A ce niveau, on pourrait dire que les idées de Bloom, inspirées de celles de Skinner de ce point de vue (et de bien autres évidemment), annoncent la pédagogie différenciée. Analyse de document Aide correctrice individualisée 1a. 2.

Taxonomie de Bloom. Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Taxonomie de Bloom

La roue de la taxonomie de Bloom. La taxonomie de Bloom est un modèle pédagogique proposant une classification des niveaux d'acquisition des connaissances[1]. Benjamin Bloom, bien qu'il n'en soit pas le seul créateur (34 universitaires américains participent aux conférences de 1949 à 1953), est souvent reconnu comme le « père » de cet outil[2],[3]. Description[modifier | modifier le code] La taxonomie organise l'information de façon hiérarchique, de la simple restitution de faits jusqu'à la manipulation complexe des concepts, qui est souvent mise en œuvre par les facultés cognitives dites supérieures[4].

Composition[modifier | modifier le code] La taxonomie des objectifs éducationnels selon Bloom. Elle peut être résumée en six niveaux, chaque niveau supérieur englobant les niveaux précédents. Documentation. La pédagogie actualisante a pour but de favoriser l'actualisation du potentiel humain de chaque apprenant et de chaque apprenante (Landry, 2002, Vienneau et Ferrer, 1999).

documentation

Son application exige donc des conditions d'apprentissage susceptibles de promouvoir cette actualisation. Le volet de la pédagogie actualisante dont il est ici question, celui de la pédagogie de la maîtrise de l'apprentissage et du dépassement de soi, traite de la mise en oeuvre de certaines de ces conditions. Cette pédagogie exige des croyances positives à l'égard des capacités des apprenants et des apprenantes. Elle se fonde sur la recherche scientifique (Bloom, 1976) qui démontre que le facteur le plus déterminant des apprentissages futurs n'est pas l'intelligence ou la motivation, mais le degré de maîtrise des apprentissages préalables aux apprentissages futurs. Pedagogie de la maitrîse. La pédagogie de maîtrise est une stratégie pédagogique, développé par Benjamin Bloom en 1968, qui repose sur l'hypothèse que tout apprenant peut arriver à une maîtrise totale ou du moins de 85 à 90% des notions et des opérations enseignées si on lui laisse suffisamment de temps et qu'on utilise des moyens adéquats.

Pedagogie de la maitrîse

Inspiré sur les travaux des Caroll (1963), Bloom affirme qu'il n'y a pas de bons ou de mauvais étudiants mais plutôt des étudiants qui apprennent plus rapidement ou plus lentement que les autres. Le degré d'apprentissage dépend du temps laissé pour apprendre et cela varie d'un individu à l'autre. La procédure classique de la pédagogie de maîtrise est la suivante : l'enseignement est découpé en une séquence d'unités et les objectifs de chaque unité sont soigneusement définis.

A la fin de la séquence des unités d'enseignement, les résultats sont évalués par une épreuve sommative. Pédagogie de la maîtrise : Taxonomie de Bloom. Plus récemment, d'autres auteurs (Wang, Haertel et Walberg, 1993) ont souligné l'effet de variables complémentaires telles que les processus métacognitifs ou le climat de la classe.

Pédagogie de la maîtrise : Taxonomie de Bloom

Les élèves sont aidés quand et là où ils rencontrent des difficultés: la pédagogie de maîtrise insiste beaucoup sur l'importance des remédiations qui vont de pair avec l'évaluation permanente des acquis des élèves. A ce propos, Bloom parle d'évaluation formative pour désigner une forme d'évaluation intégrée au processus d'apprentissage et dont le but est le diagnostic immédiat des difficultés pour pouvoir y apporter une réponse rapide sous la forme de remédiations ajustées aux besoins de chacun. La régulation permanente des apprentissages à travers la passation régulière de tests et l'apport judicieux d'activités de remédiation permet, selon Bloom, d'envisager un enseignement collectif dont l'efficacité ne serait pas loin d'égaler les effets du tutorat individuel.