background preloader

Context

Facebook Twitter

Le besoin d'édition démocratique. Trait caractéristique des temps de révolution mentale: les opinions les moins fondées y prennent parfois l’apparence et la force de la lucidité.

Le besoin d'édition démocratique

Qu'est-ce qu'un média. Il est certain qu’à vouloir catégoriser les médias, à proposer des lois d’influence médiatique, ou à rêver à leurs développements futurs, je rôde sans cesse autour de leur définition sans précisément la nommer.

Qu'est-ce qu'un média

Peut-être sera-t-il finalement utile de suivre les dernières discussions et de proposer une définition des médias, même trop rapidement tracée? Faute de temps pour décrire le bataillon hétéroclite des théories médiatiques existantes, je me concentrerai sur trois sujets: les exigences d’une définition, la proposition de définition elle-même, et quelques applications immédiates, dont l’articulation des trois grandes catégories de médias issues du précédent billet. Pour être pertinente, une définition des médias doit embrasser à la fois les faits proprement technologiques et les pratiques sociales. Voici donc un premier essai de définition: est média tout assemblage de règles techniques et sociales qui assure l’existence d’une discussion. Un modèle d'évolution. Je crois que si l’on classe les médias selon leur finalité, c’est-à-dire selon la finalité de cette discussion égale ou inégale qui constitue le nœud de leur activité, on n’en trouve au fond que trois formes, qui correspondent à trois ages médiatiques 1- Les médias pour lesquels la discussion est subordonnée à un projet.

Un modèle d'évolution

Ce sont les médias les plus anciens: les institutions -école, église, armée, corps juridiques et politiques,… 2- Les médias pour lesquels la discussion est subordonnée à un petit groupe identifié. Ce sont les médias hiérarchiques qui ont émergé depuis l’imprimerie, c’est-à-dire depuis la première révolution médiatique -livre, journal, cinéma, radio, télévision,…

Moteurs de recherche alternatifs : 2% du marché ! Moteurs de recherche alternatifs : 2% du marché !

Moteurs de recherche alternatifs : 2% du marché !

Alt Search Engines, un excellent site sur les moteurs alternatifs à GYM, nous propose les dernières stats d'Hitwise sur les parts de marché des moteurs aux États-Unis : La conclusion est sans appel : sur un an (août 2007 - août 2008), les parts de marché des moteurs alternatifs ont chuté de 3,13% à 1,96%. Le billet conclut ainsi : Commentaires ? Idées ? Solutions ? Commentaires. La recherche sociale vue par Chris Sherman.

La recherche sociale vue par Chris Sherman Chris Sherman, éditeur associé de Search Engine Watch vient de publier deux articles analysant la recherche sociale, particulièrement intéressants à l'heure actuelle, où la recherche est de plus en plus considérée comme le cœur de l'Internet : Avec son autorisation, je vous propose une libre traduction du premier, auquel j'ajoute une brève introduction au second, paru après avoir reçu son accord :

La recherche sociale vue par Chris Sherman

Les réseaux sociaux, algorithme à visage humain de recherche d\'. Le Web participatif et la logique de la discussion « Cratyle.net. A un ami qui s’étonne encore de ce qu’est devenu Wikipédia et qui doute profondément de sa pérennité, comme du reste de l’ensemble du Web participatif, j’accorde au moins le grand mérite de la conséquence.

Le Web participatif et la logique de la discussion « Cratyle.net

Il oppose des arguments de fond à des arguments tactiques, une logique complète à des avantages passagers. Que dit-il? Il dit que la connaissance est unique et que le progrès de la discussion scientifique est un mouvement qui tend irrémédiablement vers cette unicité. Il n’a pas la naïveté de croire que l’on y arrive un jour en totalité, mais il pointe le mouvement de découverte progressive du monde et la mise en cohérence de cette découverte. Tout ne sera jamais résumé en quelques pages, mais la science s’approche toujours mieux de cet idéal. En tirant les conséquences de cette idée si simple et si largement partagée, on voit combien la critique du Web participatif peut sembler fondée. Les exemples que nous avons devant les yeux ne suffisent pas à dissiper le raisonnement. Démocratisation contre auto-organisation « Cratyle.net. Les commentateurs du Web confondent souvent démocratisation et auto-organisation. De cette erreur découle des incompréhensions profondes sur la nature politique du Web, et bien involontairement, sur les mesures susceptibles d’améliorer ou de pénaliser son développement.

La démocratisation est l’idée selon laquelle les règles ne sont pas façonnées par une hiérarchie mais par les utilisateurs eux-mêmes. L’auto-organisation est l’idée selon laquelle un groupe engendre ses règles sui-generis, et tend à fonctionner indépendamment des autres organisations. Wikis, blogs et créations collectives renouvelées « Cratyle.net. Les wikis et les blogs engendrent deux formes radicalement opposées de création collective.

Wikis, blogs et créations collectives renouvelées « Cratyle.net

Vers la fin de l’actualité « Cratyle.net. La crise du journalisme est l’ébranlement d’un monopole.

Vers la fin de l’actualité « Cratyle.net

Le mouvement est déjà largement discuté, mais ses causes et ses effets n’ont pas fini d’ébranler notre manière de voir le monde. C’est que le monopole était bien plus profond qu’on ne l’a souvent écrit. Ce n’était pas le seul monopole du choix, de l’ordonnancement et de l’interprétation d’information; car l’information n’existe simplement pas sans être choisie, ordonnancée et interprétée.

Le Jeu des perles de verre.